AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 1325 Mayfair Street, Appartement de Yon Winchester

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Yon Winchester
Journaliste - Gérant du "Véristaserum"

Journaliste - Gérant du
avatar

Féminin Nombre de messages : 80
Age : 29
CITATION : ...et j'inaugure le meurtre au paradis
AGE [RP] : 26 ans
Date d'inscription : 08/12/2007

Présentation du Personnage
Inventaire: Cape d'Invisibilité - Plume à Papotte
Fonction HRP: Joueur

MessageSujet: Re: 1325 Mayfair Street, Appartement de Yon Winchester   Ven 15 Fév - 2:37

...lareless. Cette salope d'Auror. D'un seul bond je suis là devant toi.

La vipère : Je ne suis pas d’accord…
OMBRE-Tu ferais bien de pas me faire ses yeux là.

Déjà les tons vert émeraude de l'appart se meurent dans l'obscurité s'épaississant. Elle sait que c'est mauvais. Très mauvais. Ce n'est plus ma colère contre elle. C'est ma rage de Lareless et cette soif insatiable.
Ma voix se fait rauque. Mais yeux plus noir que l'encre.

OMBRE-Il ne faut pas jouer à sa soeurette.

En moi déjà je sens le désir irrépréssible de tuer. Un appel de la marque serait bien venu à ce moment. Ou je risque de faire du mal à ma vipère. Saleté de vipère. Il fallait que tu tiennes à ce point de moi.

_________________


POUR UNE INTERVIEW DANS LA GAZETTE PENSEZ A ME MP MERCI ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Halewyn Coeurd'Acier
Contractuel

Contractuel
avatar

Masculin Nombre de messages : 281
Age : 38
CITATION : Fais moi chier et c'est probablement la dernière chose que tu fera.
AGE [RP] : indéfinì
Date d'inscription : 19/01/2008

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Re: 1325 Mayfair Street, Appartement de Yon Winchester   Ven 15 Fév - 3:55

Tranquillement, dans le corridor, les mains dans les poches de son lourd manteau de cuir rouge, Halewyn yeute les adresse 1313... mmm. chouette comme adresse. Celui qui est là dedans est pas superstitieux. Mais bon, c'est pas ca qu'il veut.

1325... Ca y est. L'appart de Picasso en personne. Il peut y glaner mine de rien les infos qu'il a de besoin... La veille, son instinct s'est réveillé. Et, en plus, ya des trucs intéressants à marchander. Toujours plaisant être un criminel.

Et il a sa carte V.I.P du shadow breeze à recevoir. Le shadow breeze, nouveau point de chute des criminels influents.... Avec sa réhabilitation, il lui a fallu une nouvelle couverture plus sécuritaire que la tête... Mais bon.

Une main à quatre doigts se lève et frappe fermement sur la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya Winchester
Journaliste à "Riot's Magazine"
Journaliste à
avatar

Féminin Nombre de messages : 41
Age : 33
Date d'inscription : 07/12/2007

MessageSujet: Re: 1325 Mayfair Street, Appartement de Yon Winchester   Dim 17 Fév - 17:58

OMBRE-Tu ferais bien de pas me faire ses yeux là.

Il s’était relevé d’un bond, et se tenait déjà face à elle. Ses yeux avait viré au noir, et déjà la lueur émeraude de la pièce vacillait. Les ombres emplissaient la pièce. Arya savait qu’elle commettait peut être une erreur, mais à vrai dire, elle était tellement hors d’elle qu’elle en avait rien à foutre. La seule chose qui s’imposait à son esprit, c’était cette fille qui… Elle osait le lui retirer, et il osait lui mentir… Non elle ne lâcherait pas. L’ombre devenait plus oppressante, mais Arya ne faiblissait pas, la lueur émeraude semblât vaciller un instant, pourtant elle restait bien présente.

OMBRE-Il ne faut pas jouer à sa sœurette.

Elle s’apprêtait à prendre la parole, mais on tapât violemment à la porte. Sans quitter son frère des yeux, le vert affrontât toujours les ombres, elle parlât d’un ton neutre.

La vipère : Y a personne…

Sa respiration se précipitait. Elle la sentait se mouvoir dans son corps, la vipère se dressait lentement, et son venait n’allait pas tarder à se déverser. Elle avait envie de tuer… Et elle savait déjà sur qui elle allait lancer ses investigations… A nouveau on frappât. Aussitôt le visage d’Arya se retournât vers la porte, et la lueur verte emplis à nouveau la pièce et elle se mit à hurler.

La vipère : J’AI DIT Y A PERSONNE !!!!

La porte explosât en morceaux, peu importe qui se trouvait derrière, mais il devait manger du bois…

HJ : J’peu pas m’empêcher d’imaginer Hale avec des morceaux de bois entre les dents
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yon Winchester
Journaliste - Gérant du "Véristaserum"

Journaliste - Gérant du
avatar

Féminin Nombre de messages : 80
Age : 29
CITATION : ...et j'inaugure le meurtre au paradis
AGE [RP] : 26 ans
Date d'inscription : 08/12/2007

Présentation du Personnage
Inventaire: Cape d'Invisibilité - Plume à Papotte
Fonction HRP: Joueur

MessageSujet: Re: 1325 Mayfair Street, Appartement de Yon Winchester   Mar 19 Fév - 4:23

OMBRE-...

Alors ça! C'est qui l'abruti qui vient à cette heure si! Ca se voit pas que c'est pas le moment? J'espère pour eux que c'est pas pour se plaindre du bruit! Ca va chier sinon.

La vipère : Y a personne…

Sans me quitter des yeux. Ces saletés d'émeuraudes. Si ça continue je les lui arrache à la main. Ma petite vipère qu'est ce que le vert te va mal!
Putain mais merde quoi!!!! D'un seul coup. Un truc en moi implose. En dehors aussi. La porte par eemple. Enfin ça ne sera pas la première fois.

OMBRE-Y A PERSONNE
La vipère : J’AI DIT Y A PERSONNE !!!!

J'espère que le type à la porte sort toujours avec un bouclier parce que deux Winchester en rogne vaut mieux éviter de les chercher comme ça.
On va déjà voir qui a décider de mourir aujourd'hui et après je m'occupe de ma peste insupportable! Et puis non tiens! Je voulais sortir. Je vais voir qui sais. Je sors dans la foulée!
Elle se débrouillera très bien avec le type qu'on vient de défigurer.

Direction la porte. A grands pas. Pas tellement d'humeur là.
La porte n'est plus qu'un amas de cure-dent et de copeaux, la plupart répendu sur la gueule d'un type qui aurait pu passer pour une belle suédoise s'il n'avait pas eu un physique de tueur.
Petite moue appréciative:

OMBRE-Hey c'est que t'es pas mal en blonde Hale.

Grand sourire hypocrite. C'est assez drôle à voir pour me calmer. Marrant comme on peut vite zapper un truc qui nous agace.

_________________


POUR UNE INTERVIEW DANS LA GAZETTE PENSEZ A ME MP MERCI ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Halewyn Coeurd'Acier
Contractuel

Contractuel
avatar

Masculin Nombre de messages : 281
Age : 38
CITATION : Fais moi chier et c'est probablement la dernière chose que tu fera.
AGE [RP] : indéfinì
Date d'inscription : 19/01/2008

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Re: 1325 Mayfair Street, Appartement de Yon Winchester   Mar 19 Fév - 20:18

Juste le temp de se cacher derrière un pan de manteau. Il sent les échardes de bois creuser le lourd cuir. Mais ca va, il est protégé. Dans un nuage de poussière, il se redresse et se secoue un peu avnt d'éternuer. La poussière de bois irrite son nez sensible. Non mais on a idée de taper avant de savoir c'est qui?

Hey c'est que t'es pas mal en blonde Hale.

Halewyn pour toi pauvre con... On n'a pas élevé les cochons ensemble.

Dit il en secouant le bran de scie de ses cheveux, cheveux qui reprennent leur couleur blanche.

J'commencais à t'apprécier et j'avais une info concernant le trou que t'appelle ton club, mais vu qu'il n'y a personne qui en vaut la peine dans c't'appart... Ca brûlera c'est tout.


Dernière édition par Halewyn Coeurd'Acier le Mar 19 Fév - 20:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya Winchester
Journaliste à "Riot's Magazine"
Journaliste à
avatar

Féminin Nombre de messages : 41
Age : 33
Date d'inscription : 07/12/2007

MessageSujet: Re: 1325 Mayfair Street, Appartement de Yon Winchester   Ven 22 Fév - 5:25

Yon se dirigeât vers la porte. Certainement pour vérifier tout de même qui était là. Arya, bien évidemment préparée à une feinte de son frère, tentant d’échapper à leur dispute le suivit.

OMBRE-Hey c'est que t'es pas mal en blonde Hale.

C’est vrai qu’à l’observer… Arya laissât échapper un petit rire. La tension qu’elle ressentait encore quelque secondes plus tôt disparue de son corps. C’est fou ce que ça détend. Ses yeux reprirent leur teinte glacée habituelle, et la leur verte s’effaçât en quelques secondes.

Halewyn pour toi pauvre con... On n'a pas élevé les cochons ensemble.

Non mais regarde moi le l’autre. Non seulement il vient les faire chier, mais en plus il se permet de…

J'commençais à t'apprécier et j'avais une info concernant le trou que t'appelle ton club, mais vu qu'il n'y a personne qui en vaut la peine dans c't'appart... Ca brûlera c'est tout.

Le sang d’Arya ne fit qu’un tour. Certes, elle était elle-même en train de s’engueuler avec Yon, mais personne ne touche à son frère.

La vipère : Non mais je rêve. Non seulement on vous dit qu’il n’y a personne et vous insistez, mais en plus on vous ouvre « gentiment » la porte, et vous vous permettez d’insulter et de menacer mon frère ? Allez y, cramez le sérum, et jetez vous dans les flemmes, ca nous feras de l’air.

Erreur fatale ? Peut être, mais après tout, elle en avait un peu... Comment on dit déjà? Rien à foutre , ouais c'est bien ça. Elle reposât son regard sur Yon qui tentait de se tirer en douce.

La vipère : Ou tu va toi ? J’ai pas encore fini, tu reste là…

Elle ne criait plus, mais s’il insistait, elle se verrait à nouveau contrainte de se mettre dans une colère noire… Verte en l’occurrence…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yon Winchester
Journaliste - Gérant du "Véristaserum"

Journaliste - Gérant du
avatar

Féminin Nombre de messages : 80
Age : 29
CITATION : ...et j'inaugure le meurtre au paradis
AGE [RP] : 26 ans
Date d'inscription : 08/12/2007

Présentation du Personnage
Inventaire: Cape d'Invisibilité - Plume à Papotte
Fonction HRP: Joueur

MessageSujet: Re: 1325 Mayfair Street, Appartement de Yon Winchester   Ven 22 Fév - 15:58

HALE-Halewyn pour toi pauvre con... On n'a pas élevé les cochons ensemble. La vipère : Non mais je rêve. Non seulement on vous dit qu’il n’y a personne et vous insistez, mais en plus on vous ouvre « gentiment » la porte, et vous vous permettez d’insulter et de menacer mon frère ? Allez y, cramez le sérum, et jetez vous dans les flemmes, ca nous feras de l’air.
HALE-J'commencais à t'apprécier et j'avais une info concernant le trou que t'appelle ton club, mais vu qu'il n'y a personne qui en vaut la peine dans c't'appart... Ca brûlera c'est tout.

OMBRE-Wow! On se calme.

Chope la petite vipère par le colback avant qu'elle se fasse égorger sur place. Soudain Hale me semble plus qu'intéressant. Sans m'en rendre compte je soulève Arya de terre et la repose un peu plus à l'écart comme un petit chat. Petit coup de baguette. Un peu d'ordre fait pas de mal.

OMBRE-Alors comme ça on veut crâmer mon bar?
La vipère : Ou tu va toi ? J’ai pas encore fini, tu reste là…

Petit air exaspéré. Soupir. Léve les yuex au ciel.

OMBRE-C'est pas le moment amour. On reprend dans cinq minutes...Entre t'es le bienvenu, t'es juste tombé au mauvais moment. Enfin si tu veux toujours entrer...

Toujours le même ton entre nous. Ni trop mielleux et pas plus sympatique que ça. C'est comme ça que ça a toujours marcher.

_________________


POUR UNE INTERVIEW DANS LA GAZETTE PENSEZ A ME MP MERCI ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Halewyn Coeurd'Acier
Contractuel

Contractuel
avatar

Masculin Nombre de messages : 281
Age : 38
CITATION : Fais moi chier et c'est probablement la dernière chose que tu fera.
AGE [RP] : indéfinì
Date d'inscription : 19/01/2008

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Re: 1325 Mayfair Street, Appartement de Yon Winchester   Ven 22 Fév - 21:38

La vipère : Non mais je rêve. Non seulement on vous dit qu’il n’y a personne et vous insistez, mais en plus on vous ouvre « gentiment » la porte, et vous vous permettez d’insulter et de menacer mon frère ? Allez y, cramez le sérum, et jetez vous dans les flemmes, ca nous feras de l’air.

Le regard qui se pose sur Arya est... assassin.

Toi, coucouche panier femelle. On t'a rien demandé.

OMBRE-Wow! On se calme.

Il savait que l'information allait taper dans le mille. C'est toujours comme ca. La curiosité a beau etre un vilain défaut, elle est essentielle dans la vie

OMBRE-Alors comme ça on veut crâmer mon bar?
La vipère : Ou tu va toi ? J’ai pas encore fini, tu reste là…

Lui tournant le dos, il a un petit sourire malin. Quand il se retourne, il a toujours le même air.

Dis à ta frangine de garder sa place. C'est pas une conversation pour les adolescents capricieux. Ferme ta gueule fillette ou barre toi

OMBRE-C'est pas le moment amour. On reprend dans cinq minutes...Entre t'es le bienvenu, t'es juste tombé au mauvais moment. Enfin si tu veux toujours entrer...

S'avancant tranquillement, il tasse Arya fermement de son chemin. Entre dans la pièce qu'il observe attentivement malgré les apparences.

Fais réapparaitre la porte... Me tente pas que le voisinage sache tout ce qui se dit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yon Winchester
Journaliste - Gérant du "Véristaserum"

Journaliste - Gérant du
avatar

Féminin Nombre de messages : 80
Age : 29
CITATION : ...et j'inaugure le meurtre au paradis
AGE [RP] : 26 ans
Date d'inscription : 08/12/2007

Présentation du Personnage
Inventaire: Cape d'Invisibilité - Plume à Papotte
Fonction HRP: Joueur

MessageSujet: Re: 1325 Mayfair Street, Appartement de Yon Winchester   Sam 23 Fév - 18:40

HALE-Toi, coucouche panier femelle. On t'a rien demandé.

HALE-Dis à ta frangine de garder sa place. C'est pas une conversation pour les adolescents capricieux. Ferme ta gueule fillette ou barre toi

HALE-Fais réapparaitre la porte... Me tente pas que le voisinage sache tout ce qui se dit.


En clair: du grand Hale. Je crois pas qu'il y aie d'autres personnes qui aie le droit de se pointer chez moi à pas d'heure du matin, de me parler comme ça et surtout à ma soeur.
Un coup de baguette. J'aime bien le style de la nouvelle porte. Je garde un bras pour retenir ma soeur en arrière: la conissant dans deux minutes elle signe son arrêt de mort. Vaut mieux régler le problème maintenant:

OMBRE-C'est une sâle petite voleuse qu'il l'a mais si tu veux on en reparle plus tard amour. J'ai pas spécialement envie que tu te fasses égorger.

Un baiser sur sa joue. Une manière comme une autre de reporter. Avec Hale on ne sait jamais.

OMBRE-Alors...

Regard à l'assassin. Il sait que c'est pas les fonds qui manquent chez les Winchesters pour une bonne info.

_________________


POUR UNE INTERVIEW DANS LA GAZETTE PENSEZ A ME MP MERCI ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya Winchester
Journaliste à "Riot's Magazine"
Journaliste à
avatar

Féminin Nombre de messages : 41
Age : 33
Date d'inscription : 07/12/2007

MessageSujet: Re: 1325 Mayfair Street, Appartement de Yon Winchester   Lun 25 Fév - 5:18

OMBRE-Wow! On se calme.

Arya croisât les bras. Elle était contrariée. Non mais c’est vrai quoi, parler comme ça à Yon, c’était vraiment une chose qui ne lui plaisait pas du tout. Elle jetait un regard noir à Hale, mais il en rajoutait et elle sentait ses nefs monter en flèches.

Dis à ta frangine de garder sa place. C'est pas une conversation pour les adolescents capricieux. Ferme ta gueule fillette ou barre-toi

OMBRE-C'est pas le moment amour. On reprend dans cinq minutes...Entre t'es le bienvenu, t'es juste tombé au mauvais moment. Enfin si tu veux toujours entrer...

Alors là, c’était pire que tout. C’est pas le moment. Monsieur l’assassin arrive alors c’est plus le moment, et le voilà qui en rajoute une couche. En passant il la bousculât sans ménagement. Sa respiration s’accélérât. Rien à foutre que se soit un tueur, elle se défendait plutôt pas mal.

Fais réapparaitre la porte... Me tente pas que le voisinage sache tout ce qui se dit.

Et en plus il donnait des ordres… C’était à en devenir fou. Yon la gardait dans son dos à l’aide de son bras, et c’était la seule barrière qui lui empêchait encore de fustiger Halewyn. Elle ne le quittait pas du regard et sa tête bouillonnait. A l’instant même ou elle allait enfin dire quelque chose, Yon se tournât vers elle…

OMBRE-C'est une sale petite voleuse qu'il l'a mais si tu veux on en reparle plus tard amour. J'ai pas spécialement envie que tu te fasses égorger.

Elle ne savait pas ce qui l’avait réellement convaincu. Le fait qu’il lui dise la vérité, ses mots doux, ou le baiser sur sa joue. Elle plantât ses yeux dans les sien sans brocher. Un dernier regard à Hale, et elle hochât la tête. Pas un sourire, ce qui montrait bien le fait qu’elle n’oublierait pas qu’il lui devait des explications. Elle tournât le dos et parti dans la chambre de Yon, claquant la porte dans son dos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Halewyn Coeurd'Acier
Contractuel

Contractuel
avatar

Masculin Nombre de messages : 281
Age : 38
CITATION : Fais moi chier et c'est probablement la dernière chose que tu fera.
AGE [RP] : indéfinì
Date d'inscription : 19/01/2008

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Re: 1325 Mayfair Street, Appartement de Yon Winchester   Lun 25 Fév - 17:04

Halewyn est sûr que Yon se tape sa soeur. Elle ne se comporte pas en frangine, mais en vieille marâtre frustrée. Il la regarde aller dans la pièce d'à côté.

tsstss...

Dit il simplement, réprobateur. Il se retourne vers Yon.

J'ai entendu quelque chose d'intéressant au shadow breeze. D'intéressant pour toi en tout cas. Demain entre la fermeture et une heure avant l'aube, ya un connard qui va essayer de faire flamber ton trou... T'a des concurrents sur le plancher?

Bref, tu vois le genre....


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yon Winchester
Journaliste - Gérant du "Véristaserum"

Journaliste - Gérant du
avatar

Féminin Nombre de messages : 80
Age : 29
CITATION : ...et j'inaugure le meurtre au paradis
AGE [RP] : 26 ans
Date d'inscription : 08/12/2007

Présentation du Personnage
Inventaire: Cape d'Invisibilité - Plume à Papotte
Fonction HRP: Joueur

MessageSujet: Re: 1325 Mayfair Street, Appartement de Yon Winchester   Lun 25 Fév - 19:08

HALE-tsstss...

Je me suis toujours dit que Hale devait s'imagine des trucs en ce qu'il concerne Arya et moi. Il a toujours cette façon de la regarder... En même temps j'en ai rien à fiche de ce que les gens pense de ma relation avec ma soeur...

HALE-J'ai entendu quelque chose d'intéressant au shadow breeze. D'intéressant pour toi en tout cas. Demain entre la fermeture et une heure avant l'aube, ya un connard qui va essayer de faire flamber ton trou... T'a des concurrents sur le plancher?
Bref, tu vois le genre....


Des concurrents...Le Mago's Night principalement, mais en dehors de ça il y a des tas de gens qui voudraient avoir la peau de Yon Winchester...

OMBRE-Tout le monde à sa liste noire, j'irai faire un tour au Serum. Merci du tuyau...', je lui balance un sac d'or avant de sentir une chaleur sur ma langue, d'abord douce puis plus présente.

Un petit regard de côté. Arya. Tiens ça va me débarrasser de cette dispute. Pas le temps de traîner.

OMBRE-Ecoutes je dois y aller. Fais comme chez toi...

M'étonnerai qu'il s'attarde plus que ça mais bref... Pas le temps de vérifier. Je transplane.

_________________


POUR UNE INTERVIEW DANS LA GAZETTE PENSEZ A ME MP MERCI ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya Winchester
Journaliste à "Riot's Magazine"
Journaliste à
avatar

Féminin Nombre de messages : 41
Age : 33
Date d'inscription : 07/12/2007

MessageSujet: Re: 1325 Mayfair Street, Appartement de Yon Winchester   Lun 25 Fév - 20:00

Installé sur le lit, Arya ruminait. Une sale voleuse. Mais quelle sale voleuse ? Certainement cette pétasse qui l’avait laissé dans cet état ce soir là. Elle l’avait immédiatement vu dans son regard, il y avait quelque chose d’inhabituel. C’était décidé, celle là quand elle la verrait, elle en prendrait pour son grade. On touche pas à son frère. On lui vole encore moins la chose qui montre leur lien. Leur sang uni dans la même fiole, et en plus c’était celle qui portait son nom et montrait que mutuellement ils s’appartenaient. C’était décidé, elle la détestait, et elle le lui ferait payer.

Elle ruminait dans sa barbe, préparant déjà ce qu’elle allait lui dire quand l’autre con se serait tiré. Non mais c’est vrai il va ou lui. Il se croit chez lui en plus ? Soudain une sensation de chaleur sur la langue. Elle savait ce que c’était et ce que cela signifiait. Ah ca non pas maintenant. Elle sortit en trombe la pièce juste à temps pour voir son frère transplaner.

La vipère : Ah ça non…

Un regard en biais à Halewyn qui était toujours là. Elle transplanât alors à la suite de Yon. Bien sur elle ne pourrait pas continuer son explication sur place, mais elle comptait bien lui montrer son mécontentement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Halewyn Coeurd'Acier
Contractuel

Contractuel
avatar

Masculin Nombre de messages : 281
Age : 38
CITATION : Fais moi chier et c'est probablement la dernière chose que tu fera.
AGE [RP] : indéfinì
Date d'inscription : 19/01/2008

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Re: 1325 Mayfair Street, Appartement de Yon Winchester   Lun 25 Fév - 21:23

Ecoutes je dois y aller. Fais comme chez toi...

Et il s'en va, sans rien rajouter. Hale lève la tête, un air satisfait sur sa sale gueule. Partir comme ca, sans rien demander s'il y a quelque chose d'autre digne d'intérêt ou d'un article ce n'est pas Yon Winchester, le journaliste curieux et empêcheur de tourner en rond qu'il connait. Y'a qu'une chose qui peut couper court à sa curiosité.

Ah ça non…

Un regard à la morveuse alors qu'elle transplane. Puis, un tour sur l'appartement. Fais comme chez toi. Il en a bien l'intention, c'est rare qu'on a accès à l'antre d'un contact. Voilà le moyen d'en apprendre plus.

Avec art et minutie, il fait une fouille complète des lieux, sans rien déranger d'autre qu'une mouche paresseuse. Lorsqu'il a terminé, tout est dans le même état qu'il a commencé.

Alors seulement l'assassin indiscret ramasse ses pénates. Il verrouille la porte, laisse une carte d'affaire du shadow Breeze sur la console d'entrée et transplane vers d'autres lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erika N. Bathory
Employée chez "Veritaserum"
Employée chez
avatar

Féminin Nombre de messages : 46
Age : 33
Date d'inscription : 07/12/2007

MessageSujet: Re: 1325 Mayfair Street, Appartement de Yon Winchester   Mar 26 Fév - 0:50

A feu et à sang


NC 17



Samedi 27 octobre 2000.

23H30. Park Lane. Une ombre s’avance dans la nuit. Seul le bruit de ses talons raisonne dans la rue déserte. Une belle jeune femme. De loin on peu apercevoir ses belle courbe que dessine le contraste avec la lumière. Mais lorsqu’elle la lueur s’abat sur son corps, on peu voir le sang qui parsème sa robe en plusieurs endroits, et sur son visage. Un béret sur la tête dissimule ses yeux. Bien évidemment elle n’as pas besoin de cela pour disparaître, mais elle n’as pas envie de se cacher. Direction Mayfair Street. Ce soir elle doit régler quelque chose qu’elle attend depuis plus d’une semaine.

L’ombre se dirige vers les appartements de la rue. Elle approche et l’excitation se fait de plus en plus intense. Elle va bientôt le retrouver, et enfin assouvir ce qu’il attend. Mais elle à ses manière, et il ne faut pas les déranger. Il faut que l’appartement soit vide.1325. Tout à l’air calme, les lumières sont éteintes, mis elle se doit de vérifier. Elle traverse la rue, et se cale dans l’ombre. Son portoir en main, elle allume une cigarette. La fumée s’élève lentement alors qu’elle ne quitte pas des yeux la fenêtre. Les cendres tombent, la cigarette se consume. Parfait aucun mouvement.

CRAC. Erika venait de transplaner directement dans l’appartement de Yon Winchester. Tout était sombre. Elle se déplaçât dans l’ombre, scrutant la pièce dans tous ses recoins. Elle ne touchât cependant à rien de peur de salir quelque chose avec ses mains couvertes de sang. Pourquoi ne s’étai elle pas nettoyé. Instinct animal. Elle savait qu’il la sentirait à des lieux à la ronde et qu’il aimerait ça. Lentement, elle ouvrit la porte de la chambre. Ses narines frémirent en sentant son odeur qui imprégnait tout la pièce. Un doigt glisse cependant sur ses draps. Hum. Voilà une chose qu’il faudra changer. ca sent une fille, elle n’aime pas vraiment ça.

00H15. Le tour du propriétaire est terminé. Elle à tout observé, tout regardé se servant de sa baguette pour ne pas déranger avec les doigts. Il ne lui reste plus qu’à attendre maintenant. Elle se reculât dans l’ombre, et disparut. Pas la peine qu’il la voit directement, il la sentirait bien avant de rentrer dans l’appartement et cela ne ferait que pimenter cette nouvelle rencontre.

00h29. Cette odeur elle la connaît. Apparemment il n’y a pas qu’elle qui à chassé ce soir ; Elle s’en réjouit d’avance. Elle le sent à travers la porte et déjà elle frémi d’impatience. Un déclic dans la serrure, et la porte s’ouvre. Erika totalement invisible à sa vue se resserre contre le mur sans un bruit. Il saurât la trouver…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yon Winchester
Journaliste - Gérant du "Véristaserum"

Journaliste - Gérant du
avatar

Féminin Nombre de messages : 80
Age : 29
CITATION : ...et j'inaugure le meurtre au paradis
AGE [RP] : 26 ans
Date d'inscription : 08/12/2007

Présentation du Personnage
Inventaire: Cape d'Invisibilité - Plume à Papotte
Fonction HRP: Joueur

MessageSujet: Re: 1325 Mayfair Street, Appartement de Yon Winchester   Mar 26 Fév - 12:30

Madrid. 00h27. Sommet du Ministère Español. Une odeur de sang. Enfin ce moment je l'ai eu. 8 ans que je l'attendais et maintenant je rentre. Toujours ce craquement sonore. Le même effet d'ivresse année après année. Le goût et le plaisir du sang.

00h29. Londres. Mon appartement sur Mayfair Street. Toujours l'odeur du sang. Sur moi certes mais déjà dans mon appartement. Mon odorât est entrainé à cet arôme. Un mauvais sourire. Peu m'importe qu'on pénètre dans mon antre. Avec ou sans mon accord. Il n'y a rien ici. Tout est ailleurs.
J'entre. Une lueur dans le regard. Je reconnais d'emblée cette odeur de sang qui recouvert une effluve de parfum qui ne m'est pas inconnue non plus.

Je hume les ténèbres. Elle est là. L'air de rien j'entre. Mon manteau noir lourd de sang tombe au sol dans un grand bruit humide. Je pose les clé sur la table basse. Toujours l'air de rien en passant si prêt d'elle que j'aurais pu la toucher.

Un café. Sans jamais allumer la lumière. Je vide ma tasse. Puis sans crier gare, je me place face à elle, du moins à en juger par ce que je sens. Les yeux fermés je la regarde à notre façon.
Mon visage redessine la courbe de son épaule lentement jusqu'à remonter le long de sa gorge où mon souffle chaud la brûle. Je la saisi de mes mains. Toujours invisible. Il y a une douceur dangreuse et mesurée dans le geste. Animé par le désir d'elle mes doigts caressent ses bras. Je murmure sur ses lèvres:

OMBRE-Tu me dois une serveuse Amortentia...

_________________


POUR UNE INTERVIEW DANS LA GAZETTE PENSEZ A ME MP MERCI ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erika N. Bathory
Employée chez "Veritaserum"
Employée chez
avatar

Féminin Nombre de messages : 46
Age : 33
Date d'inscription : 07/12/2007

MessageSujet: Re: 1325 Mayfair Street, Appartement de Yon Winchester   Mar 26 Fév - 21:46

Tapis contre le mur, Erika l’observât entrer dans l’appartement. Les effluves de sang lui vrillaient les sens. Elle posait sur lui un regard appréciateur, mais ne comptait pas se révéler immédiatement. Dans l’ombre, elle ne distinguait pas son visage, mais elle le savait… Il l’avait déjà repéré. Elle reconnut le bruit caractéristique lorsque son manteau tombât au sol. Elle fermât les yeux un instant, se laissant enivrer par l’odeur. Déjà elle sentait son corps frémir d’impatience… Il passât si prêt d’elle qu’elle pouvait déjà sentir son contact, pourtant il ne posât pas son regard sur l’endroit ou elle se trouvait. Il voulait jouer, c’était parfait, mais bientôt, il viendrait à elle, il lui fallait juste être patiente. Il fallait avouer qu’elle appréciait sentir cette sensation monter en elle, lentement, comme un poison s’insinuant dans ses veines…

Les secondes s’écoulent mais semblent durer une éternité. Ses yeux ne le quittaient pas alors qu’il buvait un café. Soudain, sans crier gare, il vint se poster face à elle. Un léger sourire vint s’installer sur le visage de la demoiselle, une nouvelle chasse débutait, toute aussi exaltante que la précédente. Pas un contact entre eux, et déjà elle se sentait bien. Il la caressait de son souffle, et elle se laissât aller à fermer les yeux un instant, savourant avec délice cette caresse particulière. Son désir brulait en elle, et lorsqu’il posât ses mains sur elle avec cette douceur calculé, elle se sentit frémir. Elle se laissait griser par sa caresse sur ses bras, et sentit son cœur s’accélérer instinctivement alors qu’il posait ses lèvres sur les siennes pour murmurer :


OMBRE-Tu me dois une serveuse Amortentia...

Un petit sourire malsain se dessinât sur ses lèvres. Bien sur il savait déjà, pas la peine de se demander se qui était arrivé à Bridget, le sang qui imbibait sa robe, et parsemait son visage ne pouvait laisser aucun doute. Elle laissât ses mains glisser dans son dos, et réapparut à sa vue. 2cartant doucement ses lèvres, elle murmurât à son tour :

Erika - Ca tombe bien, j’ai besoin d’une couverture…

Elle recollât alors ses lèvres aux siennes, se lançant dans un baiser empli d’une certaine bestialité. Une main vint se placer dans sa nuque tandis que l’autre maintenait sa prise sur sa hanche, pour rapprocher son bassin du sien, lui montrant ainsi une certaine impatience. La partie était lancée, et s’annonçait prometteuse…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yon Winchester
Journaliste - Gérant du "Véristaserum"

Journaliste - Gérant du
avatar

Féminin Nombre de messages : 80
Age : 29
CITATION : ...et j'inaugure le meurtre au paradis
AGE [RP] : 26 ans
Date d'inscription : 08/12/2007

Présentation du Personnage
Inventaire: Cape d'Invisibilité - Plume à Papotte
Fonction HRP: Joueur

MessageSujet: Re: 1325 Mayfair Street, Appartement de Yon Winchester   Mer 27 Fév - 3:52

Voilà la jolie voleuse qui réapparaît. C'est bien ce qu'il me semblait. Evanesmagus. Ses mains glisse dans mon dos, m'attire à elle.

Amortentia - Ca tombe bien, j’ai besoin d’une couverture…
OMBRE-Je peux déjà t'en offrir une pour cette nuit...

Le baiser est fougueux. Dans ma rage d'elle je la sens chercher la friction et l'ultime contact. Son bassin délicieusement creuser épouse déjà le mien. L'accord parfait. Elle se montre conquérante dès le premier assaut. Mais j'entends bien livrer bataille moi aussi.
Glissant ma langue dans sa bouche avec une impulsion violente du bassin, je la plaque au mur.
Mon souffle est déjà puissant. L'excitation est fulgurante. La pression n'était jamais montée aussi vite. Elle peut le sentir contre son sexe à travers les tissus.
Dans ma fougue je la violerais presque mais j'ai trop de respect pour elle. Si elle n'était pas consente et même demandeuse je lâcherai l'affaire...

Dans un deuxième assaut, je la saisis aux poignets. La plaque à nouveau au mur blanc où des traînées de sang se font l'oeuve de notre art si intense. Par endroit je la mords dans le cou, avec assez de retenue pour ne pas lui faire vraiment mal. Mes lèvres laissent du sang (mon propre sang) sur elle. Coincée entre le mur et un mâle assoiffé d'elle, elle n'a plus guère le choix. Ivre d'elle mais il me reste encore une détail avant de la prendre.

D'une main je remonte le long de sa cuisse. Généreux en caresses. Doux avec la main, violent dans tout le reste. Je relève sa cuisse. La retiens à ma taille. Dès lors il n'est plus question de sous vêtement indésirable. D'une main experte je lui donne cette caresse que l'autre fois je lui avais faite avec la langue. Elle y aura encore droit si elle n'est pas sage tout à l'heure.
Ma caresse pourrait déjà la porter à l'extase si je me laisse emporter par l'envie de la voir mourir contre moi. Je veux la porter au bord de l'extase, je sais la stimuler aux deux sièges du plaisir féminin en même temps et l'amener aux portes du plaisir.

Sur ses lèvres je vole les premiers soupirs d'extase... au calbe de ses seins les palpitations du plaisir...

Puis j'interromps. Tout d'un coup. Un sourire sadique aux lèvres. Un baiser provocateur. Je la regarde brûler d'envie mais ne donne plus. Me dérobe aux caresses, aux envies, à tout.

OMBRE-Tu as quelque chose qui m'appartiens. Je veux le récupérer d'abord Amortentia...

Ma voix transpire le sexe. Tout comme elle, transpire du petit aperçu d'extase que je viens de lui voler...

_________________


POUR UNE INTERVIEW DANS LA GAZETTE PENSEZ A ME MP MERCI ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erika N. Bathory
Employée chez "Veritaserum"
Employée chez
avatar

Féminin Nombre de messages : 46
Age : 33
Date d'inscription : 07/12/2007

MessageSujet: Re: 1325 Mayfair Street, Appartement de Yon Winchester   Mer 27 Fév - 5:11

OMBRE-Je peux déjà t'en offrir une pour cette nuit...

Sourire. Ce baiser entamait déjà tout ses sens. D’une impulsion du bassin, il la propulsât contre le mur. Voilà que les choses devenaient intéressantes. Il agissait exactement selon ses attentes. Erika n’était pas du style à apprécier la douceur, et il semblait parfaitement correspondre à ce qu’elle recherchait. Pour elle tout n’était qu’histoire de combat, et il se battait plutôt bien. Elle pouvait sentir son désir monter en flèche au niveau de son bassin et elle glissât ses mains au niveau de ses reins pour donner une nouvelle impulsion. Elle partageait se baiser avec passion, avec rage, alors que ses mains se crispaient déjà sur ses hanches.

Il ne faisait que commençait et pourtant, elle sentait déjà qu’elle n’y tenait plus. A nouveau, il la plaquât contre le mur avec force, la saisissant au poignet. Elle se laissait faire, pour l’instant c’était à lui de mener le jeu… Pour l’instant seulement. Un soupir s’échappât de ses lèvres alors que ses dents la cueillaient au cou. Certes sans douleur, il y aurait mit plus de force que cela ne l’aurait pas dérangé. Erika aimait les échanges brutaux, et cela ne la gênait en aucun cas. La tête tourné vers le côté ; lui laissant tout loisir de se repaitre d’elle, elle fermât les yeux un instant, un sourire sur les lèvres.

Il était son prédateur, la dominant entièrement. Elle se pliait à chacune de ses caresses, son corps obéissant totalement au sien. Elle sentit sa jupe se relever, et enserrât sa hanche de sa cuisse alors qu’il la relevait. Une main glissé vers son bassin, et déjà elle se sentait partir. Il lui offrait les prémisses de ce qui allait suivre. Son corps était parcouru de frisson intense, son bassin déjà envahit de vague de plaisir. Il n’était plus question de changer la donne pour l’instant. Ses ongles s’agrippant à lui, elle le resserrait contre son corps alors que peu à peu elle se sentait quitter la banalité de la nature humaine, grimpant toujours plus haut sur l’échelle du plaisir.

Ses soupirs se faisaient plus intenses au fur et à mesure que sa main la propulsait vers le ciel. Son cœur palpitait, son corps se contractait de plaisir. Comment s’y prenait-il ? Elle n’en avait aucune idée. Un gémissement s’échappât de ses lèvres, elle sentait déjà les vagues de plaisir ravager son corps, la pression se faire plus forte, la… Plus rien. Tout d’abord la frustration fait place à l’incompréhension. Un baiser provocateur déposé sur ses lèvres. Les mains d’Erika le saisirent, mais il se dérobait à toutes ses envies, ne faisant que monter la pression chez elle. Elle stoppât ses geste attendant qu’il réagisse, lui lançant un regard de défit.


OMBRE-Tu as quelque chose qui m'appartiens. Je veux le récupérer d'abord Amortentia...

Oh alors ce n’est que ça. Elle affichât une moue de petit fille désolé et prise sur le fait, ce qui juré atrocement avec les traces de sang qui parcouraient son visage. Elle glissât une main dans son décolleté, pour en ressortir une fine chaine au bout de laquelle pendait une fiole emplie de sang. Un dernier regard d’excuse, et elle s’approchât de lui. D’un geste presque imperceptible, elle le lui remit autour du cou sans même le frôler. Un dernier regard avant de reprendre : c’est bon comme ça ?

Cependant, elle n’attendit pas sa réponse. Ses deux mains vinrent le cueillir à l’estomac, le propulsant en arrière. Erika entrait en action. Une main glissée sous sa jupe, et « l’étrangleuse » parti se planter dans le mur en face. Deux pas décidé dans sa direction, et elle le fait basculer par-dessus le canapé. Lui grimpant dessus à la manière des amazones, elle le débarrassât de sa chemise de la même manière que la dernière fois. Si on pouvait toujours appeler cela une chemise. Les boutons tombés au sol, Erika lui volât un baiser rapide avant de s’attaquer au reste de son corps. Ses mains laissaient des trainées de sang sur son torse, et ses ongles laissaient quand a eux leur trace. Ses lèvres courraient sur sa peau dans une caresse langoureuse, alors qu’une de ses mains venait glisser au niveau de son sexe. D’un geste expert, elle défit sa ceinture sans même décoller ses lèvres de son corps. Elle glissât sa main vers son sexe, c’était à son tour de lui montrer qu’elle aussi pouvait lui donner autant de plaisir qu’il lui en avait donné. Juste un aperçut. Un mouvement de va et viens léger pour ne pas trop brusquer la chose, alors que ses dent s’attardaient sur son téton, juste assez pour lui soutirer un soupir de désir. Lentement elle remontât vers ses lèvres, sa main s’affairant toujours à lui ouvrir les portes du paradis, lui offrant un baiser destiné à le faire mourir de désir pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yon Winchester
Journaliste - Gérant du "Véristaserum"

Journaliste - Gérant du
avatar

Féminin Nombre de messages : 80
Age : 29
CITATION : ...et j'inaugure le meurtre au paradis
AGE [RP] : 26 ans
Date d'inscription : 08/12/2007

Présentation du Personnage
Inventaire: Cape d'Invisibilité - Plume à Papotte
Fonction HRP: Joueur

MessageSujet: Re: 1325 Mayfair Street, Appartement de Yon Winchester   Ven 29 Fév - 0:19

Une tigresse. Enfin. Je n'ose même pas m'en réjouir de peur de me tromper encore. Combien de foisj'ai cru tenir une tueuse entre mes mains quand ce n'était qu'une chatte ronronnante. Amortentia. Pour l'instant tu me laisses m'emparer de toi. Aussi séduisante et lassive qu'une panthère noire. Mais je sens ta fougue à demi retenue et cela m'excite d'avantage. Docile à gré sous mes caresses tu menaces dans l'ombre d'y mettre les crocs et de ne plus lâcher.

Ta jolie robe presque transparente fait insulte à ton corps. Elle le dissimule trop. Quoique soillée de sang, elle m'offre toute la noirceur de cette âme si vive dans laquelle je viens mordre comme un vampire.
Tout contre ta peau déjà fièvreuse. Je cueille chaque soupir à tes lèvres. Comme le venin aux crochets d'un serpent. Et mes doigts de pianiste vont et viennent, caressent et trouvent les notes justes. Celles qui font gémir ce bel instrument dans un requiem à ta petite mort. Mais pas encore.

Je t'abandonne à ton désir inassouvi. T'observe ma belle féline, toute humide que tu es. Sans plus d'artiste pour arracher les notes à tes cordes sensibles. A moins que tu ne me rendes l'essence de moi même. Ce que tu m'as volé.
D'une main experte, ce petit air contris te va à ravir. Tu semble si innocente alors que ta main traîtresse fait courir ma chaîne sur la courbe tentatrice de tes seins galbés. Au passage mes lèvres baisent le dos de ta main. Un regard prenant. Je te montres que je ne suis pas rancunier. Rien ne va entâmer mon envie de toi.

Une main glisse à ta cuisse. Ton arme va se ficher dans le mur. Un sourire de satisfaction sur mes lèvres. Avant que tu ne te fasses chasseresse à ton tour. Et moi pus docile que je ne voudrais. Ton envie est telle que tu me dévores à mon propre jeu. Ma chemise aura eu une triste fin. Débarrasser de ma ceinture en un rien de temps.

"Viens marquer sur ma peau ton arôme et ta trace, viens y graver ton nom. Que tes griffes menacent ma chair afin mes entrailles se souviennent de toi, livre moi bataille je suis le chasseur et la proie...Déjà autour de nous l'air se raréfie, je m'accroche à ton souffle tes gestes me défient. Ils trahissent l'envie de déchirer le ciel dans un feu d'artifice humide et sensuel"

Si je suis le musicien tu es le peintre. Tes mains dessinent au sang sur le marbre de ma peau les lignes de l'extase. Les marques de ta rage de moi, de ton territoire de tigresse fière et avare. Tu m'auras à toi seule désormais.
Tes doigts me donnent au moins autant de plaisir que je t'en avais mesquinement procuré. Je suis l'otage de ton ardeur pendant un temps. Chaque passage de tes lèvres sur moi m'arrache un souffle plus puissant.
Puis d'un bras je te reconquière. J'aime glisser sur ton corps farouche. Te faire danser sur mes lèvres tandis que d'une main je me débarrasse de mon pantalon. T'offre un interlude de courte durée. Mes muscles tous bandés, prêt à te retenir sous moi. J'espère que la vue te plaît. Et moi je ne veux plus qu'une chose. Te voir nue et sentir ton corps de diablesse onduler sous le miens. Mes baisers se font tendres un instant. Tu ne comprendras pas cet instant de douceur. Si court soit-il. Mais tes lèvres, tes seins et ta peau douce à se damner s'en souviendront avec un frisson d'envie. Ton sein prisonnier de mes lèvres n'oubliera pas la caresse de ma langue. Ce plaisir de sucion qui t'oblige à mordre ta lèvre pour dominer ton plaisir. Cette fois ce n'est pas l'intensité qui te dévore mais sans doute la sincérité du geste tandis que ma main glisse le long de ton ventre jusqu'à ce triangle de soie qui appelle la main caresse que tout à l'heure.

L'instant amoureux s'envole déjà. Ma bestialité reprend le dessus. Un coup de dent. Un déchirement de tissus. Et ta robe si lègére n'est plus. Dans l'élan, je cercle ton corps nu de mes bras et te redresse. Sur mon épaule gauche les veinures se font noires intenses. On a presque l'impression de voir le sang y circuler, noir comme mon désir. A nouveau te dévorant de baiser, je t'enlève et te plaque encore au mur. Ma langue et mes lèvres avides auront tôt fait de débarrasser tout ton corps du sang qui le souille. Toi pour l'instant tu es l'otage de mon désir comme j'ai été le tiens tout à l'heure. Tu ne touches plus terre. Il ne te reste plus que ta confiance en moi et la sécurité de mes bras qui te portent.

Et quand tu touches le sol à nouveau, c'est pour te défendre des assauts de ma bouche contre la tienne. Mais tu n'a guère de défense contre mon ardeur si je ne la retiens pas. Je veux te voir nue dans le rouge et la soie de mes draps maintenant que tu m'a offert tout le sang de ta victime sur ton corps scultural.
Je t'allonge dans lit. Te domine encore un peu. Te laisse entendre sur mes lèvres la promesse de la fusion de nos sexes velour et angora .

_________________


POUR UNE INTERVIEW DANS LA GAZETTE PENSEZ A ME MP MERCI ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erika N. Bathory
Employée chez "Veritaserum"
Employée chez
avatar

Féminin Nombre de messages : 46
Age : 33
Date d'inscription : 07/12/2007

MessageSujet: Re: 1325 Mayfair Street, Appartement de Yon Winchester   Ven 29 Fév - 21:37

    Erika ne retenait plus ses baisers, son geste devenant plus ferme plus rapide chaque secondes, ses ongles griffant sa peau d’albâtre, juste assez pour y laisser une légère trace. Elle n’était pas là pour le faire souffrir, mais bel et bien pour lui offrir ce qu’elle avait de mieux. Elle se faisait chasseuse et il devenait sa proie, mais la lutte pour le pouvoir était acharnée, et à nouveau elle devenait le gibier. D’un bras, il la fit basculer, et elle se trouvait à nouveau sous lui. Son bassin imprimait un mouvement léger et régulier, ne visant qu’à augmenter un peu plus la tension dans son pantalon, qu’il eut tôt fait de quitter. Erika penchât la tête; lançant un regard appréciateur, sa langue glissant sur ses lèvres, tel un loup affamé. Elle lui offrait son corps en pâture, ses bras relevé au dessus de sa tête, son corps se crispant sous ses baiser. Mais soudain, elle pu percevoir quelque chose auquel elle n’était pas habitué. De la douceur, de la tendresse se lisait dans ses baisers. Comment ? C’était déjà terminé ? S’était elle trompé à ce point ? Elle en doutait. Cela ne durât que quelques secondes, mais fut vite effacé par ce qu’il lui faisait ressentir. Chacun de ses baisers la faisait vibrer, ses lèvres, sur sa poitrine, sa langue caressant de façon experte son sein, lui arrachant des soupirs d’extases… Ses mains le saisirent à la nuque, l’intimant à continuer ainsi, alors qu’elle se mordait les lèvres jusqu’au sang pour retenir un cri étouffé, tandis que sa main la conduisait un peu plus vers les enfers… Même si la tendresse se ressentait dans ses gestes, les sensations qui parcouraient son corps lui faisaient oublier ce petit écart.

    Un geste brusque, et de ses dents, il déchirait sa robe. Elle le retrouvait… Elle se laissât redresser docilement. La tigresse devenait apprivoisée pour quelques instants. Elle glissât ses mains dans son dos alors qu’il lui faisait quitter le canapé, et plantât ses dents dans sa chair, à l’endroit même ou de larges veinures noires parcouraient sa peau. A nouveau le contact du mur dans son dos qui lui fit lâcher prise. Sa langue la caressait de façon experte, et elle s’abandonnait entièrement à sa fougue. Elle ne se rendit même pas compte que ses pieds quittaient le sol. Il avait acquis sa confiance, et son esprit ne pensait plus a rien que l’exquise sensation de plaisir qu’il faisait naitre au niveau de son bas ventre à l’aide de ses caresse langoureuse. Ses mains se crispaient sur ses bras alors qu’elle le laissait maître de son désir. Un gémissement plus intense s’échappât de ses lèvres. Elle n’y tenait plus, c’était à se damner… A nouveau les pieds sur terre, leurs baisers devenaient un vrai combat. Mais aucun ne semblait vouloir se céder à l’autre. Il lui faisait oublier tout ce qui se trouvait alentour. Il n’y avait plus que lui dans son champ de vision, et c’est ainsi que sans réellement savoir comment, elle se retrouvât allongée sur les draps rouge sang.

    En elle, la tigresse grognait de plaisir, mais elle se réveillait, prête à passer à l’attaque. D’un mouvement de bassin calculé, elle le fit basculer à nouveau sur le dos, un sourire indéchiffrable sur les lèvres. A nouveau il devenait victime, et elle repassait bourreau… Leur corps nu ne demandant que la délivrance, mais il n’était pas encore temps. Son regard se faisait endiablé alors qu’à son tour, elle se délectait de se nectar qui jonchait son corps. Un mouvement de bassin calculé, frôlant son intimité, l’incitait à entrer en action, pourtant elle restait hors de porter de cela. Non elle voulait le dévorer, et la délivrance ne viendrait que lorsqu’elle l’aurait désiré. Ses dents frôlaient sa peau en maints endroits, puis elle stoppât. Son visage face au siens, une lueur étrange dans le regard. D’un doigt, elle fit pivoter son visage, et son ongle pénétrât la chair de son cou. Juste de quoi verser son sang. Une entaille longue de cinq centimètre, et elle fondit sur lui à la manière d’un vampire. Sa langue parcourait la plaie, s’imprégnant de sa force, de son essence qui maintenant était sienne. Elle se redressât le souffle à court, et d’un geste s’entaillât à son tour le cou. Elle revint vers lui, lui offrant délibérément son essence de vie s’il l’acceptait. Signe d’appartenance, de fidélité, chose qu’il ne savait peut être pas, et même si Erika n’était pas du genre à se faire enchainer, elle l’avait compris… Il était à elle, elle était à lui, et elle serait prête à tout détruire sur son passage pour le garder, même si elle n’en montrerait aucune preuve pour l’instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yon Winchester
Journaliste - Gérant du "Véristaserum"

Journaliste - Gérant du
avatar

Féminin Nombre de messages : 80
Age : 29
CITATION : ...et j'inaugure le meurtre au paradis
AGE [RP] : 26 ans
Date d'inscription : 08/12/2007

Présentation du Personnage
Inventaire: Cape d'Invisibilité - Plume à Papotte
Fonction HRP: Joueur

MessageSujet: Re: 1325 Mayfair Street, Appartement de Yon Winchester   Sam 1 Mar - 23:56

Tes doigts glissent sur le filigrane de ma peau. Tu en parcoures les reliefs et les mailles, traçant à vif la peinture de ton désir dans ma chair. Comme l'artiste dans l'instant de la création tandis que je te dévore à outrance.
Te tenir entre mes mains, complice de mon ardeur, rendue à mes désirs... tes lèvres viennent toucher ma peau, tes dents marquer mon épaule comme pour se réapproprier cet endroit, il y a longtemps marqué par une autre... et goûter ma substance profonde... l'essence noirâtre qui coule dans mes veines mais mon envie de te brûler vivre de mon désir te stoppe dans ta soif de moi...

Je t'alloge dans mon lit. Mes yeux te parcourent. Un instant, je te fais l'amour ainsi. Gardant ma fureur de toi à l'intérieur. Rien qu'un tout petit instant et ce que tu peux être belle ma tigresse. Lascivement abandonnée dans un écrin de soie rouge. Tes courbes affolent mes sens, tu manques déjà à mes tissus sans chaleur mais un coup de ton bassin nu et offert à moi me ranime. Tu as repris le dessus. D'une caresse soyeuse et provocatrice tu ferais presque monter la sève et la pression. Ca ne m'est pourtant jamais arrivé. Moi qui suis si maître de mon être. A ton tour tu te délectes de sang dans tes baisers. Mon corps se dérobe de plaisir toujours avide de te posséder mais tu te refuses. Ma fierté de mâle s'en trouve d'avantage excité. Si tu me refuses il pourrait t'arriver que je te montre Yon Winchester tel qu'il est. Puissant. Intense plus encore que je ne te l'ai montré jusque là mais surtout... conquerant.

Une lueur dans ton regard. Je me fais fauve docile un instant. Te laisses faire de moi ce que tu voudras. Tu m'arraches un souffle, m'entaille pour verser ce nectar sombre que jamais avant je n'avais laisser prendre de gré. Mes dents se serrent. Un petit rictus douloureux. Mais c'est une douleur si particulière, si douce qu'elle se fond au plaisir de sentir tes lèvres plaquées à ma gorge, ta langue caresser l'entaille et cette légère succion sensuelle... Je tourne un peu plus la tête pour m'offrir à toi avant que tu ne te redresses, belle amazone. Indomptable et fière. Nos deux sexes se caressent, cherchent le jeu et la friction. A nouveau tes courbes m'épousent. Tes seins doucement serrés contre mon torse. Et les battements vif de ton coeur. Un instant je me sois me noyer en toi, m'asphixier de mond désir. Je sais que tu seras ma mort et que je serais la tienne ce soir.
Je voudrais me libérer mais je suis déjà addict. Mes bras se referment brusquement sur toi avec assez de force pour te briser. Ton sang est plus doux qu'un nectar. Ta gorge délicate, prisonnière de ma bouche carnassière. Je me sens te serrer plus fort. Tu gémis sous la douleur. Mais c'est plus de plaisir. Un plaisir qu'il me tarde de faire augmenter. Je te cherche mais tu continues de te dérober. Tu veux être conquise. Eprouver ma force. Je vais te chercher à la taille. Te redresse sur moi. Une de main caresse ton visage et descenc le long de ce corps superbe.

Mes yeux noircissent un instant. Je t'entoure de mes ténèbres. La lumière diminue. Et tu frissonnes sous l'obscurité qui te caresse et te fait l'amour comme un amant invisible. Pourtant je suis bien là. Mes mains courrent sur tes hanches. Mes lèvres affichent ce pli si malicieux... Mon regard te pénétre de toute intensité. Je veux te surprendre.

Avec une sauvagerie peu commune je te soumets à moi. Vif et Puissant. Tes doigts se crispent sur mes avant bras tendus au possible à l'instant ou tu te sens pénétrée. Le plaisir est intense, propagé en nous deux dans ce seul coup. Rapide, précis, et dominateur. Tu laisses échapper un cri de jouissance surpris en même temps que le mieux, plus rauque, plus masculin.
Un baiser sur tes lèvres avant que nous n'entâmions cette danse tantrique et que nous n'embrasions les draps. Déchirant les ténèbres de nos soupirs d'extase. Souplement unis dans un va et viens fougueux, digne de la danse du dieu hindou Shiva. A la fois homme et femme. A la fois toi et moi. Je te posséde enfin. Plus attentif que le musicien à son instrument, je te ferais l'amour corps et âme jusqu'à n'être plus qu'un résidus consummer par son propre désir.

_________________


POUR UNE INTERVIEW DANS LA GAZETTE PENSEZ A ME MP MERCI ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erika N. Bathory
Employée chez "Veritaserum"
Employée chez
avatar

Féminin Nombre de messages : 46
Age : 33
Date d'inscription : 07/12/2007

MessageSujet: Re: 1325 Mayfair Street, Appartement de Yon Winchester   Lun 10 Mar - 3:55

    Erika eut un sursaut de plaisir lorsqu’elle senti la force de ses bras l’entourer. Elle lui offrait délibérément sa gorge… Ses lèvres sur sa peau, se nourrissant de son être, de ce dont qu’elle lui faisait. S’il l’avait désiré, elle l’aurait laissé la dévorer sur l’instant, prendre sa vie pour ne lui appartenir qu’à lui. Elle laissât échapper un gémissement alors que ses bras se resserraient sur son corps. La douleur était intense, mais ne faisait qu’augmenter son désir de lui. Elle se laissait faire, docile, et totalement prit au piège… De ses bras, comme de lui. Il avait beau essayé d’obtenir ce à quoi ils étaient destiné, elle parvenait tout de même à se refuser à lui. On dit que la morsure d’un vampire vous procure un sentiment d’extase si intense que cela pourrait s’apparenter à un plaisir aussi intense que la délivrance qu’apportent les plaisirs de la chair. S’il n’en était pas un, il possédait ce don à merveille. Les yeux fermés, elle laissait monter en elle cette sensation d’extase alors qu’il gouttait sa chair, son sang, son âme…

    Elle se sentit redressée sur lui, d’une main à la fois délicate et ferme. Son regard se faisait conquérant, alors qu’elle tentait de reprendre son souffle. Un moment de répits de courte durée, ou elle savourait la caresse de ses doigts, glissant le long de son corps avec délice. Elle fermât à demi les yeux, se sentant frissonner de plaisir, son sexe frôlant le sien, appelant à la délivrance. La lumière baissât, mais c’est à peine si elle le remarquait. Une brume sombre semblait s’être emparé d’elle, elle laissait libre court à son plaisir, un sourire sur le visage. Elle sentait toute sa puissance l’entourer. Seules ses mains restant posé sur ses hanches étaient en contact avec elle, pourtant, elle pouvait le sentir. Ses lèvres parcourant son corps, sa passion l’enflamment. Sa tête partie légèrement en arrière, alors qu’un gémissement s’échappait de ses lèvres. Elle ne bougeait plus, il était maître de son corps, et ses ténèbres avaient déjà envahie son cœur.

    A nouveau les rôles s’échangeaient. Il la fit basculer d’un mouvement bestial, lui arrachant un soupir. Ses mains posées sur ses bras se crispèrent alors qu’il prenait possession de son corps. Ses ongles entrant profondément dans sa peau, son plaisir ne la laissant plus maître de ses mouvements. Un gémissement plus intense s’échappât de ses lèvres, son corps se crispant entièrement, ses dents mordant sa lèvre pour se retenir de ne pas hurler son plaisir. Un baiser sur ses lèvres, un instant de douceur avant que leur corps ne s’embrasent l’un pour l’autre, l’un dans l’autre. Ses sensations étaient décuplées, chaque mouvement, chaque frottement, lui arrachait un soupir de désir plus intense chaque fois, se mêlant aux siens. Plus rien autour n’avait d’importance, que cette sensation qu’il faisait naître en elle, son corps frissonnant sous ses assaut, son bassin se crispant à chaque mouvement, les vagues de plaisirs s’insinuant rapidement dans tout son être. Ses ongles glissèrent le long de son dos, venant le saisir au creux des reins, l’invitant à mettre plus de bestialité encore dans son geste, alors que ses jambes venaient enserrer sa taille avec force. Elle se laissait mener vers les abysses à chaque coup de reins, leurs soupirs devenant un chant mélodieux à ses oreilles, une invocation au plaisir suprême.

    Elle le laissait maître de son corps, et elle en devenait folle. Elle lui appartenait, soumise à son corps, cependant, sa nature profonde ne disparaissait pas pour autant. Il la dominait parce qu’elle le voulait, seulement, elle voulait autre chose maintenant. Ils s’étaient partagé le rôle de meneur jusqu’ici, et elle ne comptait pas encore cesser de livrer bataille. Un nouveau cou de rein, plus violent cette fois, le fit basculer à nouveau. Elle se retrouvait maitresse de la situation, et comptait bien en profiter. Sans cesser ses mouvement de bassin, lui arrachant de léger soupir, elle se faisait cependant plus douce, calmant le jeu l’espace d’une seconde, se baissant vers lui pour murmurer à son oreille entre deux coup de rein…

    Erika - Tout doux… Chacun son tour mon ange… Laisse-moi jouer un peu…

    Ses lèvres glissèrent le long de son cou, alors qu’elle laissait à nouveau son bassin s’enflammer, ses mouvement plus rapide, plus intense à chaque coup. Ses dents glissèrent sur son épaule, à l’endroit même ou les veinures noires contrastaient avec sa peau d’albâtre, démontrant ainsi la noirceur de son âme. Elle vint placer son visage face au sien, son regard intense pénétrant le sien, ses soupirs venant se déposer sur ses lèvres. Une sensation intense parcourait tout son être, et un mouvement ravageur animait son corps. Ses dents vinrent saisir sa lèvre, assez délicatement, juste de quoi lui faire sentir sa présence, mais cette fois ci, le sang ne coulerait plus. Elle se redressât sur lui, ne cessant les ondulations de son corps, leurs sexe en fusion, chaque mouvement se faisant plus rapide, destiné à lui donner autant de plaisir qu’elle en prenait, mais pas de la à le pousser à l’extase suprême. Non, elle voulait encore jouer avec lui, et qu’ils finissent tout deux en symbioses, lui démontrant son côté le plus sombre… Le plus bestial… Le plus lui… Ses yeux s’e rouvrirent, venant vriller les siens, et ce regard ne signifiait qu’une chose. Montre-moi ta puissance. Mène moi ou bon te semble je te suivrais jusqu’à ma mort…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yon Winchester
Journaliste - Gérant du "Véristaserum"

Journaliste - Gérant du
avatar

Féminin Nombre de messages : 80
Age : 29
CITATION : ...et j'inaugure le meurtre au paradis
AGE [RP] : 26 ans
Date d'inscription : 08/12/2007

Présentation du Personnage
Inventaire: Cape d'Invisibilité - Plume à Papotte
Fonction HRP: Joueur

MessageSujet: Re: 1325 Mayfair Street, Appartement de Yon Winchester   Mer 12 Mar - 3:49

Un regard. Pas plus. Chaque fibre de mon corps est imprégnée de toi. De ton essence. Mais je ne t'ai pas encore emmenée là où le plaisir nous consumera tous les deux. Patience mon amour.

AMORTENTIA- Tout doux… Chacun son tour mon ange… Laisse-moi jouer un peu…

Un sourire. Je te laisse me prendre un peu à ton tour. Retracer chaque relief de mon épaule de ta bouche sensuelle. Ton regard darde le mien avec une douceur sauvage, suave. Jusque là j'ai maintenu notre plaisir à un elimite, il va être temps de te donner tout et moi avec.
C'est ce que tes soupirs appellent de toutes leurs forces. Comme il me plait de pouvoir jouir encore d'un instant de lucidité et contempler ton corps. Le temple de mon envie dévorante. Mais nos deux corps s'embrasent déjà et appellent au sacrifice sur l'autel de notre désir partagé.

Brutalement je prends tes poignets. Les plaquent au matelas, te refusant toute possibilité de te dérober au plaisir à présent. Consciemment ou inconsciemment... Je te fais mienne dans l'acte ultime. Mes lèvres te défient, dansant sur tes seins fermes. Les battements de mon coeur se font plus puissants. Si puissants que tu pourrais les entendre si nous pouvions s encore retenir nos cris de plaisir. Le sang chaud presque en fusion, mon sexe se fait l'arme de notre crime. Péché de chair et de sang.

Mais je te veux impuissante fasse à moi. Ton corps totalement soumis quand ta volonté c'est déjà envolé depuis longtemps à des miles d'ici. Ennivrée par la musique de nos soupirs, de notre danse irrumatrice.

Mes yeux virent au noir. Toute lumière à disparu. Et dans les ténèbres les plus épaisses, ma main droite te caresse, te cherche encore, désireuse sans pour autant te dire de quoi. Je te quitte un instant, nous arrachant à notre plaisir. Mais c'est pour mieux nous rejoindre.
Je t'embrasse amoureusement. Un instant de calme avant le sommum.
Ma main suit la courbe de ton ventre, puis va glisser dans le creux de tes reins pour te saisir. A nouveau maître de ton corps, par ma rapidité et ma force physique et surtout parce que tu le veux bien. Les muscles de ton dos sont superbement sculptés et ta chute de rein... Alors je te retrouve... Là où je t'avais laissée. Plus bestial encore parce que fou de toi. C'est par le même chemin que tout à l'heure que je nous guide vers l'extase. Mon sexe dans le tiens se meut avec fougue mais le plaisir est décuplé par cette nouvelle position. La plus primère qui soit mais celle qui te donnera le plus de plaisir.

Nos consciences s'envolent. Un flot... L'étourdissement... Suprême moment... Symbiose absolue de nos de corps... de nos de êtres... de nos deux âmes... mon amour....Amortentia....

_________________


POUR UNE INTERVIEW DANS LA GAZETTE PENSEZ A ME MP MERCI ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erika N. Bathory
Employée chez "Veritaserum"
Employée chez
avatar

Féminin Nombre de messages : 46
Age : 33
Date d'inscription : 07/12/2007

MessageSujet: Re: 1325 Mayfair Street, Appartement de Yon Winchester   Sam 15 Mar - 5:23

    Une seule chose lui importait maintenant. Son corps demandait son dût tout autant que son esprit. Sa rage de lui devenait incontrôlable. Elle serait resté ainsi jusqu’à se consumer totalement pour lui. Mais c’était à lui de prendre les choses en mais et son simple regard le lui faisait comprendre. Un mouvement et elle se retrouvait les poignets immobilisé. A nouveau cette vague de plaisir qui envahissait ses sens. Son regard ne le quittait que l’espace d’une seconde quand ses cri de jouissance s’échappaient de ses lèvre lui faisant perdre la tête. Son corps entier se crispait sous ses assauts, ses mains se crispant sur le matelas, déchirant les draps sous ses ongles la ou elle prenait prise. Il en aurait été de même s’il s’était agit de sa peau, mais il la maintenait fermement lui empêchant de se libérer. C’était ça qu’elle aimait. Il la dominait pleinement, dans le plaisir accompagné de la souffrance. Elle ondulait sous son corps rendant chaque mouvement plus intense encore, rendant le contact plus vif.

    Cette brume noire qui avait semblait s’emparer d’elle un instant envahit la pièce pour les plonger dans l’obscurité la plus totale. Elle n’avait plus le plaisir de le garder sous ses yeux, mais les mouvements qui animaient leur corps lui rendait quasiment impossible le fait de maintenir ses yeux ouvert. Chaque gémissement se faisait plus intense, pourtant ce n’était encore rien. Elle sentait sa main la caresser, mais il avait disparu. Le fait qu’elle ait pu se faire rouler sur la marchandise ne lui frôlât pas l’esprit une seconde. Elle savait maintenant qu’ils s’appartenaient l’un l’autre et qu’il ne lui arrachait ce plaisir que pour lui en donner plus encore. Le baiser qui s’ensuivit aurait pu la mener directement à l’orgasme. Elle pouvait sentir son amour dans se geste et le lui rendait. Juste le temps de reprendre son souffle pour se lancer dans le dernier assaut. Celui qui les mènerait çà une mort certaine.

    Son corps obéissait inconsciemment à ce que ses mains lui ordonnaient. Il se voulait maître, et elle était à lui. Elle comprenait ce qu’il voulait, et après ce qu’il venait de lui offrir, elle pouvait bien lui faire ce cadeau bien mérité. Ce n’était pas dans ses habitudes de se laisser dominer ainsi, pourtant lorsqu’à nouveau elle le sentit en elle, elle comprit pourquoi cela remontait à la nuit des temps. Les sensations étaient décuplées. Ce qu’elle avait ressentit jusqu’à présent n’était rien comparé à ça. Plus bestial encore, plus féroce. Il se montrait à la hauteur de ses attentes les plus folles. Jamais elle n’avait connu pareille sensation. Ses yeux se crispèrent sous la puissance de ses assauts. Ses dents se refermant sur sa lèvre inférieure pour retenir ses cris plus puissants encore. Son sang coulait lentement sur son menton mais elle n’en avait que faire. Ses bras tremblant menaçant de la lâcher à chaque instant. Son dos se cambrant un peu plus à chaque démonstration de son don.

    Les vagues de plaisir se faisaient plus violente. Parcourant son corps. Elle voulait mourir ce soir. Mourir dans ses draps. Mourir dans ses bras. Que tout se termine sur cette note, le plaisir devenant insoutenable. Soudain, il y eut comme une implosion en elle. Une onde de choc qui parcourut son corps lui arrachant un cri de jouissance. L’instant semblât durer un instant alors que son esprit n’était plus. Seule cette sensation lui arrachant ses dernières forces, les derniers sons de sa voix. L’onde de choc s’échappât de son corps sans qu’elle ne pu se retenir. Et son dernier cri accompagnât un bruit de verre brisé. La puissance du plaisir qu’il avait fait naître chez elle était telle qu’elle avait perdu le contrôle de ses pouvoirs, faisant exploser les vitres de la chambre. A bout de force, ses bras la lâchèrent, et elle s’effondrât sur le matelas, son corps cherchant de l’air péniblement, Son esprit encore à des milles d’ici. La tête ailleurs, elle fit une chose qui était loin de lui ressembler. Elle se retrouvât à nouveau face à lui, et l’attirât d’un simple geste, lui offrant un baiser à se damner. Une douceur extrême s’en dégageait. Ses gestes se faisaient sensuel, doux, amoureux. Profite bien avant que la tigresse ne se réveille à nouveau.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 1325 Mayfair Street, Appartement de Yon Winchester   

Revenir en haut Aller en bas
 
1325 Mayfair Street, Appartement de Yon Winchester
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Eleksyonaval March 20th: Street Gangs Vs Suite Gangs - Le même chose!
» [4eme Etage] Appartement de Hasharin
» Appartement de Hayabusa Toyome
» Appartement de Naoki
» L'appartement de la tortionnaire [PV Clyde Waldan] [RP CLOS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horcruxes - Les Reliques de la Mort :: <font COLOR=white>MONDE EXTERIEUR [RP]</font> :: Résidence pour Sorciers-
Sauter vers: