AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Réminiscence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arya Winchester
Journaliste à "Riot's Magazine"
Journaliste à
avatar

Féminin Nombre de messages : 41
Age : 33
Date d'inscription : 07/12/2007

MessageSujet: Réminiscence   Mar 19 Fév - 4:41





    On dit que la mort est une délivrance. Elle ne l’a pas été pour moi. Je suis morte il y a bien longtemps déjà, et pourtant je n’ai jamais trouvé le repos. Je suis resté là, uniquement pour te dire adieu, et te permettre de reprendre ta vie la ou elle s’est arrêté. Pour toi, j’ai fait en sorte de ne jamais disparaître. Mon repos ne me gagnera que le jour ou j’aurais pu te dire adieu. Je sais que ce jour viendras. Même si les chances sont minces pour que je te recroise un jour, je ne perds pas espoir. Et lorsque je disparaîtrais enfin, je resterai à jamais gravé dans ton cœur, mais tu trouveras le repos de ton âme avec moi. Nous nous retrouverons mon amour je t’en fait la promesse…


Dernière édition par Arya Winchester le Jeu 21 Fév - 6:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya Winchester
Journaliste à "Riot's Magazine"
Journaliste à
avatar

Féminin Nombre de messages : 41
Age : 33
Date d'inscription : 07/12/2007

MessageSujet: Re: Réminiscence   Mar 19 Fév - 6:17

1° Quand deux âmes sœur se rencontrent




    Je me souviens encore du jour de notre rencontre. Pour moi c’est comme si c’était hier. Et dire que tout à débuter sur un quiproquo. J’étais venu dans ce bar pour échapper à l’emprise de mon quotidien. C’était les vacances, et j’étais loin de me douter que je ferais une si belle rencontre. Lorsque je t’ai aperçut, mon cœur a fait un bon dans ma poitrine. Bien sur, je ne savais pas qui tu étais. Pour moi tu n’étais autre que mon frère, William, mon meilleur ami. Après avoir passé un mois sans nouvelle, je le retrouvais enfin à mon plus grand plaisir.

    William et Arya… Ca aussi c’est une longue histoire. Ton frère et moi avons toujours eu ce lien qui nous unissait l’un à l’autre. Deux personnes à part uni par une relation que je n’aurais jamais pu rêver plus belle. Certes, entre nous tout à très mal débuté, il nous a fallut du temps pour comprendre que les sentiments que nous avions l’un envers l’autre n’était autre que ceux qu’un frère éprouve pour une sœur, et inversement. Je me rappelle encore t’avoir sauté dessus. Tu as due me prendre pour une folle, mais tu as joué le jeu à la perfection. Tu t’es fait passer pour ton frère et je n’y ait vu que du feu… Toi, tu ne recherchais qu’une chose, retrouver ton frère, et j’étais la clef qui allait t’y conduire. Je me souviens encore que je ne te posais que des questions sur Lily, et toi sans la connaître, tu tapais pourtant dans le vrai, en trouvant toujours le moyen de ramener le sujet sur William. Tu t’en sortais à merveille, et même si parfois je me disais que mon William était bizarre, je mettais ca sur le compte de l’alcool, ou d’une dispute qu’il aurait pu avoir avec Lily.

    En y repensant, je suis bien nostalgique. William, Lily, c’était mes meilleurs amis, et je les ais perdu en même temps que toi. J’aurais tellement de chose à leur dire. William, si tu savais comme tu me manque… tu as toujours été là pour moi, tu m’as protégé dans toutes les circonstances… Sauf une fois… J’aimerais pouvoir te dire de ne pas t’en vouloir, mais je sais que c’est beaucoup t’en demander. Aujourd’hui je veux que tu le saches. Tu ne m’as pas abandonné, tu devais partir. Ce n’est pas ta faute. Lily, j’ai passé de si bon moments en ta compagnie. J’ai vu ta relation avec William grandir de jour en jour même si vous ne l’aviez pas remarqué de suite. Je crois même avoir été la première à me rendre compte que vous étiez fait l’un pour l’autre. S’il avait osé te faire du mal, tu sais qu’il m’aurait entendu… Toi aussi tu me manque…

    Revenons-en à toi. Sawyers… Mon amour… Mon âme sœur… Quand j’ai compris à mon retour à Poudlard que la personne que j’avais rencontrée dans le bar n’était pas celle que je croyais, je me suis tout d’abord sentie trahie. Et quand pour la première fois je t’ai vu, toi, en tant que Sawyers, je me suis d’abord mit dans l’esprit de te détester. Pour moi, tu n’étais qu’un double de cette personne que j’aimais tant, un simple imposteur qui s’était joué de moi. Mais j’ai appris à te connaître, et lorsque mes sentiments ont évolué, je me suis mise en tête de les oublier. Quelle erreur de ma part… j’ai perdu un temps précieux que je n’ai pas pu passer en ta présence. Je me suis tout d’abord mit en tête que si je ressentais cela, ce n’était que parce que j’aimais ton frère, mais au fil du temps, et avec ton insistance, j’ai fini par craquer… Ce fut peut être une des meilleures décisions que j’ai prise de toute ma vie.

    La suite on la connaît tout les deux. Une belle histoire d’amour entre deux personnes faites l’une pour l’autre. Rien ne pouvait nous séparer et détruire cet amour fusionnel qui était né entre nous. Rien hormis peut être la mort, mais ceci est un autre chapitre de notre histoire… J’aimerais que tu saches aujourd’hui, que même si je suis parti, ce n’est pas de ta faute. Je voudrais que tu saches qu’il serait arrivé la même chose si tu avais été présent. Tu n’aurais pas pu me protéger, mais il me manque une seule chose. Je n’ai pas pu te dire au revoir, et je voudrais aujourd’hui que ta peine s’allège, même si tu ne le montre pas, je sais que au fond de toi, tu t’en voudras toujours de ne pas avoir été là, et c’est pour cela que j’ai agit ainsi. Je ne trouverais le repos de l’âme qu’en te faisant mes adieux, et un jour je te le promets, je te retrouverais…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya Winchester
Journaliste à "Riot's Magazine"
Journaliste à
avatar

Féminin Nombre de messages : 41
Age : 33
Date d'inscription : 07/12/2007

MessageSujet: Re: Réminiscence   Jeu 21 Fév - 6:22


2° Séparation.



    J’ai passé tellement de bons moments à tes côtés, et pourtant, je regrette de ne pas avoir pu en profiter autant que je l’aurais désiré. Même si pour moi le sentiment d’amour n’était fait que pour les faibles, comme je l’aie souvent répété, alors à tes côtés, j’étais devenu une de ces faibles, mais j’étais heureuse. Je le cachais bien, ne profitant que de l’instant présent avec toi, pourtant, je savais que ce que je ressentais n’était pas une simple amourette. Ma vie à tes côtés n’était que pur moments de bonheur. Je regrette que cela ce soit arrêté si vite le soir ou tu m’as annoncé que tu partais.

    Rappelle toi, tu es arrivé, comme à l’accoutumé, toujours cette expression mystérieuse sur le visage qui me faisait tant craquer. Tu te souviens ? Moi je me rappelle. Comme chaque fois que l’on se retrouvait, mes yeux s’était mit à briller de bonheur. Je me suis approché de toi à pas de loup, avec cette façon qui ne caractérisait que moi…


    Arya : Salut mon amour…

    Pour toute réponse, tu m’as offert tes lèvres. Tes baisers, je les aimais a un point que tu ne peu même pas imaginer. Je les savourais chacun d’une façon différente. Et ce petit sourire que tu m’as adressé, il me comblait de bonheur. J’ai toujours été surprise par le peu de conversation que tu avais, mais j’ai appris à te connaître, et j’ai su décrypter chacune de tes expressions. A ce moment là, je savais que tu étai heureux de me retrouver. Mais l’ambiance à vite tourné lorsque tu m’as dit :

    Sawyers : J’dois partir.
    Arya : Pardon ?
    Sawyers : Chercher mon père.
    Arya : Quand ça ?
    Sawyers : Maintenant.

    Je me rappelle se sentiment de frustration que j’ai ressenti. Tu partais comme ça, en me prévenant à la dernière minute, et je me sentais frustrée. C’est d’ailleurs pour cela que ma joie a fait d’abord place à de l’incompréhension. Je t’ai lâché, je me suis reculé, et bien évidemment, je me suis laissé emporter. Comme je regrette aujourd’hui d’avoir agit ainsi, j’ai bel et bien faillit gâcher notre dernier moment ensemble. Bien sur se soir la, je ne savais pas encore que se serait le dernier…

    Arya : Et tu le sais depuis quand que tu pars ? Non mais c juste pour savoir si tu comptais vraiment me le dire ou si c simplement parce que tu passe par hasard que tu le fait ?
    Sawyers : J’comptais te le dire.

    Sur le moment, je t’en voulais énormément. Je me sentais abandonnée, et je suis resté la face a toi, sans un mot, j’ai simplement quitté ton regard pour montrer ma déception. Et la tu as fait la chose qui as toujours fait que je t’ai aimé. Tu t’es approché de moi, et tu m’as prit dans tes bras sans un mot. Certes, tu ne parlais pas beaucoup, mais tu as toujours su me faire ressentir tes sentiments. ET comme chaque fois, je me suis laissé aller dans tes bras, et j’ai compris. A vrai dire, je ne peu pas dire que je ne me doutais pas que cela arriverais un jour. Je savait que tu le recherchais et qu’il te faudrait partir. Je t’ai serré contre moi, et j’ai fermé les yeux. Profitant une dernière fois de cette carapace que tu m’offrais, de cette douceur qui était la tienne et que personne d’autre que moi ne connaissait. Dans tes bras, j’étais tellement bien, je me sentais à l’abris, et plus rien ne pouvait m’arriver.

    Arya : Excuse moi, je sais que tu le cherche depuis longtemps, et si tu dois y aller vas y... Je t’attendrais.

    J’ai resserré mon étreinte, et je t’ai offert un baiser emplis d’amour. J’étais loin de me douter que ce serait le dernier. Je ne pouvais pas te retenir, mais en y repensant maintenant, je donnerais n’importe quoi pour pouvoir goutter à nouveau la douceur de tes lèvres. Lorsque je me suis écarté de toi, j’ai longuement fixé tes yeux en silence, juste un petit sourire gravé sur mes lèvres. Et la tu as fait la chose la plus inattendue, une chose à laquelle je ne m’attendais pas. Pourtant, je ne pouvais pas me permettre de te laisser faire. Ses mots j’en avais besoins pour me rassurer, mais ils sonnaient comme un au revoir, et je préférais attendre ton retour pour pouvoir les savourer pleinement.

    Sawyers : Je t’ai…
    Arya : Shuutt… Ne fait pas comme ci c’était un adieu…

    Mon doigt s’était posé instinctivement sur tes lèvres pour t’en empêcher. Le principal c’était que je le savais, même si jamais je n’ai eu un doute sur la nature de tes sentiments pour moi. Je t’ai à nouveau serré brièvement contre moi, et mes derniers mots pour toi étaient en fait destinés à ton frère, car je savais bien sur qu’il partait avec toi.


    Arya : Dit au revoir à Will de ma part…

    Et on s’est quitté comme sa, sur un simple sourire. Je t’ai observé partir à reculons, et disparaître derrière la porte. Et là, il s’est produit une chose habituelle chez moi. Des larmes silencieuse se sont mit à glisser lentement sur mes joues, alors que je murmurais un je t’aime a ton intension mais qui ne parviendrait jamais à tes oreilles. Parce qu’à ce moment là, j’en étais sure… J’allais te revoir, te retrouver et nous reprendrions notre vie là ou nous l’avions laissé…

    Je ne t’ai jamais revu, car tu es revenu bien longtemps après ma disparition. Et aujourd’hui si tu savais comme je regrette de ne pas avoir dit plus, de ne pas avoir fait plus… J’aurais du te prouver mon amour avant que tu t’en aille, et que je t’abandonne. Car oui, même si tu pense l’inverse, c’est moi qui t’ai abandonné. Je me suis lancé dans des histoires plus dangereuses les unes que les autres, des expériences encore pire, mais cela n’est pas pour tout de suite. Aujourd’hui je veux juste que tu sache que si je suis resté c’est pour cela. Pouvoir enfin te dire adieu, et pouvoir te le dire clairement et face à toi cette fois ci : Je t’aime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya Winchester
Journaliste à "Riot's Magazine"
Journaliste à
avatar

Féminin Nombre de messages : 41
Age : 33
Date d'inscription : 07/12/2007

MessageSujet: Re: Réminiscence   Lun 25 Fév - 6:47

3° La faute


    Depuis combien de temps est tu parti ? Je ne saurais le dire. Je préfère éviter de compter les jours. Cela doit faire plusieurs mois déjà, et tu me manque tellement. Pendant ton absence, j’ai pallié à ce manque en m’investissant dans la seule cause qui me tenait à cœur. Servir celui que je considérais comme mon maître. Heinrish Mustang. Bien sur tu n’étais pas au courant que je travaillais pour lui, et je ne te l’ai jamais dit… Pour quelle raison ? Elle était pourtant évidente. Tu connaissais déjà les ravages que pouvait provoquer une appartenance à se groupe puisque ton père en avait fait parti. Les missions se succédaient les unes après les autres, et le temps filait entre mes doigts. Je savais qu’Heinrish recherchait ton père, car il était maintenant considéré comme déserteur, et j’avais l’espoir fou de pouvoir te croiser au détour d’une mission. Plus rien ne comptait pour moi hormis le servir et attendre ton retour, et c’est ce que j’ai fait.

    Seulement voilà. Je ne saurais jamais comment, mais mon maître à appris que j’entretenais d’étroite relation avec un des fils Slayers, et il m’a convoqué en personne. J’ai su immédiatement ce qu’il recherchait. Il voulait tester ma loyauté, et lorsqu’il m’a donné ma nouvelle mission, celle qui fut ma dernière à son service, j’ai acquiescé, tout simplement et je me suis retiré, lui assurant que je saurais ma montrer à la hauteur. Retrouver Thomas Slayers, et lui ramener sa tête. Dans mon esprit, rien n’avait plus d’importance que de lui obéir, voilà pourquoi ce soir là lorsque je suis parti, ma première pensée était de retrouver ton père avant toi, et de le tuer. Quand on est engagé dans une organisation telle que les mangemort, on ne recule devant rien, pas même a risquer son amour… Le plus important, c’est l’obéissance.

    J’ai retrouvé ton père bien avant que tu ne le trouve toi-même. Je l’ai suivit, je l’ai observé longuement, mais lui ne m’as jamais remarqué. J’attendais le bon moment. Un jour, deux jours, le pistant partout ou il allait. Peut être inconsciemment me disais-je que j’allais enfin te croiser, mais rien ne vint. Le troisième jour, j’ai attendu qu’il soit seul, et je me suis retrouvé face à lui. J’ai planté mon regard dans le sien, et mon cœur à flanché. Son regard, dans son regard je te voyais toi. Je me suis bêtement excusé, et je me suis retiré.

    J’ai transplané immédiatement chez moi, me suis effondré sur mon lit, et j’ai pleuré… Pleuré pendant des heures en songeant à ce que j’avais faillit faire. Comment avis-je pu me laisser embobiner au point de vouloir tuer le père de l’homme que j’aimais pour plaire à mon maître. Je m’en voulais terriblement, mais il fallait que je me reprenne. Pour l’instant, j’étais tranquille dans mon appartement, mais il ne tarderait pas le moment ou mon échec remonterait aux oreilles d’Heinrish. Il me fallait agir vite et discrètement. Deux solution… me présenter à lui et lui avouer que j’avais échoué, et la sentence serait la mort, ou bien fuir, ce qui me menait à la même fin.

    J’ai décidé de prendre la fuite par amour pour toi, mais je savais que si je ne te retrouvais pas au plus vite, s’en serait fini de nous deux. Mes jour étaient compté, et il me fallait trouver une solution, envisageant le pire des scénarios. Je me suis enfuis, très loin, mais la rumeur est vite venue à mes oreilles, j’étais recherché, et ils étaient toujours sur mes talons, ne me laissant aucun répits.

    Aujourd’hui, je veux que tu sache que je regrette. Je regrette de t’avoir caché le fait que je travaillais pour Mustang. Je regrette d’avoir été assez loin pour me retrouver face à ton père, et que l’idée de le tuer ne m’ait traversé l’esprit ne serait ce qu’une seconde. Heureusement pour moi, ton amour m’a sauvé… Dans un sens bien sur, car de l’autre, il me condamnait à mort. Il m’as simplement permis d’ouvrir les yeux, et de voir à quel point j’avait été stupide de m’engager dans ce mouvement, alors que seul ton amour me suffisait. Je regrette tellement… Sans ça, aujourd’hui nous serions peut être encore réunis… Mais je préfère ne pas penser à ça, car c’est quelque chose qui n’arriveras jamais hormis l’espace de quelques minutes. En attendant je reste la, blottie bien au chaud en espérant qu’un jour tu croise son chemin et que tu me reconnaisse…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya Winchester
Journaliste à "Riot's Magazine"
Journaliste à
avatar

Féminin Nombre de messages : 41
Age : 33
Date d'inscription : 07/12/2007

MessageSujet: Re: Réminiscence   Jeu 6 Mar - 4:26

    4° La quête de l’immortalité.



    Je me suis enfuie rapidement, n’emportant que le nécessaire. Ma baguette, mon argent, et une photo de nous deux. Pour le reste, ma tête suffisait, et je n’avais pas vraiment le temps de réfléchir. Je savais qu’ils étaient déjà à mes trousses. Le temps me pressait, et je ne voulais pas partir sans te revoir. Je savais que tu n’avais pas encore retrouvé ton père, Je suis donc partie sur tes traces, la où je serais la plus susceptible de te retrouver : la Russie. J’ai fais le calcul. Cela faisait déjà trois mois que je vivais loin de toi. Je n’avais que peu d’espoir de te trouver, et cet espoir à diminuer de jours en jours passés en vaines recherches. Je possédais tout de même d’un temps de répits. J’étais parvenue à semer les mangemorts lancés à mes trousses, mais il me fallait réfléchir, et vite.

    Je me faisais prudente, mais mes recherches me poussaient à prendre certains risques, à me dévoiler aux autres. C’est un soir ou je pensais tenir l’information qui me mènerait à toi qu’ils m’ont retrouvés. Je devais me rendre dans ce bar miteux, où j’avais rendez vous avec une personne m’ayant affirmé qu’elle t’avait croisé, et elle devait m’en dire plus, mais à peine avais-je poussé la porte que je suis tombé sur eux. Lorsque mon regard à croisé le leur, j’ai sentit un frisson parcourir mon corps, et j’ai immédiatement disparue, sans pouvoir vérifier si mes informations étaient exactes, ou si on m’avait tendu un piège. J’étais désespérée, je perdais ainsi mon dernier espoir pour nos retrouvailles.

    J’ai donc changé de tactique, et décidé de mettre en place mon dernier recours. Un ancien rite païen, destiné à préserver l’âme d’un défunt. J’y avais longtemps songé, cela signifiait que jamais je ne te reverrais, mais mes jours étaient maintenant plus qu’en danger, et si je ne pouvais te revoir de mon vivant, c’est dans ma mort que j’y parviendrais. Je changeais d’endroit tout les jours, me procurant peu à peu tout ce qui me serait nécessaire pour mener mon plan à bien. Lorsque tout fût prêt, je me suis isolée dans la montagne, je suis parvenue à trouver une grotte à l’écart, car il me faillait m’assurer que je ne serais pas interrompue avant la fin du rituel. J’ai donc mit en place de nombreuse barrières magique autour de ce qui me servirait de sanctuaire. Certaines destinées à repousser les intrus pouvant se diriger vers mon lieu de retraite, d’autre à me prévenir si de mauvaise augure un mangemort approchait.

    Si par malheur je venais à perdre la vie, mon âme serait alors expulsée de mon corps, mais au lieu de s’envoler et disparaître à jamais, elle pourrait trouver refuge dans un nouveau corps, jusqu’au jour ou par moi-même après m’être révélé au monde je déciderais de le quitter. L’élément principal de ce rite, était comme beaucoup l’appelle un piège à rêve. Les anciens l’ensorcelaient pour éloigner les mauvais rêves, mais je connaissais sa deuxième utilisation, et je comptais bien la mettre à profit pour toi. J’ai passé de longues heures dans cette grotte, pour mettre en place et effectuer ce rituel, et j’en suis ressortie épuisée, vidée de mes forces. J’ai due subir de nombreuse épreuve, car on n’effectue pas ce rite à la légère. J’ai du subir des tortures intérieure, mon âme était meurtri, mon corps aussi. Des épreuves plus dures les unes que les autres pour prouver à ces dieux païens que je méritais ce que je désirais. J’ai lutté, je me suis battue, n’ayant qu’une seule idée en tête, toi… Et j’ai abattue chaque mur qui se dressait entre nous, pour enfin parvenir à mes fins.

    Une immense lueur verte à envahie la caverne, alors que je me retrouvée propulsée en arrière, contre la paroi froide. Je suis restée un instant ainsi, allongée, les yeux fermés, les bras en croix tel un cadavre. Mais j’ai finit par bouger, lentement car j’étais affaiblis, chaque geste me coutait un effort surhumain pour ne pas gémir de douleur, et à bout de souffle, j’ai jeté un regard à mon piège. J’ai sue immédiatement que je pouvais maintenant être en paix. En son centre, brillait une gemme couleur émeraude, celle-ci même qui me permettrait de rester pour toi. En effet, si je venais à mourir, mon âme se retrouverait aspiré par ce joyau, et serait redirigée vers un nouvel hôte, où j’attendrais mon heure patiemment pour me révéler à toi. Heure qui pouvait très bien ne jamais arriver, et alors tout mes effort auraient été vains, et je resterais à jamais tapis dans l’ombre d’un illustre inconnu. J’ai alors perdue connaissance. Combien de temps ? Je ne saurais le dire, mais à mon réveil, j’ai glissé mon talisman autour du cou, où il me protégerait.

    Tu dois maintenant comprendre, que tout cela je l’ai fait pour toi. J’avais beau être une sorcière très douée, ceux qui me poursuivaient l’était beaucoup plus, et ils étaient nombreux à me traquer comme un gibier. J’espère seulement que mon plan fonctionnera. A vrai dire, j’en suis presque convaincue, car dans la mort j’ai appris que je ne pouvais avoir foi qu’en une seule et unique chose : l’amour. Je te retrouverais, car mon seul but dans tout cela n’était que de pouvoir te dire adieu…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya Winchester
Journaliste à "Riot's Magazine"
Journaliste à
avatar

Féminin Nombre de messages : 41
Age : 33
Date d'inscription : 07/12/2007

MessageSujet: Re: Réminiscence   Sam 8 Mar - 17:16

    5° La mort n’est qu'une délivrance...



    Je suis restée un long moment enfermé dans cette grotte. J’étais épuisée, à bout de force. Ce rituel m’avait grandement affaiblie, et je ne pouvais me permettre de repartir de suite. J’ai donc attendu. Quelques heures, quelques jours, pour me remettre sur pied. Peu à peu, j’ai sentis mes forces me revenir, mais elles étaient cependant insuffisantes pour repartir. J’avais pris la décision de rester encore cachée, à l’abri, quelques jours, mais mes plans furent vite contrariés. Cela faisait quatre jours que j’étais ici quand j’ai ressentie leur présence. Ils m’avaient à nouveau retrouvé, certainement guidés par la puissante magie qui avait était libéré en ces lieux. Mes barrières magiques tombaient les unes après les autres, et je n’étais même pas sure de parvenir à fuir cette fois ci.

    J’ai pourtant pris sur moi, et je suis parvenu à transplaner. Cela m’a bien évidemment affaiblie à nouveau, car je n’avais pas eu le temps de récupérer toute ma force. J’avais décidé de retourner sur la terre de mon enfance, c’est là bas que je voulais mourir. J’avais décidé de ma vie, je voulais rester maître de ma mort. Je n’avais pas de lieu précis. Retourner dans la maison de mon enfance ne m’apporterais rien, de toute façon mes forces n’étaient pas assez imposantes pour me mener la ou mon cœur le désirait. J’ai donc laissé faire, et j’ai atterrie à la lisière d’un grand bois. Ce bois je le connaissais. A l’autre bout se situai un élevage d’Abraxan, le plus grand de Colombie. Devais-je me cacher dans l’ombre des arbres, ou tout simplement, attendre droite et fière la venue de ma propre mort ? Le choix n’était pas vraiment difficile. Je n’ai jamais été faible. J’ai pénétré dans le bois, mais je ne suis pas allé loin. Je savais qu’ils ne tarderaient pas à me rejoindre, je me suis donc adossé à un arbre et j’ai attendu.

    Il ne m’a pas fallu attendre longtemps pour entendre le bruit caractéristique du transplanage, et les pas qui faisaient craquer les branches mortes au sol. Il était seul. Pour l’instant je suppose. Lequel viendrait donc se présenter à moi ? Les yeux fermés, j’attendais. Je connaissais leur manière. Il n’attaquerait pas avant d’avoir tenté de me faire son laïus, voulant par là me démontrer sa supériorité, mais il ne savait pas au combien je le surpassais.

    Jones : Je te retrouve enfin Becker.
    Arya : Crois tu vraiment que c’est par ta propre volonté que tu me retrouve et non la mienne ?

    Mes yeux venaient de se rouvrir laissant briller cet éclat émeraude. Un petit sourire se dessinait sur mes lèvres. Intérieurement j’étais épuisée, prête à en finir immédiatement pour me libérer de se poids qu’est la vie. Il portait sa cagoule, mais je savais qui il était.

    Arya : Allons Jones. Croit tu vraiment que ta cagoule te serve à quelque chose ici ? Je te signale qu’il n’y a pas si longtemps que ça, c’était sous mes ordres que tu travaillais.
    Jones : Et cela à bien changé Arya. Aujourd’hui j’ai d’autres ordres.
    Arya : Me tuer, je le sait. Mais ce n’est pas réellement ce que tu va faire.
    Jones : C’est ce que tu pense. Tu crois réellement que je ne parviendrais pas à…
    Arya : Non. La seule chose que tu parviendras à faire, c’est me permettre d’en finir avec ce dont je n’ai plus envie. Je n’appelle pas cela tuer quelqu’un lorsque la personne est consentante. J’appelle plus ça de l’assistance.
    Jones : C’est la même chose…
    Arya : Loin de là. C’est bien ce qui montre ta bassesse d’esprit.

    Pour l’instant, il me fixait, et je sentais la haine monter dans ses veines. Moi je ne bougeais pas. De toute façon, je n’avais pas réellement l’ambition de me défendre. En combat singulier, il serait déjà mort face à moi. Mais pour l’instant, je remarquais juste sa mâchoire se crisper. A première vu, il ne savait pas quoi ajouter. Je lui faisais déjà rapidement fermer son caquet. Je l’observais alors qu’il retirait sa cagoule. Il avait enfin compris, pas la peine de masques, ici on joue carte sur table.

    Jones : Tu as désobéi à un ordre direct de notre maître, et tu doit en subir la conséquence.
    Arya : Soit… Mais qu’aurais tu fait toi ? S’il t’avait ordonné de tuer ta femme, ou ta propre mère ?
    Jones : S’il me l’avait demandé, je l’aurais fait, car pour moi rien…
    Arya : N’est plus important que de le servir lui, je sais tu me l’as rabâché assez souvent…
    Jones : Et c’est ce que tu aurais du faire aussi.
    Arya : Une fois de plus tu me démontre bien ton niveau. Si tu n’es plus capable de penser par toi-même, alors tu n’es plus qu’un pantin sans cerveau, une coquille vide.
    Jones : Je reste fidèle à mes convictions.
    Arya : Parfait alors ! Mais je ne suis pas un pantin, je suis maître de mes actes, et je vais partir en ayant un tant soit peu de dignité. Pas comme certain le jour ou il décidera que vous ne lui servais lus à rien.

    A nouveau un silence pesant. Certainement pour lui, mais pas pour moi. Tout ceci était calculé dans mon esprit. A nouveau j’ai entendue des bruits de transplanage, et j’ai laissé échapper un petit rire.

    Arya : Alors tu n’es même pas capable d’accomplir cette tâche tout seul ? Tu as besoin d’une escorte ?
    Voix : Elle est là, on l’a retrouvé !
    Arya : Bravo… Vraiment très doué… Jones, je pensais que tout ceci ne se jouerait qu’entre toi et moi. Vraiment tu me déçois.

    Je les ais vu arriver et m’entourer. Que croyaient-ils ? Ils étaient donc venus à cinq riens que pour moi ? Je dois avouer que c’était un honneur. Mais je voulais qu’il soit seul responsable. Je ne voulais pas de mise en spectacle. Lui et moi. Sans même qu’ils aient pu réagir, un nuage épais de couleur émeraude s’est échappé de mon corps, les propulsant tous plus loin, créant une barrière autour de moi. Seulement moi et lui.

    Arya : Je t’ai dit que se serait toi. Ils n’ont rien à faire là. Tu as donc peur à ce point de moi ? Je t’ai dit que je ne me défendrais pas. Qu’attends-tu ?

    Je savais ce qui le gênait. Il y avait moins de gloire à retirer pour lui, mais c’était ainsi et pas autrement. Je l’avais décidé. Pourtant, il ne semblait pas vouloir agir. A l’extérieur de ma protection, les autres semblaient paniqués, affolé, tentant tout pour venir en aide à celui qui était leur allié. Que craignaient il donc ? Que je le tue ? Non, s’en était fini pour moi. Mes forces s’épuisaient, et même si j’étais plus forte qu’eux, je ne souhaitais plus continuer. Il ne me restait qu’une seule chose à faire. Le provoquer pour qu’il agisse enfin. S’il pensait que sa vie était en danger, il agirait. J’ai donc saisi ma baguette, et l’ai dressée dans sa direction, mais sans intention de m’en servir. Mes lèvres n’ont même pas remuée. J’ai vu l’éclair vert jaillir de sa baguette. Je l’ai senti me frapper en pleine poitrine. Puis, plus rien. Un corps inerte qui tombe au sol, avec un simple sourire sur son visage, ce sourire qui t’était destiné mon amour.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya Winchester
Journaliste à "Riot's Magazine"
Journaliste à
avatar

Féminin Nombre de messages : 41
Age : 33
Date d'inscription : 07/12/2007

MessageSujet: Re: Réminiscence   Sam 8 Mar - 17:57

    6° Renaissance.




    A l’instant même ou j’ai été frappé par le sortilège de mort, la barrière magique a disparue. Mon corps restait sans vie au sol, pourtant mon âme était bel et bien intacte. Le talisman que je portais autour de mon cou avait bel et bien fonctionné. Je me suis sentie quitter mon propre corps, m’envoler pour disparaître, mais je me suis alors sentie aspirée. La gemme verte s’est alors mise à briller, aveuglant l’espace d’une seconde les mangemorts présent. Lorsqu’elle disparue, le talisman avait disparu de mon corps.

    Voix : Qu’est ce que c’était ?
    Jones : Je ne sais pas… Peu importe. Elle est morte, il sera ravi, et j’en recevrais les honneurs…

    Oui j’étais morte, mon corps était brisé, mais mon âme restait intacte. Ils ne virent pas réellement ce qu’il venait de se passer. La gemme avait ébloui leur regard, et fait disparaître mon talisman, le changeant en vipère. Je restais donc consciente de ce qui se passait autour de moi, ressentant chaque glissement sur le sol, chaque sensation. Alors c’était ça ? Tout simplement ? Je n’ai pas immédiatement compris comment mon âme serait transmise à un nouveau porteur, j’ai donc attendu. Pas vraiment longtemps à vrai dire.

    Je me laissais porter, n’étant plus maitre de mon destin. Et c’est à travers ses yeux que j’ai vu apparaître la lisière du bois. Je comprenais tout ce qu’il se passait autour de moi. Mon vaisseau ne faisait que m’apporter à ma destination. C’est alors que je l’ai aperçue. Cette petite fille brune, des yeux bleus à se damner. Elle était jeune, peut être cinq ans ou moins. Elle semblait jouer, inoffensive dans le parc du ranch, et ma vipère s’approchait lentement d’elle. Nous nous sommes arrêtés à quelques centimètres d’elle. J’observais bien à l’abri, et elle à posé ses yeux sur nous. Un regard glacial, elle me plaisait déjà. Nous nous somme alors approché d’elle. Elle à tendue sa main de petite fille, et les crochets y ont pénétrés.

    Je me suis alors à nouveau sentit arraché à mon hôte. Aucun venin ne se déversait dans le sang de cette jeune fille, uniquement mon âme passant par les crochets, pour venir se lover dans son cœur. La ou j’attendrais patiemment ta venue. J’ai immédiatement sue que l’attente serais longue, mais ce ne serais pas un problème. Mon âme allait s’éteindre un moment, et ne ferais sa réapparition que bien plus tard, pour venir te rejoindre, et qu’enfin je puisse te faire mes adieux avant de la quitter elle. Je n’étais même pas sûre que cela se produise un jour, mais j’avais cet espoir… Un espoir de fou.

    Maintenant, en y réfléchissant, j’étais loin de me douter de toutes ces similitudes que cela créerait entre nous. Premièrement, elle porte le même prénom que moi. Un pur hasard, mais une vraie chance en réalité. En m’installant dans son corps, je lui aie conféré ma puissance magique. Oh bien sur, elle s’est révélée très puissante elle-même, mais ma puissance lui était offerte, et elle a vite appris à l’apprivoiser. Bizarrement, elle me ressemble comme deux gouttes d’eau, notre seule différence reste nos yeux. Mais lorsqu’elle s’énerve, et qu’elle ressort toute sa puissance, je ressors avec elle, mes yeux prenant la place des siens. Bien sur lorsque je la quitterais, elle gardera tout cela, car je l’ai marqué plus profondément que personne ne peu l’imaginer.

    Je reste donc là, en elle, ne pouvant bien évidement pas agir par moi-même. Elle est maître de son corps et de son esprit. Je ne sais même pas encore comment je ferais pour revenir à toi l’espace de quelques minutes, peut être heures, mais j’y parviendrais, certainement par son aide. Et là, je te verrais, et tu me reconnaitra, tu saura que c’est moi, je te dirais adieu, et je disparaîtrait à jamais…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sawyers A. Slayers
FILE TE PRESENTER !! MOUAHAHAHA !!!
avatar

Féminin Nombre de messages : 2
Age : 33
Date d'inscription : 15/01/2008

MessageSujet: Re: Réminiscence   Dim 23 Mar - 3:26

free music


Perdu dans les ténèbres, espérant un signe.
A la place il n'y a que silence,
Ne peux-tu pas entendre mes cris ?
(je n'ai) Jamais cessez d'espérer,
(j'ai) Besoin de savoir où tu es,
Mais une chose est sûre,
Tu es toujours dans mon coeur.


Je te trouverai quelque part.
Je continuerai d'essayer jusqu'au jour de ma mort
Je dois juste savoir ce qu'il a pu arriver,
La vérité libérera mon âme.


Perdu dans les ténèbres, essaye de trouver le chemin du retour
Je veux te prendre dans mes bras et ne jamais te laisser partir.
Espérant presque que tu sois au ciel, pour que personne ne puisse blesser ton âme.
Vivant dans l'agonie, simplement parce ce que je ne sais où tu es


Je te trouverai quelque part.
Je continuerai d'essayer jusqu'au jour de ma mort.
Je dois juste savoir ce qu'il a pu arriver,
La vérité libérera mon âme.


Où que tu puisses être, je ne me m'arrêterai pas de chercher
Quoi qu'il m'en coûte, je dois savoir.


Je te trouverai quelque part.
Je continuerai d'essayer jusqu'au jour de ma mort.
Je dois juste savoir ce qu'il a pu arriver,
La vérité libérera mon âme.


Je te trouverais Arya, si tu es toujours sur cette terre a me chercher je te trouverais....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lyvialilou.skyblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réminiscence   

Revenir en haut Aller en bas
 
Réminiscence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horcruxes - Les Reliques de la Mort :: <font COLOR=white>DE L'AUTRE CÔTE DU VOILE [HRP]</font> :: La Pensine V.2-
Sauter vers: