AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Ambassade magique Américaine, Londres : Dîner protocolaire..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
June Salômbo
Etudiant(e) en Art(s)
Etudiant(e) en Art(s)
avatar

Féminin Nombre de messages : 22
Age : 31
Date d'inscription : 21/02/2008

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Ambassade magique Américaine, Londres : Dîner protocolaire..   Jeu 17 Avr - 18:38

hj : RP libre pour les aristocrates ou enfants d'aristocrates et personnes influentes... 1er post pour Rose.



    Le mois de mai... Le printemps était déjà de retour, les arbres fleurissaient, les oiseaux gazouillaient, le soleil illuminait cette nature radieuse revenue à la vie après de longs mois d'hiver. Ce mois de mai n'était pas seulement le réveil et l'embellissement de la nature, il représentait également l'éveil de la notion de stress pré-examen chez l'étudiant, qu'il soit moldu ou sorcier. Car en effet les examens approchaient à grands pas pour ces pauvres petits êtres en proie à des boulimies révisionnaires. Pour certains c'était les examens de la dernière chance, pour d'autres de simples formalités, et d'autres espéraient être les meilleurs pour avoir le meilleur avenir possible. Mais réviser n'était pas simple pour ces étudiants, car la fin de l'année signifiait également l'approche de toutes les grandes compétitions dans tous les clubs, le retour des douces soirées et des chaudes nuits était également annonciateur des plus grosses soirées organisées par les confréries, cités U, bars etc... Il devenait donc très difficile pour ces étudiants d'enchaîner révisions, entraînements intensifs, compétitions, et soirées explosives, d'autant plus qu'en ces temps de stress intensif, le retour des beaux jours incitait à flemmarder en rôtissant au soleil plutôt que de s'enfermer, le nez dans les bouquins pour engranger le plus de choses possibles, ces notions zappées pendant les cours quand l'esprit était trop concentré sur la prochaine fête etc...

    Pour June Salômbo, cette angoisse pré-examen n'existait pas, ils ne représentaient pour elle que de simples interrogations comme les autres. Elle qui avait depuis toujours été une élève modèle, consciencieuse, douée, intelligente, aux méthodes de travail infaillibles, n'avait jamais raté le moindre examen. Ayant travaillé et révisé ses cours tout au long de l'année, elle n'avait également pas à réviser comme tous ces forcenés qui essayaient d'en apprendre le plus possible en moins de temps possible, quitte à se griller le cerveau. Le cursus qu'elle faisait la détendait également, les arts... Excepté l'histoire de l'art et quelques autres matières à réviser, June n'avait pas d'examens si difficiles, elle n'avait qu'à laisser son imagination travailler pour produire ce qui lui était demandé. Dessiner, composer, écrire... Tant de façon de laisser libre court à l'imagination, de se vider l'esprit que tout le stress pouvant exister ne pouvait que disparaître, d'autant plus quand des façons sont notées pour l'examen. C'est ainsi qu'en cette douce après-midi, la jeune aristocrate se retrouva confortablement assise sur un plaid finement ouvragé, étalé sur le gazon à l'ombre d'un grand saule pleureur. Elle avait devant elle une toile, des pinceaux et de l'aquarelle de différentes couleurs. Elle entreprit de représenter le paysage qui lui faisait face, une fontaine bordée de jolis par-terre de fleurs avec la forêt sur le côté et des collines et un lac en arrière plan. Le tableau avançait doucement tandis qu'elle essayait différentes techniques pour peaufiner ça et là différents détails.

    Ce fut ce moment que choisirent deux hiboux pour venir se poser à côté d'elle, un hiboux Grand-Duc qu'elle reconnaissait comme être celui de son père, et une chouette effraie blanche tachetée de marron qu'elle ne connaissait pas. Les deux volatiles avaient chacun une lettre accrochée à leur pattes, l'une était faite d'un parchemin de luxe, frappé des armoiries de l'ambassade, une lettre ou une invitation officielle de son père ? Elle l'ouvrit et découvrit qu'il s'agissait effectivement une invitation officielle de la part de son père.


    Citation :
    Ma très chère fille, June.

    Un dîner rassemblant quelques unes des plus importantes familles de ce pays est organisé ce soir au sein de notre ambassade. La présence des enfants de l'ambassadeur hôte est indispensable. Cependant Brian étant encore à l'étranger, Melissa trop occupée et Lou à Poudlard, je te serais gré de bien vouloir te joindre à nous.

    Ce dîner fera suite à une après-midi de travail, il ne te sera donc pas nécessaire d'arriver trop tôt, mais sois au moins présente à 19h00.

    A ce soir, tendrement,

    Stefan Salômbo.


    Erf un dîner officiel en compagnie de tous les vieux aristocrates du pays... La soirée promettait d'être fameuse. June n'avait aucunement envie d'assister à cette sauterie, mais au vue de la demande explicite de son père, elle ne pouvait se défiler. Elle allait donc être à dix-neuf heures précise à l'ambassade, un sourire radieux vissé sur les lèvres avec une belle robe de cocktail. Il n'était que quatorze heures, il lui restait donc du temps pour flemmarder au maximum et profiter de cet après midi. Elle prit alors un bout de parchemin et répondit à son père.


    Citation :
    Cher père,

    Je serais présente ce soir à 19h00 à l'ambassade.

    A ce soir

    June

    Attachant le parchemin à la patte du Grand-Duc, celui ci s'envola. June s'intéressa alors à l'autre hibou et détacha le petit bout de parchemin. Elle le déplia et ce qu'elle y lut lui décrocha un sourire, il semblait plus à son goût que le précédent message. Voilà ce qui y était écrit.


    Citation :
    Etudiantes, étudiants,

    Les beaux jours reviennent, il est temps de se défouler. Nous t'attendons donc ce soir dans le parc d'Eleusis et la cité U pour la

    PREMIERE GROSSE SOIREE PRE-EXAMEN

    Si tu ne comptes pas participer de toi même, sache que nous irons chercher tous les réticents de gré ou de force.

    Rendez-vous à 22h à l'entrée du parc.

    Festivalement votre

    H. B. M. l'organisateur de la soirée.

    PS : June j'espère vraiment que tu viendras, ça fait longtemps qu'on ne s'est pas vus...


    Après un dîner avec de vieux barbants, rien de tel qu'une méga fiesta... Il lui suffisait de trouver un prétexte pour pouvoir partir rapidement de l'ambassade pour rejoindre Eleusis... Révisions et cours de bonne heure le lendemain feraient l'affaire, ensuite viva el fiesta.

    [...]


    19h00. Tout le monde dans le bâtiment réception de l'ambassade était prêt pour recevoir les convives de marque pour le dîner. Plusieurs grandes tables et d'autres plus petites avaient été richement décorées, les chandeliers allumés, la musique douce interprétée. June, dans une belle robe de gala noire rehaussée de pierre précieuses, attendait l'arrivée des convives et de son père aux côtés de sa mère. Son sourire radieux et délicat vissé sur les lèvres, elle accueillit dignement les invités, comme on l'attendait d'une jeune femme de son statut. Sa présence semblait ravir certains vieux grincheux toujours ravis de la compagnie de douces et belles jeunes femmes.

    La soirée promettait d'être longue, mais longue... Vivement la fête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose Mandrake-McIllian
Elève en 7ème Année à Gryffondor
Elève en 7ème Année à Gryffondor
avatar

Féminin Nombre de messages : 271
Age : 32
CITATION : It's the wrong kind of place, to be thinking of you
AGE [RP] : 17 ans
Date d'inscription : 28/12/2007

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Re: Ambassade magique Américaine, Londres : Dîner protocolaire..   Jeu 17 Avr - 21:27

    Bientôt les ASPICs. Bientôt. La libération était attendue avec ardeur par la jeune Rose qui ne supportait plus de croiser son jumeau dans les couloirs. Alors que son frère ne cessait de vouloir renouer le contact, la Gryffondor ne faisait que l'ignorer avec toute l'indifférence et la colère dont elle pouvait faire preuve. Il l'avait aimée, du moins c'est ce qu'avait pensé la jeune fille. Malgré les interdits elle avait voulu se battre pour conserver cet amour particulier que les autres appelaient sinistrement "inceste". Mais un jour funeste du mois d'Avril, Eden était venu la voir pour lui affirmer que ce qu'il pensait être de l'amour pour sa jeune soeur était en fait une complicité et une affection très fortes. Il lui avait menti sans qu'elle ne le sache, la blessant pour l'éloigner de cet amour trop dangereux qui ne les menait nul part. Mais la jeune Rose l'ignorait tant son jumeau paraissait sincère. Ainsi, toute la colère et la haine qu'elle portait pour ce frère qui n'existait plus à ses yeux, envahit son être peu à peu, s'imisçant dans ses veines tel du poison. Son auto-destruction s'était enclenchée, ne pouvant pas vivre avec cette atroce vérité, Rose se refusait d'exister et se renfermait sur elle même. Dès lors que la tristesse la faisait suffoquer, la jeune fille sortait afin de noyer son chagrin dans l'alcool et l'abandon d'elle même dans les bras d'inconnus. Une façon comme une autre de vendre son âme qui ne valait plus rien. Autant dire que la réussite des ASPICs s'avérait compromise.

    Assise dans la grande Salle, son regard bleu perdu sur la table, la jeune fille faisait tourner sa cuillère entre ses doigts fins. On aurait pu dire qu'elle était ailleurs, encore fallait-il qu'elle soit plongée dans une quelconque rêverie. Mais Rose était en ce moment même vide de tout sentiment et de toute pensée, elle aspirait tout bonnement à ne plus exister. Autour d'elle, les rires et les discussions fusaient, mais la Gryffondor ne les percevait même pas. Encore une matinée où elle se refusait à avaler quelque chose. Ses joues se creusaient tandis que son regard s'éteignait. Peu à peu, la jeune Rose tentait de mettre fin à cette souffrance en étouffant son âme sans que personne ne puisse rien y faire. Une voix familière se fit alors entendre et la jeune fille leva enfin les yeux.


    Elizabeth - Rose ? Tu viens de recevoir un hibou...
    Rose - Ah, merci... murmura-t-elle en prenant la missive que lui tendait son amie.
    Elizabeth - Je m'inquiète pour toi tu sais... Tu évites ton frère et...
    Rose - On parle pas de ça, d'accord ? ... Excuse-moi, répliqua-t-elle aussitôt d'une voix plus douce lorsqu'elle comprit qu'elle avait été agressive.
    Elizabeth - T'en fais pas... Mais si tu as besoin de quelqu'un, je suis là.

    La gorge serrée, Rose hocha la tête tout en tentant d'esquisser un sourire qui ne venait pas. Avoir besoin de quelqu'un, elle ? Pour qu'on suite on la laisse de côté ? Quelle importance, les ASPICs passés Rose ne savait même pas ce qu'elle deviendrait, et elle s'en fichait éperdumment. La jeune Mandrake déroula alors le parchemin dans un soupir lorsqu'elle reconnut le sceau à la cire rouge qui y avait été aposé.

    Citation :
      Rose,

      Ce soir aura lieu à l'Ambassade Magique Américaine un dîner très important. Au vu des personnalités qui pourraient prétendre à une union avec la famille Mc Illian, tu y es attendue de pied ferme. Je ne pardonnerai aucun refus de ta part. Notre chauffeur t'attendra aux environs de 18hoo à l'entrée de Pré-au-Lard pour t'y conduire. Soigne ta tenue.

      A ce soir,

    Grand-Père.


    Elizabeth - Rose, ça va ?
    Rose - Mon grand-père... il ne m'écrit que pour ce genre de chose, dit-elle en tendant le parchemin à son amie.
    Elizabeth - Wow... ça m'a l'air bien barbant... Attends, il veut te marier ou quoi ? répliqua la jeune fille visiblement très amusée.
    Rose - Je crois... Quelle importance.

    Sous les yeux surpris et interloqués de sa camarade, Rose se leva sans un mot de plus et sortit de la grande salle sans même avoir pris la peine de prendre son petit-déjeuner. La journée passa dans une lenteur désespérante, et ce ne fut qu'aux alentours de seize heures que la jeune Rose se décida à mettre le nez dans son armoire pour en trouver une robe de soirée. Le genre de tenue qu'elle avait horreur de porter. C'était synonyme d'ennui, de dîners où les principales conversations tournaient autour de l'argent et de la politique, et où fatalement la jeune génération s'ennuyait à mourir. Du moins ceux qui parmi elle ne s'intéressaient pas aux même sujets. Dans un soupir, et dans toute la démotivation possible du monde, Rose sortit de son armoire une robe couleur écrue qu'elle posa rapidement sur son lit. L'espace d'un instant, la jeune fille resta immobile à fixer pensivement la tenue élégante apposée sur sa couche. Peut-être qu'au final, Rose ferait bien de suivre les volontés de son grand-père, à savoir finir mariée avec un très riche sorcier vivant très loin d'ici. Un sorcier sang pur et adepte de la magie noire, très certainement, mais c'était le prix à payer pour fuir loin de ce pays et de cette souffrance éreintante. Une larme vint couler le long de sa joue blême qu'elle essuya aussitôt, lorsque la porte s'ouvrir en trombe. Rose se retourna, un immense sourire aux lèvres pour cacher les étoiles brillant dans ses yeux.

    Elizabeth - Ah tu es là... Attends je vais t'aider...

    ***


    18hoo. Elle était déjà en retard, comme à son habitude. Rose sortit de Poudlard coiffée avec soin, portant sa robe avec grâce alors même qu'elle ne s'y sentait pas à l'aise. Elle rejoint Pré-au-Lard comme prévu, là où le chauffeur personnel de son grand-père l'attendait sur place avec l'habituelle limousine. Une heure suffisait pour rejoindre l'Ecosse à l'Angleterre, pas aussi rapide que le magicobus, mais tout aussi efficace. L'homme lui ouvrit la porte dans toute sa raideur habituelle avant de prendre place dans la voiture. Le seul mot qu'il lui attribua était simplement "Votre grand-père est déjà sur place". Rose s'en doutait, en général les sorciers de son gabarit aimaient à donner ou assister à des dîners de grande classe après une journée harassante de travail. Enfin la jeune fille arriva sur place. Le tapis rouge à l'entrée témoignait déjà du calvaire et de l'ennui affligeant qu'elle vivrait ce soir. Dans un soupir, Rose monta les marches donnant sur l'ambassade tandis que derrière elle le chauffeur ferma la porte de la limousine avant de partir. A l'entrée, deux hommes d'un certain âge, une coupe de champagne à la main, parlaient presque chaleureusement entre eux. Hypocrisie. Angus Mc Illian était aussi mage noire que Stefan Salômbo était adepte de la magie blanche. Tous deux se retournèrent lorsqu'ils virent la jeune fille s'approcher.

    Angus - Je vous présente ma petite fille. Rose Mc Illian.
    Stefan - Enchanté Mademoiselle.
    Rose - De même Monsieur Salômbo.

    Grand sourire, petite inclination de la tête, les futilités commençaient déjà. Après une longue discussion sur sa tenue qui lui allait "à merveille", sa ressemblance "absolumment frappante" avec sa mère, et son union tant attendue avec "un sorcier digne de ce nom qu'elle n'aurait sans doute aucun mal à trouver ce soir", la jeune Rose s'excusa avant de s'éclipser un peu plus loin. La jeune fille soupira une nouvelle fois, posant son regard bleu ici et là. Rien de tel qu'une soirée barbante pour déprimer encore plus.

    Rose - Je vais mourir... murmura-t-elle en un nouveau soupir.
    Caleb - Ah Rose te voilà. Tu es magnifique, comme toujours.
    Rose - Merci Monsieur Kengtown.
    Caleb - Viens je vais te présenter à la fille de Monsieur Salômbo. Elle est à Eleusis. Il serait bon... tu sais... pour tes relations, que tu traines avec elle l'an prochain. Elle est là bas... Va la voir Rose.
    Rose - C'est que... D'accord, dit-elle dans un souffle alors même que son interlocuteur était déjà parti vers d'autres invités.

    A croire qu'ils se connaissaient tous ici. Rose percevait ici et là des visages familiers, mais il ne semblait pas avoir déjà parlé à la jeune fille vêtue de noir qui accueillait les invités dans un sourire que Rose percevait comme forcé. Sans doute une personne qui était autant ravie d'être à cette soirée qu'elle même. Enfin la jeune blonde alla sa poster auprès de l'étudiante et lui adressa un sourire.


    Rose - Salut... Je suis Rose Mc Illian. La petite-fille du Duc d'Holyrood.... Enfin du vieux qui parle avec ton père, rajouta-t-elle dans un rire léger. Je suppose que tu préfèrerai encore te couper la main que d'être là toi aussi, pas vrai ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
June Salômbo
Etudiant(e) en Art(s)
Etudiant(e) en Art(s)
avatar

Féminin Nombre de messages : 22
Age : 31
Date d'inscription : 21/02/2008

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Re: Ambassade magique Américaine, Londres : Dîner protocolaire..   Mar 22 Avr - 18:55

    19h00. tapantes, les portes du bâtiment de réception s’ouvrirent et laissèrent entrer une foule de personnes guindées. Les hommes en costumes haute couture faits sur mesure ou en robe de sorcier du dernier chic, les femmes en robes de soirées somptueuses et arborant leurs plus beaux bijoux, se saluaient les uns les autres avec déférence ou dédain, c'était selon leur interlocuteur. Dans le vestibule richement décoré, des petits groupes se formaient et les discussions allaient bon train, pas de doute, ils étaient en train de refaire le monde et de décider des grandes lignes à tenir pour l'avenir. Les portes de la salle de réception s'ouvrirent et des petits groupes s'avancèrent. Ils s'annoncèrent au maître d'hôtel, présent derrière son pupitre aux abords la porte en bois sculpté, qui consulta la liste et d'un claquement de doigts de sa part, une foule de serveurs apparut, certains débarrassant les invités de leurs manteaux et d'autres les conduisant à leurs places en multipliant les courbettes. June et sa mère étaient postées près de l'entrée, saluant chaque convive avec le sourire.

    Comte de Burberry – Bonsoir Madame, vous voir en cette soirée est un véritable ravissement pour les yeux.
    Marilyn – Merci Monsieur le Comte. Permettez moi de vous présenter notre fille, June, elle est étudiante à Eleusis.
    June – Enchantée Monsieur le Comte.
    Comte de Burberry – Et bien jeune fille, vous ressemblez étonnamment à votre mère, aussi ravissantes l'une que l'autre.

    Sourires, hochements de tête, pseudo air gêné, et voilà le vieux grincheux était emballé, il suffisait de passer au suivant. Les personnalités des plus grandes familles de Grande-Bretagne se retrouvaient à se dîner et les maîtresses de cérémonie, Marilyn Salômbo et sa fille June, se devaient de veiller à ce que tout se passait à merveille, dirigeant d'un regard ou d'un geste les serveurs et autres domestiques. A force de pratique, June était devenue douée dans ce domaine et remarquait de suite ce qui allait ou pas, les couverts mal placés, les bouquets de fleurs de travers, quelque chose qui n'était pas à sa place ou qui manquait... Entre deux sourires, révérences ou petits rires, un regard bref et un petit geste vers le personnel et le ballet des serveur se mettait en place discrètement.

    Peu à peu la salle s'emplissaient tandis qu'il ne restait que quelques groupes de personnes bavardant dans le vestibule. Elle reconnu l'un d'eux comme son père, en pleine discussion avec un de ces vieux aristocrates guindés et strictes. Angus Mc Illian, un vieux, puissant et riche mage noir, ennemis de Stefan, son père. Tous deux se détestaient au plus haut point et pourtant se parlaient chaleureusement, plaisantant presque devant une coupe de champagne. Une fille apparut, une jolie blondinette vêtue d'une robe écrue, et les deux hommes cessèrent de parler pour la regarder approcher puis se présenter. June reporta son regard sur les autres invités qui continuaient à pénétrer dans la salle. Les conversations allaient bon train, et un brouhaha presque assourdissant émanait à présent à travers la porte ouverte. Marilyn s'éloigna quelques instants pour bavarder tranquillement avec certaines de ses amies. June, quant à elle, balaya les lieux du regard, repérant un vase un peu trop proche du bord de la desserte sur lequel il était posé. Un petit signe et aussitôt un serveur alla le remettre en place.

    La présence de la jolie blondinette près d'elle lorsqu'elle se retourna la fit presque sursauter, elle l'accueillit avec un grand sourire. Enfin quelqu'un qui n'était pas un vieux schnoque pensant le monde à ses pieds et aimant les jeunes femmes. A voir sa tête, la miss ne semblait pas ravie d'être ici, sans doute amenée de force par un grand-père acariâtre qui voulait la marier. C'était souvent le cas lorsque certains de ces aristos avaient une fille ou un fils en âge d'être marié ou presque, ils les emmenaient dans des soirées guindées ou des dîner comme celui présentement pour faire leur marché de futur potentiel.


    Rose - Salut... Je suis Rose Mc Illian. La petite-fille du Duc d'Holyrood.... Enfin du vieux qui parle avec ton père.

    June ne s'était pas trompée, elle était bien la petite fille du vieux grincheux ennemis de son père. Apparemment elle n'était pas habituée à ce genre de soirée et son langage ne reflétait pas sa condition d'aristocrate, ses paroles firent même rire June, surtout lorsqu'elle appela son grand-père « le vieux ».

    June – Enchantée Rose, je m'appelle June.
    Rose – Je suppose que tu préférerais encore te couper la main que d'être là toi aussi, pas vrai ?
    June – J'avoue que je me passerais bien de ce genre de soirées barbantes... Mais bon impossible d'y échapper... Enfin j'en connais qui y échappent un peu trop souvent... ajouta-t-elle en pensant à son frère et ses soeurs. Trouve-toi quelqu'un pour discuter, ou un petit jeu pour passer le temps... Par exemple trouve une caractéristique qui se retrouve sur plusieurs personnes, un bijou, un vêtement, un accessoire, une posture, une façon de rire,... Et ensuite essaie de voir combien de personnes ont le même détail... Ca passe le temps et à force tu verras qu'ils sont tous pareils...

    June s'était mise à rire à la remarque de Rose et avait continué après en lui proposant son idée débile pour passer le temps. Se rappelant du plan de table, June se souvint que le Duc d'Holyrood et sa petite fille étaient à leur table avec quelques autres convives. Les plus importants il faut bien dire. Elle était ravie de ce plan de table, ainsi elle serait avec quelqu'un qui n'était pas rasoir et qui avait l'air bien sympathique.

    June – Vous êtes à table avec nous, on pourra bavarder comme ça... Et je pense que ça va être marrant de voir comment ton grand-père et mon père vont se tirer dans les pattes poliment...
    Marilyn – June... Ce n'est pas ainsi qu'il faut parler de ton père... Surtout devant une invitée...
    June – Je sais maman... Je plaisantais... Je te présente Rose Mc Illian, la fille du Duc d'Holyrood.
    Marilyn – Enchantée mademoiselle, ravie de faire votre connaissance. Je pense que nous pouvons passer à table. Par ici mademoiselle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ambassade magique Américaine, Londres : Dîner protocolaire..   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ambassade magique Américaine, Londres : Dîner protocolaire..
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Bal]Un bal très protocolaire
» Que peut-on comprendre la déclaration de l’ambassade des USA en Haiti ?
» Affaire de vente de passeports/visas a l'Ambassade de Paris
» René Préval: Haiti-Élections : « L’ambassade des États-Unis n’est pas le CEP »
» L'ABC de la politique américaine /radio-canada

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horcruxes - Les Reliques de la Mort :: <font COLOR=white>MONDE EXTERIEUR [RP]</font> :: Résidence pour Sorciers-
Sauter vers: