AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 I USED TO BE HAPPY. (RP BG - MORT PRAVDA - HALE)

Aller en bas 
AuteurMessage
Key McLoyd - Antony
Directrice du Département des Mystères
Directrice du Département des Mystères
avatar

Féminin Nombre de messages : 522
Age : 26
CITATION : FURY ! FURY !
AGE [RP] : 35 ANS
Date d'inscription : 13/10/2007

Présentation du Personnage
Inventaire: Miroir à double sens – Cape d’invisibilité
Fonction HRP: Fondatrice
MessageSujet: I USED TO BE HAPPY. (RP BG - MORT PRAVDA - HALE)   Mer 2 Avr - 15:49

Andreas Pravda


    Ce soir, était un soir banal. Iranoe et les enfants étaient à la maison, Andreas quant à lui, était de sorti. Comme chaque soir, il s’ordonnait une pause. Il quittait la maison, et s’en allait loin. Pour prendre l’air, réfléchir, prendre un verre. Faire le point. Le bilan de cette semaine était complexe. Les disputes avaient baissées, les enfants s’étaient calmés, et le fruit de leur amour s’était reproduit quatre fois, en deux jours.

    Lui, qui était assis dehors, à une terrasse, sirotait un verre de martini rouge. En ses mains, il caressait son alliance. « Iranoe & Andreas – Toujours. » En toute lettre, en majuscule, en long et en large, Andreas avait sa femme dans la peau. Et ses enfants aussi, puisque a leur naissance, l’homme s’est vu faire deux tatouages. L’un était un dé, avec écris « Faith » et il se trouvait sur l’épaule, et l’autre était un « M » majuscule pour Matthias.


    « Il est temps à présent, Monsieur Pravda. »
    « Très bien. »

    D’un trait, l’homme vida son verre et laissa un billet de cinq livres sur la table. Sans demander son reste, il quitta les lieux, et mis ses mains en poche. Il ne savait pas où il allait, tout ce qu’il pouvait dire, tout ce qu’il savait dire, était simple : Il ne comptait plus jamais rentrer chez lui. Tout était prévu. Iranoe avait pour elle, la maison, les enfants, l’argent, et la mélodie mortelle de se dire qu’il ne reviendrait plus jamais, à présent. Faith, quant à elle, n’avait rien. Ou, si. Juste une bague. En guise de geste. Matthias, lui. Possédait toutes les armes, baguettes de son père.

    Tournant à l’angle d’une rue, son sang se glaça. Ce soir, était son dernier soir, un soir complexe. Pour l’amour d’un frère, Andreas allait mourir, il allait se battre jusqu’au dernier souffle. Il donnait son corps, son cœur, non pas à sa femme, mais à son frère de cœur. Au seul et à l’unique, Heinrish. Tout droit, le cimetière dominait. La nuit était sombre, les nuages étaient bas. Pour souffler, l’homme s’arrêta quelques secondes.


    « Et finalement, la seule fatalité, c’est celle qui vous sera fatale. »

    Le coup fatal d’Halewyn, serait simple, sans douleur et surtout rapide. Une morte rapide, et onéreuse. Récupérant son souffle, il se leva, et laissa tomber sa lourde veste faite de cuir sur le sol. Il pénétra dans le cimetière. Ferma les yeux, et leva les bras vers le ciel. Prêt à recevoir le coup. ENDLESS SONG.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Halewyn Coeurd'Acier
Contractuel

Contractuel
avatar

Masculin Nombre de messages : 281
Age : 39
CITATION : Fais moi chier et c'est probablement la dernière chose que tu fera.
AGE [RP] : indéfinì
Date d'inscription : 19/01/2008

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Re: I USED TO BE HAPPY. (RP BG - MORT PRAVDA - HALE)   Mer 2 Avr - 18:38

C'est le soir. Pravda est le plus facile à trouver. Il ne se cache pas, rentre tout les soirs à 19 hres pour souper... La vie stable et pépère...

Depuis sa sortie, il le traque, ne se cachant pas réellement, mais toujours hors de vue. Une présence sombre juste au dessus de l'épaule du mangemort. Une menace implicite, non formulée. Non prouvée, juste l'instinct, comme le souffle sur la nuque ou la main glacée de la mort qui enserre la colonne vertébrale, empêchant de bien respirer un instant.

Il le surveille, note patiemment chaque déplacement, rencontre et mouvement. Depuis qu'il est sorti de sa retraite forcée. Quelle meilleure manière de goûter la libertée qu'en se vengeant?

Et il a un message à passer.

Changement e programme. Tel un éléphant qui sent sa mort, Pravda se dirige vers le cimetière. Le nouveau tableau du chaos. Toujours fermé au public cela va de soi, mais pour un mangemort c'est facile non?

Parmis les lys noirs, Pravda va mourir. D'ailleur, le voilà qui lève les mains vers le ciel. Putain, ta mélo tu pouvais te la garder.

Pravda lève les mains devant la fontaine du Phoenix noir. Il appelle la mort de tout ses voeux apparamment. On n'ira pas le décevoir cher lecteur.

Encore trop faible pour niaiser, Halewyn se profile derrière le mangemort. C'est simple et rapide, même s'il s'y attendait, Andreas a un sursaut quand les deux mains s'abattent sur lui.

Crac!

Nuque simplement et efficacement brisée. Retenant le corp mort avant qu'il ne tombe au sol, Halewyn le tire parmis l'esplanade, faisant craquer les pierres tombales et les os sous le poid du cadavre.

Il prépare alors sa mise en scène. Ca devrait rappeler quelque chose à Heinrish ca.

Sous le phoenix noir, le cadavre est dûement ficelé. Le coeur arraché, le portefeuille subtilisé. La baguette est prise aussi, histoire qu'il sache qu'il ne s'est pas défendu. Ou u moins qu'il n'a pas eu le temps.

Un coli donné à Belial, une chouette que personne ne connais parce qu'il ne l'a utilisée qu'une fois avant sa ''mort'' Puis il met son charme en place.

Quand Heinrish arrivera, il aura une surprise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Key McLoyd - Antony
Directrice du Département des Mystères
Directrice du Département des Mystères
avatar

Féminin Nombre de messages : 522
Age : 26
CITATION : FURY ! FURY !
AGE [RP] : 35 ANS
Date d'inscription : 13/10/2007

Présentation du Personnage
Inventaire: Miroir à double sens – Cape d’invisibilité
Fonction HRP: Fondatrice
MessageSujet: Re: I USED TO BE HAPPY. (RP BG - MORT PRAVDA - HALE)   Jeu 3 Avr - 17:44

Andreas Pravda
« Parce qu’il est temps, maintenant. Vous souhaitiez tous ma mort, et bien, soyez ravis. De la haut, je vous regarde. Et je n’ai qu’une chose à dire. Je rie beaucoup de vous. »


    Et quand Halewyn déposa ses mains sur le cou d’Andreas, le cœur de l’homme s’arrêta. Il prit une dernière inspiration, et ouvrit les yeux. Il fixa en sa mémoire l’image de ce soir. En vitesse rapide, les visages d’Iranoe, de Faith, et de Matthias défilaient devant lui. Son cœur ne battait plus. Il bloquait sa respiration, puis. Quelques secondes plus tard, plus rien. Le néant. Son subconscient était encore en « vie » mais le reste de son corps, était mort. Lui même ne vivait plus, mais là haut, dans le ciel, Andreas regardait sa dépouille.

    Par des mains agiles, Halewyn, fouilla les poches d’Andreas et les vida de tout contenu. Son portefeuille fut mis dans la poche d’Halewyn, et sa baguette de même. La partie la plus importante, la cause de sa mort, le poison d’une vie détruite. Halewyn, lui ouvrit la poitrine pour en sortir son cœur. La machine de l’organisme. Secouant la tête, de la haut, Andreas poussa un cri inaudible de la terre. Il ne comprenait pas, il n’arrivait pas à admettre l’inévitable. La cause de sa mort était du à un amour trop fort pou un frère perdu de vu, mais alors. Le vide.

    Avec l’art et la manière, Andreas avait la classe dans la vie. C’était un grand homme. Il passait ses journées à clôturer des dossiers, à se battre pour sauver la vie de certains Mangemorts. En famille, il était un père parfait. Ses enfants avaient tout ce qu’ils désiraient, peu importe le prix de la chose, la conditions, ils avaient tout. Parce qu’ils le valaient. Sa femme, Iranoe, possédait une vie de famille parfaite. La jeune femme avait un mari en or, des enfants merveilleux, et une existence parfaitement assurée pour l’avenir.

    Cette date, ce soir, sera marquée par un fer rouge. Il y aurait à présent à ce jour, une croix sur tout les calendriers. Et chaque personne pourra y inscrire. « Date de mort d’Andreas Pravda. » Souriez. Cette homme est venu en roi sur terre, il y repartira de cette manière. Sa dépouille sera récupérer par Iranoe, une femme qui sera brisée, une femme qui en aura vu de toutes les couleurs, une femme qui se retrouvera brisée. Parce qu’autrefois, Iranoe aussi, était heureuse.

    A présent, Iranoe sera seule, elle devra s’occuper des enfants seuls et assurer seule son avenir, et leurs avenirs. Jamais, Andreas ne verra Faith en tant que mère, et Matthias en tant que père et nouveau Chef des Mangemorts, il gardera leur image intact dans son esprit. De la haut, sur un nuage, Andreas hurlait toujours. Il agitait ses mains, les bougeaient dans tout les sens, il aurait voulu attraper Halewyn, se débattre et revenir en son corps, mais sans cœur, la vie est impossible. Se concentrant, il ferma les yeux, et se mit à hurler plus fort que jamais.


    « AUTREFOIS, JE ME SERAIS BATTU. AUTREFOIS, J’AURAIS TUÉ CETTE HOMME QU’EST HALEWYN POUR SAUVER MON FRÈRE, MAIS Á PRÉSENT, J’ARRÊTE TOUT. IRANOE, MA FEMME, JE T’AIME. »

    Andreas fut attrapé par une sorte de lumière jaune, ses mains tentèrent de s’agripper aux nuages, mais en vainc, la lumière était plus forte. Son visage s’effaçait et l’illumination s’éteignit. Le ciel reprit sa couleur normal, noir sombre, les nuages reprenaient peu à peu leur place, et le cimetière regagna son calme plat, comme-ci en ce soir rien ne c’était passé.

    6 JUILLET 1960 – 23 MAI 2000





HJ : Nadège postera. Je ne pense plus répondre. Merci à Sandra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iranoe S. Pravda
Directrice de Poudlard
Directrice de Poudlard
avatar

Féminin Nombre de messages : 489
Age : 34
CITATION : Y'a comme un hic
AGE [RP] : Inconnu
Date d'inscription : 13/10/2007

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Fondatrice Grande Gueule et Chieuse Principale
MessageSujet: Re: I USED TO BE HAPPY. (RP BG - MORT PRAVDA - HALE)   Lun 7 Avr - 14:24

    Flash

    Andreas -Mon amour...

    Combien de fois ai je entendu ces mots de ce colosse qui se présente comme mon mari? Je ne sais plus. Ca fait partie des choses que j'ai oublié... Enfin oublié... Je me dis que je vais finir par m'en souvenir, par retrouver ce que j'ai perdu... Face à moi, il sourit, hésitant. Il faut que je lui réponde. Alors, un sourire et une voix douce.

    Iranoe -Je suis enfin rentrée...

    J'ai l'air de lui avoir manqué mais en même temps, pourquoi il est pas venu me voir à l'hopital...? Je ne sais pas. La réponse doit être dans un coin de ma tête mais je ne la trouve pas. Tant pis, plus tard. Il s'approche de moi et me serre dans ses bras. L'ombre d'un frisson me parcourt. Je sais que je suis en train de lui mentir. Mais comment puis je lui dire que je ne sens plus rien pour lui? je sais que c'est mal mais je sais aussi que mes sentiments pour lui doivent être à quelque part, j'espère ne pas les avoir perdu. Il me relâche après m'avoir embrassé et me guide jusqu'à mes enfants. Surprise, pour eux, la vague d'amour est immédiate. Alors... qu'est ce qu'il s'est passé avec Andreas?

    Andreas -Tu dois être fatiguée...

    Iranoe -Un peu.

    Andreas -Vas te reposer.

    J'acquiesse et après avoir déposé mes lèvres sur sa joue, je m'éloigne. Quelques instants plus tard, je suis dans ma chambre. Notre chambre. Tout est impécable. "Comme d'habitude" me dis je avec un sourire. Oui... Premier souvenir qui me revent de ma vie avec lui... Maniaque du rangement... Avec un soupir, je me change et me blottit entre les draps en respirant son odeur. C'est étrange. Je me souviens de rien mais cette odeur me rassure. Je ferme les yeux et m'endors.

    Quelques jours plus tard...


    C'est épuisant. Je n'aime pas mentir à ceux que j'aime... Parce que je suis censée l'aimer. Mais je ne ressens rien. C'est vide. Je devrais lui dire mais je ne veux pas lui faire mal, d'autant plus que je pressent une amélioration. Je m'avance peut être trop, j'espère peut être trop retrouver ma vie normale et retrouver ce que j'avais avant. Mais le puis je? Puis je réellement espérer retrouver tout cela? Je ne cesse d'y penser et je n'arrête pas de me poser la question, de vouloir comprendre et saisir ce qui, désormais, m'échappe. C'est comme ce tatouage derrière mon oreille. Il brille mais je ne sais pas pourquoi il est là et à quoi il sert. Je voudrais tellement que quelqu'un m'explique...

    La veille


    Avec un sourir, je le regarde dormir. Mes doigts caressent doucement son torse tandis que je me dis que c'est comme à notre mariage avant que... que quoi? Je ne sais pas mais qu'importe. Peu à peu, je me retrouve, je le retrouve. Parfois, le regarder me fait mal mais je ne sais pas pourquoi et je ne le lui demande pas. Tout me pousse à profiter de ces journées autant que je le peux. Je finis par le réveiller. Le sourir qu'il m'offre me prouve qu'il est heureux.

    Quelques heures plus tard, quand il me dit qu'il m'aime, je lui réponds que moi aussi. Et pour la première fois depuis ma sortie de l'hopital, je n'ai pas l'amer sensation de lui mentir....


    Fin du Flash

    Iranoe S. Pravda et Isis Swann de Bellières


    Cela faisait des heures qu'elle tournait en rond sans même songer à autre chose qu'à lui. Certes, elle avait l'habitude qu'il parte une ou deux heures le soir. Enfin l'habitude... il lui avait dit que ça l'était et elle l'avait cru. Jusqu'à ce soir là, il n'avait jamais été en retard. Et là... Des heures. Combien? elle ne savait plus. Elle tournait en rond, un verre de vin entre ses doigts fins. Elle ne regardait pas l'horloge qui marquait insensiblement les minutes d'absence d'Andreas.

    Deux minutes plus tard, au cimetière...


    Les mains d'Halewyn enserrèrent le cou d'Andreas et d'un mouvement sûr, lui brisèrent la nuque.

    Au même moment, chez eux...


    Une vague de douleur, un vide immense se créa en elle en un instant. Elle vacilla et lâcha le verre qui se fracassa sur le sol. La respiration coupée, elle eut l'impression de sombrer dans l'obscurité la plus complète... Comme si elle venait tout juste de mourir. Elle laissa échapper un gémissement et s'effondra au sol, inconsciente.

    Au cimetière...


    Halewyn traîna le corps d'Andreas à travers le cimetière avant de l'attacher sous le phoénix noir. Il prit la baguette et le portefeuille avant de lui arracher le coeur.

    Chalet Pravda


    Douleur. Encore. Revenant à elle, elle laissa échapper un hurlement de souffrance. Elle avait l'impression qu'on lui arrachait purement et simplement le coeur. Mais la vague de douleur cessa aussi rapidement qu'elle était venue, la laissant paletante. A l'étage, les jumeaux hurlaient, dûement accompagnés du fils de sa nièce. Iranoe laissa échapper un soupir en se redressant lentement. Quelques minutes plus tard, elle était dans la chambre des enfants et les consolaient du mieux qu'elle pouvait sans cesser de penser au vide douloureux qui est en elle. Elle ne le comprennait pas et n'osait pas sortir pour en chercher l'origine. Son esprit continuait à se tendre vers Andreas. Où pouvait il donc être?

    Plus tard, elle était de retour dans le salon et continuait sa marche inlassable malgré la fatigue qui lui battait les tempes. Deux heures du matin. On sonna à sa porte. Une intuition lui serra le coeur alors qu'elle allait ouvrir. A sa grande surprise, elle découvrit Isis accompagnée de Sélyna, sa nourrice. Iranoe haussa un sourcil.


    Isis -Iranoe... J'ai besoin de toi... Sélyna va s'occuper des enfants...

    Iranoe -Andreas...?

    Isis -Ne t'en fait pas... Viens.

    Quelque chose n'allait pas. Elle le sentait aux tréfonds de son âme. Pourtant, elle attrapa sa cape et suivit cette cousine qu'elle ne connaissait que très mal. Isis la fit transplanner jusqu'au cimetière, un endroit qu'elle connaissait par coeur pour y avoir passé des nuits entières afin de pouvoir se retrouver et faire le vide dans ses pensées. A peine furent elles apparues qu'Iranoe constata une chose: il y avait bien trop de monde à cet endroit. Elle jeta un regard à Isis qui posa ses mains sur ses épaules.

    Isis -Ecoute, Iranoe... il faut que...

    Elle s'en foutait. Elle se dégagea d'entre les mains de l'Auror puis se précipita dans le cimetière, là où son inuition la poussait, se fichant de sentir son coeur se serrer de plus en plus et de bousculer les Aurors qui barraient son chemin. Devant elle, le cimetière s'étalait, profondément changé sans qu'elle le remarque. Ce ne fut que losqu'elle s'arrêta à une bonne dizaine de mètres de la fontaine, qu'elle remarqua enfin les changements. Ce n'était plus l'endroit où Andreas lui avait fait sa demande en mariage. Lieu insolite, certes mais qui avait toujours été chargé d'une signification particulière pour elle. Et la demande n'avait pas été prévue... ce qui rendait ce cimetière dévasté par le temps et les hommes un peu plus unique à ses yeux.

    Son regard métallique s'accrocha à la fontaine au centre. Triste fontaine où une forme humaine semblait y être attachée. Elle reprit sa route lentement, sans quitter des yeux la fontaine. Dans son esprit focalisé sur cette forme, les souvenirs de sa vie passée avec Andreas refaisaient surface avec leur lot de larmes, de douleur et d'amour, la submergeant sans la noyer. Leur premier rendez vous, la première nuit qu'ils avaient passé ensemble, la demande en mariage... les années où il était enfermé à Azkaban, sa disparition quelques mois après sa sortie... Tout. Elle se souvenait. Elle étouffa un sanglot, gardant ce visage de marbre qui rendait tout contact avec elle terriblement complqué quand on ne la connaissait pas.

    Elle finit par s'arrêter face à la fontaine et face au corps ficelé. Elle mit quelques secondes pour reconnaître Andreas et au même moment, son coeur s'arrêta tandis qu'elle devenait à peine plus pâle qu'à l'habitude. Ses prunelles étaient accrochée à son visage pâle qui ne marquait pas la souffrance, qui souriait légèrement même... Comme s'il était soulagé. Mais soulagé de quoi? Vague de douleur, plus forte que les autres. Elle laissa échapper un gémissement, indifférente à ceux qui l'entouraient et qui surveillaient sa réaction. Que craignaient ils? Qu'elle explose tout?

    Une main se posa sur son épaule.


    Isis -Viens, Iranoe... Laisse les faire leur travail...

    Iranoe -Lâche moi

    Mais Isis tenta de l'entraîner loin de cette fontaine. Iranoe se dégagea violemment après avoir fusillé sa cousine du regard. Dans son mouvement pour refaire face à Andreas, son regard se posa sur le trou béant qui ornait tristement son torse. Son coeur... arraché... elle n'en croyait pas ses yeux au moment même où la totalité de ses souvenirs avec lui refaisaient surface, accompagnés de son amour pour cet homme que l'on avait ravagé sans le moindre respect. Etreinte par sa douleur, elle laissa échapper un hurlement et son aura explosa, soufflant les personnes autour d'elle. Elle fit un pas en direction du corps avant de murmurer.

    Iranoe -Terminez et dépêchez vous.

    Au son de sa voix, il était clair qu'elle n'attendrait pas 100 ans. Le regard tranchant, elle les observa faire leur travail et lorsqu'ils lui firent signe qu'ils avaient enfin terminé, elle n'attendit même pas que l'on vienne détacher le corps. Elle alla le récupérer elle même. Avec stupéfaction, les aurors la virent détacher le corps et le porter jusqu'au sol. Son aura ne cessait de tourbillonner autour d'elle, les empêchant de s'approcher pour leur dire qu'ils avaient besoin du corps pour leur enquête. Lentement, Iranoe caressa la joue pâle et glacée d'Andreas et transplanna avec lui. L'étrange couple réapparu dans ses appartements de l'école, vidés de la présence de son frère.

    Elle fit léviter la dépouille jusqu'au lit. Et ce fut seulement à ce moment là qu'elle libéra ses larmes. Face au corps sans vie de son époux, elle l'observait au travers de ses larmes, se brisant au fur et à mesure que la réalité de sa mort et de ce qu'on lui avait fait se gravait dans son esprit. Pourquoi ce jour là? pourquoi le jour où elle avait tout retrouvé? La vie était à nouveau dure avec elle. Elle s'agenouilla près du corps et attrapa sa main gelée pour la serrer contre elle. Elle laissa échapper un gémissement d'animal blessé avant que sa respiration ne soit à nouveau coupée par ses larmes. Sur l'écran de ses paupières closes et humides, elle le revoyait lui dire qu'il l'aimait et qu'il n'en avait pas eut le temps.

    Vague de révolte. Elle lâcha sa main et se redressa pour crier au travers de ses larmes.


    Iranoe -Menteur! Tu m'as quitté, Andreas.... Pourquoi? POURQUOI?

    A nouveau, une crise de larmes qui ne se calma que quelques heures plus tard où, épuisée, elle ne parvenait plus à pleurer. Durant tout ce temps, son aura n'avait cessé de tournoyer autour d'elle, immense vague de magie qu'elle ne prenait pas la peine de contrôler. Elle se redressa lentement et d'un geste, fit apparaître une bassine d'eau et une serviette. Lentement, avec des gestes qui usaient de toute la tendresse qu'elle avait pour lui, elle nettoya les traces de sang, n'osant pas poser les yeux sur ce trou béant qui marquait le manque de son coeur. Pourtant, il le fallu. L'âme au bord de l'abîme, elle nettoya le tour de la plaie avant de créer une illusion qui éviterait que l'on ne voye cette horreur. L'illusion à peine posée, elle s'effondra sur lui, épuisée.



Hj: bon, j'espère avoir remplit mon rôle, Lexy Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atchoum.com
Xoramen & Morayeel
Professeur de Divination
Professeur de Divination
avatar

Féminin Nombre de messages : 211
Age : 35
CITATION : Nous vivons dans un monde où la crainte de l'illusion est réelle...
AGE [RP] : 44 & 19
Tendance Magique : Gris pâle au gris foncé
Date d'inscription : 12/01/2008

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Re: I USED TO BE HAPPY. (RP BG - MORT PRAVDA - HALE)   Mar 8 Avr - 0:14


    APPARTEMENTS D'IRANOE, POUDLARD

Xoramen ne dormait pas. Elle ne dormait presque jamais. Comme ses aïeules, elle se nourissait presque exclusivement de thé et ne dormait que par petites somnolences. Sauf lorsqu'elle était tout contre Halewyn. Il n'y avait qu'à ces moments qu'elle arrivait à dormir.

Pour l'instant, elle marchait dans le couloir menant aux appartements de la directrice. Et elle savait pourquoi elle y allait. Les nouvelles circulaient rapidement quand on savait où les chercher. Et surtout de qui les prendre. Et tout le monde sait que les perroquets sont de grands bavards.

Elle ouvre la porte, sans frapper, mais elle ne s'approche pas. Une aura repousse tout ce qui s'approche aussi surement que deux pôles identiques d'un aimant. Elle attendra donc. La moindre des choses est de respecter le chagrin d'Iranoe.

Elle attend. Elle a tout son temps. De toute façon, elle est coincés à Poudlard. Encore. Appuyée contre le mur, elle observe la scène. Iranoe ne la voit pas. Elle n'a rien à craindre. La Gardienne veille. C'est long, mais peu importe. Elle s'oblige à ne rien penser, durant tout ce temps. Ça risque d'être moins gênant de ne penser à rien avec une Legelimens.

Iranoe termine sa besogne et s'effondre sur Andreas. Elle doit être épuisée. L'aura repoussante s'éteint avec sa fatigue.

Étrangement, en venant ici, elle ne s'attendait pas à la trouver avec le corps d'Andreas... elle croyait bien que les Aurors et compagnie allait le garder... parfait. Tout le reste allait être inutilisable.

Silencieusement, elle s'approche d'Iranoe et la saisit délicatement par les épaules.


- C'est finit, Iranoe. Viens. Je suis désolée. Enfin, pour toi, pas pour lui.

Bah quoi, c'était une saleté de mangemort, comme tous les autres.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iranoe S. Pravda
Directrice de Poudlard
Directrice de Poudlard
avatar

Féminin Nombre de messages : 489
Age : 34
CITATION : Y'a comme un hic
AGE [RP] : Inconnu
Date d'inscription : 13/10/2007

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Fondatrice Grande Gueule et Chieuse Principale
MessageSujet: Re: I USED TO BE HAPPY. (RP BG - MORT PRAVDA - HALE)   Sam 12 Avr - 15:12

    Combien de temps est elle restée effondré sur Andreas? Aucune idée. Elle a perdu la notion du temps au moment même où ses yeux se sont posés sur l'étrange sourire qui ornait le visage d'Andreas alors qu'il était encore suspendu à cette statue. Plongée dans un état semi comateux, elle ne se repose pas. Aussi, lorsqu'on la saisit délicatement par les épaules, elle rouvre instantanément les yeux tout en se demandant qui cela pouvait bien être. Elle se redresse lentement tout en prenant la peine d'essuyer ses larmes ou du moins leurs traces sur ses joues pâles. Néanmoins, elle ne se tourne pas vers cette présence amicale. Elle continue à regarder le corps sans vie. Obstination.

    Xoramen -C'est finit, Iranoe. Viens. Je suis désolée. Enfin, pour toi, pas pour lui.

    Iranoe -Y'a pas à être désolée pour lui, Xoramen.

    Sa voix résonne, étrangement claire alors que tout en elle est abattu. Elle soupire alors que son regard quitte la main d'Andreas qui n'était pas abîmée. Elle frémit en se retournant pour faire face à son amie. Elle se risque à un pauvre sourire.

    Iranoe -Il... Il ne s'est même pas défendu.

    Incompréhension. Elle baisse les yeux. Ses sanglots reprennent sans que des larmes coulent. Elle n'en a plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atchoum.com
Xoramen & Morayeel
Professeur de Divination
Professeur de Divination
avatar

Féminin Nombre de messages : 211
Age : 35
CITATION : Nous vivons dans un monde où la crainte de l'illusion est réelle...
AGE [RP] : 44 & 19
Tendance Magique : Gris pâle au gris foncé
Date d'inscription : 12/01/2008

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Re: I USED TO BE HAPPY. (RP BG - MORT PRAVDA - HALE)   Sam 12 Avr - 18:17

- Y'a pas à être désolée pour lui, Xoramen.

Elle ne l'était pas. Pas du tout. Surtout pas pour lui. Il n'avait eu que ce qu'il mérite. Ni plus ni moins. Aucun remords, aucun regrets, sauf peut-être qu'il soit encore reconnaissable. Une saleté de mangemort de moins. Bon débarras.

- Il... Il ne s'est même pas défendu.

Vis-à-vis Iranoe, par contre, elle était un peu plus clémente. C'est peut-être pour cette raison qu'elle l'épargne un peu, en choisissant ses mots.

- Il a choisit sa mort. Peut-être qu'il l'attendait. Ou alors il ne l'a pas vu venir. La mort peut-être foudroyante parfois.

Une voix douce, mais ferme. Elle serre Iranoe dans ses bras, triste pour elle, mais pas pour lui. Et ça se sent.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I USED TO BE HAPPY. (RP BG - MORT PRAVDA - HALE)   

Revenir en haut Aller en bas
 
I USED TO BE HAPPY. (RP BG - MORT PRAVDA - HALE)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» Menaces de mort contre Wyclef Jean.
» Article intéressant sur la mort Mireille D. Bertin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horcruxes - Les Reliques de la Mort :: <font COLOR=white>LE CHEMIN DE TRAVERSE [RP]</font> :: Chemin de Travers :: Cimetière-
Sauter vers: