AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 MINUIT TRENTE [LIBRE]

Aller en bas 
AuteurMessage
Elise Shields
Elève en 1er Année à Gryffondor
Elève en 1er Année à Gryffondor
avatar

Féminin Nombre de messages : 41
Age : 24
Date d'inscription : 11/11/2007

Présentation du Personnage
Inventaire: Un Balai, des chaussettes magiques et des oreilles à rallonges.
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: MINUIT TRENTE [LIBRE]   Sam 15 Mar - 2:02

{Libre aux élèves, n'importe quelle maison Wink Bonne lecture, excusez-moi si ma folie a pris le dessus sur Elise mrgreen }





Lily ...


« Des fois, la vie n'est pas ce que l'on voudrait ; des pleurs. Souvent, nous sommes affaiblis par l'amitié fébrile que les humains ont constamment besoin, on y croit si fort à cette amitié et puis un jour, on tombe des nus. On ne sait pas comment réagir, on s'éloigne, on pleure sans vraiment savoir comment réagir. Le coup de blues classique.
Mais est-ce que le coup de blues de la Vie existe t-il ? La vie est vraiment notre amie ? »


Find an aswer.


( Peut-on trouver une réponse quand nous n'avons pas la question ? Peut-on trouver un ami sans comprendre ce qu'est vraiment l'amitié mais plutôt aimer cette personne, l'aimer comme une personne de sa famille. Peut-on essayer de sourire à la Vie quand elle nous rejette ? Peut-être que Dieu est pire que Satan, après tout. Peut-être que la Vie n'est pas aussi belle qu'on n'ose le croire. )

Le sourire d'un enfant est peut-être un des plus beaux sourires du monde, avait-on dit. Un enfant heureux, c'est la plus belle des choses. Pourtant perchée de ses onze petites années, Élise ne trouvait pas cette phrase aussi magnifique qu'on le laissait penser.

( Un enfant sourit parce qu'il ne comprend rien à la Vie, c'est tout. Un enfant sourit parce qu'ils voient ses parents sourire et ses parents, à l'enfant, sont tristes mais ne peuvent pas pleurer devant lui, ni se droguer. Ni se mutiler, ni même hurler leur désespoir. Peut-être est-ce atroce ce que je pense mais peut-être que c'est la vérité, qui sait ? Personne ne le saura. Surtout pas moi. )

Minuit passé, des pas faibles dans l'herbe humide, la personne était-elle pieds nus ? Oui, sûrement. Les pas faibles allaient à une allure folle dans l'herbe, ils traversaient le parc pour se retrouver devant une énorme masse noire. Le temps que la lune éclaire l'herbe argentée, on pouvait distinguer une chevelure châtain, des yeux bien réveillés pour l'heure qu'il était, une respiration haletante et des larmes aux coins des yeux.

Pourquoi ce sentiment d'extrême solitude, de trahison tout d'un coup ? La vie avait-elle trahi la petite fille au regard désespéré ?

( Je ne suis rien. Absolument rien. Savez-vous ce que je pense ? Je ne pense à Rien. Rien, quel prénom original. Est-ce que Rien est une fille ? Oui, elle aurait pû être ma soeur, voir même ma jumelle, ma grande soeur. Mais j'en ai déjà une, Olivia. Elle m'a abandonné, tout le monde m'abandonne. Tout le monde, et ce 'tout le monde' croit que je deviens folle. Quel méchant Mr. Tout le monde ! Mais c'est une anti-thèse ! Tout le monde ne peut exister en tant que personne puisque personne n'est tout le monde. )

Elle se pencha vers l'herbe et essaya d'en cueillir un brin, sur ses pieds fatigués, sur ses pieds usés, elle tomba dans l'herbe et fit un petit cri qui ressemblait à un « Hiiii! ». La fatigue la faisait devenir schizophrène avec son amie Rien, folle avec ses pensées, paranoïaque avec Mr. Tout le Monde, le Monde l'effrayait mais elle essayait de devenir son ami, peut-être qu'il était aussi gentil qu'Aaron Vanna Syl.

Se relevant à grand peine, elle grelotta, il faisait froid à cette heure-ci et ses pauvres habits n'allaient pas la couvrir, elle n'avait aucune aide comme nue devant cette masse noire qu'on appelait : la Forêt Interdite. Et pourquoi ce lieu ? Parce qu'il fallait, elle voulait confirmer ses idées et les idées elle en avait par millier, tous les jours, difficile de la suivre notre Lily.

( La Forêt Interdite, alors nous voilà, en tête à tête. Lily contre les méchantes araignées, les méchantes Licornes ... A nous deux, saleté ! A nous quatre, cinq, six ! Je suis là, avec Rien, Mr. Tout le monde et Le Monde en personne. Tu ne peux rien me refuser, n'est-ce pas ? )

Devant ce silence pénétrant, Élise s'avança quelque peu, à petits pas, elle cligna des yeux, feignant de ne pas se laisser emporter par le marchand de sable. Elle allait résister, rien que cette nuit, elle le devait, il était si tard mais elle avait très peu mangé, elle n'était donc pas si « lourde » que ça, c'était juste le manque de sommeil qui lui manquait le plus, elle n'arrivait pas vraiment à dormir, des idées lui tourbillonnant la tête juste avant de s'endormir, ce n'était jamais très bon, alors ses idées elle devait les réaliser et là, comme au Loto : Aller dans la Forêt Interdite. Comme une somnambule, elle avait obéi. Aurait-elle dû ne pas bouger de son lit et subir encore les gloussements de ses colocataires ou de filer à l'anglaise et de s'éclipser dans la Forêt ? Cette idée était le mieux à faire. Pourtant, elle enfreignait les lois : Ne jamais aller dans la Forêt Interdite sans être accompagné d'un adulte, surtout les Première Année. Et si, on la voyait, que ferait-on ?

Prête à faire demi-tour, elle eut le courage de faire encore quelques pas vers la terre de la Forêt, ses pieds se mêlant dans la boue, avec les brindilles des arbres. Ce qu'elle avait le plus envie de voir, c'était les bêtes qui s'y trouvaient mais, Élise ne savait presqu'aucun sort d'attaque et surtout, de défense. Le Wingardium Leviosa n'allait pas suffire, elle le savait bien. Une vraie tête brûlée, cette Shields.

( Forêt, ô ma Forêt, que tu es belle ... [Un bruit arrêta son délire] Forêt ? Pourquoi ai-je l'impression que tu commences à renaître, sous mes yeux ? A une heure, si tard dans la nuit ? A ce qu'il paraît on y aurait caché un ogre. Est-ce vrai ? Abrites-tu des araignées ? Abrites-tu des licornes ? C'est si beau les Licornes. )

Et dans sa rêverie de créatures magiques, Élise n'entendit pas les craquements de brindilles. Avançant inconsciemment, elle regardait les feuilles mais pas sous ses pieds. Quelques petits bruits attirèrent son attention et elle comprit que les araignées commençaient à l'entourer.

« AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH!! »

Le seul bruit qu'elle avait réussi à sortir. Et maintenant ? Elle ne connaissait aucun sort, si à part dans les livres mais ce serait la première fois alors. Lily se concentra sur les pattes velues des bestioles qui se présentaient sous son nez, une ruée d'araignées arrivaient sur elle, à ses pieds – et en plus nus -

« STUPEFIX ! »

L'entendait t-elle de Poudlard ? Elle espérait que non mais elle savait qu'après le hurlement qu'elle avait réussi à faire, on l'avait entendu. Quelques insomniaques, pire le garde chasse. Tout son petit corps trembla sous la peur de se faire prendre. Demi-tour ! Il fallait faire demi-tour ! Faisant un demi-cercle autour d'elle-même, elle découvrit des araignées encore plus grosses et une subite envie de pleurer et d'hurler lui vinrent, les larmes commencèrent à couler.

( Élise, reprends-toi ! Tu es plus courageuse que cela, non ? La Forêt veut juste te montrer qu'elle existe, c'est tout. Montre toi aussi à cette Forêt et elle arrêtera, sûrement. Élise, tu es une Gryffondor. Tu sais une descendante de Maison de Godric Gryffondor, le plus courageux des Gryffondor et le plus loyal. )

Le Stupéfix n'avait touché qu'une dizaine de petites araignées et les avait figées pendant que seulement quelques minutes. En déglutissant, elle essaya de se rappeler d'autres sorts qu'elle avait lu, désespérément.

« Wingardium Leviosa ! »

Une araignée immense se souleva du sol, Élise – essayant de se concentrer – pointa sa Baguette sur un arbre et elle envoya valser l'Araignée là-bas.


( Va-voir là-bas si j'y suis !
[Elle se mit à rire intérieurement alors, que la scène était tout sauf .. Drôle] )

« Hey ! »

Une parole d'une voix pour l'instant, inconnue ou alors Élise était trop concentrée, endormie et dans ses rêveries pour savoir qui c'était. Élise ne se retourna pas, tout de suite. Trop peur que cela soit un Professeur, elle abaissa sa Baguette, une goutte perla sur son front. Des petits frissons parcoururent tout son corps. Élise se retourna. Une silhouette inconnue.

« Ne le dis à personne ! » réussit-elle, finalement, à dire audiblement. Il fallait que cela reste secret, entre ces deux personnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alec Parker
Etudiant(e) en Sciences Medicinales
Etudiant(e) en Sciences Medicinales
avatar

Masculin Nombre de messages : 70
Age : 28
AGE [RP] : 18 ans
Tendance Magique : Blanche
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: MINUIT TRENTE [LIBRE]   Mar 25 Mar - 14:17

Tranquillement pausé auprès du feu de la salle commune Alec était encore un des rares élèves de Gryffondor encore debout. Un livre déposé sur ses genoux il essayait tant bien que mal de retenir un cours d’histoire de la magie qui ne l’avait pour ainsi dire: aucunement intéressé… Ses yeux étaient plus souvent perdu dans les flammes de la cheminée laissant son esprit divaguer au grès des heures. Alors qu’il commençait à flirter avec ce vieux Morphée, le bruit du tableau se refermant le réveilla en sursaut. Quelqu’un était sortie? Il jeta un coup d’œil à sa montre et vis alors que ce n’était en aucun cas l’heure!?

Poussé par sa curiosité naturelle, le jeune garçon décida d’aller voir qui était de sorti… Il enfila ses basket soigneusement déposés près de lui, enfila sa cape autour de ses épaules et pris la direction la sortie. Les couloirs de Poudlard était lugubrement éclairés la nuit, cela faisait froid dans le dos. Il pressa les pas pour découvrir la personne en question. Arrivé à une certaine distance il aperçut une petite silhouette blonde. Une première année?! Quesqu’elle pouvait faire? Silencieusement il l’a suivit jusqu’au parc… elle trafiquait quelque chose? Les pieds nues elle déambula tel un corps sans âme en direction de l’épaisse foret interdite.

A sa grande surprise elle ne portait pas grand chose et ne semblait pas ressentir le froid... elle avança entre les arbres s’engouffrant dans la pénombre. Alec prit sa baguette dans sa main et décida de savoir ce qu’elle comptait bien faire comme sa! Un cri! Le gryffy abandonne toute idée de discrétion et court en direction du hurlement. Il y retrouve alors la jeune fille se dépatouillant de nombreuses araignées.


- Hey!

Elle en faisait léviter une et l’envoya même pétrés contre une arbre. C’est vrai que les sort de défense sont rares en première année, elle avait sut réutiliser un sort basique pour sa propre défense brillant!

« Ne le dis à personne ! »

Le garçon souffla et avança pour se mettre face à elle, il lança:

- Incendio!

Une longue flamme sortie sa baguette et fit fuir les araignées les unes après les autres. Les effrayant du mieux qu’il pu il en embrasa même une. Quand elles furent toutes parties, il jeta un coup d’œil vers la jeune fille toujours si peut vêtue et retira sa cape.


- Tiens enfile sa…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice I. Hagust
Elève de 6ème Année à Serdaigle
Elève de 6ème Année à Serdaigle
avatar

Féminin Nombre de messages : 15
Age : 26
AGE [RP] : 16 years
Tendance Magique : je n'utilise pas dash, donc, mes vêtements sont gris =D
Date d'inscription : 16/03/2008

MessageSujet: Re: MINUIT TRENTE [LIBRE]   Mer 26 Mar - 14:04

Les cavaliers de la nuit approchaient à grand pas, coulant le monde dans le flot des ténèbres. Au nombre de cinq, ces chevaliers du sommeil étaient redoutables. Ils se battaient inlassablement contre les resquilleurs des couettes. Dans leur marche cadavérique, ils piétinaient les plus résistants, les entraînant dans leur monde de songes et de rêves. Peu de personnes y réchappaient. Les gens pouvaient se venter d’en avoir battu un, mais rares étaient les habitants de l’aube à survivre face au plus féroce d’entre eux. Ce n’était pas un il, mais un elle du nom de Morphée. Dans sa grâce trompeuse, elle enveloppait les étrangers dans sa cape de sommeil, les berçant jusqu’au lever du soleil. Et parmi tous ces fous ignares du danger qu’ils couraient, il y avait une folle.
Assise dans l’herbe, les cheveux noirs soigneusement attachés, Alice regardait les étoiles, en profitant par la même occasion pour revoir son cours d’astronomie. Pensive, évasive, elle ne prêtait attention à Rien. Et de ce fait, Rien ne prêtait attention à elle. Un accord non prononcer, mais mutuel. C’était leur pacte. Le même depuis des années. Le Monde, dans sa coquine taquinerie envoyait des messagers de son univers pour rappeler à la Serdaigle qu’il existait toujours. Qu’il n’aimait pas qu’on le mette de côté. Qu’il fallait aussi l’aimé, même son mauvais côté. Mais la noiraude n’était pas facile à duper. Elle le rejetait d’un geste las à chaque fois que le mal était présent. Elle était la reine de ce serment entre Tout et Rien. Deux amis imaginaire, pas facile à comprendre.
Ce soir, son lieu de repos était attaqué par le Monde. Il envoya deux émissaire passant à cent mètres d’elle, sans la voir. Petit Alice sourit en voyant cela. Son secret avec Rien et Tout fonctionnait encore. Ensemble, ils dupaient les autres. Mais la bleu et argent oubliait un allié important de son ennemi : la curiosité. Dans son fourbe jeu, il l’emmenait à chaque fois. Elle ne pouvait pas lui dire non. La noiraude se leva donc, tirée par sa curiosité qui dirigeait ses pas vers la forêt interdite. Elle sourit. Les gens étaient d’une folie ! Il ne fallait pas aller dans ces bois. Encore moins la nuit. On se faisait attaquer par les jeux du Monde. C’était dangereux. Mais Alice, courageuse Alice, peut-être un peu folle, n’allait pas se laissé décourager. Deux personnes y étaient déjà entrées. Pourquoi pas elle ?
Elle sortit la baguette de sa veste comme précaution. Les lieux étaient sombres, ça ne posait aucuns problèmes à la Serdaigle. Ses yeux étaient déjà habitués au noir depuis longtemps. Ca n’allait pas être une racine se baladant sous ses pieds qui allaient la faire tomber. Elle s’arrêta un instant et s’alluma une cigarette. Aucune utilité. Elle avait juste envie d’en prendre une. Elle pouvait voir les deux élèves non loin de là. Elle les rejoints silencieusement. Si elle pouvait leur faire peur, elle aurait bien rigolé.
Alice*« Que font deux élèves dans cette forêt après le couvre feu, qui plus est si cette forêt, de par son nom, est interdite ? »
Elle sourit en reconnaissant Elise. Que pouvait-elle faire dans un lieu pareil ? S'ils se faisaient chopper, ils allaient en avoir pour leur grade. Et pas qu’un peu. Trois élèves ne respectant pas le règlement. Ce ne serait pas si grave…
Alice s’assit négligemment sur une racine sortant du sol. Elle cracha une boule fumée et regarda Elise, très peu vêtue.
Alice*« T’étais en manque de chocolat que tu es partie comme ça ? Fallait me le dire, je t’en aurais donner des tonnes. J’en ai piquer y a pas longtemps dans les cuisines. »
Elle lui adressa un clin d’œil complice. Elise raffolait du chocolat, ce n’était pas une nouvelle. La noiraude ne pensait pas qu’ils faisaient une chasse aux œufs de pâque ici. Ca aurait été un peu stupide de la par du corps professoral. Alors que faisait-elle dans cet endroit infesté de bestioles en tout genre ? Il en restait une petite qui s’approcha malicieusement du pied d’Alice. Elle fit un geste avec sa baguette et l’arachnide s’en alla très loin.


Dernière édition par Alice I. Hagust le Mer 26 Mar - 19:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose Mandrake-McIllian
Elève en 7ème Année à Gryffondor
Elève en 7ème Année à Gryffondor
avatar

Féminin Nombre de messages : 271
Age : 33
CITATION : It's the wrong kind of place, to be thinking of you
AGE [RP] : 17 ans
Date d'inscription : 28/12/2007

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Re: MINUIT TRENTE [LIBRE]   Mer 26 Mar - 15:07

HJ : J'veux venir aussi ! =)

    Minuit trente. Dans une heure, elle se laisserait aller dans les bras si doux de l'interdit, et son coeur battait si fort de cette impatience que la jeune fille se devait d'occuper ses pensées. Cette nuit encore, elle dormirait peu. Sous ses yeux bleus, des cernes de fatigue accumulée s'étaient creusées, mais rien n'était assez beau pour vivre son rêve nocturne et se reposer dans les bras de son frère à l'abri des regards. Cette nuit, c'était aux abords du parc non loin de la forêt interdite qu'elle le retrouverait, néanmoins Rose se voulant discrète, se refusait à sortir de la salle commune tant qu'un élève y demeurait. Et ce soir, le jeune Alec ne semblait pas décidé à aller dormir, tout du moins il restait songeur à fixer la cheminée. Le regard azuré et pensif de la jeune Gryffondor ne quittait plus la pendule accrochée au mur. Encore une heure, que c'était long. Tapie dans l'ombre des escaliers, la tête posée contre le mur froid, une oeillade distraite de temps à autre sur son camarade immobile, Rose se leva dans un soupir et monta vers les dortoirs. Alors qu'elle s'apprêtait à ouvrir la porte de bois de sa chambre, une ombre frêle passa en vitesse dans les couloirs, ne laissant derrière elle que les tapotements de ses pas rapides au sol. La Gryffondor se retourna et se dirigea discrètement vers les escaliers de nouveau, qu'elle descendit quelque peu avec douceur. Elle avisa la salle commune, vide cette fois, mais la porte se refermant doucement trahissait le départ récent d'Alec vers l'extérieur. Rose porta un regard derrière elle, se demandant s'il fallait lui attraper une cape pour se faufiler au dehors, mais de peur d'éveiller ses camarades, elle se ravisa et sortit à son tour.

    Un préfet avait en toute logique la charge de veiller sur ses camarades de Maison, mais la jeune fille se voyait mal jouer les chaperons et obliger les fiers Gryffondors à respecter le couvre feu. Un couvre feu qu'elle-même ne suivait pas, alors finalement pourquoi obliger les autres à suivre une règle qu'elle n'appliquait pas. Et pour être franche, Rose n'avait en rien la figure de l'autorité suprême. Elle était simplement là lorsqu'on avait besoin d'elle, mais pour le reste la jeune fille considérait ses camarades comme suffisamment responsables pour savoir ce qu'ils faisaient. Dans la froideur et la noirceur des couloirs, Rose se faufila à pas de chat et dans une discrétion féline dans les zones d'ombres afin de sortir en toute tranquillité du château. Une fois au-dehors, un vent froid la fit frissonner, mais ce qui attira son attention fut surtout deux silhouettes très lointaines quasimment indiscernables. La jeune fille emboita le pas, non pour les suivre mais parce qu'elle se devait de se rendre aux abords de la forêt. Plus d'une fois elle se frictionna les bras pour éviter les morsures du froid, marchant tête baissée. Enfin Rose se stoppa et s'assit dans l'herbe légèrement humide, toisant de temps à autre la forêt sombre. La jeune fille fut surprise de voir une autre silhouette allongée au sol, qui se releva soudain vers ladite forêt lorsqu'un cri s'en échappa. Rose se leva à son tour d'un bond et sans même y réfléchir se dirigea vers les lieux plongés dans les ténèbres. Et quelle ne fut pas sa surprise d'y voir deux Gryffondors accompagnés d'une Serdaigle.


    Alice* « Que font deux élèves dans cette forêt après le couvre feu, qui plus est si cette forêt, de par son nom, interdite ? »
    Rose - Mais... Qu'est-ce qu'il s'est passé ? J'ai entendu quelqu'un crier...
    Alec - Tiens enfile ça… dit-il en tendant sa cape à Elise.
    Rose - Tu n'es tout de même pas venue ici toute seule ? demanda-t-elle à l'adresse de la jeune Gryffondor de son éternelle voix posée.
    Alice* « T’étais en manque de chocolat que tu es partie comme ça ? Fallait me le dire, je t’en aurais donner des tonnes. J’en ai piquer y a pas longtemps dans les cuisines. »

    Rose sortit sa baguette sans un mot et souffla un lumos afin d'y voir plus clair. Ce qui semblait la perturber n'était pas de voir autant d'élèves dans la forêt interdite, en vérité c'était un fait presque normal tant elle semblait les attirer indéniablement, mais c'était surtout le fait de voir une jeune première année se promener ainsi en pleine nuit dans un lieu qui n'était pas franchement sécurisé. Ne soyons pas hypocrite, Rose était Gryffondor également, on pouvait presque dire qu'elle comprenait la démarche d'Elise, néanmoins elle digérait mal le fait que la jeune fille ne semblait pas comprendre que de nuit, la forêt interdite n'était pas des plus acceuillantes. Elle posa son regard sur Alice puis sur Alec dans un bref sourire, comprenant alors la scène qui s'était jouée sous ses yeux. Elise avait quitté furtivement les dortoirs, suivie de près par le jeune Parker. Son regard glissa alors sur les alentours, étrangement elle trouvait que la forêt, de nuit, était subtilement... belle. Bien que par moments, des hurlements plaintifs s'échappaient des bois sombres, ce qui en un sens avait quelque chose d'excitant. L'adrénaline mêlée à la curiosité et à l'envie d'aventure avait un goût d'épopée, poussant au final les élèves comme Elise à jouer les insouciantes. C'était aussi la jeunesse, qui voulait ça. Il leur fallait en profiter tant qu'ils pouvaient aisément se jouer des dangers. D'un geste vif, Alice brandit sa baguette sur une araignée de taille relativement modeste et l'envoya au loin.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise Shields
Elève en 1er Année à Gryffondor
Elève en 1er Année à Gryffondor
avatar

Féminin Nombre de messages : 41
Age : 24
Date d'inscription : 11/11/2007

Présentation du Personnage
Inventaire: Un Balai, des chaussettes magiques et des oreilles à rallonges.
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Re: MINUIT TRENTE [LIBRE]   Mer 26 Mar - 16:35

« Quand tu te sens seul(e), quand tu te sens piégé(e), surtout ne va pas dans un endroit dangereux, c'est le rendez-vous de toutes les têtes brûlées. C'est l'endroit où tout le monde ira puisque c'est INTERDIT. »





The End. – My Chemical Romance


Elise n'eut même pas eu le temps de comprendre comment les araignées disparaissaient sans qu'elle ne touche à sa baguette magique. La petite était frigorifiée, ses lèvres commençaient à devenir violette, elle aurait voulu prendre rendez-vous avec la Nuit. La Nuit est ténébreuse, d'un battement de cil, elle peut vous recouvrir de son mascara noir avec des touches argentées. Ténébreuse, ensorcelante seraient les bons thermes pour qualifier cette Nuit d'hiver.

- Incendio !
- Je...

Elise ne put ouvrir la bouche, elle était complètement hors-sujet. Son cerveau ne pouvait comprendre comment on l'avait suivi alors que ses yeux, guetteurs et agiles, avaient longtemps guetté la moindre trace d'humain. Mais elle n'avait pas remarqué dans l'autre dortoir des filles que Rose songeait à son adûlé, qu'Alec regardait le feu de cheminée dans un fauteuil en retrait ni Alice qui contemplait les étoiles, rêveuse, entraînée par cette Nuit.

- Tiens, enfile ça ...

Elise le remercia d'un regard gentil et doux, la cape du jeune Gryffondor recouvrait ses fragiles épaules. Elise n'était pas raisonnable, première année et vouloir se promener dans la Forêt Interdite, c'était insensé.

( Pourquoi es-tu là déjà, Elise ?! C'est ta voix intérieure qui te parle, oui c'est toi-même qui te parle, comme une folle. Qu'est-ce que tu fous là ? Tu aurais cru que la Nuit était à toi ? Que tu aurais pu brandir ta baguette et lui dire « Nuit, je te combattrai. Un jour » ? Mais .. Que penses-tu ? Tu n'as qu'onze ans, gamine.
- Hein ? Noooon, je suis plus mature que les autres hein ! Alors, tais-toi, sale voix. Je fais ce que je veux, quand je veux ! Je suis grande et je lis beaucoup plus que tout le monde, je connais plus de choses que quiconque. Et tu le sais, autant que moi, que je suis la Reine. La Reine du Monde.
Et tu crois, que je vais croire ces foutaises ? Ah non mais ... Elise, réfléchis ! Te voilà avec un Gryffondor ... Ah et voilà, une deuxième silhouette, contente de toi et de ta soif d'interdits ?
- Deuxième ? Heiiin ? ...)


La fin de sa querelle avec elle-même prit fin quand elle remarqua Alice Hagust, sa petite Alice mais que faisait-elle là ? Elle voulut accourir dans ses bras, rire, parler du Monde Entier de ses qualités, refaire le Monde à leur image.

- Que font deux élèves dans cette forêt après le couvre feu, qui plus est si cette forêt, de par son nom, interdite ?
- Alice, je .. Toi qui me comprend ...

Elise fit quelques pas vers la silhouette de la Serdaigle, ses cheveux couleur ténèbre et ses yeux pâle, Elise la trouvait beaucoup plus belle que la Nuit. Elise la considérait presque comme sa moitié, l'unique amie qui la comprend depuis son arrivée à Poudlard.

- T’étais en manque de chocolat que tu es partie comme ça ? Fallait me le dire, je t’en aurais donner des tonnes. J’en ai piquer y a pas longtemps dans les cuisines.

Elise se mit à rire, elle aimait l'humour d'Alice. La petite riait alors qu'elle était en tord, situation très tordue et pas vraiment drôle. Oui, Élise raffolait du chocolat mais pas autant que cela, peut-être restait-il des cloches s'étant perdues pour apporter le chocolat aux moldus. Élise aimait aussi les dragées surprises mais le goût du chocolat n'était pas le même à celui du sucre, plus fort, plus mieux, plus gourmand.

- Et bien, en fait ... Je suis là, enfin non j'étais là pour ... Affronter la Nuit, et regarder ces créatures nocturnes.

La petite rajouta à l'oreille d'Alice.

- Tu me comprends, n'est-ce pas ? Toi qui aime tant la Nuit et ses serviteurs..

Élise se retourna pour voir que la préfète des Gryffondor était aussi dans ces lieux. Élise se mordilla violemment la lèvre.

( - Qu'est-ce que je t'avais dit ?! Voilà, Élise Shields connue pour violer le règlement dès son plus jeune âge. A quand un autre titre aussi charmant que celui-là ?
Tais-toi ... Il faut que je me calme, il faut que je me calme. )


Sur ces pensées, Élise déglutina avec peine. Elle avait peur, tous les membres de son corps étaient « sur la défensive ». Son petit corps faible trembla, elle jeta un coup d'oeil à la Forêt, qu'elle pouvait se donner des airs effrayants, cette Forêt...

- [...] J'ai entendu quelqu'un crier...
- C'était moi. Je.. Désolée.. Rose, tu ne me dénonceras pas à Monsieur Mandrake, hein ? Je .. Je n'aurais pas dû venir ici, en fait. Je voulais ..

Élise, étant trop dans ses pensées, n'avait pas entendu le début de la phrase de Rose. Rose, pour Élise, était une poupée de porcelaine. Elle était gentille, douce, sociable enfin toutes les qualités qu'on pouvait donner à un être humain. Et de plus, elle veillait sur les autres. Élise l'aimait beaucoup cette jeune fille, cette poupée. Doll, cela aurait pu être son surnom. Élise allait la surnommer ainsi, Doll.

Les larmes au bord des yeux, la boule dans la gorge, la petite se retint de pleurer en public. Elle avait cruellement l'impression d'être prise sur le fait et elle se mettait en situation qu'on allait déjà la gronder. Élise imagina la scène dans le Bureau de John Mandrake, la dispute sûrement. Des points en moins pour Gryffondor alors qu'ils étaient premier pour la deuxième saison. Ou alors l'expulsion de Poudlard .. Les larmes montèrent aux yeux dès qu'Elise songea à cela.

- Dites-moi, je ne vais pas être renvoyée, .. Si ?

Le coeur lourd, Élise s'assit près d'Alice essayant de ne pas pleurer. Elle essayait toujours de voir la lumière dans l'obscurité puisqu'il y avait toujours un espoir, une espérance à prendre en compte. C'était sa phrase, la petite flamme d'espoir dans l'obscurité menaçante.

- Tu n'es tout de même pas venue ici toute seule ?
- Il faut croire que si, Rose..

Sa phrase en suspens. L'esprit calmé, Élise regarda le noir de la Forêt. Elle était très effrayante mais malgré tout, Élise voulait voir tous ces dangers. Elle murmura à Alice :

- Tu ne veux pas y faire un tour ? La Nuit a l'air encore de vouloir dominer notre Monde.

Le regard de la Gryffondor s'attarda sur Alec, elle remarqua qu'elle ne le connaissait même pas. Enlevant sa cape, elle se leva et la tendit à Alec.

- Je suis Élise, Gryffondor. Et .. toi ? Tiens, je te redonne ta cape. Merci mais ça va aller.

Dans un petit sourire, Élise se rassit près d'Alice et posa sa tête dans le creu de son épaule.

( J'ai peur mais avec toi, mA Lice. Avec vous, je n'ai plus de craintes. Le Monde a l'air moins terrifiant comme si on lui avait enlevé une partie noire de lui, de ce Monde. Il a l'air moins « magique », il ne pointe plus sa baguette terrifiante sur moi mais sur nous. A plusieurs, nous sommes plus forts. Malgré mes pensées naïves, je le sais que tu me quitteras bientôt Alice, Rose aussi ... Je ne connais presque personne de jeune à part la dénommée « SOS » et Sarah. Je ne connais personne mais j'ai encore le temps devant moi, le temps pour détruire ce Monde... )




HJ :
Contente que mon topic ait autant de succès


Dernière édition par Elise Shields le Sam 29 Mar - 10:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alec Parker
Etudiant(e) en Sciences Medicinales
Etudiant(e) en Sciences Medicinales
avatar

Masculin Nombre de messages : 70
Age : 28
AGE [RP] : 18 ans
Tendance Magique : Blanche
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: MINUIT TRENTE [LIBRE]   Mer 26 Mar - 23:59

Hj: Comme Rose et Alec sont de la même année j'en est déduit qu'ils se connaissaient déja j'espère que tu n'y verras pas d'inconvéniant^^ j'espère que mon post vous plaira.

La petite tête blonde attrapa alors la cape qu’Alec lui avait pour ainsi dire obligé à mettre. Après tout rester dans la nuit fraîche avec aussi peut de vêtement n’étais pas très bon pour sa santé. Le blondinet était du genre bel âme à ne pas vouloir du mal à une mouche s’il avait suivit la jeune fille jusqu’ici c’est vrai que s’était par curiosité. Mais d’un autre coté il s’en aurait voulu s’il aurait appris qu’il lui serait arrivé du mal. Et puis entre Gryffondor on se serre les coudes!

Des bruits derrière eux se firent entendre, en ces lieux on pouvait s’attendre à une créature. Alec pointa alors instinctivement sa baguette dans cette direction un air sérieux préparent une éventuelle attaque. Encore une élève! C’est à ce demander ce que faisait le concierge de l’école…


Alice - Que font deux élèves dans cette forêt après le couvre feu, qui plus est si cette forêt, de par son nom, interdite ?

Elise - Alice, je .. Toi qui me comprend ...

Elle l’a connaissait visiblement, lui non. Elle devait être d’une autre maison… Il ne prêta alors plus attention à leur parole étant a l’affût du moindre son. Il ne fallait pas s’attarder. De nouveau des bruits… la boue sur le sol faisait que la moindre arrivée se faisait entendre. A sa grande surprise une nouvelle venue fit son entrée: Rose!

Rose - Mais... Qu'est-ce qu'il s'est passé ? J'ai entendu quelqu'un crier...
Alec - C’est une réunion? Vous vous étés passé le mot? Lança-t-il presque pour lui-même sur un ton ironique.
Elise - C'était moi. Je.. Désolée.. Rose, tu ne me dénonceras pas à Monsieur Mandrake, hein ? Je .. Je n'aurais pas dû venir ici, en fait. Je voulais ..

Elle fit les yeux de Rose se poser vers lui, il souria et lui s’avança près d’elle pour lui dire.

Alec - Ne me regarde pas comme sa! J’y suis pour rien. Je l’ai vu sortir et j’lai juste suivie.
Elise - Dites-moi, je ne vais pas être renvoyée, .. Si ?
Alec - Tant que le garde chasse ou le concierge ne nous trouve pas y’a pas de risque.

Dit le blondinet avec un petit sourire pour rassurer la jeune fille. Personne ici n’allait vendre la mèche. Ils prendraient tous par la même occasion de subir les même sanctions pour se trouver avec elle en ces lieux.

Rose - Tu n'es tout de même pas venue ici toute seule ?
Elise - Il faut croire que si, Rose..
Alec - Rose on devrait pas traîner… si les araignées étaient là qui sait ce qui peut encore arriver.

La baguette de la préfète illuminait juste leur petite troupe qui sait ce qui se cachait dans la pénombre… Elise s’approcha de lui sans qu’il l’aperçoit lorsqu’elle lui adressa la parole bêtement le garçon sursauta.

Elise - - Je suis Élise, Gryffondor. Et .. toi ?
Alec - Alec! J’tais déjà vu plusieurs fois on est dans la même maison.

Dit il avec un sourire doux tout en essayant de calmer son cœur toujours emballer par la frayeur qu’il venait de se faire tous seul. D’accord s’était le seul garçon et il ne devrait pas avoir peur… mais ses lieux ne sont vraiment pas rassurant.


Elise - Tiens, je te redonne ta cape. Merci mais ça va aller.

Alec - Ah… euh très bien.

Il attrapa sa cape et la fit glisser sur ses épaules, culpabilisant de la laisser ainsi.

Alec - Au risque d’être rabat joie on devrait retourner au château avant que les araignées reviennent…


A peine avait il terminé sa phrase qu’on entendait grouiller dans l’obscurité de la forêt. Cela pouvait être le vent dans les arbres, se disait il pour essayer de s’en persuader. S’il s’agissait des centaures…. Non non ce n’est rien. Peut être des loups! Merde si c’est des loups…

Alec - Dites, j’aimerais bien faire un feux et griller des marshmallow mais si on reste là j’pense que sa va sentir le roussis…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice I. Hagust
Elève de 6ème Année à Serdaigle
Elève de 6ème Année à Serdaigle
avatar

Féminin Nombre de messages : 15
Age : 26
AGE [RP] : 16 years
Tendance Magique : je n'utilise pas dash, donc, mes vêtements sont gris =D
Date d'inscription : 16/03/2008

MessageSujet: Re: MINUIT TRENTE [LIBRE]   Jeu 27 Mar - 4:13

Alice regardait le gène gagner petit à petit la jeune Gryffondor. Il fallait la comprendre. A elle toute seul, elle avait attiré trois élèves dans la forêt interdite. Il y avait de quoi rire. Un petit raid entre élève dans un endroit pas très rassurant. Rien de plus charmant. Oui. Alice était tentée de partir plus loin dans la forêt, rencontrant les monstres la protégeant. Cela aurait put être drôle. Courir à toutes jambes dans l’espoir de ne pas se faire percer la chair par la flèche d’un centaure. Eviter les araignées beaucoup trop grosses pour les tuer avec une simple petit sort. La noiraude sourit à ces idées. Elle était vraiment tentée de s’enfoncer dans les ténèbres de la nuit. Etant à plusieurs, sa tache se retrouvait plus dure. Elle aurait toujours pu prendre Elise sur son dos et s’enfoncer entre les branches épaisses dans le rêve de faire la découverte d’une créature étrange accompagnées par Monsieur tout et Madame Rien.

Elise- Et bien, en fait ... Je suis là, enfin non j'étais là pour ... Affronter la Nuit, et regarder ces créatures nocturnes. Tu me comprends, n'est-ce pas ? Toi qui aime tant la Nuit et ses serviteurs.

La Serdaigle attira la petite blonde vers elle en la prenant par le bras. Elle souriait, la clope entre ses lèvres.

Alice*« Ne me tente pas, petit Diable. Je pourrais t’emmener très loin de tes compagnons, dans un endroit où tu pleurerais pour retrouver les araignées. »

Oui. Bon… Parfois Alice n’avait pas tout son mental en place [surtout quand l’auteur écrit à une heure du mat’]. Elle pouvait avoir des propos étranges, qui laissaient une traînée de sueur froide dans le dos des personnes qui entendaient ses paroles. Mais Elise, la connaissant n’avait rien à craindre. Ce n’était qu’un jeu, qu’une influence qu’avait son maître la nuit sur elle. La bleue et argent en raffolait, de cette frénésie produite par la Lune. Elle en perdait un peu le sens des responsabilités et de la réalité aussi. Ce n’était pas quelque chose de dangereux, tant qu’il y avait quelqu’un pour la ramener sur le droit chemin.

Rose - Mais... Qu'est-ce qu'il s'est passé ? J'ai entendu quelqu'un crier...
Alec - C’est une réunion? Vous vous étés passé le mot? Lança-t-il presque pour lui-même sur un ton ironique.
Alice*« Ouais. T’étais pas au courrant ? Comme t’as pas apporter quelque chose à déguster, t’auras rien. »

Petite Alice rigola.

Elise - C'était moi. Je.. Désolée.. Rose, tu ne me dénonceras pas à Monsieur Mandrake, hein ? Je .. Je n'aurais pas dû venir ici, en fait. Je voulais ...
Alec - Ne me regarde pas comme ça! J’y suis pour rien. Je l’ai vu sortir et j’l’ai juste suivie.
Elise - Dites-moi, je ne vais pas être renvoyée .. Si ?
Alec - Tant que le garde chasse ou le concierge ne nous trouve pas y’a pas de risque.

Alice leva les yeux aux ciels devant le manque de tact du Gryffondor. Elise était au bord des larmes. Avec des paroles comme ça, il n’allait pas la rassurer. Si elle avait été à la place de Lili, elle se serait mise à pleurer en le traitant de méchant. Maintenant, elle était un peu trop grande pour se mettre à avoir de telles réactions. Quoique parfois, elle avait un trou de mémoire et oubliait son propre âge. Dans ces moments là, elle se trouvait très gamine.
Ce n’était pas le moment d’être un enfant. La Serdaigle caressa les cheveux de la blonde, tentant de la rassurer par se contacte. Ca la faisait sourire de devoir rassurer quelqu’un comme ça. Elle le faisait toujours avec son frère. Mais comme elle ne le voyait plus très souvent, son instinct de sœur poule était oublié.

Alice*« T’inquiète. Aucune adulte ne va passer maintenant. Et puis, on ne renvoie pas d’élève parce qu’il a fait une virée après le couvre feu. Tu t’imagines, il n’y aurait plus aucun adolescent dans Poudlard. Les profs pourraient partir à la retraite ! »

Elle lui sourit et posa ses yeux aux derrière la silhouette de Rose. Il lui avait semblé voir quelque chose bougé au niveau d’un arbre. Elle avait peut-être rêvé. Le Monde était joueur. Il profitait de ses chevaliers pour tromper les guerrières de l’aube. Les bestioles de la forêt pouvaient leur tendre une embuscade pendant qu’ils papotaient tranquillement. Hypothèse purement fictive. Plus rien n’était en mouvement. Elle se calma et remarqua d’Elise avait rendu la cape au Gryffondor. Tant qu’ils étaient au moment des présentations…

Alice*« Alice, Serdaigle. Rose, on s’est déjà croisés quelques fois pendant les cours, non ? »

Elle détailla le peu de vêtement qu’avait Elise. Ralala. Elle allait attraper un rhume si elle restait avec ça sur sa peau. Il ne faisait pas très chaud durant la nuit. Et Alice avait l’impression que la température des lieux diminuait.

Alec - Au risque d’être rabat joie on devrait retourner au château avant que les araignées reviennent…Dites, j’aimerais bien faire un feux et griller des marshmallow mais si on reste là j’pense que sa va sentir le roussis…


Elle rigola. Est-ce qu’un Gryffondor avait peur de quelques invertébrés dans ce genre ? Si ça ne tenait qu’à Alice, elle serait restée là pendant des heures. Elle aurait même succombé aux attaques de Morphée. Heureusement qu’il y avait Tout et Rien pour la tenir éveillée. Elle se leva et regarda Elise. Elle détailla ses pieds sales à cause de la boue. Veillé tard ne réussissait pas à la petit Gryffondor. Elle en oubliait ses chaussures ! Alice enleva sa veste et la passa sur les épaules de son amie.

Alice*« Je ne veux rien entendre. Tu mets ça sur tes bras et tu montes sur mon dos. »

Elle n’avait rien à dire. Alice était très sérieuse. Monsieur Tout et Madame Rien de son côté. Elise n’avait pas le choix. C’était pour son bien. Et ce n’était pas le poids mouche de la Gryffondor qui allait l’écrasée. Elle était trop légère pour ça. Et puis, Alice avait l’habitude de porter son frère quand il se chamaillait. Lui, il l’écrasait vraiment.

Alice*« Let’s go. »

Elle souleva Elise de sa branche et commença à marcher. Elle pesta contre la boue au sol. Cette saleté de terre mouillée allait tacher ses godasses. Elle avait horreur de ça. Heureusement que la magie existait. Elle marchait entre les arbres, s’assurant qu’elle utilisait bien le chemin du retour. La Serdaigle aurait bien rigolée si elle s’était perdue. Mais c’était impossible. Elle avait un sens de l’orientation incroyable. Si ils se perdaient, ça n’allait pas être de sa faute. Soudain, la noiraude s’arrêta dans sa marche.

Alice*« Il y a quelque chose qui nous suit depuis tantôt. »

Elle en était certaine. La forme inconnue qu’elle avait pensée voir tantôt était encore passée dans son champ de vision. Le truc avait sauté d’une branche à l’autre. Un sourire s’étira sur ses lèvres. Ca aurait été trop dommage de ne pas tomber sur une créature magique après tout le temps qu’ils avaient passés dans la forêt. Restait à savoir ce que c’était…

[Mwhahaha. On fait avancer le suspense. Allez petits sorciers, à l'attaque mrgreen]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose Mandrake-McIllian
Elève en 7ème Année à Gryffondor
Elève en 7ème Année à Gryffondor
avatar

Féminin Nombre de messages : 271
Age : 33
CITATION : It's the wrong kind of place, to be thinking of you
AGE [RP] : 17 ans
Date d'inscription : 28/12/2007

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Re: MINUIT TRENTE [LIBRE]   Jeu 27 Mar - 14:16

HJ : Alec > Pas d'inconvénients, au contraire ^^ ... Sortez les haches, et courrez vite XD

    La petite Elise semblait très proche d'Alice, elle faisait sans doute figure d'une grande soeur pour elle. Il était vrai que la vie n'était jamais très aisée à assumer, même pour une petite tête blonde de onze ans, qui aux yeux des sorciers possédait toute l'innocence du monde. Mais les adultes ne se posaient jamais les bonnes questions, si derrière un sourire se cachaient quelques maux ou quelques remords, pour eux un enfant, comme un adolescent, n'avait pas le sens logique assez aiguisé et l'expérience de la vie trop limitée pour se sentir mal dans sa peau. Alors oui, peut-être qu'Alice était cette chaleur réconfortante pour la jeune Elise qui pourtant semblait déjà pleine d'un potentiel encore insoupçonné. S'aventurer à cette heure-ci dans la forêt interdite, à son âge et seule de surcroît, cela relevait soit de l'inconscience, soit il fallait ne plus se soucier vraiment de sa vie, Gryffondor ou non.

    Alec - C’est une réunion? Vous vous étés passé le mot?
    Rose - En fait...
    Alice* « Ouais. T’étais pas au courrant ? Comme t’as pas apporter quelque chose à déguster, t’auras rien. »
    Elise - C'était moi. Je.. Désolée.. Rose, tu ne me dénonceras pas à Monsieur Mandrake, hein ? Je .. Je n'aurais pas dû venir ici, en fait. Je voulais ...

    La petite Gryffondor se mit à trembler légèrement, les yeux brillants de petites étoiles qui ne demandaient qu'à couler le long de ses joues. Rose ne put que lui offrir un sourire réconfortant et dénué de toute remontrance. Il fallait la comprendre, après tout. Se voir interrogée de la sorte soudainement par trois élèves venant de nulle part relevait presque de l'Inquisition. En espérant que ce n'était pas de Rose elle même, qu'elle avait peur. Oh bien sûr, en soit cette dernière n'avait vraiment rien d'effrayant, les jeunes blondes aux yeux bleus, réservées et taciturnes n'avaient jamais vraiment terrorisé qui que ce soit. Mais à présent qu'elle était avant tout " la fille du directeur de Gryffondor ", quelques regards portés sur elle avaient changés. Etrangement Rose se voyait entourée de personnes très enclines à devenir son amie. En outre pourtant, son père n'avait rien d'effrayant et était loin d'être le professeur le plus froid de tout Poudlard.

    Rose - Je ne dirai rien, même sous la torture c'est promis.

    Elle hocha doucement la tête, mais qu'Elise lui ait soumis sa requête ou non, Rose n'aurait rien dit. Pourtant il était possible que si l'on venait à apprendre que la préfète de Gryffondor laissait ses camarades courir un danger sous ses yeux, elle perdrait son poste. La réflexion tournée de ce côté là l'angoissa quelque peu. Non parce qu'elle se verrait confisquer son badge, mais parce que véritablement, Rose n'était pas non plus l'autorité incarnée, et que s'il se passait quelque chose ce soir c'était en partie sa faute. Quoiqu'elle n'avait poussé personne à se rendre ici... Mais elle n'avait pas ordonné non plus d'en sortir immédiatement. La conscience, quel horrible...don du ciel. Rose soupira d'un trop plein de pensées contradictoires dans son esprit et se tourna vers Alec.

    Alec - Ne me regarde pas comme ça! J’y suis pour rien. Je l’ai vu sortir et j’l’ai juste suivie.
    Rose - Je sais... J'étais là tout le temps où tu somnolais devant la cheminée.

    La jeune fille eut un sourire qu'on ne vit guère longtemps car elle posa aussitôt ses yeux ailleurs, consciente déjà qu'elle se vendait à moitié. Après tout cela pouvait toujours soulever des questions lorsqu'un camarade en observait un autre, distrait ou non, dans le plus grand silence. Heureusement, la voix d'Elise fut salvatrice et dévia du sujet.

    Elise - Dites-moi, je ne vais pas être renvoyée .. Si ?
    Alec - Tant que le garde chasse ou le concierge ne nous trouve pas y’a pas de risque.
    Alice* « T’inquiète. Aucune adulte ne va passer maintenant. Et puis, on ne renvoie pas d’élève parce qu’il a fait une virée après le couvre feu. Tu t’imagines, il n’y aurait plus aucun adolescent dans Poudlard. Les profs pourraient partir à la retraite ! »
    Rose - Mais oui, personne ne saura rien.

    Les yeux de la Serdaigle se posèrent derrière la jeune Mandrake qui par instinct se retourna également. Il lui avait semblé entendre un bruit, comme un bruissement ou un... ronronnement? Rose secoua faiblement la tête, elle était fatiguée, c'était indéniable. Et lorsqu'elle se retourna vers ses camarades, elle ne put s'empêcher d'esquisser un sourire amusé lorsque Alec sursauta à la vue soudaine de la petite silhouette sombre d'Elise illuminée d'un seul coup par sa propre baguette. La Serdaigle à son tour, continua les présentations, après tout cela détendait nettement plus l'atmosphère déjà relativement oppressante.

    Alice* « Alice, Serdaigle. Rose, on s’est déjà croisés quelques fois pendant les cours, non ? »
    Rose - Oui, dit-elle dans un sourire. Rose Mandrake... Mais on n'a jamais eu l'occasion de se parler vraiment.

    La voix du jeune Parker résonna alors de nouveau, tandis qu'Alice posa sa cape sur les épaules de la jeune Elise en lui sommant d'une voix douce mais ferme qu'elle n'avait pas le choix, avant de la prendre sur ses épaules. Rose laissa s'échapper un rire léger quant aux dires de son camarade Gryffondor.

    Alec - Au risque d’être rabat joie on devrait retourner au château avant que les araignées reviennent…Dites, j’aimerais bien faire un feux et griller des marshmallow mais si on reste là j’pense que sa va sentir le roussis…
    Rose - Oui, on devrait rentrer... Avant qu'il ne nous arrive quelque chose. Dans cette forêt on n'est jamais assez paranoïaque.

    Le regard bleu de la jeune blonde se posa une nouvelle fois sur les arbres sombres, là où il lui avait semblé avoir entendu un bruit. Finalement elle emboita le pas de ses camarades à la marche lourde, tant la boue semblait vouloir les clouer sur place. Les yeux de Rose se posaient à terre, pensifs, s'ils rentraient il lui fallait trouver une excuse valable pour rester dans les environs. Mais elle et le mensonge... A vrai dire la jeune Mandrake mentait aussi bien qu'un Mangemort pouvait se dire charitable, c'était à chaque fois gros comme une maison. Mais les paroles d'Alice la fit sortir de ses pensées.

    Alice* « Il y a quelque chose qui nous suit depuis tantôt. »

    Et sur ces paroles, telle Cassandre la pythie, le petit groupe d'élèves put entendre des bruissements de feuilles et des craquements de branches qui se balançaient d'elles même. Une petite silhouette sombre, féline et agile semblait les observer de là haut, l'on ne pouvait discerner à présent que ses yeux perçants et... menaçants ? Quoiqu'il en soit, cela n'avait rien de très rassurant, et Rose sursauta lorsque la petite silhouette sauta à terre. Lorsqu'elle reconnut la créature, la préfète soupira d'un soulagement et esquissa un sourire.

    Rose - Ce n'est qu'un fléreur... Elise je crois qu'il t'aime bien... tu vas pouvoir l'adopter.

    Toute cette aventure pour... une créature aux allures de chat. L'avantage c'est qu'à présent ils pouvaient confirmer qu'ils étaient tous des personnes recommandables puisque ces petites créatures-ci, en plus de s'attacher aux sorciers, repéraient facilement les personnes non fréquentables et le leur faisaient savoir. Ce dernier semblait d'ailleurs suivre la Serdaigle d'un pas rapide, le museau levé frénétiquement vers la petite Elise. Rose semblait presque déçue de ne pas avoir pu vivre quelque chose de plus prenant, mais en un sens ce n'était pas plus mal. La petite troupe se remit en marche lorsque de hauts arbustes en face d'eux se mirent à bouger d'eux même, mouvant dangereusement, et bientôt de larges mains puissantes allèrent écarter les branchages. Une haute silhouette se dessina devant eux, visiblement fort mécontente, on put entendre un sabot frappé puissamment à terre. L'homme s'avança de quelques pas, révélant sous les yeux des élèves un centaure furibond qui leur barrait la route.

    Ronan - On ne souille pas la forêt de vos pieds ingrats lorsque la nuit tombe, petits humains.

    La jeune Rose se retourna et hoqueta légèrement de surprise lorsqu'elle vit derrière eux un autre centaure aux airs tout aussi... chaleureux. Finalement, sortir de la routine avait ses avantages comme ses inconvénients...

    Rose - On ne voulait pas vous offenser. On est juste venus... chercher notre amie qui s'était perdue...
    Ashram - Si c'était son heure de mourir, alors il fallait la laisser ici, répondit la voix grave et ferme du centaure derrière le petit groupe.

    Charmant...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise Shields
Elève en 1er Année à Gryffondor
Elève en 1er Année à Gryffondor
avatar

Féminin Nombre de messages : 41
Age : 24
Date d'inscription : 11/11/2007

Présentation du Personnage
Inventaire: Un Balai, des chaussettes magiques et des oreilles à rallonges.
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Re: MINUIT TRENTE [LIBRE]   Jeu 27 Mar - 20:02

HJ : Je veux pas répéter toutes les paroles de ce que vous avez dit, ni les faits et gestes. Je me contenterai de faire avancer l'état d'esprit et le RP en mettant de l'action mrgreen
J'adore ce RP, les gens !


Après les vagues présentations, Élise se retrouva dans les airs. Enfin non, pas vraiment, la vue de la Forêt était encore plus détaillée : on pouvait y voir toutes les silhouettes sombres, éclairée par Dame la Lune, Élise plissa les yeux. Son apparence quelque peu miteuse donnait l'impression qu'elle s'était évadée du dortoir de Gryffondor, de force mais Élise aimait se donner un air suppliant. Sous ses petits airs innocents, elle aimait se donner une carapace dure mais douce. Ses cheveux légèrement argentées par les rayons de la Dame nocturne, flottaient délicatement sur sa chemise de nuit blanche et elle n'était habillée que de ça ; presque nue dans un endroit des plus dangereux.

( On devrait rentrer ? Oui, sûrement. Mais qui en a réellement envie ? De dormir, il est bientôt .. bientôt une heure, enfin je ne sais pas et qui a envie de dormir si on est réveillés et l'esprit remplis de pensées ? Je n'ai pas envie de rentrer, tu le sais. Tout le monde le sait et je n'ai qu'une envie : rester ici, en leur compagnie et .. voir de ces créatures magiques. Est-ce possible ?
- Ma sotte, oui c'est possible puisque tout ce que nous pouvons penser est réalisable. Maintenant, tu n'en as pas le droit et tu ne dois pas rester ici.
Je m'en fiche, je ne t'écoute pas toi. )


- Il y a quelque chose qui nous suit, depuis tantôt.
- Ce n'est qu'un fléreur... Elise je crois qu'il t'aime bien... tu vas pouvoir l'adopter.

Élise sursauta, sa vision d'en bas était quelque peu floue puisqu'elle avait déjà l'impression d'être dans le ciel. Sur les étoiles, Élise ferma les yeux et s'imagina en train de faire un match de Quidditch, le tout dernier balai, le vif d'or entre les doigts et un grand sourire aux lèvres : c'était exactement ainsi qu'elle était en ce moment même, sa petite main tendue vers le néant, un grand sourire et un souffle tout près. Élise ouvrit les yeux et :

- Aaaaaaaah !

Ce n'était qu'un fléreur mais Élise ne savait même pas ce que c'était. Un fléreur ressemblait à une silhouette de chat, ses moustaches et son ronronnement faisaient penser à Élise à un chat mais l'apparence n'était pas la même. Sa queue de lion battait joyeusement comme si il avait rencontré une proie mais il n'y avait rien .. d'appétissant. Élise le regarda d'un air louche, il n'y avait qu'elle en face de sa vue, il avait grimpé rapidement le dos d'Alice, quelque peu surprise.

- C'est .. quoi ?

Malgré les nombreuses connaissances d'Elise, elle ne savait pas tout. Croyant qu'on ne pouvait qu'adopter qu'un hibou comme animal de compagnie, la petite Shields ne s'était pas renseignée sur l'identité d'un quelconque animal ressemblant à un chat/lion. Son apparence était, à part ses immenses oreilles, belle. Les couleurs tachetées de sa fourrure et son air joueur charmaient Élise.

- Dites, on peut l'adopter ? Je veux dire, comme animal de compagnie, comme un hibou en fait ?

Élise approcha sa main du pelage de l'animal et ce dernier se mit à ronronner encore plus fort. Ce qu'elle ne savait pas c'est quand un Fléreur s'attachait à un sorcier, il ne la quittait plus, plus du tout. Mais encore, inconsciente de la conséquence de l'adoption du petit animal, Élise sourit et le laissa se lover dans son dos, dans le creu de son épaule, ronronnant très fort.

Remarquant une silhouette plus foncée, elle plissa encore plus les yeux et le Fléreur se mit à battre plus rapidement de la queue.

- Petit fléreur, calme-toi ... Ça veut dire quoi quand il s'énerve ?

Élise jeta un coup d'oeil à la bestiole, ses yeux ronds et son air menaçant ne présageaient rien de très bon.

- On ne souille pas la forêt de vos pieds ingrats lorsque la nuit tombe, petits humains.
- On ne voulait pas vous offenser. On est juste venus... chercher notre amie qui s'était perdue...
- Si c'était son heure de mourir, alors il fallait la laisser ici.

Élise se retourna et lança un regard furieux à la personne qui avait dit cela, Rose était en conversation avec .. un centaure. Élise sentit son coeur battre plus fort dans ses tempes, une fois de plus. Elle voyait .. un centaure ! Cela voulait sûrement dire que les licornes étaient bel et bien vivantes dans cette Forêt, non ?

- Monsieur .. Le Centaure, je ne voulais pas .. mourir. Je voulais juste .. explorer. Vous nous faites visiter ?

L'expression du visage d'Elise était joyeux, dans une situation des plus inquiétantes. Mais qu'importe .. Si ils se faisaient prendre, ce serait tous les quatre en compagnie d'un centaure. Et Élise allait faire de beaux rêves dès qu'elle allait rentrer. La petite sauta à terre, le Fléreur miaula de tous ses poumons en s'agrippant aux habits de la fillette, quelque peu .. déchirés à présent. Élise sentit Alice qui lui remit la cape sur les épaules, cet habit frêle mais qui recouvrait quand même tout son dos, lui était bien utile. Élise regarda Alec, encore dans un signe de remerciement. Quelques gouttes de sang perlèrent dans le dos de la Gryffondor, son sang coulait quelque peu, recouvrant la couverture d'un liquide chaud et sombre mais elle s'en fichait pas mal.

L'esprit curieux, la fatigue s'envola comme par magie, c'était le cas de le dire, Élise s'aventura un peu plus dans la Forêt, laissant quelques mètres de distance entre elle, le groupe et le centaure. Elle et son fléreur, Élise prit sa baguette, ne voyant rien :

- LUMOS !

Et la lumière fut. La lumière jaillit de la baguette de la petite, donnant juste sur .. Une gigantesque araignée et sa bave, ses yeux rouges et ses immenses pattes velues. Élise hurla un bruit incompréhensible, le Fléreur miaulait et Élise voulut prononcer un sort de défense mais de peur, de tremblement, elle avait laissé tomber sa baguette. A l'aveuglette, elle essaya d'attraper sa baguette mais impossible de la retrouver. La deuxième fois qui lui arrivait des misères avec cette baguette, la première fois : elle se cassait en plein cours et la seconde, elle l'avait perdu.

Le Fléreur avait sorti les griffes devant l'arachnide, d'un air courageux il essaya de griffer ces horribles pattes mais rien n'y fit. Élise aurait dit : après un cauchemar pareil, rien ne vaut un bon carré de chocolat au lait. Mais .. elle vivait le cauchemar. Ce que Monsieur Monde était susceptible, voilà on avait osé dire que le Monde n'était pas aussi bien que tout le monde pensait et il contre-attaquait.

- Aidez-moi ... suppliait la petite, sentant que l'araignée se rapprocher de plus en plus d'elle.

Rien aurait dû arriver de tout cela si Élise ne s'était pas laissée tenter par sa curiosité, la vilaine...


Dernière édition par Elise Shields le Jeu 27 Mar - 20:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alec Parker
Etudiant(e) en Sciences Medicinales
Etudiant(e) en Sciences Medicinales
avatar

Masculin Nombre de messages : 70
Age : 28
AGE [RP] : 18 ans
Tendance Magique : Blanche
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: MINUIT TRENTE [LIBRE]   Jeu 27 Mar - 21:16

HJ: Si j'en fais de trop dites le moi XD

Rose - Oui, on devrait rentrer... Avant qu'il ne nous arrive quelque chose. Dans cette forêt on n'est jamais assez paranoïaque.
Alec - Ouep c’est parti!

Dit il commençant à aller à l’avant avec Rose. Il aperçut alors Alice prendre la petite Shields sur son dos. Quel idiot il n’y avait pas pensé! Il l’aurait fait… il voulut prendre la parole pour savoir si elles avaient besoin d’aide mais la Serdaigle semblait parfaitement à l’aise.

Alice*« Let’s go. »

Les bruits de leurs pas dans la boue couvraient de nombreux bruits de la forêt, Alec essayait d’être attentif toujours à l’affût de la moindre bestiole. Il ne voulait pas affoler la troupe mais il sentait quelque chose dans la foret.


Alice*« Il y a quelque chose qui nous suit depuis tantôt. »

Bien! Il n’était pas le seul semble t’il à jouer les parano. Il s’arrêta et posa un doigts sur sa bouche pour faire comprendre aux autres de garder de silence. Il pointa sa baguette face à lui prêt à débusquer le traqueur. Quelque chose bondit alors d’un arbre. Instinctivement Alec pensa à un loups, il allait lancer un sort lorsqu’il aperçut un félin: un Fléreur….

Rose - Ce n'est qu'un fléreur... Elise je crois qu'il t'aime bien... tu vas pouvoir l'adopter.


En effet la petite bête à poil s’était immédiatement approchée de la première année. Le cœur du garçon était redevenu calme. Il est très émotif et ressent ses émotions très intensément. Le crie d’Elise lorsque la petite bête s’approcha d’elle fit rire le Gryffondor qui essayait de retirer un peut de boue qui se déposait de plus en plus sur ses chaussures…


- Dites, on peut l'adopter ? Je veux dire, comme animal de compagnie, comme un hibou en fait ?

Alec - C’est pas très commun mais j’crois que oui. Prend quand même garde il est sauvage…

Rose remis tout le monde en marche, Alec avança rapidement pour se mettre à son niveau. Ce n’est qu’après quelques mètres qu’ils durent s’arrêter de nouveau. Le Fléreur s’était mis à cracher… Mauvais signe. Le blondinet fit signe à Alice de se tenir en arrière. Des bruits de sabots… Les centaures. Un peuple peut sociable…

Ronan - On ne souille pas la forêt de vos pieds ingrats lorsque la nuit tombe, petits humains.
Rose - On ne voulait pas vous offenser. On est juste venus... chercher notre amie qui s'était perdue...
Ashram - Si c'était son heure de mourir, alors il fallait la laisser ici
- Monsieur .. Le Centaure, je ne voulais pas .. mourir. Je voulais juste .. explorer. Vous nous faites visiter ?


En espérant qu’ils en prennent pas sa comme une insolence Alec s’avança perdant de vue le reste de la troupe. Il baissa sa baguette pour ne pas représenter une menace et lança.

Alec - Il y a méprise excuser nous d’avoir pénétré sur vos terres. Cela ne se reproduira plus.

Ronan - Sans aucun doute car vous ne ressortirez pas d’ici!
Alec - Si le personnel de Poudlard s’aperçoit de notre disparition et apprennent que c’est votre peuple vous aurez des ennuis.

Le jeune Parker jouait avec le feux… il savait qu’en disant cela il n’avait pas tord mais pouvait surtout attiser la colère des quadrupèdes.


Alec - Nous allons donc nous retirez tout simplement…
- Aidez-moi ...

Le Gryffy fit volte face pour voir ce qu’il se passait, Elise manquait à l’appel. Il l’a chercha du regard mais dans le noir de la forêt s’était difficile. Il repéra pourtant un halo de lumière! Il serra sa baguette plus fort et se mit à courir dans cette direction mais le centaure voyait les choses autrement! Il le rattrapa en deux foulés et l’attrapa la gorge avec ses bras. Alec se stoppa net.


Ashram - Ou comptes tu aller petit impertinent!

Alec - Alice va l’aider! Rose couvre la!

Il n’avait aucunement envi de passer pour le donneur d’ordre mais leur position était plus que délicates….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice I. Hagust
Elève de 6ème Année à Serdaigle
Elève de 6ème Année à Serdaigle
avatar

Féminin Nombre de messages : 15
Age : 26
AGE [RP] : 16 years
Tendance Magique : je n'utilise pas dash, donc, mes vêtements sont gris =D
Date d'inscription : 16/03/2008

MessageSujet: Re: MINUIT TRENTE [LIBRE]   Ven 28 Mar - 12:58

[Nan, ça va, nickel =)]

Alice soupira. Une action qui aurait pu se faire passé comme un soulagement, s’il n’y avait pas eu sa mine déconfite. Elle tirait la tronche devant l’animal à poils. Elle s’était attendue à tellement plus de cette ombre. Elle espérait voir une créature dangereuse leur sauté dessus. Alors, dans un acte de défense, elle aurait brandit sa baguette, murmurant un sort au hasard de son répertoire qui aurait fait partir la créature en poussant des couinements plaintifs. La Serdaigle aurait rigolé et aurait sortit une cigarette de ses poches.
Son esprit rêveur la quitta quand elle remarqua le fléreur. Elle aimait bien ce genre de bestioles pour l’avoir vu dans les livres. En voir un en vrai révélait quelque chose d’excitant. Si bien qu’elle oubliait un peu sa peine pour sourire en voyant l’animal s’approcher d’elle et par la même occasion d’Elise. Il grimpa sur Alice, enfonçant légèrement ses griffes dans sa peau pour arriver en haut de son perchoir. La Serdaigle pesta. La créature ressemblait à s’y méprendre à son propre chat. Lui aussi aimait bien grimper partout en marquant les lieux de ses ongles tranchants. Le problème était que ces stupides animaux ne faisaient pas la différence entre les objets et les être vivants.

Elise-Dites, on peut l'adopter ? Je veux dire, comme animal de compagnie, comme un hibou en fait ?
Alec - C’est pas très commun mais j’crois que oui. Prend quand même garde il est sauvage…

La noiraude rigola, manquant de faire tomber son chargement. Elle venait de perdre l’équilibre en posant son pied dans une flaque de boue un peu trop collante à son goût. Elle pesta un peu trop fort contre le sol humide de la forêt, trouvant qu’il aurait du y avoir un désert aride au lieu qu’un mini marécage. Elle tira d’un grand coup sa jambe, retrouvant la liberté de mouvement qu’elle avait au précédent, avec juste sa chaussure avec de nouveaux motifs. Elle râla une fois de plus et se remit en marche. Elle regardait où elle mettait les pieds, tentant d’éviter au mieux un nouveau piège des bois. Elle était si imprégnée de sa tache qu’elle ne vit les centaures quand Alec la fit reculer d’une main. Son visage changea de tout au tout. Elle en avait même oublié son pied. La bleue et argent souriait comme un enfant qui venait de recevoir le cadeau qu’il attendait depuis des années, sans espérer réellement l’avoir. Son esprit lui murmura qu’elle rêvait sûrement. Sa raison lui dit que non puisque Tout et Rien était avec eux.

Ronan - On ne souille pas la forêt de vos pieds ingrats lorsque la nuit tombe, petits humains.

Rose - On ne voulait pas vous offenser. On est juste venus... chercher notre amie qui s'était perdue...
Ashram - Si c'était son heure de mourir, alors il fallait la laisser ici
Elise- Monsieur... Le Centaure, je ne voulais pas… mourir. Je voulais juste... explorer. Vous nous faites visiter ?

Alice leva les yeux aux ciels. Il fallait pesé ses mots en la présence d’être pareils que ceux-ci. Il fallait aussi faire attention à l’attitude qu’on arborait. Elle aurait pu suivre ses propres conseils mentaux si elle n’était pas dans un tel état d’euphorie. Leur vie était en danger et elle, elle se contentait de les regarder avec admiration. Ils auraient pu être des Dieux qu’ils n’auraient pas eu droit à un tel dévouement d’une fanatique. Elle était tellement prise dans sa contemplation qu’elle ne sentit qu’à moitié Elise s’en aller.

Alec - Il y a méprise excuser nous d’avoir pénétré sur vos terres. Cela ne se reproduira plus.

Ronan - Sans aucun doute car vous ne ressortirez pas d’ici!
Alec - Si le personnel de Poudlard s’aperçoit de notre disparition et apprennent que c’est votre peuple vous aurez des ennuis.

La Serdaigle perdit son sourire d’enfant gâté, revenant un minimum sur terre. Ses lèvres formèrent un rictus d’amusement, ne promettant rien de bon pour les minutes qui suivront. Elle sortit sa baguette juste au cas ou. Elle regarda les créatures mi-hommes, mi-chevaux dans les yeux, non sans trop d’arrogance. Elle se disait bien qu’à la moindre erreur d’interprétation de leur part, les élèves seraient immédiatement percés d’une petit flèche en plein dans le thorax.

Alec - Nous allons donc nous retirez tout simplement…


Bonne idée Alec. On reconnaissait bien le Gryffondor maintenant. Mais il manquait Elise. Elle avait du prendre la poudre d’escampette à un moment ou un autre. Elle regarda à gauche. Rien. Le noir. Elle tourna la tête à gauche et vis la lumière bleutée de la baguette de la petit Gryffondor.

Elise- Aidez-moi ...

Alice voulu partir lui courir après, mais elle se retourna vers Alec. Il venait de se faire agripper par un des centaures. Elle le regarda, une lueur de crainte dans le regard pour le seul garçon de la bande. Elle devait l’aider. Mais il y avait aussi Elise qui était en mauvaise posture…

Ashram - Ou comptes tu aller petit impertinent!
Alec - Alice va l’aider! Rose couvre la!
Alice*«Ok. Evite juste de crever hein ! »

Elle partit en courant, se persuadant qu’il était capable de se débarrasser de cette créature tout seul. Néanmoins, le sol était glissant et elle tomba, se rattrapant à une branche. Elle remercia le bout de bois et vit que le copain d’Ashram l’avait suivit. Elle pointa sa baguette dans sa direction, murmurant un faible « incarcerem ». Une épaisse corde vint accroché l’animal à un arbre. La bleue et argent avait conscience que ça n’allait pas le retenir très longtemps, mais ça lui permettrait de se rendre près d’Elise sans avoir droit au même sort qu’Alec.
La Hagust reprit sa course, évitant du mieux qu’elle pouvait les aléas que lui dressait la Nuit. Elle ne fixait que le point bleu qui disparu dans les ténèbres. Elle pesta contre cette farce de Monsieur le Monde et se servit du sort qu’avait utilisé Elise. La lumière vint éclairé son chemin et tomba droit devant la petit Gryffondor. Elle fut soulagée de la voir toujours en un seul morceau. Mais pas assez pour se rassurée que la grosse arachnide n’était qu’une rigolade de la forêt. Elle n’était plus très loin de la petite fille quand l’énorme invertébré sauta sur Elise.

Alice*« Repulso ! »

La formule avait jaillit de sa bouche, par pur réflexe. Le monstre fut propulsé vers l’arrière, se cognant contre une pierre. Le choc n’avait pas été violent. L’animal se relevait déjà. Alice en profita pour se rapprocher d’Elise et de la faire reculer prudemment avec elle. Elle sentait la petite tremblée de tous ses membres. Il y avait de quoi. La noiraude qui, en temps normal n’avait pas peur des araignées, elle devait avouée que devant un spécimen de cette taille, son épiderme ne restait pas sans réagir. L’invertébré velu ne tarda pas à combler la distance entre eux, s’assurant de piéger les élèves à présentes proies de cette infâme bestiole.

Alice*« Waddiwasa »

Un rocher vint écrasé l’ennemi, faisant gicler son sang sur le bas du pantalon de la Serdaigle. Elle pesta une nouvelle fois. Est-ce que ce truc partait au lavage ?
Alice se retourna vers Elise. Elle la prit dans ses bras, la rassurant du mieux qu’elle le pouvait.

Alice*« Calme. Ca va aller. On va bien, c’est le principale »

Elle remarqua qu’Elise n’avait plus sa baguette. Elle avança près du corps de la bestiole, cherchant après l’instrument plus que nécessaire pour pratiquer la magie. Elle scruta le sol des ses yeux noirs, lorgnant un peu sur les pattes de l’araignée à présente morts qui bougeaient un peu, emportée par le vent. C’était à croire que la Nuit voulait encore soulever ses combattants, même mort. Elle trouva la baguette d’Elise en dessous d’un des restes de l’araignée. Elle s’abaissa, la ramassa et adressa un sourire triomphant et réconfortant à Elise. Elle ne remarqua pas la marche effrénée d’un congénère du Monde derrière elle. Ni même le fil qu’elle cracha dans son dos pour le faire tomber. La Serdaigle comprit qu’il y avait encore des combattants pour le monde quand elle se retrouvant au sol, un abdomen velu au dessus de la tête.

Alice*« Whaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !! C’est quoi cette….. »

Sa baguette lui avait échappé des mains. Elle se retrouvait au sol, sans arme contre cet horrible animal, Monsieur Tout et Madame Rien en spectateurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose Mandrake-McIllian
Elève en 7ème Année à Gryffondor
Elève en 7ème Année à Gryffondor
avatar

Féminin Nombre de messages : 271
Age : 33
CITATION : It's the wrong kind of place, to be thinking of you
AGE [RP] : 17 ans
Date d'inscription : 28/12/2007

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Re: MINUIT TRENTE [LIBRE]   Ven 28 Mar - 14:03

    S'ils voulaient de l'aventure, ils étaient servis. Après tout les centaures étaient connus pour être bourrus et assez susceptible pour vous embrocher d'une flèche à chaque parole qui leur paraissait déplacée. Et encore, même se faire passer pour un muet devant eux pourrait réserver le même sort. Quatre élèves contre deux centaures. Malgré leur -faible- supériorité numérique, il n'y avait aucune chance qu'ils n'en viennent à bout, sinon à force de diplomatie. En outre il fallait avouer qu'ils étaient impressionnants avec leurs carrures massives et imposantes, ainsi que leurs sabots qu'ils frappaient à terre d'un regard menaçant. Il était fort possible que si les centaures toléraient la présence d'humains dans la forêt le jour, ils ne pardonnaient plus la nuit venue. Le fléreur se mit à cracher à l'encontre des créatures, mais en somme ça n'avantageait pas franchement les élèves, tant les centaures pourraient le prendre comme une offense venant de leur part. Dire qu'ils étaient si proches de la sortie, les rayons de la lune perçaient un peu plus les branchages des arbres qui se faisaient moins denses, aussi les quatres camarades ne devaient pas se trouver si loin de la lisière. Le tout était de conserver leur calme, et de ne jamais détourner leur regard des centaures pour le moins imposants.

    Alec - Il y a méprise excuser nous d’avoir pénétré sur vos terres. Cela ne se reproduira plus.
    Ronan - Sans aucun doute car vous ne ressortirez pas d’ici!
    Alec - Si le personnel de Poudlard s’aperçoit de notre disparition et apprennent que c’est votre peuple vous aurez des ennuis.

    Rose donna un discret coup de coude dans les côtes de son camarade Gryffondor. Pour un peu ils prendraient cette remarque comme un affront, ce qui dans ce cas leur laisserait une chance vraiment infime de regagner un jour le château. Son regard bleu ne se détournant pas de celui qui semblait être le chef, elle ne vit pas Elise partir inconsciemment faire sa promenade, alors même qu'ils tentaient de trouver un terrain d'entente avec les créatures.

    Alec - Nous allons donc nous retirez tout simplement…
    Rose - Nous sommes désolés si nous vous avons offensés, ce n'était pas notre attention.

    Avec une excuse sincère, ça passait toujours mieux. Le centaure face à eux se redressa légèrement, il semblait prompt à les laisser passer, ce qui arracha des lèvres de Rose un soupir de soulagement. Le silence se fit alors, lourd et tendu, seulement rompu par le sifflement du vent dans les branches d'arbres, c'en était presque oppressant. Il avait semblé à la jeune fille que le centaure pesait en lui même le pour et le contre de les laisser partir. Il alla pour parler lorsqu'une voix portante se fit entendre. Elise n'était plus là et scandait de l'aide, faisant se retourner de surprise les trois camarades. Rose emboita d'un pas rapide Alec qui n'avait pas réfléchi à deux fois avant de se lancer à sa recherche, mais il fut bientôt rattrapé par une main puissante qui encercla sa gorge d'un geste menaçant. Les deux jeunes filles se retournèrent, mais le Gryffondor en décida autrement.

    Ashram - Ou comptes tu aller petit impertinent!
    Alec - Alice va l’aider! Rose couvre la!
    Alice* «Ok. Evite juste de crever hein ! »

    La jeune fille hocha la tête, mais l'on percevait dans ses gestes une hésitation certaine. Et si le centaure partait avec le Gryffondor ? La silhouette d'Alice s'enfonça avec vivacité dans les buissons, tandis que Rose jeta un dernier regard à Alec, on pouvait y lire comme une demande explicite qu'il lui pardonne d'avance. La Gryffondor avait cet horrible sentiment de le laisser à son sort, mais de l'autre côté Alice et Elise étaient peut-être elles aussi en danger. Après une longue seconde qui lui parut interminable, la jeune blonde se décida à suivre vivement la Serdaigle, mais elle fut rattrapée à son tour par une main puissante qui lui attrappa le bras à lui en couper la circulation. Rose laissa échapper une brève plainte surprise, son regard bleu se levant sur le deuxième centaure comme une légère supplique. Mais l'autre créature parla alors à voix grave.

    Ronan - Attrape les deux autres humaines d'abord.

    Ashram hocha la tête sans un mot, poussa Alec vers Ronan d'un geste brusque qui attrapa le Gryffondor avec poigne, et projeta Rose à terre sans doute dans un élan de frustration. La jeune Mandrake sentit sa tête se cogner contre quelque chose d'affreusement dur et glacial, sa vue se troublant déjà alors même qu'elle ne comprenait pas ce qui avait pu se passer. Les bruits de sabots du centaure se lançant à la poursuite d'Alice lui semblait horriblement loin, tous ses sens semblaient s'être troublés le temps que son esprit se remette du choc violent. Les mains posées à terre, ses yeux bleus se posèrent sur ce qui l'avait à moitié assommée. Elle vit alors une grosse pierre aux abords tranchants qui lui avaient semblés être légèrement recouverts d'une teinte rouge carmin. Rose se redressa fébrilement, la suite logique de toutes ces données fit qu'elle se passa naturellement une main sur sa tempe droite, sentant sous ses doigts son sang couler le long de celle-ci. Dans un soupir, la jeune Gryffondor se leva aussi rapidement qu'elle le pouvait et se mit à courir à vive allure à travers la forêt, non sans un dernier regard pour Alec. Sa vision était à moitié troublée, Rose ignorait si elle avançait aussi vite qu'elle le souhaitait, néanmoins elle se laissait porter par la voix d'Alice qui résonnait au loin. Puis un cri soudain. La Gryffondor arriva à ce même moment, légèrement essoufflée elle reprenait néanmoins peu à peu ses esprits troubles. Sans réfléchir, la jeune fille pointa sa baguette sur l'arachnide penchée joyeusement au-dessus de la Serdaigle prisonnière et scanda avec force un sort qui propulsa l'immonde créature dans un jet de flammes.

    Rose - Lashlabask !

    L'araignée fut propulsée contre un arbre dans une sorte de cri aigu qui faisait véritablement froid dans le dos. La créature se remit aussitôt sur pattes mais semblait néanmoins plus fébrile et plus fatiguée. Sans réfléchir la jeune Mandrake lança un nouveau sort qui cette fois-ci lui fut fatal.

    Rose - Incendio !

    De nouveaux cris effrayants, l'arachnide tomba alors sur le dos repliant ses pattes velues contre elle même, consummée par les flammes crépitantes. La respiration quelque peu haletante, Rose lança un aguamenti informulé afin d'éteindre le feu sur le cadavre de la créature, et posa tour à tour son regard sur ses camarades.

    Rose - Désolée...

    Il y avait sans doute moins désagréable comme façon de tuer une créature du genre, mais face aux dangers on ne contrôlait guère ses réactions. La Gryffondor s'approcha d'Alice et l'aida à se défaire de ses liens dans un sortilège de Dissendium. Elle se releva alors, passant une main sur son front en sueur et légèrement souillé de sang asséché, ce qui n'était pas franchement des plus agréables, et déglutit doucement avant de poser son regard sur les deux jeunes filles.

    Rose - Je ne sais pas où est l'autre centaure mais... il faut qu'on se dépêche de retrouver Alec.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise Shields
Elève en 1er Année à Gryffondor
Elève en 1er Année à Gryffondor
avatar

Féminin Nombre de messages : 41
Age : 24
Date d'inscription : 11/11/2007

Présentation du Personnage
Inventaire: Un Balai, des chaussettes magiques et des oreilles à rallonges.
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Re: MINUIT TRENTE [LIBRE]   Sam 29 Mar - 10:51

free music


Élise sentit la bête s'avancer de plus en plus vers elle, Élise ne détestait pas les araignées mais quand vous êtes à moitié endormi, quelque peu fatigué et vous vous retrouvez face à face avec une araignée gigantesque qui veut vous mettre dans son cocon qu'elle a confectionné spécialement pour vous, quoi de plus charmant à deux heures du matin... Les pattes velues s'avançaient vers la peau blanchâtre de la jeune fille et celle-ci pleurait à flot, de peur, de crainte, murmurant des « J'veux pas mourir.. » à qui voudra.

- Repulso !

La voix de la personne ressemblait à celle de son Alice, Élise en fut ravie. La bête fut propulsée contre un arbre où on put voir que son abdomen avait été endommagé, la petite aurait pigné dans ce cas là, seule mais accompagnée de deux de ses amies, elle laissa juste quelques larmes de peur couler. Élise tremblait de tout son corps, elle ne pouvait s'arrêter : Élise avait, pourtant, toujours rêvé de vivre des choses hors du commun mais quand on y jouait sa vie, Élise ne savait pas profiter et pensait juste à sauver la peau de ses proches et la sienne, si elle le pouvait. Quelques sorts lancés courageusement par Alice et le sang de l'araignée se mélangeait entre la boue et les branches du sol de la Forêt.

- Calme. Ca va aller. On va bien, c’est le principale

- Oui ... Ca va aller.. Où sont les autres ... ? répondit Élise, en essayant d'articuler le plus possible. Ses lèvres tremblotaient et la boule, encore restée dans sa gorge, n'était pas partie : Élise était en larmes.

Élise regarda Alice récupérer sa baguette, elle la remercia mais .. un autre abdomen vint sur Alice et Élise émit encore un cri.

( Pas encore ! Sale bestiole, bas les pattes de ma moitié ! T'as pas intérêt à lui faire de mal, toi... )

- Lashlabask !

Une autre voix arriva à la hauteur des deux filles. Rose se tenait là, à moitié trébuchante. Élise prit la main d'Alice et vint se poster près de Rose, lui tenant gentiment le bras pour -de peur- qu'elle ne tombe pas dans ces bois dangereux. Ce qu'elle put dire était un faible « Désolée... » mais un désolement de quoi ? Et surtout pour quoi faire ? Personne n'en avait besoin en ce moment, ce qu'il fallait faire c'était plutôt retrouver Alec.


- Je ne sais pas où est l'autre centaure mais... il faut qu'on se dépêche de retrouver Alec.
- Que lui ait-il arrivé ?

Élise s'imagina plein de choses, Alec avait été suspendu à un arbre, près du Saule Cogneur et se débattait de toutes ses forces – Il avait été pris de surprise par une araignée et celle-ci en avait fait joyeusement son entrée et maintenant, elle les attendait toutes les trois pour la suite de son festin – Un détraqueur avait surgis de nulle part et avait aspiré l'esprit si gentil et courageux du Gryffondor...

Pendant qu'Elise s'imaginait des choses horribles sur le sort du pauvre Alec, les trois filles avançaient silencieusement, mais ce silence était scandé par les reniflements des pleurs d'Elise. Le peu de sang de l'araignée qui lui était arrivé au visage dégoulinait sur sa pauvre robe et ... Élise se retourna : elle avait perdu la cape d'Alec ! Dans le fond de l'action, Élise ne s'en était pas rendue compte et sa chemise de nuit, était devenue entre le marron et le noir parsemé de tâches de blanc parfois. Élise n'était sûrement pas la pire, elle jeta un coup d'oeil à son aînée Gryffondor – lui tenant toujours la main fermement - : elle n'arrivait presque plus à marcher. Il fallait vite l'emmener à l'infirmerie ou alors, l'emmener à quelqu'un de confiance qui soignait bien.

- Rose .. On va t'emmener à l'infirmerie... promit la petite mais d'une voix si faible que Rose n'avait entendu que « Rose » et « infirmerie ».

Élise sentait tous les membres de son corps comme se détacher d'elle. Elle n'aimait plus cette Forêt, c'était décidé mais le pire n'était sûrement pas à venir : des millier de petites araignées les entouraient. Élise remarqua dans ce grand cercle où toutes les trois arrivaient, Alec. La silhouette encore inconsciente du garçon et les envies meurtrières des araignées ne faisaient pas bon ménage. Élise brandit sa baguette :

- Protego !

Les quatre humains furent recouverts d'une bulle bleuâtre. C'était sûrement le sort, le moins facile qu'Elise arrivait à manier du haut de ses onze années mais elle y arrivait, tout de même. La faible couche de bleue les recouvrait suffisamment pour qu'Elise trottina jusqu'à Alec, d'un air piteux.

- Alec ... ?
- HmmhhHHh... - ces faibles grognements étaient anormals, on aurait pu croire qu'il dormait mais c'était totalement faux -
- Que lui ont-ils fait ? Que s'est-il passé ... ?

Cette question adressée à ses deux amies montraient la peur de la petite, elle avait parlé d'une voix chevrotante.. Élise posa sa main sur le front d'Alec.

- Il est très froid ... C'est normal ?! Est-ce que les centaures ont .. des pouvoirs ?

Si Élise n'avait pas été penché sur Alec, elle aurait pu voir en dehors : la silhouette de deux centaures qui les regardaient comme amusés, le nombre d'araignées diminuait constamment. Son sort marchait encore, mais encore combien de temps ... ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alec Parker
Etudiant(e) en Sciences Medicinales
Etudiant(e) en Sciences Medicinales
avatar

Masculin Nombre de messages : 70
Age : 28
AGE [RP] : 18 ans
Tendance Magique : Blanche
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: MINUIT TRENTE [LIBRE]   Sam 29 Mar - 20:20

HJ: Désolé j'ai pas vraiment fait avancer l'action >.<

Aussi vite qu’elle le put, le blondinet vit Alice s’éloigner en direction du cri de la petite Gryffondor en danger… Hélas une bonne nouvelle peut en cacher une mauvaise… Rose s’était faite attrapée elle aussi! Alec se débat quelque peut, ses pieds dérapent sur la boue... Plus il essayait de se défaire de ses liens plus le centaure resserre sa poigne faisant hoqueter le jeune Parker.

Bon point les deux Gryffy retenait l’attention des quadrupèdes pendant qu’Alice pouvait aider Elise et peut être aller chercher de l’aide. En espérant qu’elles soient rapide la situation devenait de plus en plus tendue. Le garçon entendait les narines du centaure souffler comme un cheval après une rude course. Du bout du doigt le blondinet essayait d’attraper sa baguette située dans sa poche mais ses bras étaient encombrés…


Ronan - Attrape les deux autres humaines d'abord.

D’un coup vif et sec il jeta alors Rose sur le sol, son crâne se colla violemment contre le sol. Alec voulu partir à son aide il se débâtie autant qu’il le put mais en vain. Celui qui le retenait prisonnier le lâcha pour le renvoyer vers l’autre où il se retrouva de nouveau dans un position peut confortable. Le garçon mettait toute la force dans ses pieds pour faire bouger le centaure et laisser à Rose le temps de partir ce qu’elle réussie avec peine…

Ronan - Sa suffit!

Il leva encore plus haut son coude coupant carrément la respiration à Alec. Il hoquetait et essayait de reprendre son air. Étant sur la pointe des pieds, il essaya encore une fois dans le vide. Sa tête se mis à tourner. Il arriva pourtant à attraper sa baguette. Il devait réussir le sort d’apparition informulé. S’était sa ou sa vie. Il se concentra le peut qu’il put… D’un mouvement de baguette il pensa à une énorme branche d’arbre… et heureusement pour lui celle-ci apparut. Elle tomba lourdement sur la tête du centaure qui surprit lâcha le garçon.

Alec tomba violemment sur le sol reprenant son souffle et plaçant sa main sur sa gorge. Il n’y avait pas de temps à perdre. Un nouveau cri! Elise! Il se mit à courir de toute ses forces dérapant sur la boue.. Son souffle était haletant pas encore remis de la pression sur sa gorge… Soudain une douleur sur son bras… quesque s’était? Il regarda: une flèche y était plantée… Il la décrocha rapidement ne voyant aucune plait. Il se remit en marche mais sa tête se mis à tourner et sa vue se troubla. Encore une douleur…

Cette fois dans son dos. Mais il n’arrivait plus à marcher. C’est donc comme sa que sa devait se terminer… Alec tomba la tête la première sur le sol se noyant dans la boue de la foret toujours aussi sombre. Il était toujours conscient mais pas responsable de son corps. Il ne pouvait plus rien faire. Encore une fois il manquait d’air, ce sentiment de pression sur la poitrine était insoutenable. Il voulait crier mais plus rien ne répondait. Soudain on l’extirpa de sa douleur lui faisant insuffler une bouffer d’air dans les poumons le libérant de son calvaire.


Ronan - On en a déjà un! Attrapons les autres!

Ashram - J’ai une idée!

Il posa Alec sur son dos et partis en avant. Il déposa alors le jeune garçon sur le sol la tête vers le ciel puis partirent que mijotaient ils?


- Alec ... ?
- HmmhhHHh...

Grogna le garçon toujours dans l’impossibilité de contrôler son corps. S’était un piège! Ils allaient les abattre comme des lapins!

- Que lui ont-ils fait ? Que s'est-il passé ... ?


Le garçon vit la jeune Elise s’approcher de lui… mais il ne sentit même pas sa main en contact avec sa peau… Quel poison avaient ils utilisé les enfoirés!

- Il est très froid ... C'est normal ?! Est-ce que les centaures ont .. des pouvoirs ?


Soudain une flèche atterrit sur le sol près de la jambe d’Alec. L’attaque était lancée. Prochaine visée… Alice!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice I. Hagust
Elève de 6ème Année à Serdaigle
Elève de 6ème Année à Serdaigle
avatar

Féminin Nombre de messages : 15
Age : 26
AGE [RP] : 16 years
Tendance Magique : je n'utilise pas dash, donc, mes vêtements sont gris =D
Date d'inscription : 16/03/2008

MessageSujet: Re: MINUIT TRENTE [LIBRE]   Jeu 3 Avr - 23:27

L’araignée approcha ses mandibules de plus en plus près de notre pauvre Serdaigle. Elle n’avait pas franchement peur de ces bestioles et ne leur voulait rien –en temps général. Ici, elle n’avait pas d’excuse pour écraser cette vilaine bestiole. Elle l’aurait bien fait en prenant à certain plaisir à lui faire regretter d’avoir improviser un tête à tête dans les bois. Seul bémol : sa baguette. Sans ça, elle était comme un joueur de base-ball sans sa batte, incapable de frapper la balle. Elle était comme cupidon sans son arc, ses ailes et sa couche culotte. Autant dire que ça l’ennuyait. Surtout que le petit arachnide s’entêtait à faire un petit bisou à notre Alice. Non merci pour elle. Elle n’avait pas envie de sortir avec une bestiole à huit pattes et encore moins de lui rouler un patin. Elle te tortilla dans tous les sens, espérant pourvoir se tirer de ce piège. C’est là qu’elle remarqua qu’elle était collée, piège comme un vulgaire insecte. Elle lâcha un juron horrible, voulant toucher le peu de conscience de la bestiole, encore aurait-il fallut qu’elle le comprenne. Peine perdue, elle pouvait toujours attendre un miracle.

Rose - Lashlabask !

Alice ne comprit pas tout de suite ce qui se passait. Il y avait deux dixième de secondes, elle s’était résignée à son funeste sort. Donc, voir son malfaiteur volé cinq mètres plus loin révélait d’une intervention divine. Elle remercia le ciel de toute son âme en voyant Rose arriver et réduire en cendre la sal araignée.

Rose - Désolée...
Alice*« Nan, y a pas de mal. Si tu pouvais juste me sortir de là, ce serait par-fait ! »

Elle lui adressa un sourire un peu forcer, tentant de se redresser par elle-même une nouvelle fois. Elle poussa un soupire, faisant comprendre sa frustration. Puis, la Gryffondor libera Alice de ses liens. Elle se sentit plus légère, mais resta toujours au sol. Assise au sol, elle perça la nuit de ses yeux sombres, reprenant ses repères. Elle dévisagea Rose et remarqua qu’elle saignait. Alice pesta. Que c’était-il passé alors qu’elle était partie sauvée Elise ?

Rose- Je ne sais pas où est l'autre centaure mais... il faut qu'on se dépêche de retrouver Alec.

Elise- Que lui ait-il arrivé ?
Alice*« On va vite le savoir. On y va ! »

Alice se redressa en un bond, se retrouvant à nouveau sur ses deux jambes. Quel plaisir ! Elle passa ses mains sur son pantalon pour retirer la terre et la poussière qui s’était imposée sur elle. Geste inutile, certainement. C’était un moyen de se redonner un minimum de contenance et de retrouver son sang froid qui commençait à glisser de ses doigts, comme le ferait de l’eau. Elle n’aimait pas avoir la situation qui lui échappait. Et tout commençait à devenir un véritable bordel. Le jeu avait laissé place à l’ennuie. Ennuie de se retrouver dans une situation pareille, de ne pas savoir comment faire si jamais il arrivait un malheur à un des Gryffondor. Parfois, il fallait mieux reste dans son lit.
Tout en ramassant la baguette d’Elise et la sienne, elle se donna une baffe mentalement. A quoi ça lui servait d’avoir des idées pareilles ? Alice n’était pas défaitiste. Alice rigolerait de ces moments de pure folie. Elle n’allait pas se laisser allé juste à cause d’un petit piège de monsieur Monde. Non ! Elle avança d’un pas rapide, suivant les deux filles qui l’avaient devancé. Alice respirait calmement, tandis que les reniflements d’Elise se firent entendre. Elle eu une grimace de tristesse. Ce n’était pas un épisode marrant pour un enfant, aussi mature soit il. Après ça, il y avait peut de chance que la première aille de nouveau dans la forêt interdite le soir.
La bleue et argent entendit vaguement la voix de la petit Elise. Elle l’avait sortie de sa rêverie. Petite Alice la remercia avant de prêter un peu plus attention à Rose. Elle tendit sa baguette vers elle, en guise de lampe torche. Elle avait murmuré un faible lumos avant d’aller à la recherche d’Alec –c’était plus sur. La lumière bleutée éclaira le visage de la blessée, découvrant le teint pâle de cette dernière. Elle se mise à regretter d’être partie aussi vite. Elle n’avait pensé qu’à Elise quand elle s’était retrouvée devant les deux centaures. La Hagust se mordit faiblement la lèvre inférieure. Elle accéléra le pas et se retrouva au niveau de Rose. Elle tremblait –comme tout le monde il faut l’avouer- mais en plus violent. Ni une, ni deux, Alise prit le bras de Rose et le passa autour de son cou. Autant minimiser les dégâts avant que quelqu’un ne tombe.

Alice*« Pas de refus. C’est un ordre. Tu restes appuyée sur moi jusqu’à ce qu’on retrouve Alec. Point. »

Son ton se fit un peu plus dure que voulu. N’importe qui aurait tourné son visage sur la Serdaigle aurait vu ses traits rongés par l’inquiétude et par la frustration. Elle aurait put resté dans son lit cette nuit et dormir paisiblement. Ca n’aurait pas été une soirée si amusante, même si pour le moment, elle n’avait absolument pas l’intention de rire. Quand elle y repensera, elle en rigolera. Actuellement, elle était en train de se demander comme elle allait se sortir de ce pétrin et quel sort elle pourrait bien utilisé au cas ou la confrontation avec les centaures était inévitable. Elle le savait. Si Alec n’était pas avec elles, c’est qu’il n’avait pas réussit à ce débarrasser des êtres hybrides. Elle ne savait pas comment s’y prendre. On enseignait pas eux élèves comment faire face à un mi-homme à Poudlard. Elle devrait proposer ça comme nouveau programme. Elle l’aurait étudié sans broncher celui là.
Alice vit enfin Alec, gisant au sol. C’était rassurant d’un côté, mais pas de l’autre. Il semblait toujours en vie, c’était déjà ça. Seul sa position portait à s’inquiéter. Tandis qu’Elise se chargeait de la protection des élèves, Alice posa Rose au sol, de plus en plus pale. Il ne fallait pas qu’elle s’évanouisse. Ca aurait été fâcheux d’avoir deux corps sur les bras. Elle s’approcha d’Alec, vérifiant qu’il était toujours en vie.

Alice*« Yo ! T’inquiète, on va se charger des petites bestioles, comme des grosses ! »

Elle lui sourit. Son moral allait mieux, elle commençait à rigoler. Elle redevenait enfin elle, son courage dans les poches, la sérénité dans les veines. Ils étaient de nouveaux ensembles. C’était quelque chose de capitale pour Alice. Elle se retourna vers Elise. Maîtriser un sort de ce niveau était quelque chose de difficile, pour quelqu’un de onze ans. La noiraude l’avait apprit en troisième, seulement. Réussir à maintenant le sort aussi longtemps était fatiguant, mais il était pratique. Elle n’allait pas laisser toutes les petites bestioles à la Gryffondor. Elle avait une vengeance à prendre sur la sœur de ces arachnides.

Alice*« Aguamenti »

C’était bien connu, les araignées n’aimaient pas l’eau. C’était plus pratique que le feu, qui lui risquait de brûler la nature entourant les élèves. Les flots prirent au dépourvut une bonne partie des monstres poilus, les emportant au loin, les faisant fuir. Alice eu une certaine satisfaction en les voyant partir à toutes pattes. Vengeance était faite. Un peu de plaisir vint planer sur son visage. Cette courte euphorie serait bien rester si une flèche n’avait pas risqué de lui faire un nouveau piercing. Sa salive devint dure à avaler. Le sortilège d’Elise avait cessé de fonctionner. Elle se retourna vers la petite blonde. Elle était épuisée. C’était normal. Elle s’approcha d’Elise mais s’arrêta après quelques pas. Une flèche venait de la traverser. Ses yeux s’agrandir sous la surprise et se retourna vers les centaure.

Alice*« Bordel de M* ! Apprenez à visez avant de vouloir tuer les gens !! »

Là, Alice avait royalement perdu son sang froid. Le projectile venait de passé à moins d’un centimètre de sa peau, de sa si précieuse peau. Heureusement que la flèche avait rater sa cible, ne faisant que troué ses vêtements. Elle venait d’avoir eu la peur de sa vie.
La Serdaigle, un poil énervée, s’approcha des deux hybrides. Elle vit une pierre et d’un geste de baguette la balança sur un des centaures. Il l’esquiva et s’approcha dangereusement de la noiraude.

Ronan*« Oh ! Mais c’est qu’elle est énervée la petite. Grossière erreur ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose Mandrake-McIllian
Elève en 7ème Année à Gryffondor
Elève en 7ème Année à Gryffondor
avatar

Féminin Nombre de messages : 271
Age : 33
CITATION : It's the wrong kind of place, to be thinking of you
AGE [RP] : 17 ans
Date d'inscription : 28/12/2007

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Re: MINUIT TRENTE [LIBRE]   Sam 5 Avr - 2:40

    Un peu d'adrénaline de temps à autre ne pouvait pas faire de mal... Du moins pas à proprement parler... Bref il n'y avait qu'un Gryffondor pour raisonner ainsi, car les quatre camarades n'étaient pas encore entièrement certains qu'ils s'en sortiraient indemnes. Ce qui était sûr cependant, c'était que si le père de Rose venait à l'apprendre, cette fois ils auraient droit à quelques remontrances. Après tout ce n'était plus là le fait d'une insouciance banale qui avait poussé quelques élèves à s'aventurer de nuit dans la forêt, mais véritablement une chance inouïe qu'ils s'en sortent sans égratignures. Pour le moment c'était foncièrement raté. Alors qu'elle finit de détacher Alice de ses liens de fortune, Rose passa rapidement sa main sur sa blessure d'un geste anodin, comme pour dédramatiser quelque peu la plaie qui pourtant lui donnait quelques joyeux maux de tête. Mais c'était hors de question que Rose se rende à l'infirmerie, et pour le moment l'angoisse d'avoir laissé Alec sur place effaçait toute douleur qu'avait pu provoquer sa légère blessure. Elle sentit la main de la petite Elise se resserrer dans la sienne, et la jeune Gryffondor ne put s'empêcher de lui offrir un sourire réconfortant. Elle allait bien, point, ce n'était pas la peine de dramatiser tout cela... En même temps Rose n'avait pas vu d'elle-même l'étendue des dégâts provoqués par le centaure, mais elle se sentait d'attaque..... D'accord c'était de la mauvaise foi. Elle voyait trouble par moments et cette douleur assaillant sa tempe était plus que désagréable, mais il n'y avait vraiment pas de quoi s'en faire. Après tout Rose avait bien plus important que de se rendre à l'infirmerie une fois sortie des lieux.

    Elise - Rose .. On va t'emmener à l'infirmerie...
    Rose - Non... sa réponse avait été si catégorique que la jeune blonde dû se sentir d'ajouter quelques mots pour adoucir sa réplique. Vraiment c'est inutile... C'est rien.

    Les jeunes filles s'étaient mises en route d'un pas rapide. C'est rien. Si son jumeau l'avait entendue, lui si protecteur, c'était à Ste Mangouste qu'il l'aurait envoyée sur le champ, sans même regarder d'un peu plus près la gravité de la plaie. La Gryffondor sentit alors une main attraper son bras qui tremblait, rien d'alarmant, la fatigue mêlée à l'intensité de cette aventure -dont au final ils s'en seraient bien passés- amenait fatalement avec elle son lot de frémissements... D'accord elle minimisait sans doute un peu les choses pour sentir ainsi Alice lui offrir son précieux soutien.

    Rose - Non j'ai...
    Alice* « Pas de refus. C’est un ordre. Tu restes appuyée sur moi jusqu’à ce qu’on retrouve Alec. Point. »

    Ça avait le mérite d'être clair. Finalement Rose devait paraître en bien plus piteux état qu'elle ne le pensait et voulait se l'avouer. Elles continuèrent ainsi leur chemin, la Gryffondor avait au final accepté l'aide de la Serdaigle qu'elle se devait de remercier par la suite, bien qu'en ce moment même ils avaient du tous s'unir pour s'entraider. Rose sentit quelques frôlements désagréables au niveau de ses pieds, et lorsqu'elle baissa ses yeux bleus à terre, elle ne put qu'observer avec une certaine répulsion les multiples petites araignées grouillant par centaines et se faufilant entre leurs jambes. Elle entendit la voix d'Elise qui lui paraissait tellement lointaine que la jeune Mandrake la pensait à des mètres d'elle, alors que la petite première année se trouvait à ses côtés. Cette dernière intenta un protego qui repoussa les arachnides avant de se diriger vers un corps inerte posé au sol.

    Elise - Alec ... ? Que lui ont-ils fait ? Que s'est-il passé ... ? Il est très froid ... C'est normal ?! Est-ce que les centaures ont .. des pouvoirs ?

    Rose se sentit poser à terre contre un arbre, plus le temps passait et plus la jeune fille se sentait affaiblie et frigorifiée. Le vent froid nocturne semblait mordre sa peau plus vivement qu'à l'ordinaire, à moins qu'elle ne se faisait des idées. Les voix de ses deux camarades semblaient lui revenir en écho de très loin, si bien que la Gryffondor avait perdu le fil des événements, jusqu'à ce qu'une flèche ne frôle dangereusement la Serdaigle. Légèrement tremblotante, Rose se leva autant qu'elle le put, s'accrochant fébrilement au tronc d'arbre, tandis qu'Alice déversa sa colère sur les centaures en les menaçant de pierres tranchantes.

    Ronan* « Oh ! Mais c’est qu’elle est énervée la petite. Grossière erreur ! »
    Rose - Stupéfix !

    Le sort avait fusé sans que personne n'ait véritablement vu la baguette de Rose pointer sur le centaure. Sa voix forte et assurer pour s'assurer de la fiabilité de son sort lui coûta quelques essoufflements dus à une fatigue de plus en plus prenante, à tel point que même ce sortilège basique semblait lui avoir coûté beaucoup d'énergie. La jeune fille posa sa tête contre l'arbre et ferma brièvement les yeux avant de les rouvrir aussitôt. L'hybride visé et touché ne bougeait plus, immobiles et froid, tandis qu'Ashram tapait furieusement son sabot au sol. Ce dernier partit en galopant dans le sens inverse du petit groupe d'insouciants, et Rose reposa son regard éteint sur ses camarades.

    Rose - Il a du aller prévenir les autres. Il faut qu'on se dépêche de sortir de là... Et vite amener Alec à l'infirmerie avant que le poison ne fasse vraiment effet. Si c'est des flèches empoisonnées...

    Si effectivement, le poison atteignait les organes vitaux, c'était l'assurance d'un aller simple pour le paradis des sorciers. Les centaures n'avaient certes pas les mêmes pouvoirs magiques que ces derniers, mais ils demeuraient d'excellents archers, rusés et doués pour exploiter toutes les plantes de la forêt, ce qui en faisaient des ennemis redoutables. Les élèves avaient déjà du mal à tenir tête à deux de ces créatures, que feraient-ils face à toute une tribu furibonde ? Rose posa ses yeux sur Alec à terre, une once de culpabilité montant en elle. Il fallait à présent trouver un moyen de le transporter en toute sécurité, et si possible de lui ôter les flèches empoisonnées sans trop lui faire de mal. Quoiqu'il en soit, une fois hors de la forêt ils seraient en sécurité. Une nouvelle fois, la Gryffondor leva sa baguette derrière eux et prononça tant bien que mal :

    Rose - Mobiliarbus...

    Des craquements sinistres se firent entendre, suivi d'un bruissement dense de feuilles dansantes. Quelques arbres centenaires se déplacèrent d'eux même, mouvant avec une certaine rapidité ils formèrent une barrière formant un arc derrière eux ne pouvant que ralentir l'ennemi qui aurait plus ou moins de mal à reconnaître les lieux... Il fallait bien tout tenter.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise Shields
Elève en 1er Année à Gryffondor
Elève en 1er Année à Gryffondor
avatar

Féminin Nombre de messages : 41
Age : 24
Date d'inscription : 11/11/2007

Présentation du Personnage
Inventaire: Un Balai, des chaussettes magiques et des oreilles à rallonges.
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Re: MINUIT TRENTE [LIBRE]   Sam 5 Avr - 10:34

Élise regarda Alec, sa bulle de protection bleutée partit en un petit « Flop » et, inquiète, Élise regarda Alec. Son corps inerte avait reçu des flèches empoisonnées, ces flèches spécifiques aux Centaures se guérissaient mais que très vite après que les dommages soient causés.

- Yo ! T’inquiète, on va se charger des petites bestioles, comme des grosses !

Élise se mit à sourire, la Alice qu'elle connaissait était de retour. Malgré ses égratignures sur son beau visage et les quelques endommagements de sa baguette, Alice était bien là. Si on avait pu écrire un livre, cela s'appellerait « Alice, the come-back », Élise se mit à rire toute seule, pathétiquement. La petite regarda, comme paralysée, les sorts lancés sur les grosses bestioles par Alice. Cela servait-il à quelque chose de repousser les araignées alors qu'elles étaient un nombre infini ? Élise se mordit la lèvre et dit, d'une voix assez forte à Alice :

- Alice ! Ça ne sert à rien de faire fuir les araignées, ça use tes forces...

La phrase dite étonnamment forte, Alice regarda Élise d'un air surpris. Élise lui adressa un petit signe de tête qui se voulait plein d'excuses, comme si elle avait quelque chose à s'excuser. Le Monde était joueur, cette nuit mais on arriverait vite à « Echec et Mat ». Deux de moins, déjà sur quatre contre une infinité de bestioles et deux centaures armés. Élise se retourna et vit Rose, adossée contre un arbre, ayant l'air souffrante.

- Rose ! Si, tu vas aller à l'Infirmerie ! On sera obligés d'y aller pour Alec.. Tu viendras avec nous, ne reste pas près de cette Forêt à cette heure-ci. Et pourquoi faire ? Prendre un bain de soleil ? Attendre ton Jason ? Rose...

Élise commençait à être fatiguée, sa voix se voulait légèrement agressive pour qu'elle comprenne et du haut de ses onze ans, c'est sûr que si on reste avec une petite voix cristalline à exiger qu'elle ne devait pas rester ici, ça ne marcherait pas. La petite prit par la main Rose, Alice toujours près des centaures, Élise vit quelques flèches essayer de la viser :

- Crac Badabum !

Dans un bruit d'écorce, les flèches se brisèrent et Élise sourit. Elle voulait dormir, s'asseoir, ne pas rester ici et c'était horrible, aucune issue avec deux blessés sur les bras. Ses pieds devenaient violets, ses pieds étaient nus depuis le début de l'aventure, tout son petit corps commençait à se frigorifier un par un. Mais elle ne voulait pas que Madame la Mort ne s'invente comme cela, elle n'avait qu'onze ans après tout et ce n'est pas une infraction aux règles qui allait faire que, ça y est elle se retrouverait entre les bras infinis de la Mort.

Les centaures s'approchèrent du Quatuor, en piteux état.
Légèrement blessés par la pierre envoyée par Alice, les deux mi-humains, mi-chevaux les regardèrent d'un air noir. Ashram se mit à parler, suivi de Ronan.

- Et bien, votre dernière heure a sonné.
- ...Petits humains qui osent s'attaquer à notre Forêt !
- Ce n'est pas totalement votre Forêt, la Forêt est abritée par de nombreuses créatures dont votre espèce mais .. Non, ce n'est pas VOTRE Forêt.

Oops. Élise avait parlé beaucoup trop méchamment pour que les centaures soient de marbre.

- NOTRE Espèce ?
- Créature ?

Leurs sabots écrasèrent un peu les pieds d'Elise, Élise émit un cri strident capable de réveiller les morts. Son pied, déjà congelé, avait pris une légère teinte rouge/violette, rouge pourpre. De peur, elle murmura :

- Episkey

Puis en pointant sa baguette sur Rose et Alice, elle reformula le même sort. -

- Mobiliarbus...

Les arbres centenaires se « réveillèrent » de leur sommeil profond et commencèrent à bouger avec leurs racines leur servant de pieds. Élise fit un petit « Oh! » de surprise, elle remarqua que les deux centaures s'étaient éloignés des quatre élèves.

- Rose, c'est .. Normal ?

Élise ne remarqua plus Alice dans son champ de vision, la Forêt devenait de plus en plus sombre et la peur de perdre son Alice faisait battre le reste de sang dans ses tempes, malgré son corps frigorifié. Élise s'effondra sur la terre de la Forêt, les brindilles lui servant de petit lit, elle commença à s'endormir lorsqu'elle se réveilla nez à nez avec .. Une autre araignée. Élise eut la légère envie de vomir comme lorsqu'on se retrouvait dans une situation plus que mortelle, elle pointa faiblement sa baguette et murmura :

- Aguamenti

L'araignée émit un couinement et partit mais ses congénères restèrent près d'Elise, elle crut entendre quelques mots comme « Manger » mais Élise se dit que ce n'était que le fruit de son imagination. Incapable de se relever, Élise se débattit de toutes ses forces. Accrochée dans une toile d'araignée, Élise sentit des larmes salées rouler sur ses petites joues. Pourquoi avait-elle été dans la Forêt Interdite ? Pourquoi avait-elle suivi Alice dans son délire ? Pourquoi .. ? Pourquoi allait-elle mourir dans une étoile d'araignée mangée par ces horribles bêtes ?

Sa baguette avait roulé sur le sol pendant qu'elle sanglotait. Élise essaya de voir si de la présence humaine était là. Elle remarqua Alec toujours allongé, séparé lui de quelques mètres avec les araignées comme si elles n'osaient l'approcher. Alors, était-ce cela ? Il fallait se faire tuer par les Centaures avec leurs flèches pour que les araignées ne vous approchent plus ? De toute façon, cela conduisait à la même voie : Madame l'envoûtante Mort.

- Rooose ? Aliiice ?

Sa voix était aigüe. Élise hurlait de plus en plus fort lorsqu'elle reconnut un ronronnement qui lui était familier. Une petite langue râpeuse lui lécha le visage et Élise se mit à sourire : le Fléreur. Pourquoi n'y avait-elle pas pensé ? En quelques coups de griffes, l'animal avait enlevé en gros la toile d'araignée, quelque reste de bave et de filament blanc -comme dans toute toile d'araignée- dans les cheveux.

Elle caressa doucement son animal, qu'elle allait adopter, c'était décidé, et regarda aux alentours. Les arbres étaient toujours là, bloquant le passage aux deux hybrides et les araignées avaient fui. Très étrange comme comportement mais la chose la plus horrible dans tout cela, c'est qu'elle ne voyait aucune trace humaine, ni d'Alec allongé, ni de Rose fatiguée, ni d'Alice avec sa baguette. Le Fléreur miaula et partit au trot, sa queue de Lion battant dans tous les sens, devant la petite.

- Fléreur, tu n'aurais pas vu mes amis ?

Il miaula et Élise s'arrêta.

- Non, Fléreur ! Je .. Pas par là ! On va dans la Forêt et je veux sortir ..

Malgré ses ordres faiblement dits, le Fléreur continua sa route. Élise avait, par coup de chance, vu sa baguette à la lueur de la lune. Puis l'animal s'arrêta, à un endroit précis, là où il y avait plus de brindilles nulle part ailleurs dans la Forêt. Une petite clairière, vu de nuit, faisait spacieuse mais Élise, avec ses yeux fatigués, ne remarqua pas l'endroit où elle était arrivée. Elle entendit des voix, des voix qu'elle avait déjà entendu auparavant, murmurant. Puis une silhouette, de mi-homme, mi-cheval, ils n'avaient pas fui les centaures ?! Élise se remémora et à aucun moment, elle ne les avait vu partir mais après le sauvetage de son Fléreur, elle n'avait remarqué personne.

- Humaine, tes amis sont ici.
- Mes amis ? Vous ...
- Deux blessés et une aventurière fatiguée, c'était trop facile de les capturer surtout quand tu étais, Humaine, dans une toile d'araignée.
- Où sont-ils ?!
- Quelque part, dans cette clairière.

Élise recula un peu et fit le tour de la clairière en appelant les prénoms de chacun/chacune.

- Cela ne sert à rien de les appeler, ils ne pourront te répondre.
- Mais ...

Élise regarda en haut des arbres et remarqua quatre silhouettes, sur quatre arbres.

- Ils sont là !
- Oui mais les arbres les ont attachés, recouvert de brindilles leur bouche et nous avons leurs baguettes, en sécurité.
- Pourquoi ?!
- Vous n'aviez pas à venir sur nos terres, petite insolente.
- Mais je me suis perdue et ils sont venus à mon secours..
- Réponse pathétique. Je vous propose un marché, petite humaine, soit on les libère et on vous reconduit à la lisière de la Forêt et nous, Centaures, nous en parlons à vos Directeurs de Maisons. Soit, vous les regardez mourir par quatre araignées affamées.
- Je...

Élise sentit la sueur couler le long de son front, le Fléreur se frottait au niveau de ses jambes nues. Elle se mit à pleurer, tout était de sa faute. Puis, Élise s'assit en plein milieu de la clairière et elle se re-mit à pleurer, piteusement.

*
* *


- STUPEFIX !

Toute la rage de ne pas vouloir voir ses amis mourir avait consumé Élise et lui avait re-donné envie de se battre. Au dernier moment, elle s'était rappelée qu'elle avait sa Baguette encore en main et qu'elle pouvait s'en servir. Un centaure stupéfixé, encore combien ?
Le doute était dans sa tête mais la force et le courage l'emportaient.

HJ : désolée pour ce post, il est très long >.<'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alec Parker
Etudiant(e) en Sciences Medicinales
Etudiant(e) en Sciences Medicinales
avatar

Masculin Nombre de messages : 70
Age : 28
AGE [RP] : 18 ans
Tendance Magique : Blanche
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: MINUIT TRENTE [LIBRE]   Lun 7 Avr - 20:10

C’est dans une sorte de champ de protection que se trouvait Alec. Les araignées n’osaient semble t’il pas l’approcher tandis qu’elles s’en donnaient à cœur joie pour ses camarades. Ses membres paraissaient s’endurcir de plus en plus et il avait de plus en plus de mal à se maintenir réveillé… Il essayait de suivre ce qu’il se passait voir si elles étaient en danger mais s’était plus fort que lui se laissant bercer par le vide. Cette fois le vieux Morphée l’avait bien eut: Vieux con va!

Rose - Stupéfix !

Ce son le fit sortir de sa transe, avait elle réussie? Bon sang il n’en avait aucune idée! La seul chose qu’il pouvait voir était toutes ses branches envahissant les lieux tel un marécage plein de crocodile. S’il pouvait ne serais ce que bouger… Sa tête s’alourdie, merde ils l’avaient drogué? Ou était il en train de mourir? Il aimerait au moins savoir ce qui l’attend… Ses yeux se ferment…

Il les ouvrent… il n’est plus au même endroit..?! Il est en mouvement! Que se passe t’il essayant de déboucher ses oreilles la seule chose qu’il arrive à percevoir son des sabots qui frappent contre le sol. Les centaures les avaient tous eut sans doutes. Qu’allaient ils faire d’eux? On verra bien. Au point où ils en sont après tout…

Alec se retrouve alors face à un centaure celui-ci le maintenant par les épaules. Son visage est plus sage et parait plus sur de lui. « Qui êtes vous? » essaya de marmonner le garçon mais les seuls sons sortis de sa bouche furent des grognements. La peur au ventre le blondinet jette un coup d’œil autour de lui et voit alors une clairière… Qu’est-ce qui se trame?


Le centaure le déposa au pied de l’arbre lui tendant quelque chose vers la bouche, Alec voulu éviter de boire mais il ne pouvait plus rien faire… Le liquide pénétra sa bouche flirtant avec sa langue, il se retenu alors de l’avaler qui sait ce que cela pouvait être.

- Boit petit impertinent ou tu mourra! C’est un antidote!

Le ton de l’homme laissait à penser qu’il était sérieux, il se résigna et but goulûment le liquide sucré.

- C’est une belle leçon que nous vous offrons ce soir! Vous serez ainsi avisés et vous ne reviendrez pas de sitôt sur nos terres!
- Le..çon?

Arriva à marmonner le garçon qui rapidement mais peut à peut retrouvait l’usage de ses membres.


- Nous avons vu que vous suiviez tous cette petite humaines blonde! C’est à elle que nous allons donner une bonne leçon. Pas de panique chère élève vous ressortirez tous vivant. Peut être point dans votre meilleur état mais c’est le prix à payer!

On entendit alors la voix de Elise résonner dans la clairière, le centaure se retourna et toucha l’arbre contre lequel se trouvait Alec. Les branches bougèrent alors amenant le garçon sur sa pointe. Tous sa n’était il donc qu’une leçon? Quand prendrait elle fin? Le jeune Parker n’arrivait pas à entendre les mots que la jeune Gryffondor échangeait avec le Centaure… Que pouvait il bien se passer?

- STUPEFIX !

Wow! Que fait elle? Elle en à du courage! Quelque chose toucha alors les pieds du blondinet. Baissant sa tête il aperçut une araignée prête à le dévorer. Comment ils allaient se sortir de se pétrin! Le Gryffy croisait fort les doigts pour une aide extérieur! Même voir un professeur l’aurait rassurer même s’il risquait le renvoi….


Dernière édition par Alec Parker le Mar 8 Avr - 13:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jason Stewart
|Capitaine| Elève en 6ème Année à Gryffondor
|Capitaine| Elève en 6ème Année à Gryffondor
avatar

Féminin Nombre de messages : 299
Age : 31
AGE [RP] : > 16 ans
Date d'inscription : 18/11/2007

Présentation du Personnage
Inventaire: balai dernier cri, petit vif d'or qui se balade dans son dortoir, posters de quidditch, équipement de l'équipe des Tornades de Tutshill, son équipe préférée.
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Re: MINUIT TRENTE [LIBRE]   Mar 8 Avr - 22:57

Il fait nuit noir autour de château. Le couvre-feu est passé depuis plusieurs heures déjà et seuls quelques bruits de créatures provenant de la forêt interdite ou de l'enclos des cours de soins aux créatures magiques rompait de temps à autre le silence presque pesant de cette nuit. Le château entier semblait dormir et aucune lumière ne s'échappait de celui-ci. Pourtant, il serait naïf de penser que tous les élèves étaient dans les bras de Morphée. Personne ne doute que les choses interdites attirent presque la totalité des élèves de Poudlard et l'idée de sortir la nuit est venu souvent aux esprits de plus d'un. Mais certains n'osent pas à cause des punitions possibles. D'autres s'en contrefiche totalement et prennent même un malin plaisir à braver l'interdit.

Regardez, qu'est ce que je vous disait. Vous ne voyez pas ? Regardez, là dans le ciel. C'est un oiseau ? C'est un avion ? Non, c'est Jason. Mais qu'est ce qu'il fait là ? Il ne devrait pas être couché ? Si mais le jeune homme n'est pas du genre à respecté l'autorité et franchement, il n'en a que faire des punitions. Il n'a simplement pas envie de dormir et cherche un petit coin pour être tranquille. Lorsque ses collègues de dortoirs furent couchés, il enfourcha son balai et s'envola à travers la fenêtre. Sur son nimbus 3000, Jason était parfaitement à l'aise. Il faut dire que le capitaine de quidditch de Gryffondor avait d'excellentes capacités dans ce sport.

Bref, le jeune homme s'était envolé dans le ciel sombre de Poudlard et atterrir quelques secondes plus tard dans la tour d'astronomie. Il était passé entre la rambarde du balcon et le toit avec une aisance particulière et il se posa sans aucun bruit. Depuis plusieurs jours déjà, Jason répétait ce manège. Il ne s'était encore jamais fait prendre mais il lui était arrivé plusieurs fois de s'endormir là haut. Heureusement que ses collègues de dortoirs le couvraient. Enfin, heureusement, Jason n'avait pas besoin de cela. Non, il ne cherchait pas à se faire renvoyer mais depuis quelques mois déjà, il ne semblait plus avoir le goût à rien et ne cessait pas de chercher la merde à tout le monde.

Le jeune homme posa son balai contre la balcon et monta sur la rambarde. Les pieds dans le vide, il scrutait les alentours d'un air absent, une clope à la main et une bière dans l'autre. La cigarette, Jason avait toujours été contre. Et pour l'alcool, il n'en avait jamais abusé et encore moins en solitaire. Mais tout le monde change, que voulez vous.

Dans cette position, il se sentait bien. Il s'était même appuyé contre le mur, les pieds encerclant l'un des barreaux de la rambarde pour qu'il ne tombe pas. Même si, à vrai dire, cela lui importait peu de mourir. Il se sentait tellement inutile mais il n'était pas assez courageux pour se jeter du haut de la tour d'astronomie. Le jeune homme crachait donc dans le ciel de Poudlard des nuages de fumée ou plutôt des petits ronds de fumée alors que la bière ne resta pas bien longtemps pleine. Tant pis, de toute façon, le jeune homme en avait prévu plusieurs. Pas jusqu'à ce souler mais il appréciait de boire quelques bières comme cela.

Hey ?! Mais c'est quoi là ? Jason se redressa et fixait un point mobile dans le chemin. Quelqu'un venait de sortir du château. D'ici, il ne pouvait pas dire si c'était un élève ou un professeur, si c'était un garçon ou une fille mais le jeune homme la suivait du regard et la vit entrer dans la forêt interdite suivit de près par une autre silhouette et encore une, et une autre. Hey ?! Mais c'est Rose. Quoi hein ? ? Mais comment a-t-il pu la reconnaitre alors qu'il n'y a presque qu'une tâche en mouvement plusieurs mètres en contre-bas. Ben que voulez vous, Jason connait Rose par coeur et il pourrait la reconnaitre les yeux fermés. Le jeune homme ne détache pas son regard de la femme de sa vie et la voit entrer dans la forêt interdite. Rose dans la forêt interdite ? Qu'est ce qu'elle fout là bas et à cette heure-ci ? Jason ne la quitte pas des yeux et sent son coeur accéléré. A oui, son coeur. Celui qui ne bat qu'en présence d'une seule personne, en présence de celle qui en possède la clé et qui est la seule à pouvoir le faire redevenir comme avant. Mais hors de question pour le Gryffondor de la suivre ou d'aller la retrouver. Il lui a fait ses adieux, il y a quelques mois et ce n'est pas pour y revenir dessus. Elle a voulu mettre un terme à leur histoire donc il fallait bien se faire une raison.

Mais le jeune homme ne cessait de regarder la forêt interdite. Il avait peur pour Rose. Il la connaissait et savait que c'était pas vraiment son style d'aller seule dans la forêt interdite et il doutait de sa capacité à se défendre contre les créatures qui y vivaient. Une lueur jaune s'échappa entre les arbres de la forêt. Jason se redressa. Ce n'était qu'un lumos pas de quoi s'affoler. La gorge de Jason était sèche comme s'il avait un mauvais pressentiment. Il bu une autre gorgée de bière avant de voir d'autres lueurs sortir de la forêt. Plus de jaunes mais plutôt du bleu, du violet. Mais qu'est ce qu'il se passe ? Protego, stupefix sont les sorts que Jason pu reconnaitre entre autres. Il se redressa visiblement affolé. Rose. Les autres qu'il avait vu entrer dans la forêt, il s'en fichait, il ne pensait qu'à Rose, sa Rose.

Déterminé, il sauta de la rambarde à l'intérieur de la tour et attrapa son balai. Il tapa le sol et s'éleva dans les airs. Il sortit de la tour d'astronomie et partit à toute vitesse en direction des lumières qui s'échappaient de la forêt interdite. Plus il s'approchait, plus il sentait son coeur se contracter comme s'il sentait que la préfète de Gryffondor courait un danger.

Le poursuiveur de Gryffondor descendit d'un coup en piqué à travers les arbres évitant avec une aisance particulière les arbres et surtout sans faire le moindre bruit. Il arriva enfin aux abords de la clairière mais prit soin de rester à l'écart afin que personne ne se doute de sa présence. Son regard se porta sur Rose. Elle était suspendu à un arbre et Jason sentit la colère monter en lui et était prêt à exploser la tête de celui qui avait oser faire cela. Il la regardait avec un amour infini dans les yeux ne se souciant pas des autres élèves placés à côté d'elle. Ce fut le sort envoyé par Elise qui le fit redescendre sur terre.

Bon, c'est pas le tout, il faut la sortir de là. Et accessoirement aussi libérer les autres. Rapidement, le jeune homme analysa la situation. 3 élèves dans les arbres. Rose qui semblait blessé. Alec qui semblait dans un état de semi-conscience et une autre élève dont il ignorait l'identité. Ensuite. Il y avait une toute petite fille sûrement de première année que Jason ne connaissait pas et qui semblait épuisé après avoir lancé un stupéfix sur un centaure. Cette créature s'était arrêté presque instantanément de bouger mais malheureusement, il n'était pas seul. Il y en avait un autre qui s'approcha d'un air menaçant d'Elise qui semblait trop fatigué pour lancer un autre sort. Juste avant qu'il n'attrape la jeune fille par la gorge, Jason leva sa baguette et grâce à un informulé, il stupefixia le second centaure. Mais Jason était persuadé que d'autre se cachait pas bien loin et qu'il n'allait pas tarder à rappliquer lorsqu'ils verraient leur deux amis à terre. Avec une vivacité étonnante, Jason enfourcha une nouvelle fois son balai et changea de place. Ainsi, personne ne pourrait savoir d'où était venu le sort. Il s'était approché des trois saucissons pendu aux arbres et Jason lança un tout petit caillou sur Rose pour attirer son attention. Lorsqu'elle le vit, il lui fit un clin d'oeil et posa son index sur sa bouche pour lui signifier de se taire.

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose Mandrake-McIllian
Elève en 7ème Année à Gryffondor
Elève en 7ème Année à Gryffondor
avatar

Féminin Nombre de messages : 271
Age : 33
CITATION : It's the wrong kind of place, to be thinking of you
AGE [RP] : 17 ans
Date d'inscription : 28/12/2007

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Re: MINUIT TRENTE [LIBRE]   Mer 16 Avr - 13:24

    Elle ouvrit les yeux. Un effort considérable en soit tant sa force semblait la quitter peu à peu. La jeune fille sentit de puissants liens lui enserrer les bras à lui en laisser pour sûr des traces marquées pour le lendemain. Erreur à ne pas faire, le regard de la Gryffondor se posa à terre, et elle se rendit compte avec un effroi dissimulé qu'elle était tout bonnement attachée à un arbre. Néanmoins sa fatigue anihila toute réaction normale, Rose luttait tout simplement pour ne pas faire de nouveau malaise, la voix d'Elise lui parvenant au loin comme un écho. La jeune fille ne tenta pas de se débattre, consciente que son état ne lui permettait plus d'être assez combattive pour tenter de la défaire de ses liens. Elle jeta une oeillade à Alec, soigné par un centaure. Mais son esprit trop trouble ne lui permettait pas de comprendre ce que ce dernier soufflait au jeune Gryffondor. Une scène étrange se joua soudain sous ses yeux, les hybrides affublés autour des élèves se tournèrent alors vers l'un de ses congénères, stupefixé à son tour. Ce ne pouvait être Elise, la petite avait été rattrapée par la forte poigne d'un des nombreux centaures présents, furibond et parlant d'une voix forte. Il s'adressa à la première année d'une voix rauque et puissante.

    Centaure - Tu as beaucoup à apprendre petite. Les leçons que nous vous donnons ne doivent pas être prises à la légère.

    Rose semblait respirer difficilement, ses paupières luttaient chaque seconde pour ne pas se clore, et sa tête lui tournait tant et si bien que par moments elle ne comprenait plus où elle se trouvait exactement. La jeune fille sentit alors quelque chose venir taper contre son bras, instinctivement elle leva la tête vers Jason dont elle n'avait pas même soupçonné la présence jusque là. La Gryffondor lui offrit un très léger sourire, elle aurait soupiré de soulagement si la douleur n'assaillait pas sa tempe de cette manière. C'était donc lui qui était venu les secourir... Comment s'en sortir, à présent ? Il était impossible pour Jason qu'il ne la détache sans qu'aucun des centaures ne s'en aperçoive. Néanmoins une autre voix puissante se fit entendre de nouveau.

    Ronan - L'autre humaine... Elle est aussi mal en point.
    Centaure - Ces sorciers nous ont attaqués !
    Ronan - Ils ont compris à présent et ne reviendront plus sur nos terres. Détache la...

    Le deuxième centaure tapa fortement le sol de son sabot avant de s'avancer vers l'arbre geôlier. Il posa sa main sur le tronc, déliant les branches qui maintenaient la jeune Rose prisonnière. D'un geste sûr, l'hybride la rattrapa dans ses bras avant de la poser à terre. Elle sentit ses jambes vaciller, insitinctivement la Gryffondor posa une main sur son front, comme si ce simple geste pouvait stopper tous ses maux. Désormais, elle ne s'accrochait plus qu'à un seul espoir. Jason.

    Ronan - La prochaine fois, c'est votre vie qui sera en jeu.
    Centaure - Je refuse cette clémence ! Ils ont attaqué l'un des notres, ils doivent payer !

    Des cris de joie et d'approbation s'élevèrent alors parmi les hybrides présents. La jeune Rose s'appuya contre un tronc d'arbre, n'ayant plus la force de parler. Elle luttait pour ne pas porter son regard sur Jason.


HJ : désolée c'est nul, j'ai pas réussi à faire avancer l'action ><

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise Shields
Elève en 1er Année à Gryffondor
Elève en 1er Année à Gryffondor
avatar

Féminin Nombre de messages : 41
Age : 24
Date d'inscription : 11/11/2007

Présentation du Personnage
Inventaire: Un Balai, des chaussettes magiques et des oreilles à rallonges.
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Re: MINUIT TRENTE [LIBRE]   Ven 18 Avr - 13:40

Élise ne semblait plus vraiment prendre conscience de ce qu'elle faisait, elle avait vu que Jason Stewart était arrivé sur son balai tel un chevalier va vers sa princesse. Élise sourit et ce fut le seul vrai sourire qu'elle put faire en cette soirée d'hiver, elle ne voulait plus sourire parce que la seule fautive, c'était elle. On allait la mettre dans la prison pour les tueurs, pour les dangers publics. Élise jeta un regard à son amie, Alice. Elle ne remarquait plus aucun signe de vie et son coeur se serra, cela semblait normal, non ? Quand on croyait qu'une amie ne résistait plus à la Vie, surtout cette Vie avec un grand V, cette Vie qui jouait à la maligne, on avait forcément ce coeur humain qui disait qu'on avait mal. Élise se mordit la lèvre pour ne faire apparaître aucun sentiment mais elle ne pouvait, elle fit un pas vers l'arbre où Alice était accrochée mais deux bâtons l'en empêcha.

- Petite humaine, assume la conséquence de tes actes. Si cette humaine meurt, tu en seras responsable.

Des paroles crues mais pourtant c'était bel et bien celles qui défilaient dans la tête de la petite depuis quelques minutes, elles arrivaient comme des fourches transperçant son coeur, toujours un peu plus. Élise laissa couler une petite larme puis deux, puis trois ainsi qu'un flot de larmes qui lui rappelèrent un conte moldu « Alice au pays des merveilles » donc Alice et elle pleura encore plus en émettant des petits cris de désespoir.

Dans une lueur d'espoir, Élise remarqua un des hybrides – celui avec quelques sentiments tout de même – décrocher ses amis et Élise sourit, elle marcha plus rapidement vers ses amis et étrangement, les deux centaures ne l'en empêchèrent pas. Elle avança vers Alice, son premier geste fit de mettre sa main sur son front, il était brûlant et Élise lança un regard plein de rancune envers ces deux mi-homme, mi-cheval :

- Que lui avez-vous fait ?
- Oh mais rien, ton humaine s'est juste épuisée durant la nuit que tu lui as offert, que tu leur as offert.

Puis dans un rire tonitruant, il s'approcha d'Elise. Elle put sentir sa respiration aussi bruyante que celle d'un cheval et son regard qui lui disait de partir, le plus vite possible. Élise entendit des exclamations auprès du groupe d'hybrides – ils étaient maintenant une dizaine – dès qu'un Centaure fit remarquer qu'il fallait leur donner une petite leçon, cette nuit.

L'expression avant joyeuse d'Elise changea comme si on lui avait retiré un masque. Elle ne comprenait pas, ce n'était pas dans le contrat. Son coeur déjà serré avait le temps de saigner encore plus, Élise avait très mal, elle ne voulait mourir et surtout pas ses amis.

C'est moi la fautive. C'est moi la fautive. C'est moi la fautive. C'est moi la fautive. C'est moi la fautive. C'est moi la fautive. C'est moi la fautive. C'est moi la fautive. C'est moi la fautive. C'est moi la fautive. C'est moi la fautive. C'est moi la fautive. C'est moi la fautive. C'est moi la fautive. C'est moi la fautive. C'est moi la fautive. C'est moi la fautive. C'est moi la fautive... se répétait-elle inlassablement.

Élise remarqua un bout de bois plus pointu que les autres, peut-être. Sa vue commença à devenir flou, tout d'un coup. Elle frotta ses petits yeux, elle ne voulait pas dormir, elle devait encore sauver ses amis, elle devait encore ... Mais elle tomba à terre et se releva de suite, la Nuit voulait l'entraîner dans ses bras, dans ceux de la vilaine Morphée. Pouvait-on lui dire à Morphée, qu'elle était en danger de mort et qu'elle voulait à tout prix sauver ces personnes qu'elle aimait ? Surtout si Rose ne survit pas, Jason ne serait plus lui, leur amour était plus fort : c'était ce que pensait Élise en regardant Jason faire quelques tours de la clairière. La réputation du jeune homme était très mal vue , surtout par Aaron mais ce Aaron, son Aaron était parti on ne sait où et le coeur de la petite avait été morcelé alors elle s'en fichait maintenant, Jason était leur sauveur elle se devait de lui rendre la pareille.

Son petit animal de compagnie, le Fléreur, était resté près d'elle pendant tout ce temps en ne disant rien, battant de sa queue de Lion sans presqu'aucun bruit, il avait regardé la scène et le félin s'avançait vers les hybrides. Élise se retourna et vit son Fléreur, elle voulut avancer un peu pour le récupérer mais rien à faire, le fauve arrivait à la hauteur d'un sabot, il mordit ce dernier et un cri de douleur s'éleva de la bouche du Centaure, Ronan. Il lança un regard furieux à Élise mais elle haussa les épaules, ce n'était pas elle.

« Saleté de fléreur! »

Élise comprit, son animal faisait diversion. Elle regarda Rose qui semblait encore plus mal en point et son Alice, elle ne disait rien mais elle était encore vivante. Elle prit les mains des deux jeunes filles et regarda Alec, son état était affreux. Élise se rappela qu'il y avait sûrement une solution dans la caserne des centaures et elle s'adressa à Rose :

« Partez ... sans moi, je vous suis. Avec Alec, je vais chercher son antidote. »

Élise regarda Rose d'un air décidé, aucune objection même si son coeur allait sans doute exploser d'ici là tellement la peur commençait s'installer dans son petit corps mais les Gryffondor étaient courageux et elle devait le montrer comme Alec ne devait mourir.

* *
*


Arrivée dans l'endroit de rendez-vous des centaures, Élise pointa sa baguette et murmura un « Lumos », comme elle s'y attendait, des centaures dormaient – c'en était étrange, ils dormaient comme des chevaux mais ils avaient leur bouche d'humains grande ouverte qui sifflait – dans une autre situation, Élise en aurait ri mais on était pas ici pour rire et Élise avait une mission : trouver un antidote pour le poison des flèches. Elle remarqua quelques fioles vides et aucune inscription, la petite commença à paniquer. Elle songea à Alec en souffrance et elle n'avait pu rien faire, la petite entendit un bruit et se retourna, rien qu'un souffle plus bruyant que les autres. Elle prit la mallette de fioles à moitié pleine et avança vers la sortie quand elle entendit une voix rauque :

- Que faites-vous ici humaine ?
- Je.. Je..

Élise eut la respiration coupée et un violent haut-le-coeur, elle avait été prise sur le fait et jamais quelqu'un ne l'avait prise sur le fait même pas petite quand elle piquait des bonbons ou quoi que ce soit d'autre, elle n'avait été prise sur le fait. La petite se mit à trembler et elle se remit à pleurer, sous le coup de l'émotion.

- Je.. - reniflement - .. Antidotes..
- Sans notre permission ?

Élise s'était attendue à avoir une voix plutôt énervée mais pas du tout, ce centaure ne semblait pas comme ses camarades, plus diplomate dirons-nous.

- Alors ? Je .. peux ?

Quelle question idiote, Élise jouait avec le feu, sa vie, sa mort, sa vie, sa mort, sa survie ?

- Bien sûr .. que non !
- Mais un ami est en train de mourir à cause de vos flèches !
- Vous avez dû le mériter, peu de fois les centaures attaquent les humains sans raison.
- On ne faisait rien de mal.
- Nous n'aimons personne surtout pas les humains se croyant tout permis.

La main du centaure se posa doucement sur la sienne et en déviant son attention, reprit rapidement la mallette. Élise émit un petit cri et le centaure fit signe de la mettre en veilleuse.

- Alors un humain va mourir.. Un ami.
- Vous l'avez cherché.
- Non, ce sont les araignées qui ont commencé et ...
- Si les araignées vous ont attaqué, vous auriez dû faire demi-tour.

Un silence de mort suivi cette phrase. Élise ne savait que répondre, elle fit quelques pas vers la sortie mais l'hybride lui fit signe d'attendre.

- Pars avec ça.

La fiole contenait un liquide violet et une étiquette « Antidote poison », Élise sourit. Elle voulut crier partout, Alec allait être guéri ! Alec ! Élise sourit et murmura « Nox » pour éteindre la lueur blanche qui jaillissait de sa baguette. Elle voulut alors s'avancer vers le centaure mais dès qu'elle fit demi-tour, il était déjà parti.

*
* *


Un miaulement comme un dernier hurlement de bête blessé se fit entendre dans le calme si incompréhensible de la clairière. Élise regarda et vit la petite silhouette de son Fléreur qui avait du mal à avancer, la silhouette titubait et miaulait la mort. Élise trottina vers son animal de compagnie, elle vit des taches brunes sur le sol. Élise se mit à sangloter :

« Fléreur, fléreur. Tu vas t'en sortir hein ? Fléreur ... »

Élise se mit à sangloter, elle serra encore doucement la fourrure de son petit compagnon. Elle sentit son léger souffle sur son visage, comme une petite lueur d'espoir, elle regarda ses yeux légèrement argentés, éclairés par la lune et Élise caressa ses pattes.

« Fléreur...Je t'aime...Merci...Pour..Tout... »

Et le fléreur s'avachit par terre. Il n'était plus des nôtres, à cause de ces Centaures. Élise se sentit partit dans une rage horrible. Elle les détestait ces hybrides qui se croyaient tout permis, pourtant son Fléreur les avait provoqué, c'était normal qu'ils se défendent, de là à le tuer ? Élise sentit des larmes rouler sur ses joues puis se dissiper dans l'herbe de la clairière, argentée. Il fallait s'y faire, il fallait s'y faire. Élise voulut prendre le petit corps avec elle mais cela aurait été trop encombrant et pourquoi en faire quoi après ? Élise se mordit la lèvre, s'assit par terre et se mit à sangloter mais un cri lui fit revenir à la réalité, elle tenait la fiole entre ses mains depuis toute à l'heure sans vraiment s'en rendre compte.

Élise s'avança vers les bois sombres, elle essaya de percevoir un bruit, n'importe lequel. Tant que cela ressemblait à un cri humain. Mais le désert complet, aucun bruit, rien, niet. Élise sentit ses pieds la guider pourtant et elle avança dans l'obscurité, elle ne voulait pas voir où elle posait ses pieds – encore nus -, elle sentait toutes les choses telles que des brindilles, des corps d'araignées, des choses qu'Elise ne souhaitait pas vraiment voir surtout après le petit deuil qu'elle avait de son pauvre Fléreur. Rien qu'en y repensant, elle sentit encore son coeur se serrer. Pauvre petit coeur, mais sais-tu que ce ne sera pas la dernière fois que tu souffriras autant ? Élise ne le savait pas encore.

« Hey oh !! »

Quelques échos, pas de bruit. Élise sentit quelque chose bouger, elle se retourna et remarqua des silhouettes gigantesques. Elle reformula le sort « Lumos » et remarqua des arbres, ces arbres qui bougeaient. Le sort de Rose avait marché ou alors cela voulait-il dire que Rose était dans les parages ? Élise se retourna et vit quelques silhouettes, elle s'avança et remarqua une barrière d'arbres juste devant eux.

« Rose ! Alec ! Alice ! Jason ! »

Elle vit que Jason s'était arrêté de voler et se tenait près de Rose. Elle sautillait presque de les voir, vivants.

« J'ai l'antidote, Alec! Je... »

Élise s'avança et ne vit pas la racine de l'arbre, elle trébucha et envoya valser l'antidote quelques mètres plus loin. Élise eut un regard désespéré et se mit à pleurer. Elle ne voulut même pas voir l'état de la fiole, si elle était cassée Alec était bon à être mené d'urgence à Sainte Mangouste mais comment allaient-ils faire entourés d'arbres ?

« Crac badabum ! »

Un bruit d'écorce sourd, Élise n'osa même plus adresser un regard à ses amis, elle avait si honte. Pourtant elle n'avait même pas vu que la fiole n'avait qu'une petite fissure mais l'antidote se répandait petit à petit dans les brindilles, dans la terre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MINUIT TRENTE [LIBRE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
MINUIT TRENTE [LIBRE]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ? Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horcruxes - Les Reliques de la Mort :: <font COLOR=white>EXTERIEUR POUDLARD [RP]</font> :: Forêt interdite-
Sauter vers: