AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 ~ Rennaissance {Mars 1992}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Loris Antony
Médicomage

 Médicomage
avatar

Féminin Nombre de messages : 140
Age : 31
Date d'inscription : 26/12/2007

Présentation du Personnage
Inventaire: appareil photo magique
Fonction HRP: Joueur

MessageSujet: ~ Rennaissance {Mars 1992}   Lun 11 Fév - 21:37

Mars 1992. La rumeur d'une attaque de mangemorts dans les rues du chemin de traverse ne met pas longtemps à arriver jusqu'aux oreilles des membres de l'Ordre du Phénix. Rapidement, la défense s'organise et les membres de l'Ordre ne mettent pas longtemps à envahir les rues du chemin de traverse de façon incognito pour vérifier si la rumeur est vraie ou si un petit plaisantin cherche simplement à faire une blague, pas forcément drôle.

Bien loin de tout cela, un jeune homme, vêtu simplement d'un jean et d'une chemise, se balade de boutique en boutique à la recherche de quelques cadeaux. L'anniversaire de Key est dans quelques jours et Loris compte bien lui offrir un cadeau digne de sa beauté, de son intelligence et de l'amour qu'il lui porte. Il avait d'abord pensé à lui offrit une robe somptueuse mais maintenant qu'il était devant la bijouterie, devant ce collier si merveilleux, il savait que c'est cela qu'il voulait voir au cou de celle qu'il aimait plus que tout au monde.

Les rues n'étaient pas vraiment vides mais on ne peut pas dire non plus que c'était une affluence maximum. Certains, notamment des jeunes parents, profitaient de ce mercredi après-midi plutôt ensoleillé pour flâner dans les rues. Loris souriait lorsqu'il entendait un gamin d'une dizaine d'années demander à sa mère de lui acheter un balai de quidditch. Celle-ci refusa prétextant la dangerosité de cet instrument et son prix relativement élevé.

Le jeune infirmier se décida à entrer dans la boutique au moins pour se renseigner sur la qualité du bijou et pour tenter de faire descendre un peu le prix. Il ne remarqua pas Chad et Dakota passés dans la rue sinon, il se serait forcément poser des questions. Les yeux brillant d'amour, et après plusieurs minutes de discussion avec le vendeur, il prit d'une main délicate la petite boite renfermant le précieux trésor. Il allait sortir de la boutique lorsqu'une explosion se fit entendre. Un homme, plutôt âgé pénétra dans la boutique en courant et en sueur. Il hurlait.


~ Homme : Les mangemorts attaquent, les mangemorts attaquent, les mangemorts attaquent.

Le bijoutier se mit à paniquer. Il fit sortir tout le monde à la hâte de sa boutique et ferma les grilles en un rien de temps. Loris se retrouva dans la rue tenant toujours dans sa main, la petite boite rouge. Que faire ? Transplaner et laisser les membres de l'Ordre se débrouiller seul ou allez les aider. Connaissant Chad, il refuserait bien entendu son aide surtout que les deux hommes étaient en froid depuis que Loris lui ait révélé qu'il avait couché avec sa femme. Le jeune homme était touché par cette situation mais il ne pouvait pas en vouloir à son meilleur ami.

Perdus dans ses pensées, l'ancien Gryffondor ne remarqua pas une ombre qui se dressait derrière lui à plusieurs mètres. Baguette en main, l'homme était âgé, beaucoup plus âgés que Loris et il semblait l'observer avec beaucoup d'attention.

~ Nick : Loris ?

Loris se retourna rapidement et pointa sa baguette en un rien de temps sur son adversaire, signe de défense. Et il avait bien fait car l'homme qui lui faisait face lui était totalement inconnu pointait sa baguette dans sa direction.

On sentait beaucoup de méfiance dans le regard de Loris. Sa position rappelait celle qu'il utilisait lors d'un duel, prêt à parer n'importe quelle attaque venant de l'homme. Mais le jeune garçon aurait pu jurer qu'il ne s'agissait pas d'un mangemort. Il était là, le visage à découvert, ne se souciant pas de ce qu'il se passait autour de lui. Seul Loris semblait l'interessé. Bizarre tout cela. Le jeune homme gardait le silence. Si l'homme connaissait son nom, c'est que lui aussi devait le connaître mais il avait beau scruter son visage, il ne lui rappelait rien du tout.


~ Nick : C'est donc ainsi qu'ils t'ont appelés. Qui aurait cru qu'on se retrouverait un jour surtout dans des circonstances comme celles-ci.

Loris fronça les sourcils. L'homme semblait connaitre beaucoup de choses sur lui et pourquoi restait-il aussi mystérieux ? On se retrouverait. Voilà qui confirmait la méfiance de Loris et il se recula légèrement.

~ Nick : Tes grands parents auraient été vraiment dégouté de te voir sorcier alors que tu n'es rien du tout.

Grands parents ? Les seuls grands parents qu'il avait était les parents de Travis décédés depuis déjà plusieurs années. Mais alors de qui parlait-il ? Nick avait bien vu qu'il avait attiré la curiosité de Loris et c'était là son but. Il voulait tout lui révéler avant de le tuer et pour rester ainsi le dernier survivant des BRYAN. Il avait promis à son père de le retrouver et de le tuer. Loris n'avait pas le droit de vivre, c'était un bâtard mais Nick ne voulait pas le laisser crever dans l'ignorance. L'angoisse était à son comble pour Loris et il attendait la suite des révélations.

~ Nick : Tu ne me reconnait pas. Il faut dire que tu n'avais que quelques heures lorsque tu m'as vu pour la dernière fois, juste avant que je ne me débarasse de toi.

On pouvait aisement sentir de la haine dans la voix de Nick et surtout le dégout de le voir vivant. Loris lui commençait à comprendre. Cet homme l'avait vu naître, il pourrait peut-être lui en apprendre plus sur sa mère, sur sa naissance mais quelque chose disait à Loris que cette naissance et que sa mère ne ressemblerait en rien à l'idée qu'il s'en faisait. Loris se méfiait de cet homme comme de la peste et sentait bien qu'il ne manquerait pas de tenter de le détruire au fur et à mesure de ses révélations.

~ Nick : Je suis ton oncle. Le frère de ta mère et c'est moi qui ait eu le plaisir de te jeter devant cet orphelinat. Je pensais pas que tu étais un sorcier sinon tes grands parents auraient sûrement fait une exception au fait que tu sois un bâtard.

Loris sentait la colère monter en lui et il attendait avec impatience un faux pas de Nick pour pouvoir lui lancer un sort et lui faire regretter les futures insultes qu'il allait proférer. Nick ne se fit pas priver et lui raconta son histoire. Sa mère, ses grands parents, les conditions de la grossesse, l'abandon, le depart forcé de Travis, la mort de sa mère, de ses grands parents et comment il avait fait pour le retrouver. Cela prit plusieurs minutes et au fil du temps, le visage de Loris se décomposait. Jamais il n'aurait pensé que sa naissance s'était déroulé dans de telles conditions et à ce moment là, il avait envie de tuer Nick pour tout ce qu'il avait fait par le passé.

~ Nick : Mais qui aurait pensé que c'est grâce à ton bâtard de père que je te retrouverais.

~ Loris : Mon père n'est pas un bâtard

On pouvait sentir toute la colère de Loris dans cette simple phrase la première depuis que Nick l'avait interpllé. Cet homme n'avait pas le droit d'insulter son père, ou même quiconque de sa famille, sa belle-famille. La seule chose qui pouvait faire monter Loris sur ses grands chevaux était lorsqu'on parlait mal des gens qu'il aime et il ne peut pas laisser cet inconnu qui se dit être son oncle parler comme cela de Travis, un homme respecatble, aimant, merveilleux.

~ Nick : Malheureusement pour moi, je n'aurais pas le temps d'apprendre à te connaitre. J'ai fait une promesse à ton grand père et je compte bien la tenir.

Loris sentit la baguette de son adversaire se redresser et le jeune homme fit de même. Deux expelliarmus partirent en même temps dans la direction opposée mais ce fut celui de Nick le plus puissant. Loris se vit dépossédé de sa baguette et le rire malsain de son oncle s'éleva dans les rues d'où on entendait encore beaucoup de bruits, de sorts lancés dans tous les sens, des cris, des lumières jaillissaient de toutes part. Loris avait totalement fait abstraction de cela et la haine avait prit possession de son corps et avec l'nergie du desespoir, il se rua sur Nick. Surpris, il fut contraint de lâcher sa baguette qui roula loin des deux hommes qui en était venus aux poings. Les yeux dans les yeux, Loris savait qu'il ne lui restait qu'une chose à faire. Il lâcha sa prit et sauta sur sa baguette. Nick fit de même mais n'eut pas la même chance que précédement. Loris lança un sort que jamais il n'aurait imaginé lancé mais il savait aussi que c'était la seule façon de s'en sortir à jamais.

~ Loris : Avada Kadavra.

Toute la haine qu'il avait contre cet homme se dégageait de sa baguette et fonça sur Nick qui n'eut pas le temps de se défendre. Un cri s'échappa de sa gorge, le dernier à jamais. Etendu sur le sol, il était mort, Loris venait de lui enlever la vie. Debout devant le corps inerte, Loris ne bougeait pas et garda le silence même après avoir entendu des pas précipités dans son dos. Quelqu'un s'arrêta à quelques mètres de lui et posa une main sur son épaule.

~ Loris : Il est mort Chad, je l'ai tuer.

Silence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Parker
Chef des Aurors

Chef des Aurors
avatar

Masculin Nombre de messages : 363
Age : 33
Date d'inscription : 14/10/2007

Présentation du Personnage
Inventaire: Cape d'invisibilité, Miroir a double sens.
Fonction HRP: Administrateur

MessageSujet: Re: ~ Rennaissance {Mars 1992}   Ven 22 Fév - 5:01

Chad était au ministère, attendant les ordres du jour. Une rumeur courrait. Une attaque de mangemorts. Plusieurs aurors devaient être envoyés en mission de reconnaissance, pour vérifier la véracité de ses informations. Chad faisait parti de ce détachement des forces du ministère. Ils devaient évoluer en groupes de deux, et bien évidemment, Chad se retrouvait avec son ami Dakota.

Les aurors arrivèrent à intervalle régulier, faisant des rondes, se dispersant, sans perdre pour autant le contact pour parer à toutes les éventualités. Pour l’instant tout semblait calme, les familles se promenaient sur le chemin de traverse, profitant d’une belle journée ensoleillée. Les rires des enfants raisonnaient, tout semblait se passer pour le mieux, pourtant Chad restait sur ses garde, le regard à l’affut du moindre signe annonciateur, sa main droite prête à saisir sa baguette pour partir au combat en moins de deux. De temps à autre, il jetait des regards inquiets à Dakota. L’ambiance rieuse lui pesait, il sentait venir quelque chose de mauvais, une sorte de pressentiment. A côtoyer le danger tout les jours, on développe assez rapidement un sens pour détecter quand quelque chose cloche. Ses yeux parcouraient la foule, scrutaient chaque recoin. Rien à signaler pour l’instant…

Tout changeât subitement en quelques secondes. Des cris s’élevèrent de la foule, les gens apeurés couraient dans la direction opposée, tentant de protéger leurs enfants. Chad s’emparât de sa baguette. Un dernier regard à son ami, comme pour lui souhaiter bonne chance. Ils s’élancèrent tout deux vers les lieux du combat. Juste quelques secondes, un regard vers cette photo qui ne le quittait jamais. Sa femme, son fils, et que la bataille commence. Les sorts fusaient dans tout les sens, Chad dus même éviter un sortilège de mort à peine arrivé sur les lieux. Chaque clan se montrait sans pitié. Chad se battait seul face à son adversaire, qu’il fini par immobiliser. Chad ne mettait que très rarement à mort, seulement lorsque c’était la seule issue, et que sa vie en dépendait. Un cri attirât son attention. Cette voix, elle lui semblait familière, et soudain cette incantation…

~ Loris : Avada Kedavra.

Il n’avait plus aucun doute, il était là. Chad se dirigeât en courant dans sa direction, mais lorsqu’il arrivât sur place, il était déjà trop tard. Il était là, debout, lui tournant le dos. Face à lui sure le sol, l’homme qu’il venait de tuer. Chad gardait toujours de la rancœur envers lui. La dernière fois qu’il s’étaient vu, Chad l’avait frappé sans relâche avant de l’abandonner dans un sale état. Pourtant, il avait réfléchi, il y avait peut être été un peu fort. Lorsque cela s’était passé, Anne et lui étaient séparés, ce qui n’excusait pas son geste, loin de là. Mais de l’eau avait coulé sous les ponds, et Chad était prêt à lui apporter de l’aide à ce moment, même si cela n’effacerai jamais la rancœur qu’il ressentait encore. Il s’approchât de Loris, et lui déposât une main sur l’épaule.

~ Loris : Il est mort Chad, je l'ai tué.

Chad fit un pas en avant, croisant le regard de celui qu’il avait autrefois considéré comme son frère, et sans un mot, il se penchât sur le corps de l’homme étendu au sol. Il cherchait une marque lui donnant une raison, trouvant une excuse apparente pour Loris, mais il n’y avait rien. Il terminât par vérifier sa bouche, rien ici non plus. Il se tournât à nouveau vers Loris, son regard emplis d’incompréhension. Qu’est ce qui avait bien pu le pousser à agir de la sorte. Il devait avoir une bonne explication pour avoir agit de la sorte, Loris n’était pas le genre de personne à agir ainsi sans raison. Son excuse serait certainement suffisante pour Chad, mais pour les autres, le jeune auror devrait improviser.

Ce n’est pas un mangemort, que c’est il passé ?

Mais déjà des bruits de pas précipités venaient dans leur direction. Chad pointât sa baguette se plaçant devant Loris pour assurer sa protection dans le pire des cas, mais la voix qu’il entendit lui était familière.

Parker ! Les mangemorts sont en fuite, qu’est ce qu’il y a par ici ?

Chad jetât un regard à Loris, lui ordonnant de ne pas l’ouvrir jusqu’à nouvel ordre.

Il y a une victime, tué par un mangemort. Il s’est enfuit dès que je suis arrivé.

Vous l’avez vu vous aussi ?

Il est arrivé après la fuite du mangemort, il n’as rien vu.

Chad attendit un signe de tête affirmatif de la part de Loris, et son collègue se retirât pour aller vérifier la situation ailleurs. Chad se tournât à nouveau vers celui qui avait longtemps été son ami, et parlât sur un ton froid en s’adressant à lui. Car même s’il avait pris conscience qu’il y avait été un peu fort avec lui, il n’en oubliait pas la douleur qu’il avait ressentie par sa faute.

Explique-toi ! Je t’ai couvert pour l’instant, mais j’espère que tu as de bonnes explications pour ce geste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loris Antony
Médicomage

 Médicomage
avatar

Féminin Nombre de messages : 140
Age : 31
Date d'inscription : 26/12/2007

Présentation du Personnage
Inventaire: appareil photo magique
Fonction HRP: Joueur

MessageSujet: Re: ~ Rennaissance {Mars 1992}   Ven 22 Fév - 16:11

Loris n'était vraiment pas du genre bagarreur et jamais auparavant, il ne serait servit de sa baguette pour blesser quelqu'un. Mais ses révélations avaient eu pour effet de faire ressortir la haine que le petit Loris de l'orphelinat avait en lui, en pensant que ses parents l'avaient tout simplement abandonné. Il repensait à toutes ses années de galère sans attache hormis Cory à se demander si un jour, il pourrait être un enfant comme les autres avec une famille. Son enfance avait été gâché par des grands-parents, par un oncle qui n'avaient pas du tout pris en considération l'avenir d'un petit être qui n'y était pour rien qui n'avait rien demandé à personne. Oui mais voilà, ce petit garçon avait bien grandi. Il était âgé de 27 ans, avait appris à se défendre et surtout en voulait à Nick pour ce qu'il avait fait et pour lui raconter tout comme cela sans imaginer ce que l'ancien Gryffondor ressent.

C'est donc avec une haine indéfinissable qu'il avait lancé ce sort. Peut-être qu'à tête reposé, il regretterait d'avoir fait cela, d'avoir tuer un homme mais pour l'instant, il se sentait soulagé. Il savait enfin qui il était, comment il était né et savait aussi que Travis était le meilleur père qu'il pouvait exister sur terre et que jamais le moldu ne l'avait abandonner. On l'avait forcé tout simplement. Les larmes de detresse commencèrent à couler le long des joues de Loris dès que la main amicale de Chad se posa sur son épaule.

Chad représentait tout pour le jeune homme. Le fait qu'il soit là, avec lui pour l'aider, lui rappelait la fraternité qu'il existait entre les deux amis. Même si en ce moment, ils étaient en froid, cela n'avait plus d'importance au yeux de l'infirmier. Il avait besoin de soutien, il avait besoin de parler de ce qu'il venait d'apprendre. Toujours immobile, il regarda Chad qui s'occupait de Nick d'un air totalement absent. Cette scène était irréelle et le jeune homme espérait du fond du coeur qu'il s'agissait d'un cauchemar. Il était pâle et entendit à peine les paroles de son ami.


~ Chad : Ce n’est pas un mangemort, que c’est il passé ?

La voix froide et distante de celui qu'il considérait comme son frère le fit redescendre sur terre et il passa une main sur son visage pour essuyer les larmes et rangea sa baguette rapidement tandis que les pas précipités se faisaient déjà entendre sur le chemin de traverse. Loris était bien loin de la discussion qui s'en suivit et même si Chad ne lui avait pas demandé, il se serait tu. Il se sentait incapable de bouger, incapable de parler et du faire un effort pour confirmer les dires de l'auror.

A peine, l'autre eut-il disparu que Chad reprit la parole. Toujours aussi froid et cela fit revenir en tête de Loris leur précédente dispute. Loris lui en voulait de l'avoir frappé ainsi même s'il avait de bonnes raisons de le faire. Ces coups avaient bien montré que quelque chose était cassé entre les deux.


~ Chad : Explique-toi ! Je t’ai couvert pour l’instant, mais j’espère que tu as de bonnes explications pour ce geste.

~ Loris : Tu n'aurais pas dû, c'est vraiment trop aimable de ta part.

Ironie. Le regard du Gryffondor se fit noir lorsqu'il posa ses yeux sur Chad mais rapidement, il détourna la tête. Pas la peine de mettre de l'huile sur le feu surtout qu'il avait vraiment besoin de l'épaule d'un ami pour l'aider à surmonter ce qu'il venait de faire. Reculant, Loris alla s'assoir sur un banc un peu plus loin mais son regard était toujours posé sur le corps inerte de Nick. Les larmes avait belle et bien arrêté de couler mais il sentait une boule dans son ventre.

~ Loris : Il s'appelle Nick et c'est mon oncle.

Pas plus, il avait besoin de sentir la présence de Chad et surtout qu'il était avec lui, sans quoi, il ne pourrait pas parler de ce qu'il venait d'apprendre. Il est comme cela Loris, il n'aime pas se confier et seul un ami peut lui arracher quelques informations. Mais Chad est-il toujours son ami ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Parker
Chef des Aurors

Chef des Aurors
avatar

Masculin Nombre de messages : 363
Age : 33
Date d'inscription : 14/10/2007

Présentation du Personnage
Inventaire: Cape d'invisibilité, Miroir a double sens.
Fonction HRP: Administrateur

MessageSujet: Re: ~ Rennaissance {Mars 1992}   Sam 23 Fév - 23:06

Chad ne savait pas vraiment comment réagir. Le fait de le voir pleurer le touchait. Vraiment ? Oui vraiment. Il y avait beau y avoir eu une cassure dans leur relation, il n’en oubliait pourtant pas a quel point ils avaient été uni. Certes Loris avait fait la plus grosse connerie de sa vie en… Non même ça il ne voulait plus y penser sous peine de voir sa colère refaire surface. Après une longue période de déprime, il avait préféré oublier, faire abstraction de cette étape de sa vie en rayant Loris par la même occasion. Mais maintenant qu’il était là, devant lui, il réalisait qu’il lui manquait… Ils avaient passé tellement de temps à se côtoyer et pendant une année entière, il s’était retrouvé seul. Il n’avait plus d’ami a qui se confier, seulement des relations du boulot, il n’avait aussi plus de nouvelle ni de sa femme ni de son fils, car c’est lui qui l’avait toujours tenu au courant. Oui ça lui manquait tout ça. Il ne regrettait pas ses réactions passée, il trouvait simplement qu’il y été allé un peu fort. Même beaucoup en réalité. Il s’était défoulé sur lui, il l’avait roué de coup. Sur le moment, la rage avait prit l’ascendant sur sa raison, et il avait frappé, frappé, frappé… Si seulement il avait prit la peine de parler, peut être aurait il moins reçut de coup… Mais la pour l’instant, il ne pouvait pas oublier. Il s’en voulait, certes c’était une chose, et pour se faire pardonner, il venait peut être de lui sauver la vie…

Explique-toi ! Je t’ai couvert pour l’instant, mais j’espère que tu as de bonnes explications pour ce geste.

~ Loris : Tu n'aurais pas dû, c'est vraiment trop aimable de ta part.

Non mais alors là je rêve ! Non seulement il lui venait en aide, et voilà comment il le remerciait. Que cherchait-il à le provoquer ainsi. Depuis un an, Chad n’avait pas changé, voilà pourquoi lorsqu’il croisât le regard noir de Loris, il le lui rendit et répondit à son tour.

Très bien ! Parfait ! Si tu préfère j’appelle mon supérieur et je reviens sur ma version ! Tu gagneras un allé simple et à vie pour Azkaban. C’est ça que tu préfère ? Non parce qu’on dit qu’en ce moment les détraqueurs sont en manque d’âme à vampiriser…

Même si Loris ne le regardait pas, lui ne le lâchait pas. Il sentait déjà cette boule de nerf monter dans sa gorge. Il l’observât s’asseoir et poser ses yeux sur le cadavre. Chad fermât les yeux, levant la tête au ciel, et poussât un soupir digne d’un « mais qui m’as fait un con pareil ». Il valait mieux qu’ils se calment tout les deux immédiatement sinon ils n’arriveraient jamais à rien.

~ Loris : Il s'appelle Nick et c'est mon oncle.

Loris avait besoin d’une seule chose, la présence d’un ami. Chad le savait, mais était il toujours cet ami ? Il ne le savait pas lui même. Il n’y avait qu’une seule chose à faire pour le savoir. Il vint s’asseoir aux côtés de Loris, laissant tout de même une légère distance… Il ne savait pas vraiment quoi faire ni quoi dire. Les condoléances n’étaient pas de rigueur étant donné que c’était lui même qui l’avait mit à mort. Il ne voyait qu’une chose à dire…

Loris… Je suis désolé…

Il espérait à ce moment là qu’il croiserait son regard. Ainsi il verrait peut être que ces simples mots n’étaient pas du uniquement au fait qu’il ait commis ce geste, mais aux coups qu’il lui avait donné il y a de cela un an. Il pourrait voir dans ses yeux toute sa sincérité, et a quel point il regrettait.

Pourquoi as-tu fait ça ? Pourquoi l’as-tu tué ? Que s’est il passé ? Raconte-moi…

Sa voie n’était pas accusatrice, elle n’était pas violente. Elle était douce et posée, comme s’il voulait l’apaiser par ses simples mots. Comme quoi au moins ses réflexes d’ami n’avaient pas disparu après tout ce temps…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loris Antony
Médicomage

 Médicomage
avatar

Féminin Nombre de messages : 140
Age : 31
Date d'inscription : 26/12/2007

Présentation du Personnage
Inventaire: appareil photo magique
Fonction HRP: Joueur

MessageSujet: Re: ~ Rennaissance {Mars 1992}   Sam 23 Fév - 23:42

Loris sentait une boule se former dans son estomac. Il sentait Chad tellement prêt de lui mais tellement loin en même temps. Il avait envie de le frapper, de lui rendre tout les coups qu'il lui avait donné sans raison, de lui balancer à la gueule ce que son fils lui reprochait, de lui faire comprendre qu'il n'était qu'un incapable, incapable d'être un bon mari, un bon père, un bon ami. Mais d'un autre côté, Loris avait tellement envie de retrouver le Chad qu'il connaissait avec leur complicité d'antan mais le regard froid et distant de Chad l'encourageait pas à être sympathique avec lui.

Franchement, n'avaient-ils pas l'air en ce moment même d'être deux grands gamins qui se disputent pour une broutille et qui se cherchent pour savoir lequel craquera le premier. Loris n'était pas du genre à se laisser faire et même si en ce moment même, il n'avait qu'une envie s'était parler et sentir cette voix rassurante chez son ami. Il était hors de question de lui avouer qu'il avait besoin de lui.


~ Chad : Très bien ! Parfait ! Si tu préfère j’appelle mon supérieur et je reviens sur ma version ! Tu gagneras un allé simple et à vie pour Azkaban. C’est ça que tu préfère ? Non parce qu’on dit qu’en ce moment les détraqueurs sont en manque d’âme à vampiriser…

~ Loris : Mais va-y qu'est ce que t'attend, emmène moi toi même à Azkaban, je suis sûr que tu n'attend que cela. Si sa peut te soulager hésite pas.

Les deux hommes se défiaient du regard mais pour l'ancien Gryffondor, cela était trop dur et à vrai dire, il ne voulait pas que cette rencontre finissent comme la dernière fois. Les larmes, non pas de colère mais de tristesse perlaient dans les yeux du jeune homme et il du s'éloigner de tout cela pour se reconcentrer sur ce qui était important. Le cadavre de Nick. Lorsqu'il sentit Chad s'installer à côté de lui, il releva la tête dans sa direction et déposa son regard dans le sien. Plus de colère, plus de haine simplement de la compréhension et de la sincérité.

~ Chad : Loris… Je suis désolé…

Non, il ne parlait pas d'aujourd'hui mais de ce qu'il s'était passé un an auparavant. Loris le sentait et il était heureux que Chad reconnaisse ses tords. le visage du jeune homme se détendit et il esquissa une faible sourire. Peut-être le début de la réconciliation ?

~ Chad : Pourquoi as-tu fait ça ? Pourquoi l’as-tu tué ? Que s’est il passé ? Raconte-moi…

Je ne pourrais expliquer ce que ressentait Loris à ce moment là. Il avait tellement espérer retrouver un peu de compassion, un peu d'amitié dans les gestes de Loris et cette voix là, douce, compréhensive, il l'avait tellement attendu qu'il n'allait pas hésité pour lui parler. Il n'avait pas le droit de refuser cette main tendue par son ami surtout qu'il en avait besoin. Son regard retourna sur le cadavre et la scène se joua à nouveau devant ses yeux, repensant au mots près à ce que lui avait dit son oncle.

~ Loris : C'est de sa faute à lui. Il n'avait pas le droit de me priver de ma mère, il n'avait pas le droit de séparer mes parents. Je suis sûr que j'aurais été heureux avec mes parents. Mais il a fallu qu'ils nous séparent. Je les deteste.

Certes, ses paroles étaient assez implicites et Chad ne devait pas comprendre grande chose, mais Loris avait besoin de faire ressortir toute cette haine qu'il avait contre son oncle et contre ses grands parents. Il ferma les yeux pour tenter de calmer son coeur et reprit un petit monologue pour expliquer la situation à Chad. Chad qui savait très bien que Loris avait toujours voulu savoir comment s'était passé sa naissance et qui était sa mère.

~ Loris : Ma mère s'appelle Crystal Bryan. Elle aimait vraiment mon père et je suis persuadé qu'ils ont vécu de grands moments de bonheur ensemble. Mais mes grands parents ne voulaient pas que Crystal sortent avec un type comme mon père. Ils le traitaient de bâtard car il est paysagiste. Je vois pas ce qu'il y a de mal à cela. C'est des bourges. Des cons de bourges. Lorsqu'ils ont su que ma mère était enceinte, ils se sont débarrassés de mon père en lui lançant un sort d'amnésie. Et puis, ses cons m'ont abandonné à l'orphelinat. Ma mère est morte et à cause de lui, je n'aurais jamais l'occasion de la connaitre.

On pouvait ressentir toute la detresse du jeune garçon dans ses paroles. Lui qui rêvait régulièrement de se retrouver un jour face à celle qui lui avait donné la vie. Pendant longtemps, il lui avait voulu de l'avoir abandonné. Maintenant qu'il savait, il s'en voulait de ne pas avoir réussi à la retrouver avant qu'elle ne meurt, de la sortir de cette famille de cons qui ne méritaient rien de mieux que de mourir et en rien Loris ne regrettait son geste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Parker
Chef des Aurors

Chef des Aurors
avatar

Masculin Nombre de messages : 363
Age : 33
Date d'inscription : 14/10/2007

Présentation du Personnage
Inventaire: Cape d'invisibilité, Miroir a double sens.
Fonction HRP: Administrateur

MessageSujet: Re: ~ Rennaissance {Mars 1992}   Lun 25 Fév - 21:09

~ Loris : Mais va-y qu'est ce que t'attend, emmène moi toi même à Azkaban, je suis sûr que tu n’attends que cela. Si sa peut te soulager hésite pas.

Ouai c’est ça joue au con…

Tous les deux se défiaient du regard, mais Chad savait qu’il fallait que ça cesse immédiatement. Il ne voulait pas que ça se termine comme la dernière fois. Il prit sur lui, préférant se calmer. Les larmes qu’il voyait dans les yeux de loris le touchaient malgré lui, et il retrouvait cette compassion qu’il avait eue autrefois pour lui. Il fallait se faire une raison. Le passé était le passé, et il devait se montrer tel qu’il était réellement.

Lorsqu’il croisât le regard de Loris, il ne pus s’empêché de se sentir troublé. Tout ce temps passé loin de lui, et pourtant il y avait toujours ce truc qui faisait qu’il avait envie d’être présent pour lui. Ses mots étaient calmes et posé, il voulait que Loris comprenne qu’il regrettait. Même si tout cela n’avait pas débuté par sa faute, il regrettait d’y avoir été si fort avec lui, et… ne pensons plus à tout ça. Il fallait avancer maintenant, et le temps nous diras ce qu’il adviendra de leur amitié. Il vit Loris poser ses yeux sur le cadavre avant de prendre la parole.


~ Loris : C'est de sa faute à lui. Il n'avait pas le droit de me priver de ma mère, il n'avait pas le droit de séparer mes parents. Je suis sûr que j'aurais été heureux avec mes parents. Mais il a fallu qu'ils nous séparent. Je les déteste.

Il pouvait sentir toute la rage qui émanait de la voix de Loris. Bien sur il ne comprenait pas vraiment le sens de ses mots, mais il n’ajoutât rien. Il avait besoin de tout sortir, et même si cela paraissait incompréhensible, il savait que l’explication suivrait. La seule chose qu’il voyait, c’est que cela devait avoir un lien avec son enfance. Loris avait toujours voulus connaître son histoire. Apparemment c’est ce qu’il c’était passé, et tout n’avait pas du être comme il l’attendait vu le résultat qui se trouvait quelques mètre plus loin sur le sol.

~ Loris : Ma mère s'appelle Crystal Bryan. Elle aimait vraiment mon père et je suis persuadé qu'ils ont vécu de grands moments de bonheur ensemble. Mais mes grands parents ne voulaient pas que Crystal sorte avec un type comme mon père. Ils le traitaient de bâtard car il est paysagiste. Je vois pas ce qu'il y a de mal à cela. C'est des bourges. Des cons de bourges. Lorsqu'ils ont su que ma mère était enceinte, ils se sont débarrassés de mon père en lui lançant un sort d'amnésie. Et puis, ses cons m'ont abandonné à l'orphelinat. Ma mère est morte et à cause de lui, je n'aurais jamais l'occasion de la connaitre.

Chad restât surpris. C’était donc cela. A cause de lui, il n’avait pas connu sa mère, et il n’avait pas pu la retrouver. Il comprenait son sentiment de frustration. Il savait qu’il aurait donné n’importe quoi pour la revoir. D’instinct, comme s’il n’y avait jamais eu de coupure, il posât sa main sur l’épaule de Loris. Il était désolé pour lui… Il savait ce qu’on ressentait quand on perdait un parent, et il fallait qu’il soit présent pour lui.

Je suis désolé Loris… J’aurais préféré que tu apprennes la vérité d’une autre manière, ou quelle soit tout autre, mais tu n’y peu rien. Tu as agis… Exactement comme je l’aurais fait si je m’étais retrouvé face à l’assassin de mon père…

Son père voilà un moment qu’il n’en avait pas parlé. Il n’avait jamais perdu cet espoir de retrouver un jour celui qui avait causé sa mort… Il reposât ses yeux sur le cadavre. Il n’était pas bon qu’ils restent ici à le garder sous les yeux. Il fallait qu’il l’emmène autre part.

Reste là je reviens de suite.

Il disparut quelques minutes le temps de prévenir quelqu’un pour qu’il vienne retirer le corps. La bataille était terminée, il irait faire son compte rendu plus tard. Il lui faudrait donner sa version des faits, mais Loris ne serait même pas interrogé. Il était peut être temps que les deux amis se retrouvent. Loris avait besoin de se confier, et Chad avait toujours quelque chose sur le cœur. Une chose dont il n’avait jamais parlé à personne, et peut être cela valait il la peine d’enfin le faire ressortir.

Viens Loris, on va aller ailleurs. Ne reste pas ici, ca ne sert à rien. Ils vont enlever le corps, et je ne veux pas que tu reste là.

Il relevât son ami, et l’entrainât un peu plus loin. Il le fit entrer dans un bar, et demandât un salon privé pour qu’ils ne soient pas dérangés. Une fois à l’étage, il le fit s’asseoir dans un fauteuil et s’installant face à lui, il lui demandât simplement :

Parle-moi. Sort tout ce que tu as sur le cœur, je suis là pour ça. Je crois que c’est quelque chose dont nous avons besoin tout les deux, alors parle.

Il posât une main rassurante sur son bras. Il était venu le temps des confiances. Peut être même des explications. Toujours est-il que les deux amis avaient besoin de se confier, et cela reviendrait naturellement peu à peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loris Antony
Médicomage

 Médicomage
avatar

Féminin Nombre de messages : 140
Age : 31
Date d'inscription : 26/12/2007

Présentation du Personnage
Inventaire: appareil photo magique
Fonction HRP: Joueur

MessageSujet: Re: ~ Rennaissance {Mars 1992}   Jeu 28 Fév - 19:46

~ Chad : Ouais c’est ça joue au con…

Loris avait bien eu envie de répliquer quelque chose mais il savait que ce petit jeu devait cesser, qu'ils avaient besoin de se retrouver et ce n'est pas en agissant de la sorte, qu'ils arriveraient à parler sérieusement de ce qui s'était passé il y a un an. Pour Loris, le meurtre de Nick passait bien évidemment au second plan. Même si ce qu'il venait d'apprendre touchait vraiment le coeur du jeune Gryffondor, il savait aussi que cela les aiderait doucement à se rapprocher. Loris en avait besoin, il avait besoin et envie de sentir son meilleur ami avec lui et de retrouver cette complicité qui les avait lié plusieurs années auparavant.

Le jeune médecin n'eut pas beaucoup d'efforts à faire pour parvenir à se confier à Chad. Il avait besoin d'évacuer toute cette colère, toute cette frustration, tout ce dégoût qu'il avait sur le coeur et il savait qu'il pouvait compter sur l'oreille attentive du jeune Parker. Sans parvenir à quitter des yeux l'homme mort, Loris parlait, évoquant tout ce qu'il avait appris. Bien sûr, il épargna les détails sordides, des heures de souffrance qu'avait vécu sa mère et que celui qui se disait être son oncle n'avait pas négligé. Cela avait presque donné envie de vomir à Loris. Lui qui pendant des années en voulait à sa mère de l'avoir abandonné, se rendait compte aujourd'hui, que sa mère avait dû être malheureuse et qu'elle était sûrement plus à plaindre que lui-même.

Il sentit la main de son ami se poser sur ses épaules et un sourire de remerciement se figea sur son visage. Cette marque d'amitié le soulageait et l'aidait à faire descendre la colère et la haine qu'il avait envers cet homme et tout ceux qui l'avait privé d'une enfance heureuse.


~ Chad : Je suis désolé Loris… J’aurais préféré que tu apprennes la vérité d’une autre manière, ou quelle soit tout autre, mais tu n’y peu rien. Tu as agis… Exactement comme je l’aurais fait si je m’étais retrouvé face à l’assassin de mon père…

Son père ? Cela faisait des années qu'il ne l'avait pas entendu parler de lui et il savait à ce moment précis que Chad comprenait sa réaction. Pour la première fois, Loris eut enfin le courage de quitter des yeux le cadavre de Nick pour reporter son attention sur Chad. Il lui sourit, même s'il avait toujours les yeux remplis de larmes. Larmes de colère, de detresse, de haine.

~ Chad : Reste là je reviens de suite.

Le coeur de Loris fit un bond. Pourquoi partait-il ? Même si au fond de lui même, il faisait confiance à Chad, il sentit la panique s'emparer de lui et fatalement son regard se posa sur Nick. Lentement Loris se leva et tenait sa baguette fermement dans sa main droite. Lorsqu'il ne fut qu'à quelques mètre sud cadavre, il leva se baguette prêt à lancer un sort. Il n'entendit pas le petit bruit caractéristique du transplanage et ne su donc pas que Chad était dans son dos. Sa baguette décrivit un cercle et d'un informulé, il lança un accio. Il attrapa la photo qui s'envolait de la poche du mort et Loris la dévisagea. Elle était tellement belle. Même son teint blafard, son physique presque anorexique ne pouvait troublé Loris qui pouvait enfin mettre un visage sur sa mère. Celle qui l'avait porté, celle qui l'avait aimé, celle qui avait souffert pour ne pas qu'il le tut, celle que lui aimait même sans l'avoir connu.

~ Loris : Regarde Chad, c'est ma mère. Elle est belle n'est ce pas ?

Les larmes coulaient le long des joues de Loris. Des larmes de joie. Cette photo représentait beaucoup à ses yeux et il savait aussi que cela permettrait peut-être à Travis de se rappeler de ses années avant que cet abruti ne lui lance le sort d'oubliettes. Il fourra la photo dans sa poche et se tourna vers chad.

~ Chad : Viens Loris, on va aller ailleurs. Ne reste pas ici, ca ne sert à rien. Ils vont enlever le corps, et je ne veux pas que tu reste là.

Une dernière fois, le jeune Gryffondor se retourna sur la cadavre livide et lui cracha dessus avec une haine indissimulable. Il ferma les yeux avant de suivre Chad. Ses pensées se bousculaient dans sa tête et il avait besoin de faire le point. Pour l'instant, il se contentait de marcher et s'assit lorsqu'il fut dans le salon privé.

~ Chad : Parle-moi. Sort tout ce que tu as sur le cœur, je suis là pour ça. Je crois que c’est quelque chose dont nous avons besoin tout les deux, alors parle.

Il voulait dire quoi par là ? Il voulait qu'il lui parle de Nick ou d'autre chose. Bien évidemment, le visage d'Anne revint en mémoire de l'ancien préfet et il baissa les yeux. Il ne voulait pas, il n'avait pas envie de parler de cela, il voulait que leur amitié redevienne comme avant et ce n'est pas en parlant d'Anne que cela s'améliorerait. Aussi, il évoqua encore Nick, sa mère et son père.

~ Loris : Moi qui me suis toujours demandé pourquoi mes parents m'avaient abandonné, je me rend compte aujourd'hui, que je ne suis peut-être pas le plus à plaindre. Ma mère a vécu l'enfer, maltraitée par ses propres parents. Quant à mon père, il a vécu l'enfer de ne plus se souvenir de son passé, de cette femme qu'il avait aimé, de moi, jusqu'à ce que je réapparaisse. Je suis sûr qu'on aurait pu être heureux tous les trois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Parker
Chef des Aurors

Chef des Aurors
avatar

Masculin Nombre de messages : 363
Age : 33
Date d'inscription : 14/10/2007

Présentation du Personnage
Inventaire: Cape d'invisibilité, Miroir a double sens.
Fonction HRP: Administrateur

MessageSujet: Re: ~ Rennaissance {Mars 1992}   Dim 9 Mar - 19:31

    Lui laissant le temps pour répondre à sa question, il repensait a cette photo qu’il lui avait montré. Sa mère. Il avait mal pour son ami à le voir pleurer, mais il savait que ce n’était pas vraiment de la tristesse. Il ne l’avait jamais réellement connue, et il pouvait enfin la voir de ses propres yeux. Il avait acquiescé à sa question, lui posant une main sur l’épaule, tout en l’entrainant vers le bar. Installé dans son fauteuil dans le salon privé, il attendait, observant Loris qu’il parle. Il ne lui avait donné aucun sujet. Bien sur il y en avait un qu’il valait mieux éviter, et pourtant, il méritait d’être traité un jour. Aujourd’hui ? Peut être plus tard… Il verrait en fonction de comment cela évoluerait.

    ~ Loris : Moi qui me suis toujours demandé pourquoi mes parents m'avaient abandonné, je me rends compte aujourd'hui, que je ne suis peut-être pas le plus à plaindre. Ma mère a vécu l'enfer, maltraitée par ses propres parents. Quant à mon père, il a vécu l'enfer de ne plus se souvenir de son passé, de cette femme qu'il avait aimé, de moi, jusqu'à ce que je réapparaisse. Je suis sûr qu'on aurait pu être heureux tous les trois.

    Vous auriez pu, mais ça c’est passé autrement, et tu n’y peux rien Loris. Tu n’étais qu’un enfant, ne te rejette pas la faute. Car c’est ce qu’on a tendance à faire… On réagit toujours comme ca…

    Chad était bien placé pour le savoir. Il n’avait certes pas vécu la même chose que lui. Il avait eu ses deux parents, et avait pu profiter de leur amour, même si cela n’avait que trop peu duré. Lorsque son père était mort, il avait fait face. Il avait tenté de se montré fort pour sa mère, devenant un homme plus tôt que prévu. Pourtant, dès qu’il se retrouvait seul, il s’en voulait à lui même. Pourquoi ne l’avait il pas empêché de partir ce jour là ? Peut être avait il était un fils a un point médiocre qu’il avait préféré travailler d’arrache pied pour moins le voir… Toutes ses idées avaient bien évidemment disparu de son esprit, mais il savait que Loris pouvait se mettre à penser de la sorte, et c’est ce qui fini par vous détruire.

    Tu sais, quand mon père est mort, j’ai eu tendance à me reporter la faute. Je pensais que j’étais responsable. Je me trouvais toute les raisons possible, mais il fallait que ce soit ma faute, parce que j’avais besoin de souffrir. Tu en as besoin autant que moi, mais sache que ce n’est pas ta faute.

    Cela lui faisait du bien de parler avec son ami… Son ami ? Oui vous avez bien entendu. Parler de son père, voilà quelque chose qu’il n’avait pas fait depuis longtemps. Mais Loris était certainement le seul à mériter d’entendre parler de lui. Pourtant en y repensant, cela le rendait nostalgique car… Même s’il était en vie lui même, il avait reproduit les mêmes erreurs que son père avec son propre fils. Alec, que devait-il penser ? Certainement que son père ne l’avait pas assez aimé pour rester à ses côtés… On lisait la tristesse sur le visage du jeune auror. Il voulait éviter le sujet, pourtant, il savait que Loris était le seul à pouvoir le renseigner, alors le regard plein d’espoir, il lui demandât :

    Loris, tu… Tu as des nouvelles de mon fils ?

    La fin de sa phrase s’était presque éteinte dans sa gorge. Il espérait avoir une réponse, cela faisait tellement longtemps qu’il n’avait plus de nouvelle…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loris Antony
Médicomage

 Médicomage
avatar

Féminin Nombre de messages : 140
Age : 31
Date d'inscription : 26/12/2007

Présentation du Personnage
Inventaire: appareil photo magique
Fonction HRP: Joueur

MessageSujet: Re: ~ Rennaissance {Mars 1992}   Ven 21 Mar - 18:02

Même si les larmes continuaient de perler au coin de ses yeux, la trsitesse était passée pour Loris. Il ne connaitrait jamais sa mère mais au moins, son passé n'était plus une zone d'ombre. Il savait qui il était, qui était sa mère, il connaissait les conditions de sa naissance et cela le soulageait. Maintenant, il se ne voyait plus comme un garçn abandonné par ses parents mais un petit garçon qui a été le fruit d'une grande histoire d'amour passionnel mais malheureusement interdite et qu'il n'est pas né par hasard mais que ses parents l'aimaient. Maintenant qu'il avait cette photo, peut-être que cela permettrait à Travis de se souvenir de Crystal et peut-être qu'il pourrait lui parler d'elle. ainsi, il ne serait plus un orphelin mais un enfant qui a connu une séparation avec sa famille. Il se sentait mieux maintenant et c'est pourquoi il s'essuya les yeux avec le revers de la main signe qu'il allait arrêter de pleurer pour aujourd'hui sur son sort.

~ Chad : Vous auriez pu, mais ça c’est passé autrement, et tu n’y peux rien Loris. Tu n’étais qu’un enfant, ne te rejette pas la faute. Car c’est ce qu’on a tendance à faire… On réagit toujours comme ca…

Bizarrement, ce n'étais pas de cette façon que réagissait Loris. Il ne sentait pas coupable. Coupable de quoi ? De ne pas avoir protéger sa mère ? Il n'avait que quelques heures lorsqu'il avait été abandonné. Coupable de ne pas avoir eu une famille heureuse ? Il était plutôt une victime et il savait très bien qui étaient les véritables coupables. Ses grands parents et son oncle avaient empêché à la famille Shepard d'être heureux mais maintenant que Nick était mort, c'est comme s'il avait vengé la mémoire de sa mère et il se sentait bien. Plus de colère, plus de tristesse.

~ Chad : Tu sais, quand mon père est mort, j’ai eu tendance à me reporter la faute. Je pensais que j’étais responsable. Je me trouvais toute les raisons possible, mais il fallait que ce soit ma faute, parce que j’avais besoin de souffrir. Tu en as besoin autant que moi, mais sache que ce n’est pas ta faute.

~ Loris : Tu vois Chad, je ne me sens pas comme coupable de cette situation et je dois dire que je ne m'en sors pas si mal. J'ai toujours mon père, je sais que ma mère était une femme bien, j'ai vengé sa mémoire et je sais qui je suis. Que demander de mieux ? Je me sens même soulagé d'avoir rencontré Nick même si j'auris préféré apprendre autre chose.

Malgré ses yeux rougis, son visage était serein et souriant. Il était bien et pouvoir partager ce moment avec celui qu'il avait toujours considérer comme son meilleur ami était un plus. Oui, il l'avait toujours considéré ainsi même si cela faisait un an qu'il ne s'étaient pas adressé la parole. D'ailleurs, Loris était content que ce soit Chad qui l'ai trouvé au pied du cadavre de Nick. qui sait ce qu'il se serait passé si cela avait été quelqu'un d'autre. Il aurait été envoyé à Azkaban et que seraient devenu Sarah, Alec et Anne, sans parler de Chad qui comptait beaucoup pour l'ancien Gryffondor.

~ Chad : Loris, tu… Tu as des nouvelles de mon fils ?

Loris s'arrêtade bouger et son visage se figea quelques secondes avant de se faire souriant. Loris avait toujours été le lien entre Chad et Alec, incitant le jeune garçon a parlé à son père mais sans succès. Mais Loris savait que cela ne devait pas être évident pour lui d'accepter un homme qui n'avait jamais été pour lui mais il saait aussi que Chad regrettait cela et c'est pourquoi il tentit de réconcilier le père et le fils.

~ Loris : Il se porte comme un charme. C'est un beau jeune homme qui te ressemble beaucoup.

Loris sortit son porte feuille et lui tendit une photo d'Alec qui était juste à côté de la photo de Sarah qu'il ne sortit pas volontairement.

~ Loris : Tiens garde là, t'en a plus besoin que moi. Tu sais, j'essaye de l'encourager à venir te voir mais il veut pas. Je pense que sa viendra faut lui laisser du temps. Si tu veux .....

Peut-être qu'anne allait lui en vouloir. Peut-être qu'Alec aussi allait lui en vouloir mais il voulait le faire pour son ami, pour Chad.

~ Loris : Samedi prochain, je dois l'emmener au parc pour faire un foot. Viens nous rejoindre. Peut-être qu'il acceptera de te voir si tu es devant lui.

Il ne savait pas si c'était une bonne idée mais Loris étaitprêt à tout pour qu'Alec accepte son père et que l'ancien Gryffondor reprenne simplement une place de parrain et non pas de père de substitution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Parker
Chef des Aurors

Chef des Aurors
avatar

Masculin Nombre de messages : 363
Age : 33
Date d'inscription : 14/10/2007

Présentation du Personnage
Inventaire: Cape d'invisibilité, Miroir a double sens.
Fonction HRP: Administrateur

MessageSujet: Re: ~ Rennaissance {Mars 1992}   Ven 11 Avr - 19:49

    ~ Loris : Tu vois Chad, je ne me sens pas comme coupable de cette situation et je dois dire que je ne m'en sors pas si mal. J'ai toujours mon père, je sais que ma mère était une femme bien, j'ai vengé sa mémoire et je sais qui je suis. Que demander de mieux ? Je me sens même soulagé d'avoir rencontré Nick même si j'aurais préféré apprendre autre chose.

    Chad était heureux d’entendre ça. Après tout, il n’aimait pas voir son ami dans un sale état. Son ami ? Oui son ami. Il fallait maintenant effacer les erreurs du passé pour recommencer du début. Les effacer et non les oublier totalement, car cela il en était incapable. Malgré lui il garderait toujours ce souvenir en mémoire. Peut être que cela ressortirait de temps en temps, mais après tout, il y avait longtemps réfléchi. Loris n’avais pas réellement fauté. A la base Anne et lui étaient séparé. Mais tout de même… Non on efface tout simplement. Et puis voir ce sourire sur son visage, cela lui rappelait le bon vieux temps. Pourtant il fallait qu’il sache. Après il éviterait certainement d’en parler, mais il le lui devait bien.

    Loris, tu… Tu as des nouvelles de mon fils ?

    ~ Loris : Il se porte comme un charme. C'est un beau jeune homme qui te ressemble beaucoup.

    Il avait bien remarqué le moment ou son visage s’était figé. Bien sur il ne voulait pas l’embêter avec ça, et il savait que Loris comprendrait. Son sourire le rassurât, et ses mots d’autant plus. Il fermât les yeux un instant essayant de s’imaginer son fils, courant, riant… Mais il ne se permit pas pour l’instant de pousser plus loin son imagination comme il le faisait habituellement en l’imaginant lui sauter dans les bras. Lorsqu’il rouvrit les yeux, il vit Loris lui tendre une photo et son cœur se stoppât. Son fils. Il était magnifique. C’était vrai qu’il lui ressemblait beaucoup. Il passât son doigt sur le visage de son fils, laissant perler une larme au coin de son œil. Mais ce n’était pas de la tristesse. Plus du bonheur de pouvoir à nouveau mettre un visage sur cet enfant qu’il avait toujours aimé par-dessus tout.

    ~ Loris : Tiens garde là, t'en a plus besoin que moi. Tu sais, j'essaye de l'encourager à venir te voir mais il veut pas. Je pense que sa viendra faut lui laisser du temps. Si tu veux .....

    Chad ne cessait d’observer la photo. Entendre dire qu’Alec ne voulait pas le voir lui brisait le cœur, mais il comprenait tout à fait. Après tout, il l’avait abandonné en quelques sortes, même si tout les torts ne devait pas être reporté sur lui.

    ~ Loris : Samedi prochain, je dois l'emmener au parc pour faire un foot. Viens nous rejoindre. Peut-être qu'il acceptera de te voir si tu es devant lui.

    Chad relevât son regard plein d’espoir. Il aurait enfin une occasion de le revoir. Une occasion de lui montrer que malgré tout ça il l’aimait, pouvoir profiter enfin de le retrouver… Mais cela impliquait énormément de chose. Le risque qu’il le rejette tout simplement. Le risque de tomber sur Anne, chose dont il rêvait mais qu’il n’était peut être pas encore prêt à affronter. Il laissât floter un sourire sur son visage. il aurait été heureux d’y aller mais…

    Je… Je pense pas que se soit une bonne idée Loris. J’aimerais tellement je t’assure. Mais je veux que se soit lui qui veuille me voir. Je ne veux pas m’imposer à lui… C’est à lui de décider et moi je respecterais son choix même si… Même si je dois en mourir…

    C’était exactement cela. Il voulait qu’Alec veuille le voir, et non pas lui forcer la main. Le jour ou il en aurait envie, il serait là, mais pas avant. Il savait qu’un jour cela viendrait, et même si cela devait prendre du temps, il serait patient. Un jour, ils se retrouveraient.

    Tu dois me trouver stupide, alors que je pourrais le voir. Je ne sais pas si tu me comprends. Mais je ne peux pas lui imposer ma présence. C’est à lui de choisir. Et puis, il y a des choses que j’aimerais oublier et qui sont encore trop présente pour que je le revoie.


    Sa seule zone d’ombre, celle que personne ne connaissait, et qui avait fait de lui celui qu’il était aujourd’hui.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ~ Rennaissance {Mars 1992}   

Revenir en haut Aller en bas
 
~ Rennaissance {Mars 1992}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Twilight Imperium - Samedi 19 Mars
» Mardi 1er mars 2011
» Rapport d'activité du 20-21-22 mars 2010
» 8 mars
» FLASH - Aristide sera de retour le 17 Mars 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horcruxes - Les Reliques de la Mort :: <font COLOR=white>DE L'AUTRE CÔTE DU VOILE [HRP]</font> :: Flashback-
Sauter vers: