AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les pierres témoins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Samuelle Daee
Contractuel

Contractuel
avatar

Féminin Nombre de messages : 93
Age : 51
Date d'inscription : 23/01/2008

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Les pierres témoins   Lun 28 Jan - 3:00




Le rite est simple et empreint de vieille magie. Pas la magie civilisée qu’on transmet dans les livres et les écoles, mais la très vieille magie d’une époque dont seul les pierres se souviennent. Car les pierres se souviennent. Elles témoignent.

Elles sont déjà nombreuses, se tenant mutuellement compagnie au creux d’une peau de chevreuil fine et malléable. Un vieux lacet les confine.

FICHE: http://horcruxes.forum-actif.net/presentations-validees-f7/samuelle-daee-t1064.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuelle Daee
Contractuel

Contractuel
avatar

Féminin Nombre de messages : 93
Age : 51
Date d'inscription : 23/01/2008

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Pierre qui roule...   Lun 28 Jan - 3:04

Le clan de la très grande et très ancienne famille Daee aimait se réunir à différentes époques de l’année sous le thème des réunions de familles. Il était généralement mal vu par ses membres de ne pas en être, aussi Samuelle se faisait-elle habituellement un point d’honneur de s’absenter sous le prétexte d’une excuse particulièrement fallacieuse.

Ce soir sous les lanternes du jardin, Sam se mesurait à une cousine particulièrement coriace : 9 ans, l’œil qui ne scille pas, et avec des rubans dans les cheveux. Le genre d’enfant qui sait, lui, qu’il n’y a pas de monstre sous le lit. Sam savait à quoi s’en tenir avec ceux qui portent des rubans dans les cheveux : ils ne sont pas nets, vraiment pas nets…

- Qu’est-ce qui t’a rendu si méchante? Faisait la gamine, sentant qu’elle était injustement traitée…

Se faire demander par une gamine de 9 ans pourquoi on est méchante est une épreuve en soit. L’envie d’ébouriffer à mort sa jeune cousine lui traversa l’esprit, mais ça aurait manqué de style…

Samuelle expira profondément comme il est de circonstance de le faire lorsqu’on doit se remémorer un souvenir particulièrement pénible, résistant péniblement à l’envie de sangloter théâtralement, et répondit :

- C’est à cause des vers à dents… Sale engeance que les vers à dents…
- Ça n’existe pas les vers à dents…
- Si ça existe!
- Pas du tout!
- Ah oui?? Et avec quoi tu penses qu’ils le bouffent les macchabées dans les cimetières? Ils les suçotent tranquillement pendant une éternité?? Répondit-elle d’un ton sarcastique en fixant sa jeune cousine droit dans les yeux.

L’enfant semblait douter, rompant le contact visuel… Il était difficile de soutenir le regard jaune d’une Samuelle convaincue. La question de l’existence des vers de couleurs et des vers à rayures avait déjà été débattue, et il était apparu, contre toute attente, que Sam avait peut-être effectivement raison. Il existait des vers de couleur. Les moldus en employaient comme appât pour la pêche. Samuelle fit ramper un index sur la table afin de fournir un support visuel à l’enfant, articulant silencieusement les mots « à dents » en haussant bien les sourcils.

- Mamaaaaaan!
- Sam! Arrête ça, tu fais peur aux petits!
- Alors c’est peut-être que je suis trop vieille pour être encore assise à la table des enfants?
- Tu n’es pas une adulte pour autant…

Samuelle jeta un regard à la table des adultes. Sa sœur et ses 3 frères y avaient été admis à l’adolescence… Certaine de leur parentèle, qui étaient nettement moins âgés qu’elle, dînait en compagnie des adultes. Pourtant, Samuelle, 22 ans, les jambes inconfortablement repliées sous la table basse, trônait parmi la marmaille. Elle-même trop réfractaire à la discipline des pierres, Samuelle sentait que d’ici un an ou deux, sa petite cousine de 9 ans bénéficierait de la promotion qui lui faisait défaut depuis tant d’année.

Samuelle se pencha et ramassa un éclat de pierre sur le sol du jardin qu’elle enfouie dans sa poche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuelle Daee
Contractuel

Contractuel
avatar

Féminin Nombre de messages : 93
Age : 51
Date d'inscription : 23/01/2008

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Les pierres du lac   Lun 28 Jan - 3:08

Accroupie dans la nuit, Samuelle cherchait parmi les pierres de la rocaille. Sa baguette allumée entre les dents pour se faire un peu de lumière, elle fouillait la poussière transformée en vase sous chacune d’entre elle. La boue, maculait les manches de son manteau, détrempait la semelle de ses pantoufles… Elle était gelée, la température frôlant le point de congélation, mais elle devait trouver la bonne pierre, celle qui balisait le chemin de cendre menant aux champs de pierres. Nerveusement, elle regarda autour d’elle, dans le parc désert, des bancs de brouillard blafards montaient silencieusement du lac. Il y a quelques heures, une mise en garde de Lucius lui a apprit qu’elle était en danger. Il lui avait par la suite été impossible de rejoindre son vieil ami pour avoir confirmation de ses doutes, aussi avait-elle résolu de se réfugier au cœur même du secret qu’elle protégeait. Mais elle ne retrouvait pas la première pierre de la sombre sente. Elle ne la retrouvait pas et la porte du hangar à bateau était ouverte… Et la porte du hangar à bateau n’était p-a-s ouverte lorsqu’elle était descendue à la rocaille…

Samuelle éteignit sa baguette en tremblant et jeta un coup d’œil par-dessus son épaule : elle vit distinctement progresser des empreintes dans l’herbe givrée de froid, comme sous les pas d’une personne invisible. Horreur et désarroi. « Ils m’avaient dit que ma vie ne serait pas dans la balance… » dit-elle d’une voix chevrotante en engageant la conversation avec son agresseur. Une cape d’invisibilité glissa laissant apparaître une sombre silhouette. Cette silhouette, elle la connaissait; c’était une langue de plomb, membre de l’ordre, qu’elle avait connu dans les divers tripots qu’elle avait fréquentés. Samuelle connaissait également la signification de sa présence. « Je ne savais rien à ton propos… Je ne soupçonnais pas que ce serait toi le gardien du secret. Je suis désolé Muelle… » « Ça m’est d’un grand réconfort! » ironisa-t-elle en lui faisant face. « Allons, ne me raconte pas de salade! » fit-elle d’une voix forte et agressive. « On m’a seulement dit que le gardien du secret serait ici ce soir, je ne savais pas… » se lamentait l’assassin.

Lucius l’avait prévenue. L’ordre évaluait qu’il était raisonnable de sacrifier qqn si c’était pour s’assurer de mettre la main sur les champs de pierre et de les préserver du mal… Mais qui donc avait pu leur livrer l’information? Qui avait révélé qu’elle était le gardien du secret? Un doute terrible émergea dans la conscience horrifiée de la jeune femme. Son frère aîné l’avait prévenue. La chiméra était capable de mouvements particulièrement tordus… Comme juger que le secret serait mieux gardé si le gardien du secret était décédé… Une perfidie bien dans leur genre… « EXPELLIA... » tenta-t-elle sans succès en voyant une baguette pointer sur elle. « Endoloris »

Quelle ironie que les sortilèges impardonnables soit si court à prononcer...

Samuelle ne s’attendait pas à la violence d’un tel assaut. Elle reçut une rafale de longues flammes vertes en plein abdomen et s’écroula sur le sol, prise de convulsions, éprouvant une souffrance bien trop grande pour qu’il lui reste assez de souffle pour hurler. Sa baguette se perdit dans l’obscurité... Puis, la douleur reflua, lentement, la laissant anéantie et en larme… « Je voulais te tuer rapidement, t’offrir une mort nette et brève sans te laisser le temps de comprendre que c’était l’heure, là, maintenant. "Stab you in the dark and let you disappear"… Où sont les pierre de garde? N’as-tu rien à me dire, Muelle? » questionna-t-il d’une voix presque tendre et empreinte de regrets.

Sam se releva péniblement un bras plaqué sur l’abdomen essayant de réprimer la souffrance dont sa chair était empreinte. Un craquement sinistre lui appris que sa baguette se trouvait sous son genou… Sans arme, sans défense alors que son agresseur se rapprochait d’elle dans le brouillard… Ils avaient fait d’elle la gardienne de leur secret et elle avait accepté même s’ils ne le méritaient pas vraiment. Les Daees ne s’engagent jamais. Pourtant ils ne sont pas neutres. Ils ne s’intéressent qu’aux pierres et aux archives qu’elles contiennent. L’histoire ne retient que la version des gagnants et les Daees ont pour habitude d’observer et de se ranger du côté des gagnants. Samuelle perdait, elle perdait sa vie. J’aurais du me méfier, pensa-t-elle en haletant, tout en sachant qu’elle ne dirait rien, tragédie d’un cœur fidèle…

Rassemblant l’énergie qu’il lui restait, avec la rage de vivre qui la caractérisait, elle balança son poing dans la figure de son assassin dans un puissant uppercut. Les os de sa main craquèrent dans une nouvelle explosion de douleur. Se trouvant dans l’impossibilité de manipuler une baguette, elle bouscula maladroitement la silhouette vacillante de son assaillant pour prendre la fuite. Affaiblie, aveuglée par les larmes, chaussée de pantoufle pleine de vase, Samuelle titubait dans l’herbe glacée de la pente… Elle n’eut le temps de franchir que quelques mètre lorsqu’une lourde masse s’abattis sur elle, la plaquant durement au sol. Le rapport de force, même sans magie, n’était pas en sa faveur. Samuelle se faisait manipuler comme une vulgaire poupée de chiffon. Se débattant pour se libérer, une voix gronda à son oreille, si proche qu’elle pouvait sentir la chaleur de son souffle contre sa peau : « Ne me force pas à te faire d’avantage de mal… laisse-moi te tuer… Dis-moi où sont les pierres de garde! » fit l’homme d’une voix suppliante. Ô comme il devait être difficile de faire le mal pour le bien… « Et bien vas-y, bousille-moi, parce que je ne dirai rien du tout! » hurla-t-elle avec fureur alors que son agresseur lui enfonçait sa baguette dans les côtes. « Endoloris! »

Beaucoup plus tard, au bord de l’inconscience, ses mouvements désordonnés la firent rouler vers la berge et les froides eaux du lac l’accueillirent dans un grand gerbe d’éclaboussures. Samuelle avait toujours été une nageuse d’exception. Pourtant, toujours soumise au sort impardonnable, privée de toute coordination, ses poumons se vidèrent de leur air, le froid envahit rapidement ses membres, la transperçant comme mille petites lames aiguës, et elle mourut lentement alors que les pierres témoins au fond de l’eau lui susurraient des histoires de noyé… Son assassin, debout sur la berge, qui s’acharnait toujours sur elle l’empêcha de se libérer totalement et une empreinte de ce qu’elle avait été se mêla au brouillard du lac. Les pierres témoins, au fond de l’eau ne parlèrent plus que d’elle, ne se souviendraient plus que de cette nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuelle Daee
Contractuel

Contractuel
avatar

Féminin Nombre de messages : 93
Age : 51
Date d'inscription : 23/01/2008

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Pierre Daee   Lun 28 Jan - 3:19

8 ans plus tôt...

« Pierre, Lemony, Charles et Philippe! Quelle bonne surprise! » fit Samuelle d’un ton parfaitement mesuré et beaucoup trop joyeux pour être sincère. « Je déduis que c’est une réunion de travail du département des mystères, puisque si c’était une réunion de famille, papa serait là… » blagua-t-elle en les dévisageant l’un à la suite de l’autre. « Mais alors, qu’est-ce que je fais là, moi? Qu’est-ce que vous voulez? » ajouta-t-elle, suspicieuse.

Samuelle savait être désagréable… Elle avait 17ans et avait su vivre son adolescence à son paroxysme. Une longue pratique lui avait cependant appris que la meilleure façon de faire enrager les membres de sa famille, tous des langues de plomb, était de se montrer crue et d’une franchise impeccable. Droit au but, Samuelle ne leur laissait jamais une chance de finasser… Aujourd’hui, ils venaient ouvertement lui demander quelque chose, la plaçant en position de force. L’exercice semblait particulièrement pénible aux aînés.

C’est Philippe, qui entama les négociations : « Nous sommes venus te voir parce que nous aimerions te confier une grande responsabilité… » commença-t-il avant de se faire interrompre. « Phil, crache le morceau, tu veux, j’ai pas que ça à faire… » « Écoute j’aimerais insister sur la gravité… » « Écoute… » le singea-t-elle, « On sait tous ici que je ne suis pas la personne responsable que vous chercher, alors arrêtes tes sermons et dis ce que tu veux! » Durement rabroué, son frère rendit les armes : « Eh bien, nous aimerions faire de toi le gardien d’un secret… LE secret...»

Samuelle écarquilla largement ses yeux d’or.

Lemony poursuivit avant que sa petite sœur soit revenue de sa surprise : « Nous avons évalué, et Papa est d’accord avec nous, que tu es sans aucun doute le gardien le plus improbable qui soit et donc la personne la plus sûre… » « Un instant!! » fit Samuelle en se levant de son siège. « Vous voulez cacher un secret dans mon cœur à moi? LE SECRET? Ce n’est pas une grande responsabilité ça, c’est une responsabilité fatale! Vous êtes malade!! Je ne ferais jamais ça pour vous! Pas pour vous! » insista-t-elle, horrifiée.

« Muelle, tu ne sais même pas encore de quoi il est question! » « Et je ne veux pas savoir de quoi il est question! Ce sont vos affaires et je ne mettrai certainement pas ma vie en jeu pour vos histoires! Tout ce que vous voulez, c’est vous servir de moi! » s’insurgea-t-elle. Prise d’une inspiration subite, elle traversa la pièce et ouvrit la porte en grand. Samuelle avait toujours adoré claquer les portes… « Dehors! » ordonna-t-elle, impérieuse. « De ma vie je n’avais encore imaginé que votre cupidité puisse aller jusque là! Vous êtes abjects! »

Une procession de mine basse et outrée sorti de chez elle, mais Pierre resta en arrière. Au lieu de sortir, il referma la porte devant lui et affronta sa sœur en toute humilité : « C’est pour ce genre de réaction pleine de noblesse que moi, j’ai confiance en toi, Samuelle… Nous t’avons traité injustement, peut-être, mais j’ai besoin du sortilège de Fidelitas… C’est un peu te rendre justice que de te confier le secret, ne crois-tu pas?» Samuelle savait depuis longtemps que la noblesse est une illusion romantique pour tout autre que les Rocstones. Ses yeux s’étrécirent méchamment.

Le frère et la sœur s’affrontèrent du regard. Il existe un lien entre les enfants d’une famille. Un lien qui subsiste au-delà des regrets, de la haine, de la rancœur, de l’amertume et même après l’impardonnable, même après l’inexcusable… Comme un ridicule espoir…

Samuelle ne demanda rien en échange… Ce qui n’est pas offert de bon cœur n’a aucune valeur. Elle aurait voulu qu’il le lui demande comme une faveur de grand-frère à petite sœur, mais ce n’était pas les termes qu’il avait employés. Il ne le méritait pas, ils ne le méritaient pas!! Sans un mot, Sam saisi sa baguette dans sa main gauche et joignit la droite à celle de Pierre Daee. Ainsi lié l’un à l’autre, leurs mains formant un pont entre leurs cœurs, Samuelle s’apprêtait à lancer le sortilège lorsque son frère l’interrompit :

- La Chimera s’opposera à ce que tu sois le gardien du secret…
- Pourquoi?
- Parce que tu n’as pas encore franchit les rites de passage de la magie sauvage. Tu n’as encore jamais été éprouvée, tu n’es ni une initiée, ni une adulte selon nos normes, et ils considèreront que tu es une faille dans la protection dont ils entourent la magie naturelle…
- Alors vous n’avez qu’à ne pas leur dire qui est le gardien!
- Ils le sauront… La Chimera a le bras long… Les champs de pierre sont les archives Daee. Il est devenu nécessaire de les protéger parce que le monde des sorciers se trouble. Nous subissons des pressions de tous les clans : ils veulent que nous prenions parti. Il est donc nécessaire de s’assurer que personne ne viendra altérer le souvenir commun, que personne ne puisse modifier l’arrangement des pierres et ainsi supprimer un passage de l’histoire qui ne lui est pas favorable. Ce sera le secret que tu auras à porter Samuelle Daee. fit gravement Pierre Daee.
- Je le ferai malgré tout...

Je le ferai pour toi pensa-t-elle en serrant les dents. Non, ils ne le méritait pas…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuelle Daee
Contractuel

Contractuel
avatar

Féminin Nombre de messages : 93
Age : 51
Date d'inscription : 23/01/2008

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Sir Walter Rocstone   Lun 28 Jan - 3:24

- Et qu’est-ce qu’en pense Samuelle?
- Vous perdez votre temps, ma fille n’a pas soufflé un mot depuis près d’un an, Sir…
- Elle est muette? Troublée peut-être?
- Difficile se rapprocherais d’avantage de la réalité…

Les deux hommes se tournèrent vers la gamine : 15 ans, avachie sur sa chaise, les mains dans les poches, soufflant des bulles de chewing-gum, son regard d’or attentif mais indifférent. Oui, Samuelle pouvait être difficile, très difficile.

- Je suppose que je pourrai malgré tout l’accueillir, Monsieur Daee… Il n’est pas un enfant dont je ne suis pas venu à bout…
- Soit! Je suis votre obligé... et vous souhaite bien du plaisir! Mon secrétaire vous contactera pour prendre toutes les dispositions. Enchanté d’avoir fait votre connaissance, Sir! Fit Georges en saluant.

Une fois que son père fut sorti de la pièce, Sir Walter Rocstone porta toute son attention sur Samuelle. La gamine le regardait droit dans les yeux, inexpressive, à peu près de la même façon qu’on contemplerait un pot de fleur…

- Ça n’était vraiment pas très honnête de ta part, fillette…
- Raaaah, allons Walt! On ne va pas en faire un drame!
- Monsieur Rocstone!
- Oui oui, MONsieur Rocstone…
- Tu mériterais que je te renvoi avec ton père…
- Mon papa n’a que faire de l’énigme que je suis… Et on sait bien tous les deux que tu ne le feras pas parce que je suis l’image même de la petite fille parfaite que tu aurais toujours voulu avoir…
- Certainement pas parfaite…
- Peu importe, pense, tonton, je peux t’appeler Tonton, MONsieur Rocstone?
- Non
- Bon d’accord, alors pense à tout le crédit que tu pourras tirer de cette situation : avoir maté la terrible fille de Georges Jinx Daae!
- Jusqu’à ce que tu montres à tous quelle charmante personne tu peux être, juste pour me discréditer… Samuelle, Samuelle, qu’est-ce que je vais faire de toi!
- Me garder au manoir pendant les compétitions au Loch Ness, commença-t-elle à énumérer en comptant sur le bout de ses doigts, puis me garder au manoir pour fêter dignement ma victoire, parce que je vais gagner, ensuite, me garder au manoir pour que je me repose de toutes ces émotions, et finalement me garder au manoir parce que je commence la prochaine année scolaire à Beauxbatons et que ça m’évitera des déplacements…
- J’aurais préféré que ta famille sache que je ne leur faisais pas une faveur…

Le sourire très mobile de Samuelle s’élargit en quelque chose de carnassier…

- Ce n’est pas très utile, Tonton Walt… Ça nuirait à ma réputation... et après tout, tu n’as pas été très honnête, toi non plus…
- Pourquoi? fit Sir Rocstone en plissant les yeux, pourquoi moi? Pourquoi ici?
- Mueeeeeeeeeelle!! viens!! Il y a un match à la télé!!! fit la voix de Kaitz quelque part dans le manoir.
- Parce que je me plais ici... je vous a-d-o-r-e!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuelle Daee
Contractuel

Contractuel
avatar

Féminin Nombre de messages : 93
Age : 51
Date d'inscription : 23/01/2008

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Pierre magique   Lun 28 Jan - 3:29

Le jardin de Pierre de la famille Daee est aride, massif, silencieux, et aussi immuable qu’une tonne de rock… Que plusieurs tonne de rock. Georges Jinx Daee instruit sa cadette… Il a un peu de mal…

- Les pierres ne sont pas immuables, elles œuvrent lentement, patiemment, c’est ainsi que fonctionne l’érosion…
- Je préfère les arrêtes tranchantes et aiguës…
- Oui mais ça, c’est exceptionnel. Les pierres et leur magie agissent…
- Lentement, je sais… completa-t-elle avec ennui.

Son père lui jeta un regard noir. Il continua à disposer les pierres selon un motif complexe.

- Soit attentive…
- Je suis une pierre, je reste immobile, je prends tout mon temps… commença-t-elle à réciter…
- Laisse cette litanie et écoute moi…
- J’aime cette litanie!
- C’est pour les enfants!
- Et depuis quand me considères-tu comme une adulte?

Son père se crispa comme si sa patience avait atteint ses limites…

- Samuelle, je t’en p-r-i-e! Gémit-il avant de poursuivre après un instant de silence. Les pierres nous servent à marquer. C’est pour cette raison que les Daee se souviennent de tant de choses… Les pierres sont un repère dans le temps, une porte entre le présent et le passé.
- C’est très abstrait…
- C’est de la magie sauvage, ce n’est pas logique! N’essaie pas de l’analyser… Essai de voir les liens, fais des regroupements…
- Et bien, c’est la même chose, fit-elle en adoptant un ton docte, je dirais que les repères nous permettent de nous guider dans le présent et l’avenir, ce qui est la même chose qu’une porte ouverte sur le passé où ont peut puiser parmi les souvenirs pour s’en inspirer et apprendre.
- Parfaitement.
- Fais pas cette tête, t’as l’air tout surpis…
- Je suis plus vexé que surpris… La cadette de mes enfants est la plus brillante et la plus récalcitrante… Quel gâchis…
- Mais non papa, je ne suis pas brillante… C’est écrit sur les bouteilles de rhum… « Le présent n’est rien sans l’héritage du passé! » dit-elle, souriante...

Georges soupira profondément, agacé…

- Ça, ce sont des histoires de moldus... Ça n'a rien à voir! s'exclama Georges avec agressivité. Vois plutôt comment ça fonctionne... Prend ce cailloux dans ta main...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuelle Daee
Contractuel

Contractuel
avatar

Féminin Nombre de messages : 93
Age : 51
Date d'inscription : 23/01/2008

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Pierre de fondation, part 1   Lun 28 Jan - 3:35

Samuelle n’avait pas réellement provoqué la bagarre… On l’avait cherché… Et puis elle était honnête : elle admettait volontiers que ça tombait rudement bien… Personne n’essayait vraiment de tuer personne mais Sam avait une idée toute personnelle de ce qu’on pouvait se permettre dans ces circonstances. Elle frappait sans malice avec bonne humeur et franchise, entretissant les coups et les sortilèges. Dans la cohue, on entendait surtout la voix de Samuelle, un slang tout canadien avec un fort accent. Une Samuelle qui faisait preuve d’une imagination et d’une créativité particulièrement intéressante dans le choix d’invectives qui ponctuait ses coups. « Face de troll dégarnie! Espèce de crane de gobelin aux yeux cernés d’urticaire! Attend, je vais te faire regretter ça sale poulpe au pied bot! Franchement si la bêtise était le critère, tu serais certainement le plus grand! Heureusement, tu demeures tant cérébralement qu'anatomiquement, qu'un pauvre NABOT!» Elle était en colère… Il y avait longtemps quelle n’avait pas eu l’occasion de se mettre en colère…

À la périphérie du cercle de cette mêlée générale se tenait Harkaitz Rockstone.

Ses poings se refermèrent inconsciemment alors que la reconnaissance de l’envie d’en découdre se faisait en lui. Frapper, un exutoire inespéré. « On ne frappe pas les filles! » hurla-t-il en empoignant un serpentard qui étranglait sa compatriote…

Jetée par terre, écrasée et à bout de souffle sous une empilade, Sam griffait l’herbe avec l’énergie du désespoir quand ses doigts rencontrèrent une pierre. Plate, sédimentaire, les arrêtes arrondies. Une bonne vieille pierre qui avait fait du chemin… Contre sa paume, elle s’échauffa lui transmettant toute la violence de ses émotions. Assurant la fermeté de son poing autour du minéral, elle s'en servi pour frapper avec une force décuplée.

******

Beaucoup plus tard, la reconstitution des événements de l’après-midi permit aux directeurs de maison d’identifier les principaux responsables de ce désastre, sans doute la plus belle flambée de violence qui se soit vu à Poudlard… La directrice de Poufsouffle de l’époque, une femme réputée pour sa patience et sa douceur, avait traîné les dits responsable dans son bureau : Une Samuelle Daee ébouriffée, la mâchoire légèrement enflée, et un Harkaitz Rocstone le nez en sang, sa figure tournant progressivement à une belle couleur aubergine…

- Alors? Jappa l’enseignante, tremblante de rage contenue devant Sam et Kaitz. Chacun gardait un silence embarrassé, fixant la table avec détermination… Mademoiselle Daee, je me demande ce qui m’enrage le plus, que vous vous soyez battue comme la dernière des canailles ou que vous ayez choisi cette occasion pour vous décider à parler! Cracha-t-elle avec amertume. Et vous, Harkaitz, fit-elle en foudroyant l’élève du regard, vous avez généralement assez de jugeote et de charme pour éviter ce genre de conflit… Qu’est-ce qui vous a pris? Vous n’êtes quand même pas des Gryffondors! Accusa-t-elle avec exaspération…

Contre tout attente, c’est celle qui s’était montré particulièrement renfermée et taciturne qui prit la parole la première…

- Ils ont insinué que j’avais un accent…
- Comment diable ont-ils pu s’en rendre compte? Ironisa la directrice des Poufsoufle. Oh, laissez tomber, je renonce à l’apprendre! Et vous?
- Et bien j’aimais bien le concept de la bataille, on ne se bat pas de cette manière en Angleterre… Foncer dans le tas, je veux dire… Alors par solidarité, j’ai apporté ma contribution…
- Ça vous a mené loin; vous avez le nez en sang… Qui vous a fait ça?
- Elle, fit-il en pointant Sam du doigt… Je crois qu’elle n’avait pas bien saisi que j’étais de son côté…
- Et qui a stupéfié le professeur de DCFM?
- C’était une erreur…
- C’était un bel exploit!!!

La directrice s’économisa une cuisante réflexion sur l’exploit évoqué. Elle serra les poings à s’en marquer les paumes, respira par le nez et s’étira finalement le cou pour en évacuer la tension. C’est d’une voix tranchante qu’elle annonça sa sentence :

- Harkaitz Rocstone, puisque vous êtes solidaire, vous ne verrai certainement pas d’objection à tenir compagnie à votre amie, non? Retenue, tous les soirs, pendant un mois… Et vos excuses au professeur Morgenès!
- Hem, je ne suis peut-être pas si de son côté finalement, vous savez, fit l’élève en tentant un sourire craquant un peu gâché par les caillots…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuelle Daee
Contractuel

Contractuel
avatar

Féminin Nombre de messages : 93
Age : 51
Date d'inscription : 23/01/2008

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Pierre de fondation, part 2   Lun 28 Jan - 3:54

Samuelle avait été troublée… Ce n’est quand même pas ordinaire qu’un parfait inconnu prenne spontanément notre parti. Mais il y avait autre chose… un peu de vieille magie peut-être… Toujours est-il que la Samuelle Daee qui se présenta ce soir là à la retenue, était en tout point conforme à la Samuelle Daee qu’elle avait montré jusqu’alors : l’air vague, retranché dans son mutisme.

Deux chaises, une table, de l’encre, des plumes et plusieurs rouleau de parchemin.

La directrice de Poufsouffle annonça sans ambages quel était le programme des réjouissances : « Nous allons réfléchir aux gestes portés et le fruit de vos réflexions sera déclamé devant vos pairs, à la fin du mois, lors du déjeuné dans la grande salle… Ce soir, narrez-moi le récit, dans le détail, des événements. Juste le récit, les faits, froidement… Ensuite vous me ferez l’analyse et ses conséquences ainsi que des recommandations pour qu’un tel dérapage ne se produise plus. »

La punition pouvait sembler légère, mais Samuelle, qui n’en était pas à sa première retenue, savais comment la tâche semblerait bientôt fastidieuse. Elle s’installa au bureau, se tailla une plume et la trempa délicatement dans l’encre pendant qu’Harkaitz venait la rejoindre… Elle allait devoir lui parler… Eh meeeerde!

Kaitz était presque en retard. Juste assez en retard pour faire craindre à une absence, juste à temps pour être soulagé. C'est qu'il fallait se laisser désirer, hein. C'était étrange pourtant. Il n'avait jamais eu de retenues. Il aurait probablement dû avoir la mine basse, mais... non, au contraire, il avait le coeur léger. Une douce euphorie l'enveloppait et il savait à qui il le devait.

- Tu sais que t’arrive en haut de ma liste?
- Je suis sur la « Black list »? demanda-t-elle distraitement en inscrivant la date.
- Nooon, la « Red list »!

Samuelle était réputé pour sa concentration… Aussi ne réagit-elle pas le moins du monde… Pourtant son esprit analysait ce quelle venait d’entendre avec une telle application qu’elle entendit à peine ce qui suivit :

- Tu es tellement jolie que tu devrais être sur les cartes postales!

Sam tourna la tête et dévisagea le garçon l’air perplexe et incrédule. Qu’est-ce que cet olibrius racontait? Son cerveau avait manifestement du retard sur ses oreilles. C’était une blague, c’est ça? Il n’était quand même pas en train de lui servir un numéro de charme?

- Je t’assure, t’as le sourire qui tue et tu sais bien viser!! S’exclama-t-il en lui dédiant son plus craquant sourire, irrésistible même avec la lèvre supérieure tuméfiée.

Elle ne le croyait pas, c'était évident. Pourtant, Kaitz n'était pas du genre à lancer des fleurs sans rasions. Il trouvait toujours des raisons de lancer des compliments, nuance. Son sourire ne le quittant plus, il tente de se concentrer sur son parchemin, surtout que la directrice levait sur eux un regard sombre. Il agite sa plume, cherchant quoi écrire. Pourtant, c'était simple ce qui s'était passé. Des petits crétins l'avaient énervé, elle les avait ignorés, ils avaient insisté, elle s'était défendue. Ah, cet éclat doré dans le regard lorsqu'elle avait amorcé l'assaut. Une totale révélation pour le garçon. Il l'avait trouvé si belle! Un rapide regard à la directrice, elle est penchée sur ses propres papiers. Kaitz, un sourire en coin se penche légèrement vers Samuelle.

- I love you Muelle…
- Tu te trompes, c’est like qu’il faut dire…
- Estoy en amoretto de ti !
- Tu viens pas de mélanger l’italien et l’espagnol là ? fit-elle en fronçant le nez.
- Ich liebe dich!
- T’en fais pas, ça va te passer…

Il y avait des années que Samuelle n’avait autant parlé. Elle était carrément horrifiée de ce qu’elle avait dit, mais de telles déclarations ne pouvait rester sans réponses… Qui ne dit mot consent… Elle était déchirée mais elle n’avait pas eu le choix. Complétant sa version des faits avec une célérité que personne n’aurait pu lui soupçonner, elle se précipita au bureau de la directrice et tenta de plaider sa cause. Malheureusement, elle, elle n’avait pas le charme d’Harkaitz.

- S’il vous plait! Je ferai sa retenue à sa place s’il le faut, deux mois! mais sans lui! Ne le laissez pas m'approcher! Ne me laissez pas seule avec lui! Je vous en prie!

La directrice suçota le bout de sa plume l'air pensif avant de rabrouer catégoriquement Samuelle.

- Je suis étonnée par votre requête… Vous aviez l’air de bien vous entendre… Je crois qu’au contraire, la compagnie de cette jeune personne vous fera le plus grand bien, Samuelle Daee…
- Argl! Mais c'est l'enfer !
- Je suis au Paradis ! jubila Kaitz en levant les bras en l’air en signe de victoire.

Sam était ulcérée. On ne lui refusait jamais du rab de punition! Pas à elle… Elle était Samuelle Daee, la terrible fille de Georges Jinx Daee! Tous les comités de discipline de la planète connaissaient son cas. On avait écrit un livre sur ses frasques. Normalement elle leur aurait montré la mesure de ce dont elle était capable… Mais au moment où elle allait se mettre en mouvement, ses yeux croisèrent ceux d’Harkaitz. C’était lui le responsable. Il souriait l’idiot. Il lui faisait perdre sa concentration. Samuelle avait développé son art, sa réputation, son image… Elle était brutale, solitaire, muette et pernicieuse. Il foutait en l’air toute sa couverture!!

- Je te déteste! Fit Sam avec vigueur.
- T’éprouve au moins des sentiments pour moi, alors peu importe, je suis content!

C’en était trop. Samuelle lui balança son poing dans la figure pour la deuxième fois de la journée.

*Quelques semaines de retenue plus tard…*

- Je t’amuse, avoue!
- Un rien m’amuse…

L’adolescente souriant effectivement. Sam avait un beau sourire, mobile et franc. Ridicule et charmant; un parfait connard! Une complicité s’installait entre eux, quelques chose qu’hier encore n’existait pas. Sam changeait sans l’admettre, sans vraiment s’en rendre compte. Le geste imprévu d’Harkaitz les rapprochait.

Samuelle apposa le point final à son texte et jeta un coup d’œil au parchemin de Kaitz pour voir où il en était. Le menton appuyé dans sa paume, il la regardait avec un sourire qui laissait présager le pire.

- Quoi?
- Rien… t’es mon passe-temps favori… soupira-t-il. Ça fait bien une semaine qu’on se connaît?
- Non, près d’un mois…
- Aaaaah ça a passé tellement vite! Tu viens chez moi en fin de semaine?

** Les quotes de ce rp sont inspirées (recopiée mot à mot) de faits vécus... Toutes ressemblances avec DJ est parfaitement volontaire...
Kaitz : Ravie que de telles perles soient imaginairement attribué à Kaitz *braille de rire, se roule à terre*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuelle Daee
Contractuel

Contractuel
avatar

Féminin Nombre de messages : 93
Age : 51
Date d'inscription : 23/01/2008

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Fossiles   Lun 28 Jan - 3:57

Code du Syndicat Fantômatique Internationnal


article 1:
Les non-vivants ne se mêllent pas des affaires de vivant. Le corolaire est que les non-vivants respectent la vie jusqu'au dernier degré.

article 2:
La consistance ou translucidité d’un fantôme varie d’une empreinte à l’autre.

Plus l’empreinte est forte, et plus le fantôme sera opaque, tangible. La teneur d’une empreinte est une fonction de la personnalité du défunt et des circonstances de sa mort. Une mort paisible donne généralement des fantômes très translucide à l’ectoplasme pâle et délavé. On obtient des résultats similaires lorsque le passage de vie à trépas a été facile et que le défunt désirait son état d’esprit. L’ectoplasme de couleur plus soutenu est caractéristique du défunt dont l’état d’esprit n’était pas en paix au moment du trépas. De même, les morts violentes donne des empreintes très réalistes, à peine translucide.

article 3:
Le néo-fantôme doit rapidement perdre ses habitudes de vivant et intégrer les règles du "savoir vivre" fantômatique. Le syndicat se montrera très sévère avec tout abus face à la tradition. Il est considéré de bon goût que d'afficher une attitude légère, voir étherée.

article 4:
Une hauteur de flottation de 50cm est désignée comme acceptable. Une hauteur suppérieure peut être admise dans le cas de très petit fantôme, mais toute dérogation aux normes d'altitude est considéré comme un manque affligeant de tenue. Le corrolaire est qu'un fantôme évite généralement de se tenir au sol. Nous ne sommes pas des vivants!

article 5:
Le droit ectoplasmique est un état de dernier recours qui ne peut être refusé.

(suite...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuelle Daee
Contractuel

Contractuel
avatar

Féminin Nombre de messages : 93
Age : 51
Date d'inscription : 23/01/2008

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Pierre d'achoppement   Lun 28 Jan - 4:04

Samuelle trichait… c’était une évidence… Samuelle trichait toujours… Elle trichait avec sérieux et professionnalisme… Aligner trois quintes flush royal dans la même soirée c’était honteux… Mais l’ennui avec Samuelle, c’est que même vivante, on n’avait jamais pu prouver qu’elle trichait…

Nigel et Harkaitz savaient à quoi s’en tenir, mais Griffith avait vu la presque totalité de ses jetons passer sous la main d’une Muelle candide et souriante… L’homme morse avait déjà qualifiée la chose d’ « I-N-T-O-L-É-R-A-B-L-E », mais c’était heurté à la résignation de ses partenaires de jeu…

- Tu relances ou tu te couches?
- Je relance, deux galions et l’adresse de la jolie brune qu’on a rencontré au bar la semaine dernière…
- Je me couche, j’ai rien…
- Je suis… 3 galions. Je suis certain qu’elle bluff…
L’empreinte de la fantôme regardait ses cartes au travers de la table.
- Tu vas voir si je bluff…
- Muelle, mise, qu’on voit ce que tu as…
Samuelle émergea de sous la table affichant un sourire vulpin.
- Je vous apprendrai un nouveau sortilège…
- C’est très insuffisant… Une faveur?
- Les faveurs se paient une fortune!
- Elle bluff je vous dis…
- Les enchères sont élevées…
- Te mêle pas de ça, Nigel. Quel genre de faveur?
- Tu assures avec moi l’intérim du cours de magie noire cette saison…
- Ah-ah! Top là!
Harkaitz abattit son jeu d’un geste conquérant.
- Royale Strait Flush ! Ha ha !
Samuelle pâlit violemment…
- Eh merde... Argl !
- J'ai gagné !
- T'as triché, c'est certain ! fit la fantôme, affolée
- Certainement pas tant que toi...
Kaits écarte les bras et recule sa chaise.
- Fouille-moi ! la mit-il au défi
- P-R-O-F-I-T-E-U-R !
- T'as perdu !
- Argl !
- C'est quand même stupéfiant qu'elle arrive à tricher sans même toucher aux cartes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuelle Daee
Contractuel

Contractuel
avatar

Féminin Nombre de messages : 93
Age : 51
Date d'inscription : 23/01/2008

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Pierre de garde   Lun 28 Jan - 4:06

Lucius était affolé, ses yeux fous, dans ses orbites, bougeaient constamment, comme ceux d’un homme aux abois. Samuelle était allée le rejoindre après qu’il l’ait appelé, en pleine nuit, utilisant un gros morceau de verre volcanique qui lui avait été offert comme presse-papier. La jeune femme n’avait pas pris la peine de s’habiller, passant son manteau par-dessus son pyjama. Sitôt qu’il l’avait vu transplaner, il s’était précipité sur elle, l’agrippant par les épaules.

- Quel est le plus grand secret des Daees?
- Les pierres de garde…
- Qu’est-ce que c’est, c’est important?
- Oui… D’abord il y a les pierres de garde. Ce sont elles qui balisent le chemin de cendre permettant de se rendre aux champs de pierre. Celles là sont les plus précieuses de toutes. L’emplacement ainsi que la nature de ces pierres de garde est tenue secrète et seul un initié de confiance, gardant en son cœur le secret, peut le révéler.
- C’est ce que j’avais cru comprendre… Cet initié, c’est toi?
- Est-ce que je suis une personne de confiance? Souleva Samuelle en souriant…
- Samuelle c’est important, soit sérieuse… Peu importe que tu le sois vraiment ou pas, eux, ils en sont convaincu, et ils te tueront pour l’apprendre!
Samuelle se dégagea en grimaçant.
- Qui ça, eux?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuelle Daee
Contractuel

Contractuel
avatar

Féminin Nombre de messages : 93
Age : 51
Date d'inscription : 23/01/2008

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Pierre de taille   Lun 28 Jan - 5:35

Lucius Seluj a 20 ans, c’est son dernier stage, bientôt il sera Auror. S’il fait bonne impression, il se qualifiera probablement également pour son premier job. Premier dossier : Daee. Lucius n’était pas là pour traiter le dossier mais simplement pour convaincre une prévenue de collaborer dans l’enquête. Ses superviseurs et supérieurs, à l’aide d’une pensine spécialement apprêté, allait revoir toute l’entrevue pour lui indiquer les points forts et faibles de la conversation. Il a besoin d’une bonne note.

Le futur auror jeta un œil par la fenêtre de la porte pour juger à qui il avait affaire. Une jeune femme lui tournait le dos. Elle semblait d’une stature impressionnante, peut être était-ce seulement une impression donnée par la veste de cuir qui l’enveloppait. Ses cheveux étaient noir, si fin qu’ils avaient un aspect plumeux. Lorsqu’il ouvrit la porte pour entrer, leur masse se souleva spontanément. Lucius s’assit nerveusement et la salua en affichant un grand sourire à peine crispé. Avachie sur la chaise Samuelle Daee le fixait sans répondre, sereine et accablée d’ennui, les mains dans les poches.

Pour se donner une contenance, il feuilleta l’épaisseur de son dossier, Volumineux, crimes en tout genre, mineur et sérieux… Du nerf pensa-t-il!

- Mademoiselle Daee, nous aimerions obtenir votre collaboration pour l’une de nos enquêtes…

Les yeux d’or de la jeune femme brillèrent fugitivement alors que son regard venait se fixer sur lui. Des yeux saisissants.

- Vous êtes nouveau dans le métier, hein? Fit-elle avec un accent canadien à couper au couteau. Un lent sourire étira ses lèvres roses. La jeune femme souriait à l’évocation de sa collaboration… Il sortait d’où celui là?
- Euh? Ce n’était pas la réponse qu’il attendait… déconcerté, il se demanda s’il n’y avait pas erreur sur la personne… Vous êtes bien la fille de George Jinx Daee?

Samuelle pouffa.

- C’est le nez… C’est sûrement le nez! S’exclama-t-elle en s’animant soudainement… Il me trahit toujours… Oui, je suis bien la fille de Jinx.

Les manuels lui avait appris que ceux qui ne craignent rien n’éprouve pas le besoin de le montrer. Ils sont sans aplomb, peu hardis, dépourvu de morgue. Samuelle Daee, avachie sur sa chaise, n’avait pas de rang à tenir. Elle savait qui était ceux qui l’entouraient, elle savait où elle se trouvait et elle s’en moquait. Elle s’était penchée vers lui, fronçant les sourcils. Ça allait mal, très mal.

Il lui montra une liste, lui demandant si elle reconnaissait les noms qui y était inscrit… Lanceré, Cook, Faber, Sorrenze, Garagonthié, Daee

- Le dernier, évidemment…
- Comprenez-vous ce qui unis ceux qui sont nommés sur cette liste…
- Pas du tout, mentit-elle effrontément.
- Mais…
- Écoutez, monsieur, je ne voudrais pas vous faire perdre votre temps en me montrant difficile, mais je crois que qqn se paie votre tête… Et ce n’est pas moi. Tout le monde ici a entendu parler de moi, ou vu mon dossier traîner qqpart. Et certainement personne n’irait imaginer que je serais portée à la collaboration.

Daee, Daee?? Pensait Lucius à la vitesse lumière… oh si, ça lui revenait… une des plus fameuse tête à claque de l’univers. Oh oui, il devait tous s’être rassemblé pour entendre ça… l’enregistrement passerait probablement à la postérité. Lucius tendit la main et d’un coup de baguette mit un terme à cette bonne blague.

- Allez, je vous fais une fleur parce que vous avez une bonne tête… Des aurors sympa, c’est rare, autant les encourager… 2 Question, Pourquoi et quoi?
- J’étais supposé vous demander de nous rapportez tout mouvement inhabituel entourant ces familles…
- pourquoi?
- Parce quelles sont sur cette liste…
- Ensuite? Fit-elle en ayant la délicatesse de se contenter de cette réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuelle Daee
Contractuel

Contractuel
avatar

Féminin Nombre de messages : 93
Age : 51
Date d'inscription : 23/01/2008

Présentation du Personnage
Inventaire:
Fonction HRP: Joueur
MessageSujet: Gange   Lun 28 Jan - 5:43

Samuelle arriva au Manoir avec pas mal d’avance sur Harkaitz. Elle n’avait pas été formellement invitée, les accords familiaux de l’année passée avaient-ils été renouvelés? Toujours est-il qu’elle se présenta sur le seuil de la propriété, tous ses effets contenus dans un sac poubelle fatigué. Elle eut la décence de cogner avant d’entrer… Sans attendre qu’on lui ouvre, évidemment, mais il reste important de souligner qu’elle avait cogné. C’est du moins ce qu’elle prétendit…

Samuelle se déplaçait dans le manoir du pas conquérant de celui qui se considère chez lui et fit irruption dans la salle à manger en plein déjeuné. D’un large geste empathique, elle salua les parents de son ami, abandonna son sac près de la porte, et traversa toute la pièce pour aller rafler un toast dans l’assiette de Sir Walter Rocstone. Tout en cherchant à lire les étiquettes des pots se trouvant sur la table, elle lui tint à peu près ce discours :

- S’lut Walt, ça va? J’arrive de Beauxbatons… Je passais dans le coin alors je me suis dit que ce serait diablement impoli de ne pas arrêter dire bonjour… fit-elle en cherchant ostensiblement quelque chose de précis pour sa tartine. Judith? Fit-elle gravement en relevant la tête, Il y a de la marmelade? J’adore la marmelade…

Walter lève les yeux de son journal, constate qu'il lui manque un toast et en trouve même la raison. Samuelle Daee jouissait d'une immunité particulière auprès du quinquagénaire à laquelle même son fils n'avait pas droit. C’était une délicieuse petite effrontée.

- Bonjour, Samuelle.
- Évidemment qu'il y a de la marmelade! Fit Judith, visiblement ravie de trouver l’adolescente à sa table. Et la meilleure, puisque je l'ai faite avec mes soeurs! Ajouta-t-elle en se levant joyeusement pour aller lui donner le pot de marmelade. Le regard de Samuelle s’illumina de reconnaissance alors que la mère de Kaitz s’installait près d’elle.
- Tu arrives bien tôt, je ne t'attendais pas avant demain.
- Vous m’attendiez! Fit la jeune fille, perplexe, en réfléchissant. Oh, Jinx?
- Te cherchais, compléta Sir Rocstone… Ainsi il n’était nul besoin d’un almanach pour déduire que nous avions de bonne chance d’avoir de la visite…
- Oui, c'est étonnant, je croyais bien que tu arriverais avec Walter. Il n'arrive que plus tard demain. J'ai très hâte de le voir, annonce joyeusement la femme dont les cheveux dorés commencent à laisser paraître quelques fils d'argents.

Levant les yeux une fois de plus de son journal, Sir Walter jette un rapide regard à son épouse et émet un faible soupir de tristesse.

Judith était la complice parfaite quand il était temps de créer un peu de confusion… Samuelle savait profiter de la confusion. Sans user du moindre ustensile, Sam vida une large part de marmelade sur son toast et le repliant en 2, l’enfourna en une bouchée dégoulinante…

- Ah oui, Kaitz arrive demain? Oh, et bien je vais rester un peu pour le saluer alors… fit-elle la bouche pleine… En souriant impertinemment…

Par-dessus son journal, Sir rocstone lui dédia un regard d’accord tacite… Oui, elle pouvait rester…

Samuelle termina de se lécher les doigts en sapant et maintenant certaine de pouvoir s’installer au manoir pour l’été, se lança dans une conversation animée avec Judith qui dura toute la journée.

Plus tard ce soir là, elle descendit à la bibliothèque payer son loyer, en nature… Sir Rocstone l’attendait en se versant un verre de scotch.
- Tu m’en verses un aussi… déclara simplement la jeune fille.
- Tu n’as certainement pas l’âge requis pour boire ce nectar.
- Ne soit pas si naif, tonton… Qu’est-ce que tu préfères, que je sirote un verre en ta compagnie ou que je traîne dieu sait ou en partageant un bouteille avec quelques voyou?
- Vu comme ça… Il lui tendit son propre verre avant de s’en verser un autre. Samuelle, toi et moi savons des choses, n’est-ce pas?
- Certainement tonton… le taquina-t-elle en souriant.
- Et nous nous plaisons ici, au manoir, non?
- Absolument tonton walt!
- Notre entente te convient toujours? demanda-t-il en s'attablant devant un magnifique échiquier.
- À merveille!
- Soit! Demain Harkaitz viendra accompagné d’une amie. Elle vient ici pour se familiariser avec les mœurs de… notre société. déclara-t-il avec beaucoup de tac devant la fille de George Jinx Daee. J’aimerais que tu sois gentille avec elle, que tu acceptes de lui parler, gentiment, poliment, et que tu donnes l’exemple…
- Donner l’exemple? Fit Samuelle, piquée au vif en écartant son verre de ses lèvres.
- Oui, faire preuve de bonne volonté…
- C’est une blague, fit la jeune fille en rosissant sous l’insulte…
- Non…
- Vous insinuez que je sois capable d’un telle chose ?
- Juste un peu ?
- Je la déteste déjà…
- Tu aimeras la détester, j’en suis certain… Et maintenant prendre place que nous commencions notre partie…


- Mademoiselle Mainella, je vous présente la fille d’un collaborateur, Samuelle Daee… Samuelle vient d’une très vieille famille canadienne…

Sam, les mains dans les poches, se tenait légèrement en retrait du couple Rockstone. Elle souriait de son sourire de mauvaise augure. Par-dessus l’épaule de Sir Rockstone, ce qui lui valu un claquement de langue réprobateur, la jeune fille tendit la main à la nouvelle venue… « S’lut, ça va ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les pierres témoins   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les pierres témoins
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Interdit aux moins de 18 ans
» Tuto-réaliser des pierres pour décorer les socles
» [Nouvelle Règle] Power in Stones (Le Pouvoir des Pierres)
» Réglage du PC pour consommer moins
» Dagon Nysrock, démon, du moins pour le moment...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horcruxes - Les Reliques de la Mort :: <font COLOR=white>DE L'AUTRE CÔTE DU VOILE [HRP]</font> :: La Pensine V.2-
Sauter vers: