AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La fièvre du Samedi Soir [Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Sawyers A. Slayers
FILE TE PRESENTER !! MOUAHAHAHA !!!
avatar

Féminin Nombre de messages : 2
Age : 34
Date d'inscription : 15/01/2008

MessageSujet: La fièvre du Samedi Soir [Libre]   Jeu 20 Mar - 23:38

[1er post pour Félicity ]


Samedi soir. Les rues de Londres sont bruyantes. Peut-être trop. La ville semblent s'être animé juste parce qu'il s'agit du week-end. Comme si elle avait attendue durant toute la semaine durant pour se mettre enfin à vivre. Et c'était plutôt vrai. Les gens avaient échanger leurs mines triste et fatiguée contre des visages joyeux et reposer. Londre était la fête se soir. Il était tôt. Même pas 8h. Les enfants riaient de bon cœur. Des saltimbanque ont décider d'animer là rue . Il joue de l'accordéon et un petit groupe de personne s'est amassé devant lui. Sawyers n'en prête pas garde. Ce genre de spectacle n'est pas pour lui. Il a cette expression mystérieuse sur le visage qui ne le quitte jamais. Il se rapproche de la fontaine se trouvant sur le place. Sans bruit et sans expression il s'assoit sur le rebord. Comme toujours il sort son paquet de cigarettes. Réflexe dont il ne sépare que rarement. Mais il ne fume pas pour l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lyvialilou.skyblog.com
Felicity Carter
Présidente de l'Université d'Eleusis
Présidente de l'Université d'Eleusis
avatar

Féminin Nombre de messages : 13
Age : 33
AGE [RP] : 35 ans
Date d'inscription : 16/02/2008

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Re: La fièvre du Samedi Soir [Libre]   Ven 21 Mar - 13:37

    On aimait le raffinement autant qu'on pouvait le dénigrer, ce qui n'était pas le cas de la jeune femme assise dans son canapé brunâtre. L'appartement semblait être conçu au mètre près pour accueillir les meubles modernes et parfaitement accordés, rangés selon la règle stricte de la décoration classe londonnienne. Les jambes croisées, une coupe de champagne à la main, la femme brune arqua un instant les sourcils, lançant à son interlocuteur un regard semi interrogatif plein d'ironie, avant de vider d'un trait le fond de son verre. Son pied se balançait doucement, sa présence imposante ne mettait jamais très à l'aise ceux qui se trouvaient en face d'elle, du moins lorsque ceux-ci ne la connaissaient pas. Malgré cet appartement moderne et soigneusement rangé, on ne pouvait dépeindre complètement le caractère de la propriétaire. Felicity n'était ni attirée par l'argent, ni par les hautes sphères mondaines, et était loin d'être des plus vénales. Elle aimait l'élégance, voilà tout, et cela se reflétait sur ses habits de tous les jours. Le jeune femme se pencha sans un mot, posant le verre sur la table basse avant de se redresser et de fixer une nouvelle fois l'homme en face d'elle. Un supplice sans doute pour lui, qui pour la énième fois remettait l'éternelle discussion de trop sur le tapis. Et aussitôt que ces mêmes mots qu'elle ne voulait plus entendre s'échappaient de ses lèvres, Felicity leva les yeux au ciel.

    Seth - ... tu y as réfléchi depuis ?
    Felicity - Bien sûr que oui. J'ai passé ma journée entière à me demander de quelle façon je devais te tourner un "non" définitif pour que tu comprennes une fois pour toutes.
    Seth - Pourquoi ? demanda-t-il froidement
    Felicity - Si je te dis "parce que j'en ai rien à foutre de nous deux", ça te met sur la voie, ou est-ce que je dois te le dire plus explicitement encore ?

    L'agacement se lisait dans les yeux bleus électriques de la jeune femme. La première fois qu'ils avaient eu cette conversation, où son béguin du moment avait commencé à parler d'une relation sérieuse et éventuellement une colocation éventuelle, Felicity lui avait gentiment expliqué que c'était tout bonnement impossible. A cause de ce qu'elle avait vécu, la jeune femme se refusait à se poser, ce que Seth ne semblait toujours pas comprendre. Son exaspération montait d'un cran de plus chaque fois qu'il insistait sur ce point, et aujourd'hui celle-ci semblait être au maximum. Tant et si bien que lorsque son compagnon ouvrit la bouche afin de rétorquer, il n'eut pas le temps d'esquisser un mot que déjà la jeune femme lui avait sommé de sortir de chez elle, d'un regard indifférent. La porte claqua derrière lui, et dans un large soupir Felicity posa la tête en arrière. Il était vrai qu'elle était un peu trop froide par moment, surtout ce soir. Pourtant ceux qui connaissaient Felicity pouvaient affirmer qu'elle avait le coeur sur la main. Seulement elle n'aimait guère se répéter deux fois pour se faire comprendre, et avec Seth la jeune femme avait du battre les records de rabachage d'oreilles.

    Elle avait besoin de sortir, calmer sa colère latente suite à cette rupture qui étrangement l'indifférait au moins autant que son premier Noël. Dans un nouveau soupir, Felicity se leva et attrapa son manteau beige soigneusement suspendu au mur qu'elle mit sur ses épaules tout en ouvrant la porte. Celle-ci claqua pour la deuxième fois. Il n'était pas tard mais il faisait déjà nuit, les rues étaient animées et les gens semblaient décontractés, la jeune femme reconnut même quelques uns de ses étudiants dans les rues de Piccadilly. Mais pour se calmer, il lui fallait un lieu où une masse de gens n'était pas agglutinée comme des moutons à se trainer de bars en bars. Des bruissements d'eau la menèrent inconsciemment à la fontaine de la place St Georges, déjà moins encombrée. Mais à peine arrivée, Felicity remarqua bien vite une ombre immobile assise sur le rebord qui lui était familière. Elle esquissa quelques pas, un bref sourire sur ses lèvres lorsqu'elle reconnait la langue-de-plomb. L'on pouvait dire que celui-ci portait bien son titre. La jeune femme connaissait quelques personnes du ministère, notamment grâce à son cousin Sebastian, et il lui était arrivée de croiser Sawyers à de rares occasions. Il était aisé de le discerner de son jumeau, sa mine toujours fermée et son regard souvent éteint comparé à William suffisaient à le différencier.


    Felicity - Mr Slayers, dit-elle en guise de bonsoir. Je peux ?

    Un bref regard explicite envers le paquet de cigarettes de ce dernier. Au moins Sawyers ne viendrait pas l'exaspérer avec de longues discussions. La soirée s'avérait dores et déjà reposante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sawyers A. Slayers
FILE TE PRESENTER !! MOUAHAHAHA !!!
avatar

Féminin Nombre de messages : 2
Age : 34
Date d'inscription : 15/01/2008

MessageSujet: Re: La fièvre du Samedi Soir [Libre]   Ven 21 Mar - 14:37

Felicity - Mr Slayers. Je peux ?

Quelqu'un vient d'interrompre le silence qui s'est former autour de Sawyers. Il lève la tête. Il s'agit de Felicity Carter. La présidente de l'université. Une amie ? Une connaissance ? Peut-être . Peut-être pas. Peut-être même les deux qui sait. Le Solitaire n'est pas vraiment du genre à définir ses relations avec les autres. Pour seule réponse il baisse de nouveau la tête vers son paquet de clopes . La jeune femme le prendrait comme un refus ou un acceptation. Au choix. Quelqu'elle choisissent il n'en dira pas plus. Les phrases inutile se n'est pas son genre. Elle était habillé de façon plutôt classe. Métier oblige surement. La femme d'affaire semblait avoir de calme. Un avantage pour l'ainé Slayers. On a souvent du mal à le cerner . Lui par contre il analyse les autres à la perfection. Il sort une cigarette et la tend à Félicity . La nicotine aide souvent lorsque l'on ai énerver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lyvialilou.skyblog.com
Felicity Carter
Présidente de l'Université d'Eleusis
Présidente de l'Université d'Eleusis
avatar

Féminin Nombre de messages : 13
Age : 33
AGE [RP] : 35 ans
Date d'inscription : 16/02/2008

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Re: La fièvre du Samedi Soir [Libre]   Sam 29 Mar - 18:54

    L'homme ténébreux baissa ses yeux sombres sur son paquet de cigarettes sans un mot, laissant se dessiner un léger sourire en coin sur les lèvres de la jeune femme. Il n'y avait jamais plus énigmatique qu'une personne peu bavarde et qui pourtant avait de la conversation. Avec une vie comme la sienne, Sawyers était loin d'être de ces personnes sans sujet de discussion. Felicity pencha sa tête légèrement sur le côté non sans cesser de fixer son interlocuteur -si l'on pouvait le qualifier ainsi au vu du mutisme dont il faisait preuve- , posant une main sur sa hanche droite, patiente. On disait souvent à Miss Carter qu'elle ne faisait rien pour mettre les personnes à l'aise, tant elle faisait froide aussi bien au niveau de son apparence que de son regard qui soutenait toujours les yeux de ses interlocuteurs. Bien sûr cela dépendait de la personne, et en vérité ce n'était vraiment pas un effet recherché. Quoiqu'il en soit, bien que franche et directe Felicity ne se permettrait pas de piocher dans son paquet tant que celui-ci ne lui ferait pas de geste explicite. Enfin Sawyers lui tendit une cigarette qu'elle attrapa doucement non sans le remercier. La jeune femme l'alluma, le regard posé distraitement ailleurs elle recracha un nuage de fumée, pensive avant de soupirer.

    Felicity - La vie serait franchement barbante si on n'avait pas tous ces obstacles, pas vrai ? Enfin de temps à autres je m'en passerai bien...

    Les yeux toujours tournés vers une haute maison plongée dans l'ombre, les mots de la jeune femme étaient sortis tout seul sans trop savoir pourquoi. A vrai dire elle ne se posait jamais de questions quant aux conversations avec les autres. Il n'y avait pas de tabous, et si elle avait envie de balancer ses états d'âmes elle le faisait tout simplement. Au diable le protocole et les marques de politesse. En outre Felicity n'était pas non plus de ceux qui se plaignaient éternellement, encore heureux pour ses interlocuteurs, tant elle disait souvent ce qu'elle avait sur le coeur, juste comme ça. Cela faisait partie de ses qualités, mais cela se serait largement mué en défaut si Miss Carter s'était mise à se plaindre à tout bout de champ. Elle-même ne supportait pas ces personnes dont la plupart des phrases commençaient par un "moi je" pathétique. La jeune femme alla s'assoir à son tour sur le rebord de la fontaine, posant enfin son regard bleu sur Sawyers. Pas besoin des présentations, ils s'étaient déjà croisés à quelques occasions.

    Felicity - Vous attendez quelqu'un peut-être ? Ne me dites pas que vous êtes venus contempler quelques étoiles sous le beau ciel de Londres. Plus personne ne le fait de nos jours. Les sorciers ne rêvent plus, ils combattent... C'est bien triste...

    Le regard posé devant elle, Felicity recrachait de temps à autres quelques nuages de fumée, contemplative. Il y avait un tel détachement dans ses paroles qu'on en voyait presque de l'indifférence. C'était le cas. Rêver, elle s'en foutait. Ce qui lui importait c'était le concret, son travail et... et rien d'autre, au final. Trop obsédée par son boulot pour avoir une vie personnelle à côté. Mais pour quoi faire, Felicity n'en voulait pas, et était très bien dans sa situation. Peut-être que Sawyers également, allez savoir, il était impossible de savoir ce qui se tramait dans son esprit tant il parlait peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sawyers A. Slayers
FILE TE PRESENTER !! MOUAHAHAHA !!!
avatar

Féminin Nombre de messages : 2
Age : 34
Date d'inscription : 15/01/2008

MessageSujet: Re: La fièvre du Samedi Soir [Libre]   Dim 30 Mar - 16:13

Elle accepte la clope qu'il lui tend. C'est une fumeuse. Il l'ignorait. Encore une femme stressait par les affres de la vie. La cigarette étant un réconfort qu'elle s'offrent pour ne pas étouffer. Il sort de nouveau une clope. Celle-ci est pour lui. Il accompagne la jeune femme dans cette mauvaise manie. La fumée s'engouffra dans ses poumons tandis qu'il observe Félicity. Elle est jeune. Certains doivent penser qu'elle l'ai beaucoup pour diriger Eleusis. Impossible de savoir si le solitaire fait partit de celà. Il est rare de savoir quelque chose avec Sawyers. Il ne se dévoile que lorsqu'il le souhaite. Il tient toujours le papier fumant. La jeune femme souffle la fumé avec grâce. Elle en as l'habitude. Ce n'est pas la première qu'elle fume.

Felicity - La vie serait franchement barbante si on n'avait pas tous ces obstacles, pas vrai ? Enfin de temps à autres je m'en passerai bien...

Elle as besoin de se confier. Elle parle d'elle. Elle n'as pas honte. Elle n'est pas mystérieuse. Elle n'as pas l'air de se plaindre tout le temps non plus. Elle lui as poser une question mais elle continue de parler. Pas certain qu'elle attende réellement une réponse. Ça évite de parler à Sawyers de parler inutilement. Bonne chose. Elle a parler sans le regarder. Les mots sont peut-être sortis malgré. L'Ainé a son regard sur elle. La nicotine passe dans ses veines. Poison toxique mais qui procure plaisir. Dépendance sans égale que Sawyers n'as jamais chercher à vaincre. Elle s'asseoit à côté de lui. Il ne l'a pas inventé à le faire. Il ne l'empeche pas. Regrette-t-il sa présence. Impossible de savoir. Son visage reste fermer. Elle n'a pas attendu pas son accord pour imposer sa présence. Preuve d'un fort caractère. Évident pour une femme de cette envergure.

Felicity - Vous attendez quelqu'un peut-être ? Ne me dites pas que vous êtes venus contempler quelques étoiles sous le beau ciel de Londres. Plus personne ne le fait de nos jours. Les sorciers ne rêvent plus, ils combattent... C'est bien triste...

Elle semble déjà blaser pour son âge. Ses idées semble arrêté. Elle semble désabusé par la vie. Point commun. De nouveau une question. Elle ne lui laisse pas le temps de répondre. Elle enchaine les mots. Cette fois par contre il fait l'effort de lui faire entendre sa voix. C'est un fait rare. Elle ne se rendra sûrement pas compte de sa chance.

Sawyers ~ Pas du tout.

Pas la moindre trace d'une phrase. Il n'en fait jamais. Il n'aime pas les mots inutile. Sa réponse est énigmatique. Comme lui. A elle d'interpréter se qu'il voulait réellement dire par là.Le solitaire est un puzzle est beaucoup non pas les pièces nécessaire pour le reconstruire. La place est toujours animé. La joie d'une famille qui passe jure à merveille avec l'air terne de Sawyers. Il semble fade à côté. Mais les apparences sont trompeuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lyvialilou.skyblog.com
Les Jumeaux Slayers
Professeur de Soins Aux Créatures Magiques
Professeur de Soins Aux Créatures Magiques
avatar

Féminin Nombre de messages : 291
Age : 31
CITATION : Slayers Attitude Rouge Powa
AGE [RP] : 35 ans
Date d'inscription : 15/10/2007

Présentation du Personnage
Inventaire: Armoire à disparaître, Capteur de dissimulation et Miroir à double-sens
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Re: La fièvre du Samedi Soir [Libre]   Dim 27 Avr - 3:35

Tu compte répondre Elo ou.... ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://psycotgirl17.skyblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La fièvre du Samedi Soir [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La fièvre du Samedi Soir [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hebergement samedi soir
» [16+] La fièvre du samedi soir
» Ce soir, tous les musées sont gratuits !
» Pourquoi ce déclin à notre rendez-vous du Samedi soir?
» On nous renvoie le bébé grandi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horcruxes - Les Reliques de la Mort :: <font COLOR=white>LONDRES [RP]</font> :: Londres Moldu-
Sauter vers: